Les maquettes promotionnelles sont les plus rares

INTRODUCTION

Les maquettes et modèles réduits sont utilisés depuis longtemps pour la promotion de certains produits même si, avec l’avènement de l’informatique, cet outil publicitaire a tendance à disparaître, progressivement remplacé par les messages personnalisés diffusés sur vos PC et autres tablettes.

L’initiative de cette forme de publicité par le modèle réduit revient à André Citroën qui a compris très tôt l’avantage qu’il pouvait retirer de cette formule. En attirant l’attention des futurs consommateurs sur ses produits dès leur plus jeune âge avec ses fameux, rarissimes et aujourd’hui  très prisés jouets Citroën, il « fidélisait » sa future clientèle. Ne disait-il pas que les enfants devaient apprendre trois mots essentiels « papa, maman et Citroën … ».

Encore aujourd’hui, la plupart des grands constructeurs automobiles s’associent aux fabricants de modèles réduits de voitures afin de sensibiliser et promouvoir leurs marques respectives auprès du public chacun y trouvant son compte. Il n’est pas rare en visitant les salles d’exposition des constructeurs d’y voir exposés en miniatures leurs propres voitures.

Les autres secteurs qui ont utilisé et utilisent parfois encore la maquette promotionnelle ou d’exposition sont essentiellement les compagnies aériennes, les agences de voyage et les bases militaires. Leurs maquettes ne sont pas des jouets et sont généralement beaucoup plus rares car produites en séries limitées, voire confidentielles. Ce sont sur quelques-unes d’entre elles que je vous propose aujourd’hui de jeter un coup d’œil. L’Oncle John n’en a pas beaucoup, car, sauf exception, ces maquettes sont vraiment rares et chères … Beaucoup sont de fabricants inconnus et pour parvenir à retrouver leurs origines il faut parfois faire des recherches approfondies.

LES AVIONS

Triste actualité oblige, nous commencerons par deux avions militaires qui marquèrent la défense aérienne de l’OTAN pendant deux, voire trois décennies au temps ou l’URSS représentait une réelle menace pour l’occident et qu’une solide défense se justifiait.

Il s’agit du chasseur léger d’appui tactique Fiat G91 et du chasseur intercepteur supersonique Loockheed F-104 Starfighter baptisé « faiseur de veuves » par ses utilisateurs car il connu un nombre élevé d’accidents. Avec le recul, ces accidents n’étaient pas tant dû à un défaut de conception de l’appareil mais plutôt à ses performances pointues auxquelles les pilotes n’étaient pas habitués. Voici deux liens qui nous présentent l’histoire de ces deux machines (cliquer sur l’image).

         

Les deux maquettes ci-après en aluminium coulé ont été fabriquées par la défunte firme italienne FOMAER à diverses échelles. Le Fiat, réalisé à l’échelle du 1:48ème est moulé en une seule pièce (+ la verrière en plastique). Le F-104 Starfighter à l’échelle du 1:72ème est moulé en deux pièces (+ la verrière en plastique. Ces deux maquettes étaient produites essentiellement pour les bases aériennes et n’ont été distribuées que de manière confidentielle.

 

Après les zincs de l’OTAN et dans un souci d’équilibre, voici le premier avion civil russe à réaction. Fleuron de l’aviation civile soviétique des années cinquante, il s’agit du Tupolev 104 de l’Aeroflot.

Du temps de l’URSS, l’Aeroflot, une des plus anciennes compagnies aériennes fondée le 9 février 1923, était la plus grande du monde. Après le britannique De Havilland Comet, le Tupolev 104 fut le deuxième avion civil à réaction au monde (avant les américains). Pour connaître son histoire, cliquer sur la photo de droite.

Cette maquette, de fabricant soviétique inconnu et à l’échelle approximative du 1:72ème est réalisée en une pièce en métal plein bien lourd (plusieurs kg?). Inutile de dire qu’il s’agit d’une pièce absolument introuvable de nos jours.

Voici ci-après, une vraie fausse maquette de la compagnie aérienne AIR France. En fait cette maquette en métal est une production des années 2000 censée reproduire un Constellation des années cinquante utilisé par la compagnie française. Mais sa réalisation fait vraiment illusion et peut être un intéressant élément de décor. Du vrai faux vieux garanti ! Made in China ?

Enfin, pour clore ce bref chapitre aviation, voici un Boeing 737-800 en plastique d’une compagnie populaire bien connue et que l’on ne présente plus. Disponible en vente dans la plupart des aérogares, on trouve cette maquette également proposée hors taxe sur ses avions. Garanti made in China mais joliment réalisé à l’échelle peu encombrante du 1:144ème.

LES PAQUEBOTS

Voici incontestablement les maquettes les plus rares. En effet, si tous les avions présentés ci-avant ont aussi été abondamment reproduits par les grands fabricants de maquettes de diverses marques, ce n’est pas le cas des deux paquebots suivants.

Ces deux maquettes ont été réalisées dans les années soixante exclusivement à destination des agences de voyage et sont donc rarissimes. Leur fabricant italien aujourd’hui disparu, Modelcraft, était établi à Gênes. Les deux paquebots ont été en réalité, construits au chantier naval Monfalcone de Trieste et ont connu tous les deux une longue carrière.

  1. Le premier, le Stella océanis, a été offert par l’Italie à la Grèce pour réparation de guerre. Sa maquette, réduite à l’échelle du 1:220ème mesure 57 cm de long et a nécessité quelques menus travaux de restauration de la part de l’Oncle John.
  2. La seconde maquette, plus petite (30cm) représente l’élégant paquebot italien Oceanic. En réalité, ce paquebot était plus de deux fois plus long que le Stella oceanis. Ce dernier mesurait 105 mètres tandis que l’Oceanic mesurait 238 mètres. Ce sont leurs échelles de reproductions qui varient, l’Oceanic étant reproduit à l’échelle du 1:800ème. Lui aussi a demandé quelques travaux de restauration pour vous être présenté. Enfin, l’Oceanic a marqué une pierre dans l’histoire de la construction navale. C’est le premier paquebot équipé d’un magrodome (terme anglais) qui désigne le toit coulissant surplombant les piscines situées en haut au centre du navire. Et c’est aussi le premier paquebot avec les canots de sauvetage situés sur les ponts inférieurs. Ces deux caractéristiques sont désormais adoptées sur tous les paquebots actuels à l’élégance, comment dirais-je, pachydermique ?

Pour en savoir plus sur le paquebot italien Oceanic et sur sa restauration par l’Oncle John, cliquez ici. Ouverture d’un PDF lisible et/ou téléchargeable dans une nouvelle page qu’il faudra refermer pour revenir au présent article.

 

Oncle John

 661 total views,  6 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. RECTIFICATION :
    L’ARTICLE CI-DESSUS N’A PU EXISTER QUE PAR L’ONCLE JOHN QUI EN EST LE CONCEPTEUR, LE CREATEUR ET A ASSURE LA REALISATION DU TEXTE ET DE L’ICONOGRAPHIE.
    CACHOU N’A DONNE QUE QUELQUES CONSEILS DE SIMPLE PRESENTATION.
    Si je ne rends pas à César ce qui lui appartient, il va se retourner dans sa tombe… 😂
    Cachou

  2. Les modèles réduits permettent d’exposer un grand nombre de modèles. Pour exposer le même nombre en grandeur réelle, on manquerait de place. Merci pour cet article et ces photos. Je connais un autre faiseur de veuves, un certain monsieur M.le tueur silencieux à la seringue, le roi du looping électoral.

    • « …le roi du looping électoral » qui a fait danser surtout les rois des cons qui sont très nombreux dans le nouveau pays Islafrance : 20,7 millions.

Les commentaires sont fermés.