Gérard Boyadjian : non je n’ai pas vu « Rodeo », je préfère le réalisateur russe Mikhaïl Kalatozov

https://www.facebook.com/519306637/videos/743996173703131/

Mikheïl Kalatozichvili (en géorgien : მიხეილ კალატოზიშვილი) est un réalisateur d’origine géorgienne né le dans l’Empire russe à Tiflis (actuellement Tbilissi, Géorgie) et mort le à Moscou. Il est célèbre pour avoir réalisé Quand passent les cigognes(Palme d’Or du Festival de Cannes en 1958) et Soy Cuba. Wikipedia

BANDE ANNONCE

FILM INTEGRAL

 

La lettre inachevée

Cet article fait partie du dossier Mikhaïl Kalatozov

 

BANDE ANNONCE

 773 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. 100 % d’accord avec Gérard Boyadjian. Anecdote édifiante : A Cannes, en marge du festival, une actrice américaine, Sharon Stone (celle qui n’a pas de culotte dans le film Basic Instinct) a fait capoter en moins de deux une vente aux enchères qu’elle avait décidé de prendre en main à son idée. Les organisateurs n’ont vraiment pas choisi la bonne « marraine » pour l’événement. Ces acteurs, culottés, quand même ! MDR.
    https://www.closermag.fr/people/honteux-inimaginable-sharon-stone-provoque-un-tolle-a-cannes-1580684

  2. Du grand cinéma, dans la lignée des Dostoïevski et Tolstoï.
    La puissance de l’âme slave, contrairement au cucul gauchiasse fransouillard.
    Le cucul gauchiasse s’est moqué du beauf, mais alors quel ridicule il fait le cucul gauchiasse !!

  3. Ça nous fait des économies de cinéma. De même, retour à la littérature russe passée et contemporaine.

    • Notamment, on peut relire avec profit, dans « Les Frères Karamazov » ,le chapitre intitulé « La légende du Grand Inquisiteur », qui a des échos dans le monde actuel.

  4. Il n’y a pas photo, les films actuels, à part de rares exceptions, surtout ceux dits sociétaux, sont d’une indigence totale intellectuellement parlant, surtout ceux pleurnichant sur l’horrible sort des immigrés, maltraités par ces horribles Français racistes. Je préfère le cinéma d’avant, quand il y avait une histoire, avec des acteurs talentueux, des réalisateurs du même calibre, au lieu des comédiens actuels, pleurnichards et intimistes. Les grands s’en vont, ne reste que le menu fretin. Ça ne va pas être triste d’ici quelques années.

Les commentaires sont fermés.