Audition publique au Sénat sur les effets indésirables des vaccins

Ne nous faisons pas de films… Si les commissions d’enquête sénatoriale menaient à quelque chose, à part calmer provisoirement la grogne des Résistants qui espèrent encore… ça se saurait !

Il n’empêche que si certains de nos lecteurs étaient intéressés et voulaient suivre les auditions et nous faire de temps en temps un petit compte-rendu à envoyer à contact@resistancerepublicaine.com, cela pourrait être intéressant.

Tout a donc commencé par une pétition (pour une fois qu’une pétition aboutit à quelque chose…

Le Sénat, en février dernier, avait donc, grand seigneur, décidé d’anticiper sans attendre que la pétition obtînt les 100 000 signatures de rigueur  pour que le dit Sénat daignât la regarder ou la jeter à la poubelle du bout des doigts.

Sans doute qu’ils ont senti que le sujet était chaud, très chaud… et qu’ils avaient peut-être là de quoi se faire jeter du Palais du Luxembourg à coups de fourches !

Une pétition sur les effets secondaires des vaccins contre le covid-19 qui a réuni plus de 33 600 signatures sur le site du Sénat, a conduit à la saisine de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst). Le premier vice-président de l’Opecst, Gérard Longuet compte trois mois pour remettre une étude « rassemblant les éléments techniques et scientifiques sur les effets du vaccin ».

Le Sénat a préféré prendre les devants. Après le dépôt sur la plateforme prévue à cet effet, de trois pétitions sur les effets secondaires des vaccins contre le covid, la Conférence des présidents « a décidé d’y donner suite sans attendre » le seuil des signatures requis et de « charger la commission des affaires sociales de déterminer le format des travaux à conduire ».

« Répondre aux inquiétudes qui s’expriment »

Pour rappel, les e-petitions ayant recueilli au moins 100 000 signatures dans un délai de 6 mois sont transmises à la Conférence des Présidents qui peut décider de la création d’une mission de contrôle, inscription à l’ordre du jour d’un texte législatif, débat en séance publique…

La pétition est signée par Julien Devilleger, cardiologue non vacciné, suspendu par l’Ordre des médecins a connu un fort succès rassemblant 33 600 signatures en un mois. Elle invoque le « rôle de protection du Parlement » et demande au Sénat « de s’assurer que la pharmacovigilance est suffisante pour détecter des effets secondaires sur court, moyen et long terme ». Elle fait également référence à une audition de l’ANSM tenue au Sénat en décembre 2021 qui avait fait état de plus de 110 000 déclarations répertoriées d’effets indésirables sur les vaccins contre le covid-19.

Mercredi, la commission des affaires sociales du Sénat a décidé de saisir l’Opecst (l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques), pour « répondre aux inquiétudes qui s’expriment ».

« Nous allons prendre nos responsabilités »

« C’est une très bonne chose. Nous allons prendre nos responsabilités et faire une étude rassemblant les éléments techniques et scientifiques sur les effets du vaccin. L’Opecst est dans son rôle », se félicite Gérard Longuet (LR). Le premier vice-président de l’Opecst indique que « pour ce genre de démarche, il faut compter au moins trois mois de travail ». Des rapporteurs seront désignés par le Sénat et l’Assemblée nationale. Du côté de la Haute assemblée, Florence Lassarade (LR) et Sonia de la Provoté (centriste) sont pressenties.

Pour le moment, le programme des auditions n’est pas encore fixé, toutes ne seront pas publiques, mais la restitution de nos travaux le sera », précise Gérard Longuet.

La saisine de l’Opecst intervient au moment où des milliers d’opposants au passe vaccinal ont annoncé sur les réseaux sociaux vouloir « rouler sur Paris » dans le cadre d’une action citoyenne baptisée « convois de la liberté ». Certains d’entre eux évoquent d’ailleurs les effets indésirables des vaccins dans leurs motivations. « Cette saisine n’est pas une réponse au convoi de la liberté qui rassemble des gens passionnés voire illuminés », insiste Gérard Longuet qui rappelle que « chaque vaccin comporte des effets indésirables ».

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/effets-indesirables-des-vaccins-la-saisine-de-l-opecst-n-est-pas-une-reponse

On sent dans la présentation ci-dessus que le Sénat va avoir beaucoup de mal à accepter la vérité, à partir du moment où Longuet affirme benoîtement qu’il y a des effets indésirables avec tous les vaccins… ben voyons ! Quant à son regard sur les « illuminés » du convoi de la liberté, tout un programme ! Enfin, on est prévenus, TOUTES les auditions ne seront pas publiques, ben voyons ! Qu’ont-ils à cacher au bon peuple de France ?

On verra… Cela commence demain. Sur le site Internet du Sénat.

 755 total views,  2 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Il y a des pétitions qui sont prises en compte avec seulement 5OOO signatures, mais celles-là ne sont pas politiques et elles obtiennent gain de cause rapidement.
    Celle concernant les effets secondaires des injections ARN ne donneront lieu à aucune décision importante, trop de pognon en jeu et trop de personnes responsables de décès suspects.
    Vous verrez bien.

  2. Retransmission coupée après 5mn de parole d’Amine Umlil
    Depuis 2 ans plus rien ne m’étonne…

  3. sachant que ce soi-disant vaccin n’a pas été homologué et étant toujours en test jusqu’a fin 2023 !Un effet secondaire sur 100 seulement est homologué mais aux USA et en Angleterre comme en israel les rapports pleuvent sur les effets secondaires mortels et a vie de ce soi-disant vaccin ,il faudrait que nos instances les consultent elles sont publiques !mais si ci cela n’est pas fait l’on sera de quel coté penche la balance !Le H1N1 avait été arrété a 57 morts la des milliers et la FDA reste silencieuse!!!!!Viyez vous c’est Big-Pharma qui dirige la manoeuvre et nos élus!
    Tous ont touché et ne sont donc pas crédibles

  4. Bla bla bla , le longuet la salope de sénatoche ne va pas se mouiller en accusant les labos comme pfizer et les autres grosses saloperies pharmaceutiques et sur les terribles effets secondaires dû aux injections du poison anti-covid 19 , je vous fiche mon billet que cette enquête du sénat accouchera d’une souris ou les labos seront dégagés de toutes responsabilités , et que les effets secondaires du poison anti-covid 19 seront cataloguer effets secondaires normal produit par tous les vaccins .Du temps et de l’argent jeter par les fenêtres pour rien ! Il est temps de sortir les fourches et autres ustensiles !

  5. D’abord ce ne sont pas des vaccins mais un produit en expérimentation , chose illégale sur l’humain. Il n’y a eu qu’une AMM provisoire ce qui ne donne pas le droit de le considérer comme un vaccin , lequel nécessite des années de tests …ce gouvernement est en pleine illégalité , de plus par l’obligation d’être vacciné au risque d’être interdit de vivre librement et même d’être licencié, empêché d’exercer son métier
    L’histoire n’est pas plus compliquée ! Il faudrait peut-être le dire aux autorités concernées , non ??

    • Ben toujours pareil, si TOUS les Français avaient refusé, il n’y aurait plus eu de monde au travail et ils auraient été obligés d’arrêter…. D’avoir cédé ouvre la porte à toujours un peu plus, pourquoi auraient-ils arrêté puisque ça marchait ?

      On oublie aussi ce que rapportent financièrement les injections à ceux qui les font, vous avez vérifié ? C’est à peine croyable… et les soit-disant tests aussi tellement grossis qu’il y a plein de faux positifs.

      Dès qu’il y a des symptômes viraux, hop « j’ai le covid »…. ben non…. les virus, quels qu’ils soient, existent aussi et les symptômes se ressemblent avec des petites spécificités selon les personnes et leurs faiblesses organiques.

      C’est le refus de soigner qui a mis les gens en danger plus que de raison. Quand on a une complication genre pneumonie, angine, ou bronchite qui dure post-virale, il faut des antibiotiques adéquats. Lors de la grippe Espagnole dans les années vingt, les gens sont mort d’une pneumonie les antibiotiques n’existant pas.

      Et seulement cela aurait dû interpeler les gens, pas besoin de chercher plus loin.

  6. Des spécialistes affirment qu’il n’y a que 10 à 15 % des effets secondaires des vaccins qui ont été déclarés et répertoriés.
    Effets aussi non définis que l’on a du mal a relier au vaccin lui-même sans recherche approfondie (piquousé avec un produit expérimental dont on ne sait rien pour un virus qui fait partie de la famille des virus hivernaux habituels). Le piquousé lui le sait et le sent douloureusement dans son corps, vu que sa vie a changé avec une santé étrange avec une multitude de symptômes parfois graves qu’il n’avait pas avant, parfois il ne sent plus rien, il est mort brutalement le lendemain.

    Il suffit de se rappeler le film « La fille de Brest » qui montre à quel point il est difficile de faire « reconnaitre » les effets d’un produit pharmaceutique (Médiator, laboratoire Servier).

    • En effet l’on peut considérer que seulement 1% des effets secondaires sont déclarés dixit un professionnel car tout a été fait pour que cela ressemble a un parcours du combattant!et beaucoup de soignant ne veulent perdre leur crédit et ne le font pas comme beaucoup de toubibs!

      • Oui et parmi le personnel soignant, certains pas nets dans le lot, on peut se demander quel type de « dose » ont-ils reçue ? Un placebo ?… Et les politiques ? Il y a eu constat d’huissier ?

        Avec tous les effets secondaires qu’il y a, j’en entends tous les jours, on se demande pourquoi ils n’ont pas été impactés ces politiques, pas un seul… bizarre, non, en tous les cas il y a de quoi se poser des questions ?

        Je viens de rencontrer une personne de ma connaissance, son mari, vacciné bien sûr, est décédé brutalement le mois dernier : tombé par-terre alors que en bonne santé, hospitalisé mais on n’a rien trouvé… mais serait mort du covid à l’hôpital…

        Comment les gens peuvent-ils croire des choses aussi grosses ?

        Il y a d’autres cas comme ça (témoignages) où les personnes n’arrêtent pas de consulter avec des symptômes autant qu’étranges qu’handicapants mais la médecine ne trouve objectivement rien… Après « vaccination » bien sûr.

        Je dis cela comme cela car je n’en sais rien, mais cela fait penser, vu de l’extérieur, comme à une sorte de désorganisation de la physiologie, cela pourrait peut-être être une piste (?).

  7. Ceci est une parade qui durera, à mon sens, un temps certain…. ça finira quand même par se savoir mais quand ? Combien de morts seront prises en compte quand on sait qu’il n’y a, bien sûr, quasi pas eu d’autopsie ? Combien de terribles handicaps ? Sans compter, dans les dix ans à venir, les diverses maladies qui elles seront désormais bien loin de l’injection délétère ?

    Justement, il faudrait que la CPAM enlève sur son site un article qui dit que les bronchites ne seraient « que » virales et ne doivent pas être traitées par antibiotiques car c’est faux ! J’ai été révoltée de lire ça (les morts de la Grippe dite Espagnole des années vingt sont décédées de pneumonie, c’est connu officiellement maintenant).
    Et pourtant, je n’étais pas fondamentalement anti-vaccin mais désormais, ils peuvent se les mettre où je pense. J’ai très peur maintenant pour mes proches quand on connait le contenu de ces saloperies imposées à certains en plus et sans réelle nécessité vu que des périodes hivernales virales sont récurrentes et normales si on les soigne !

Les commentaires sont fermés.