Rescapée pied-noir, Nicole Macoin évoque son départ d’Algérie (vidéo)

 

60 ans après son départ d’Algérie, cette pied-noir se reconnaît en une du Figaro Histoire

Rescapée pied-noir de la guerre d’Algérie, Nicole Macoin se découvrait en couverture du Figaro Histoire il y a quelques jours. Elle témoigne du traumatisme vécu par les pieds-noirs, leur départ contraint de leur terre natale et le rejet des Français de métropole.

L’entretien commence sur un ton léger mais très vite, les souvenirs remontent. 

Puis il y a eu dans la maison un drame épouvantable : une dame qui avait deux petits enfants de cinq ans et deux ans…elle s’est absentée, elle avait laissé les deux enfants avec la petite bonne musulmane… »

Le Figaro « La story », 25 mai 2022

 

 904 total views,  2 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. une question qui me chatouille pourquoi des dirigeants politiques pieds noirs prennent t’ils partis pour ces gens qui nous causent tant de tracas ? de la façon dont ils ont était éjectés ça m’étonnera toujours.

  2. De Gaulle a largué l’Algérie car connaissant la démographie, il craignait que colombey les deux églises devienne colombey les deux mosquées. Il a eu tort, colombey a bien 2 mosquées et le reste de la France en est couvert.

  3. Pensées émues pour mon oncle gendarme mort dans un attentat en 1959.
    Ceux qui ont un mort dans leur famille savent de quoi est capable un homme empli de haine. Haine attisée par l’islam ou des mauvais comportements.

  4. Les pieds noirs ont subi des crimes contre l’Humanité. Tout ce qu’on peut lire à ce sujet le confirme. 60 ans après, les « Allah akbar » nous rappellent régulièrement de quel côté est la barbarie. Une barbarie rendue coutumière par les sacrifices rituels d’animaux et d’êtres humains.

  5. Jamais de documentaire sur les atrocités commises par les algériens et elle sont nombreuses et dégueulasses , et l’autre grand con qui leur demande pardon …A vomir !

  6. Pour certains pieds noirs qui avaient libéré Marseille, la déception et l’écoeurement ont été grands.
    18 ans après on ne voulait plus d’eux.
    Certains dockers du port de Marseille faisaient en sorte de jeter à l’eau les bagages et meubles.
    Ignoble!
    Bagages

  7. quand on voit aujourd’hui l’accueil réservé aux racailles… j’ai honte!

  8. Dans ma famille il y a des pieds noir qui ont été obliger, comme beaucoup de quitter l’algérie très rapidement, si ils ne voulaient pas mourir. Et croyez moi ce sont des bosseurs, le travail ne leur font pas peur. Pas comme toutes cette merde de parasite que nos salopards font rentrer par millier et qui n’en foutent pas une rame, et justement beaucoup viennent de l’algérie. Mééééé nous on est con, on les accueille nos futur bourreaux. Enfin on, pas moi en tous les cas.

  9. J’ai vu ce témoignage sur Facebook, poignant. Les Français d’Algérie ont été très mal reçus en France, les dockers à Marseille les accueillaient par les slogans « Les Pieds noirs à la mer » ; les Algériens ont été contents de les voir partir, ils ont hérité de tous leurs biens, il y a eu près de 3000 disparus dans les derniers jours avant l’indépendance. Les Algériens envahissaient les appartements alors que les PN étaient encore chez eux. https://www.amazon.fr/Disparus-en-Algérie-M-l-Leclair/dp/2733901486 Les Pieds noirs qui sont nés en 1920- 1945 sont presque tous morts. Il faut lire aussi le livre de l’historien Jean-Jacques Jordi : « 1962, L’arrivée des Pieds-Noirs ». Merci à RR d’éclairer très justement les lecteurs sur ce sujet.

  10. On notera encore une fois la gauche collabo qui a déversé des mensonges sur la situation des Pieds-Noirs, comme quoi ils étaient riches et profitaient de l’Algérie. Mais quand donc, la vraie gauche qui défendait le peuple français a-t-elle péri ?

  11. L’Algérie a été perdue parce que la République n’a pas voulu convertir les musulmans (à bas la calotte). Ils sont donc restés musulmans, ce qui -en soi- n’aurait pas été si grave s’ils ne s’étaient pas multipliés comme des petits pains ! Du moment qu’ils étaient 9 millions contre seulement 1 million, tout était écrit : il était fatal qu’ils rejettent à la mer les kouffars ! l’Histoire se fait dans les berceaux : elle aurait été différente s’il y avait eu 6 millions de chrétiens (ou de non-musulmans) en Algérie !!!

    Le pire, c’est que l’excédent démographique algérien continue à se déverser CHEZ NOUS !!!

    • En 1962 l ‘ algérie était plus riche que la Corée du sud …..
      en 2022 vous roulez en KIA Hundaï ou chevauchez 1 chèvre ?
      et votre frigo ?
      et votre téléphone , 1 tam tam ?

  12. et aujourd’hui on fait un cirque impossible pour expulser manu militari ceux qui polluent le pays, alors qu’il n’y a eu aucun état d’âme pour dégager d’algérie ceux qui y étaient nés depuis des décennies – cette terrible histoire des pieds noirs, symbole d’une france avachie (déjà !) devant le fln devrait être enseignée aux jeunes du 21ème siècle : mais là on peut toujours rêver

  13. Ami Jules Ferry, merci de ce rappel douloureux. Ne pas oublier est un devoir. l’Etat français d’alors s’est couché devant le FLN, avec la complicité de certains Français, comme Sartre, et même un curé, tous porteurs de valises, donnant asile à des terroristes. Un de mes cousins, alors appelé, a été fait prisonnier par ces terroristes, odieusement torturé et exécuté. Je ne peux pas oublier. Son souvenir hante parfois mon sommeil. Alors quand je vois des immigrés algériens arpenter nos rues, j’ai parfois un doigt, celui de la gâchette, qui me chatouille. Les rapatriés ne peuvent pas oublier ces horreurs, et je les comprends. Mon père est rentré indemne, mais il s’en est fallu de peu. Il était chargé de faire la chasse aux terroristes, et sa tête était mise à prix.

    • As-tu matière à faire un article sur ton cousin ? Sûrement !

  14. Bonjour,

    Très émouvant : merci Jules.

    Il faudra bien que les jeunes français connaissent cette histoire et en tirent les conclusions qui s’imposent.

  15. Ne me parlez pas du départ de l’Almgérie, ne me parlez pas de cet exode avec seulement un sac de plage et une épouse enceinte. S’il vous plaît, parlez- moi de la façon dont nous avons été reçus en métropole … nous n’étions que des SDF reçus pas du tout comme les migrants maintenant auxquels nous avions pourtant tout laissé là-bas…. Pleurer ?…. il nous faudrait avoir encore des larmes !….

Les commentaires sont fermés.