« Barbarians », d’après le roman historique de Gogol « Taras Bulba » sur les cosaques d’Ukraine

CINÉMA, RÉCIT HISTORIQUE

Barbarians, 2009

Le film est un excellent outil d’approche pour qui s’intéresserait à l’histoire de la région de l’Ukraine.

En 1839, le dramaturge russe Nikolai Gogol rendait un hommage au peuple cosaque, symbolique incarné du patriotisme russe, avec Taras Bulba, sorte de drame Shakespearien à la sauce slave.

Pour la première fois – et de façon magistrale! – Nikolai Gogol s’essayait à l’écriture d’un roman, à partir d’une de ses nouvelles, écrite en 1835.

Dans Taras Bulba, en nous invitant à suivre les actes héroïques d’un hetman (capitaine cosaque) issu de son imagination, l’auteur nous invite sur les bords du Dniepr, dans une Ukraine postmédiévale, à la découverte des cosaques Zaporogues.

Première véritable cosaquerie, cette organisation militaire et sociale particulière, née du besoin d’un peuple bigarré à assurer sa survie, est ici bien sûr fortement idéalisée par la plume poétique d’un dramaturge qui mêle faits historiques et légendes (par exemple, la lettre des Zaporogues, dirigés par l’otaman Ivan Sirko, au sultan de Turquie Mehmed IV est un mythe dérivé d’un fait « présumé » historique qui s’est déroulé en 1678, soit plus de cent après la période exploitée dans le film).

Barbarians (Russie-Ukraine-Pologne / 2009)

Bande annonce : 

 

Titre original : Taras Bulba

Le film en question se trouve avec comme titre « Barbarians », en anglais The Conqueror, allez savoir pourquoi ….
Réalisation : Vladimir Bortko
Scénario : Vladimir Bortko, d’après le roman de Nikolai Gogol
Avec : Bogdan Stupka (Taras Bulba), Igor Petrenko (Andriy Bulba), Vladimir Vdovichenkov (Ostap Bulba), Magdalena Mielcarz (Panna Elzhbeta)

De par sa reconstitution assez précise des us et coutumes des peuples cosaques et une exploitation assez fidèle du contexte historique et religieux (la région de l’Ukraine à la fin du XVIème siècle et du courant du 17ème siècle, et les luttes incessantes des Zaporogues contre leurs voisins: Tatars de Crimée, Turcs Ottomans et tuteurs lituano-polonais de confession catholique), Taras Bulba peut raisonnablement être appréhendé comme un véritable roman historique – prenant toutefois quelques libertés, notamment chronologiques.

Taras Bulba s’est vu honoré de nombreuses adaptations cinématographiques et télévisuelles.

La plus connue est, bien entendu, la version hollywoodienne de Jack Lee Thompson (Taras Bulba – 1962), qui proposait toutefois un personnage principal (incarné par Yul Brynner) assez éloigné de la vision de Nikolai Gogol et un Andriy Gogol (Tony Curtis) aux fausses allures de jeune premier. Le film n’était non plus guère rigoureux, historiquement parlant, en matière de costumes et de décors, avec des cosaques évoquant plus des Tatars (voire des Mongols) que des cavaliers de Zaporoguie.

On peut d’ailleurs lui préférer la version « spaghetti » de 1963 scénarisée par le spécialiste Ennio de Concini et réalisée par Ferdinando Baldi.

Plus dramatique, avec de belles séquences de bataille, ce sympathique film (l’un des meilleurs de Baldi) s’appuie de plus sur une belle performance de Vladimir Medar (Néron dans Rome en flamme).

Mais, à ces deux classiques, les puristes préféreront sûrement l’adaptation de 2009, réalisée par le russe Vladimir Bortko et sorti dans l’Hexagone en DVD et Bluray sous le titre (idiot) de Barbarians (éditions Condor, juillet 2011).

Lien streaming   https://tv.movizland.biz/film/historique/9812-barbarians.html

Les forces impériales polonaises viennent d’enfoncer les frontières du royaume. Pour contrer l’invasion, les Cosaques, une armée de guerriers rebelles redoutés de tous, est mobilisée. A leur tête, Taras, un chef de guerre entré dans la légende pour ses faits d’armes. Alors que les Cosaques assiègent la cité de Doubno pour la libérer, Taras découvre que son fils Andrei vient de le trahir en prenant le commandement des forces polonaises. L’honneur de la famille et la destinée du pays vont se jouer au cours d’une sanglante bataille fratricide où seul l’un d’eux survivra .…

https://tortillapolis.com/critique-film-barbarians-vladimir-bortko-2009/

https://anspessade.wordpress.com/2014/07/25/barbarians/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tarass_Boulba_(film,_2009)?msclkid=4c7a6218b4ab11ec937798a8161697bd

 6,134 total views,  3 views today

image_pdf

1 Commentaire

  1. Il est clair qu’avec un tel titre, on ne se doute pas qu’il s’agit de Taras Boulba.
    C’est à la mode les barbares, le titre est fait pour attirer les ignares en quête de guerre et de violence.

Les commentaires sont fermés.