Les 18/24, ces « adulescents » qui ont voté Macron à 68 %

La panoplie vestimentaire de l’ « adulescent » prisonnier de son imaginaire, incapable de s’approprier le réel (collection Celio).

Ils n’arrivent pas à quitter l’enfance, sont narcissiques et incapables d’aimer et de vouloir défendre quelque-chose qui les dépasse comme la Patrie.

Ils sont complètement perméables au matraquage médiatique, incapables de penser par eux mêmes ou de s’engager et n’ont aucune espèce de conscience politique.

Cette tranche d’âge vote donc à pratiquement 70 % pour Macron.

Qui sont ces « adulescents » ?

Ce concept d’adulescent est une contraction des mots adulte et adolescent.

Il exprime, d’une part, des adultes qui s’identifient aux adolescents pour vivre ; d’autre part, des jeunes qui ne parviennent pas à renoncer aux hésitations de l’adolescence pour accéder à un autre âge de la vie.

Le phénomène est amplifié et nourri par la psychologie médiatique, qui innerve les esprits actuels et l’univers virtuel que développent les jeux vidéo et l’Internet.

Voici la dernière campagne de la marque d’habillement Celio qui illustre le phénomène. Les gens du marketing ont parfaitement identifié  leurs cibles.

A 20 ans passés, l’adulescent est censé rêver de ressembler à un héros de dessin animé japonais et se faire plaisir en achetant ces vêtements. 

 

Quoi qu’on en pense, les normes de l’adolescence ont envahi la vie sociale.

La liste suivante, non exhaustive, est éloquente en ce sens : la subjectivité est dominante, l’émotionnel se substitue au rationnel, l’imaginaire devient plus important que le réel, une vision ludique et médiatique de la vie professionnelle s’affirme.

Le phénomène Loft Story et Star Académie est significatif du fait que chacun veut être sa propre vedette, son propre héros, avec le besoin d’être reconnu médiatiquement là où le sujet ne parvient pas à se reconnaître dans ce qu’il vit au quotidien. De nombreux jeunes, influencés par les normes médiatiques, se voient : chanteur, danseur, musicien, dessinateur de B.D., sportif, graphiste, journaliste, décorateur de spectacle, cinéaste, moniteur de ski… Bref, on « veut faire célèbre », comme disait récemment un jeune de 20 ans.

Une société qui entretient l’immaturité.

L’éducation, dans son légitime souci de veiller à la qualité relationnelle avec l’enfant, a été trop centrée sur le bien-être affectif, parfois au détriment des réalités, des savoirs, des codes culturels et des valeurs morales, n’aidant pas les jeunes à se constituer intérieurement.

Ils sont davantage dans une expansion narcissique que dans un véritable développement personnel ; ce qui donne souvent des personnalités certes plastiques et sympathiques, mais aussi parfois superficielles, voire insignifiantes, et qui n’ont pas toujours le sens des limites et des réalités.

Ces jeunes se mettent en quête de relations et de situations qui leur rappellent la relation qu’ils ont vécue avec leurs parents et des adultes qui ont tout fait pour leur éviter de manquer de quoi que ce soit.

Ils ont ainsi du mal à se différencier et à se détacher de leurs premiers objets pour faire leur vie.

Grandir implique de se séparer psychologiquement, de quitter son enfance et son adolescence ; mais, pour beaucoup, cette séparation est difficile parce que les espaces psychiques entre parents et enfants sont confondus.

Le témoignage de Laurent, vingt-huit ans, marié et père d’un enfant, est significatif :

Je suis classé comme un adulte, mais je ne me reconnais pas comme tel et je ne me sens pas concerné par le monde des adultes. J’ai du mal à m’approprier cette dimension. Pour moi, les adultes, ce sont mes parents. Je suis en contradiction avec moi-même : intérieurement, je me vis à la fois comme un enfant ou un adolescent, avec des angoisses terribles ; et, en même temps, à l’extérieur, je suis déjà un adulte et considéré comme tel dans mon travail. Rien dans la société ne nous aide à devenir adultes.

Jeune couple des années 1960 : ancrés dans le réel,  les jeunes pensaient à faire LEUR vie, se projetant dans l’avenir.

https://www.cairn.info/revue-etudes-2003-7-page-37.htm#no6

 1,229 total views,  3 views today

image_pdf

38 Commentaires

  1. C’est tout à fait comme ça que je vois les jeunes d’aujourd’hui de manière générale, immatures, égoïstes, laxistes, dépendants de leurs parents, socialo-communistes, poltrons, fiers, vivent dans la fiction et le paraître, bref une jeunesse bien différente de la nôtre, il ne reste plus que l’islamisation pour les rendre irrécupérables ?

  2. HORRIBLE, MAIS VOULU PAR LE SYSTEME POUR INFANTILISER ET RENDRE LES GENS DE PLUS EN PLUS CONS.

    C’EST POUR CELA QU’ON LEUR MET UN SMARTPHONE DANS LES MIANS DES LE PLUS JEUNE AGE, POUR LES CONDITIONNER.

    CECI DIT, CE N’EST PAS VRAI: LES ELECTIONS ET LES SONDAGES ETAIENT TRUQUES.

    AU 1ER COMME AU 2EME TOUR. LES ATTARDES MENTAUX QUE VOUS PRESNETEZ ONT SURTOUT VOTE MELENCHON ET AUSSI PAS MAL CHEZ LEPEN.

    LE RESULAT BIDON 58% / 42%, UN SCORE DE REPUBLIQUE BANANIERE, EST DEMENTI PAR LES FAITS: https://twitter.com/Le_petit_sage/status/1518428621316276224

    FRAUDE MASSIVE, MACRON N’A JAMAIS PASSE LE 1ER TOUR.

  3. Ils verront bien, tous ces merdeux attardés, quand ils vont devoir répondre l’ordre de mobilisation pour aller faire la guerre à µmicron qu’ils ont largement contribué à élire. Il faut assumer sa connerie…

  4. A 18 ans j’étais ouvrier qualifié je travaillais 8 h par jour plus le samedi matin et j’étais beaucoup moins con que les brelles du même âge d’aujourd’hui leur Smartphone greffé a la main …je reste poli !

    • à 18 ans je bossais depuis 4ans. pas de téléphone portable(ça n existait pas) mes déplacement je les faisais à vélo. nous faisions jusqu’à 50 heures par semaine et personne ne se plaignait nous étions contentes la paye était meilleure . maintenant pas plus de 35h la retraite à 60 ans (depuis Mitterrand ) le vol et le trafic de drogue marchent fort et on prétend que c est nous les macaronistes! ql horreur micron et méchancon

  5. terrifiant…………….

    et il semble que dans les années 60 a voir la fille circuler pieds nus ON EN DEDUIT QUE LES RARISSIMES CHIENS NE CHIAIENT PAS DANS LA RUE……ni les africains en faisaient autant comme de cracher par terre

    • en 60 j avais 14ans on aurait pu marcher ds les rues effectivement . les rues étaient propres et les chiens ne se promenaient pas seuls ds les rues . je regrette vraiment cette période .on avait le droit de travailler à 14ans et il y avait du boulot pour tous sans agence interim et sans cv et surtout majorité a 21ans donc pas droit de voter si on était pas « mure » 18ans les jeunes pensent « portables et jeux vidéos  » et bien plus tard aussi

  6. 2/2 Il y a d’autres sous-genres, comme évoqué par Emilie avec le yaoi et le yuri (les relations homo masculines et féminines) mais il faut savoir que les Japonais n’ont pas le même rapport avec ces relations que nous Occidentaux. Les gamines d’aujourd’hui se servent de ces genres pour idéaliser une fiction qui ne sera jamais réelle.
    Pour ma part, grâce à des anime comme « Olive et Tom », « Jeanne et Serge », « J’aime la gym », je me suis intéressée au sport et j’avais envie de faire partie d’un club. Avec « Les Chevaliers du Zodiaque », j’ai développé l’amour de la mythologie grecque et lu au moins 15 fois l’Iliade et l’Odyssée. Sans parler des classiques de la littérature occidentale que les Japonais ont mis à l’honneur : Rémi sans famille, Princesse Sarah, Niels Holgersson, et même Candy, sont tirés de romans.
    Aujourd’hui encore, je lis des mangas et regarde des anime. Je joue aux jeux vidéos mais je ne suis pas une irresponsable qui reste ado dans ma tête. Ça, c’est l’éducation qui fait de ces « adultes » des adulescents. Ils n’ont pas été responsabilisés et ce n’est pas la faute des anime ou des mangas.

  7. 1/2 Pardonnez-moi de ne pas être de cet avis pour une fois.
    Je suis de la génération Club Do, avec une enfance bercée par les anime venus du pays du Soleil Levant.
    Aujourd’hui encore, j’éprouve beaucoup de tendresse pour ces séries qui ont bercé mes jours d’enfant. Leur mauvaise réputation vient malheureusement d’une approximation que font les Occidentaux, à savoir qu’un dessin animé est forcément destiné aux enfants. Les Japonais ne fonctionnent pas de cette manière : ils ont des anime pour chaque génération, avec des conditions de diffusion strictes. Pas question de diffuser un anime destiné aux plus grands aux heures d’écoute des plus jeunes.
    Certes, les scénarios ne volent pas souvent haut, mais les messages véhiculés sont pratiquement les mêmes suivant le genre.
    Pour un shônen (jeunes garçons), c’est souvent affronter ses faiblesses, savoir se dépasser, l’importance de l’amitié. Pour un shôjô (jeunes filles), ce sont des romances avec les difficultés à l’école, ou au collège. Il y a les seinen pour les adultes avec des histoires sombres, et les H (ça, c’est interdit au -18 ans).

    • A 51 ans, je suis de la génération Goldorak/Albator/Candy, ai fait des études très honorables et suis tout à fait de votre avis. Quoique issu d’un milieu de « droite modérée » et ayant des idées « nauséabondes depuis le collège », j’étais tout de même un peu étonné sur l’accent mis sur l’honneur dans la série « Olive et Tom » que je n’étais plus en âge de regarder (et qui ne m’intéressait de toute façon pas par son sujet footballistique). Vive la Japon, seul pays à avoir subi une attaque nucléaire, porteur d’une culture admirable, Rei !

  8. Et oui …des héros de 20 ans voir moins sont morts au siècle dernier dans les tranchées de la somme et d’autres 2 décennies plus tard dans les Ardennes puis le maquis… Pour donner le droit à ces  » jeunes cons  » ( sauf exceptions rares) de porter des t shits de mangas et de traiter les patriotes de fachos… C’est a vomir

    • Tout ça n’arrive pas par hasard, bien sûr. Abêtir le peuple pour avoir un cheptel obéissant et incapable de comprendre, doc de remettre en cause ce qui lui arrive est un programme qui remonte à plusieurs générations au moins. Le frère d’Aldous Huxley avait un haut poste à la Société des Nations (ONU de l’époque) et avait certainement eu accès à des informations, d’où il a tiré « Le meilleur des Mondes ». C’était l’avis des deux auteurs d’un livre sur lui interviewés il y a quelques années sur TV Libertés.

  9. Merci de cette analyse qui reflète très bien la réalité du monde dans lequel nous vivons. Et que penser du devenir des enfants de ces grands ados ? Ils sont surprotégés dès la naissance, sur les conseils des puéricultrices imprégnées de F. Dolto, des réseaux sociaux et des émissions (Les maternelles) : pour être une bonne maman : allaitement obligatoire (si maman travaille, elle tire son lait dans des biberons pour les donner à nounou). Dans la journée, à la maison : portage façon africaine ; la nuit : cododo entre maman et papa (on oublie les risques d’étouffement). Impensable que BB reste seul plus de cinq minutes. Quand BB grandit, il est le roi, il a tous les droits, même celui de mettre des baffes à ses parents ou de leur tirer les cheveux par poignées. Pas de réprimandes. La plupart de ces chérubins sont très mal éduqués, mais ne sont pas responsables. Quand vient le temps de la scolarité, les choses se compliquent. Hélas, c’est déjà trop tard pour redresser la barre. Bon courage aux enseignants.

  10. On appelle aussi ça des « fins de race », en langage intemporel.
    Quant aux diplômes, ne vous laissez pas impressionner. Je fais/faisais passer le bac. Ce n’est plus que le « chiffon » dont parle Jean-Paul Brighelli. Une odieuse escroquerie. Le décalage se répercute plus haut. Ne vous laissez pas impressionner par les « bac +. C’est d’ailleurs quand on a commencé à s’exprimer en ces termes, de mémoire à partir des années 90, que l’inflation pédagogique a débuté.
    https://infovf.com/video/ecole-fabrique-des-consommateurs-semi-illettres-zoom-jean-paul-brighelli-tvl–12416.html

  11. ils n’ont jamais connu que le confort de l’eau chaude et l’absence de contrainte : qu’arrive le castriste islamisé, et ils vont voir ce qu’est l’extrême gauche jamais diabolisée mais toujours encensée

  12. Ils ne vont pas tenir le choc et seront balayés… Sauf un tiers environ qui se durcira et apprendra dans l’adversité.

  13. Ensuite, il y a le stade post-ado. Un ex de ma fille est comme çà, il se comporte à 35 ans comme un gars de 20-25. Quasi aucune maturité, aucune conversation, aucun avis politique sinon aller au plus offrant, fiche sa boite en l’air, mais fume, court, joue, boit, il ne se drogue pas c’est quand même çà…Heureusement ma « puce » l’a quitté, enfin !

  14. Juste ceci avec des baltringues infantilisés à outrance ,et les jeunes générations qui arrivent seront du même acabit ou pire , avec ça la France est sauvée !

  15. Ces « adulescents » votent comme ils ont été élevés, donc rien d’extraordinaire ! La France est en perdition pour de nombreuses raisons, blablater ne sert plus à rien, il faut passer aux actes !

  16. (Partie 6)

    Il y a des mangas très biens, qui se basent sur des faits historiques, et qui pourraient permettre à certains de réfléchir bien comme il faut, et de se remettre en question si besoin…
    (« RAINBOW », par exemple, de George Abe et Masasumi Kakizaki.)
    Mais ça n’intéresse pas les jeunes, qui – même une fois adultes – semblent préférer voir des orphelins tragiques avec des supers-pouvoirs… (« Naruto », justement, par exemple…)

    (…Déjà vu un gosse prétendre être très stupide pour pouvoir imiter des personnages de fiction, et se faire des amis?
    Triste, mais c’était MOI avant, dans toute mon immaturité d’enfant : je croyais qu’en imitant San Goku de « Dragon Ball », Son Goku de « Saiyuki », Seiyar des « Chevaliers du Zodiaque », etc… je pouvais me faire des amis facilement en prétendant être aussi stupide et naïve qu’eux, parce que EUX, ils avaient des amis, et la stupidité comme seul point commun apparent!
    J’avais l’excuse d’être petite, mais si je n’avais pas mûrie… bon Dieu, serais-je une « adulescente »?! Aurais-je alors voté pour Macron?!!)

    • Votre long témoignage est très interessant.
      Et vous avez raison, il ne faut pas généraliser à outrance ni sur les personnes ni sur les faits. Les causes sont multiples.
      Personnellement je me suis ouverte au monde à travers la lecture, et mes premières identifications ET informations sur le monde ont été dans la bibliothèque rose, verte, ET LES BANDES DESSINEES américaines genre Bleck-le-rock etc. Je suis hautement diplômée.
      Mes enfants ont regardé les Chevaliers du Zodiaque et Cie, et sont des hommes hyper intelligents etc.
      Il ne faut surtout pas avoir honte. On attrape l’information et le savoir comme on peut où on peut, et les responsabilités sont multiples et inégales.

      • ………… Bleck-le-rock

        AAAAHHHHHH!

        souvenirs, souvenirs…………comme foxie et croa…….ou Rahan et connan le barbare – , pas encore devenu Connard le barbant

        • Mille alambiques!!! ado je lisais « Garry », les exploits d’un « marine us » dans le pacifique contre les japonais… et puis « Jim Ouragan » un cow-boy (ex-sudiste) dont u épisode avait attisé ma curiosité: la guerre des français de l’empereur Maximilien avec les texans.

  17. (Partie 5)

    Il y a bien un problème d’immaturité chez les jeunes, mais… ça vient plus d’un CHOIX qu’autre chose : ne pas réfléchir, ne pas faire de recherches, ne pas se renseigner donc… c’est un choix.
    …Etablir ses valeurs personnelles en fonction de ce qu’on voir dans les fiction… ça aussi, c’est un choix.
    Ne pas grandir – et on peut continuer à mûrir tout en lisant des mangas pour le restant de ces jours -, c’est un p*tain de CHOIX.
    (J’insiste.)

    Le problème, c’est que ces jeunes qui VIVENT dans la fiction… qui veulent vivre une FANFICTION (parce que c’est ça)… ils ne comprennent ni n’assimilent les valeurs de notre culture, de nos parents et grand-parents… et ils ont donc le cerveau tellement retourné que, si ils VOTENT, ils votent alors pour le « tout tolérance », sans VOIR que tolérer tout et n’importe quoi est quelque chose de MAL.

  18. Bel article, mon cher Jules. Bien charpenté, illustré, chapeau. Et Bravo ! Et merci !

  19. (Partie 4)

    Pourtant grande amoureuse de tout ce qui est bandes-dessinées… je ne connaissais pas ce terme : « ADULESCENT »?
    …C’est tout nouveau, ou bien on ne vit pas dans le même monde?

    Pourtant jeune, sans amour romantique – et donc sans enfants (pas avec Macron au pouvoir : je ne suis pas folle!!), et vivant avec mes parents (pas le choix : état de santé oblige)…
    …pourtant tellement amoureuse du 2D que je me suis moi-même mise ET réfugiée dans le DESSIN…
    …je suis patriote, Française de coeur plus que de sang – mais qu’importe!… et me sens parfaitement ADULTE?

  20. (Partie 3)

    …Les filles qui sont « fans de YAOI » refusent généralement de voir ET que la propagande LGBT fait plus de mal que de bien aux jeunes, ET que les gosses ne devraient PAS se voir sexualisés de la sorte dans leur enfance ou dans leur adolescence…
    Elles veulent tellement montrer qu’elles sont tolérantes et qu’elles acceptent l’idéologie LGBT qu’elles s’en servent de modèles… alors que profondément, elle veulent simplement FANTASMER : pour faire simple, elles ont le cerveau rempli de SEXE.

    J’ai moi-même toujours défendu l’homosexualité face à une homophobie plus méchante qu’autre chose, mais… quand j’étais adolescente, je m’y prenais agressivement… parce que je n’avais jamais réfléchi au fait que je m’y prenais MAL, que les « homosexuels » n’avaient pas besoin de MOI pour les défendre, et qu’ils ne m’avaient – en plus – absolument JAMAIS rien demandé.

    (Je m’éloigne du sujet, mais c’est pour dire qu’un ado’, même intelligent, n’a pas forcément la compréhension du monde d’un adulte, et que ses bons sentiments ne suffisent pas à légitimiser ses valeurs et/ou ses combats.)

  21. (Partie 2)

    L’immaturité et l’incompréhension de tout ce qui est politique en rajoute bien dans la dérive morale des jeunes…
    …On peut pourtant apprécier une oeuvre sans chercher à en imiter les personnages dans la vraie vis… et je ne parle pas du « COSPLAY », mais bien de « VALEURS »!

    …Parlons MANGAS : certains doivent connaître les termes « YAOI » et « YURI »?

    Rien de mal à ça, mais pour faire SIMPLE : « YAOI » = « relation sexuelle entre garçons/hommes », et « YURI » = « relation sexuelle entre filles/femmes ».

    Je ne déconne pas quand je dis que beaucoup de filles d’aujourd’hui fantasment tellement sur le YAOI qu’elles VEULENT/IMAGINENT voir des relations homosexuelles entre garçons/hommes dans la vraie vie…

  22. (Partie 1)

    Bonjour.

    Oui… j’ai pu constaté ce problème dans mon adolescence : je tenais un blog de dessins, et je parlais à beaucoup de jeunes qui étaient tellement influencés par la fiction ET leurs fantasmes qu’ils s’en servaient comme modèles et valeurs pour la vraie vie.

    IRL, j’ai eu une copine de collège qui se prenait pour Naruto : elle l’imitait en prétendant que les valeurs de Naruto – le personnage – étaient ses valeurs à ELLE… mais SANS dire qu’elle se prenait pour lui! (Mais tout le monde le savait, car tout le monde connaissait Naruto…)
    Le problème, c’est que cette fille est allée tellement LOIN dans ses fantasmes que, pour se donner un air de « héroïne tragique », elle avait fini par se prétendre dépressive – se plantant le compas dans le poignet EN PLEINS COURS -, et racontait que ses parents, qui la gâtaient pourtant au point d’avoir fait construire une piscine UNIQUEMENT à sa demande, étaient extrêmement sévères avec elle, l’empêchaient de dormir pour la forcer à étudier, et… ils la maltraitaient presque, à l’écouter! Ce qui était FAUX!!
    …On imagine la conneries des gosses?!! Tout ça pour vivre une FICTION!

    • Merci Emilie, vous nous apprenez plein de choses sur le monde des mangas !

  23. Avec ça, la France est bien montée pour affronter l’avenir : des LGBT, fumeurs de joints ou pire, alcoolisés souvent, pro-migrants pour la plupart,souvent incultes, youtubeurs entre autres, abrutis par la publicité, les jeux vidéos, on va droit dans le mur. Avec ces mous du cul, la France est foutue!

  24. Ils en reviendront. Même moi j’ai manifesté (une seule fois) contre le FN au lycée (pendant une heure de permanence) et là j’ai été horrifié de voir ces jeunes amoureux de la démocratie traiter de facho tous ceux qui le long du cortège osaient leur répondre qu’ils avaient voté Le Pen, et même une bande de loubards maghrébins à peine entrés dans l’adolescence essayer de retourner une voiture qui voulait passer avec le conducteur dedans.

    Et lorsque je me suis retourné pour dire aux rejetons de profs gauchistes avec qui j’étais venu qu’il faudrait peut-être les arrêter parce que c’est vraiment abusé, ils m’ont répondu que le type l’avait mérité parce que c’est un facho. Donc voilà le niveau d’embrigadement et d’analyse politique auquel on a à faire chez ces jeunes, mais après ça je m’en suis retourné bien dégoûté vers mon lycée, et je n’ai plus jamais participé à aucune manif.

    • C’est vrai que nous avons tous été jeunes et probablement manipulés.
      Certains savent utiliser les bonnes intentions pour les détourner à leur seul profit.

      • Enfin pour dire que l on a des Trolls sur ce site colle lucca, bati, cooper et autres ténias. Tout part en vrille.
        De mon temps c était bien diffèrent.
        Mauvaise note et irrespect a nos profs, \a bardait.
        Le père nous mettait une toise maison.
        On avait pas de portable a l époque mais a 7 ans on savait lire, écrire et compter.
        Beaucoup de jeunes ne savent pas qu’ils ont 5 doigts.
        De mon temps il y avait les bonnets d ânes pour les cancres.
        Les cancres sont bachelier de nos jours.
        Triste fin de civilisation.

1 Rétrolien / Ping

  1. Les 18/24, ces « adulescents » qui ont voté Macron à 68 % | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.