La  « République exemplaire » de Macron : un quinquennat de pieds nickelés…

 

Manifestement, La République en Marche se conjugue mal avec la « République exemplaire ». 

2017 :

« La justice est au cœur du projet que nous portons », déclarait Macron lors de la présentation de son programme. « Nous voulons les mêmes règles pour tous, quelque soient les statuts. Nous voulons des dirigeants responsables, exemplaires et qui rendent des comptes », affirmait le fondateur d’En Marche.

 

Macron avait promis « une République exemplaire ». 

Non seulement rien de tout cela n’a été respecté, mais une trentaine de ses proches  ont été mouillés pendant le quinquennat par des affaires en tout genre.

Rappel.
Laetitia Avia

 

Assemblée nationale

N’oublions pas Laetitia Avia qui mord les taxis et est visée par une enquête pour « harcèlement moral ».

Députée, elle est mise en cause pour l’agression d’un chauffeur de taxi en 2017, et trois ans plus tard par cinq de ses anciens assistants parlementaires pour des propos racistes, sexistes, homophobes et violents.

 

François Bayrou

Gouvernement

Le patron du MoDem, éphémère ministre de la justice recasé haut-commissaire au plan après sa mise en examen, se débat depuis plus de quatre ans dans l’affaire des assistants parlementaires de son parti au Parlement européen. L’enquête est aujourd’hui terminée, menaçant le centriste d’un renvoi devant le tribunal.

 

Alexandre Benalla

Élysée

L’affaire Benalla – qu’on a un peu oubliée avec la Covid, l’Ukraine, et le McKinseyGate, ne fut qu’un avant-goût de ce que nous a réservé ce quinquennat de pieds nickelés…

Chargé de mission à l’Élysée, il a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, notamment pour les violences commises le 1er mai 2018 et l’usage d’un passeport diplomatique. Il a fait appel du jugement. Il est aussi mis en cause dans une enquête sur des soupçons de corruption autour d’un contrat de sécurité signé entre l’oligarque russe Iskandar Makhmudov et l’ancien gendarme Vincent Crase.

 

Jean-Jacques Bridey

Assemblée nationale

Celui qui présidait jusqu’en 2019 la commission de la défense à l’Assemblée nationale a profité pendant plusieurs années de frais de bouche exorbitants. Pire : il s’est même fait rembourser deux fois des repas fastueux, aux frais de ses administrés. Les investigations judiciaires portent aussi sur 100 000 euros d’indemnités d’élu que le député LREM est soupçonné d’avoir touché indûment lorsqu’il était encore au PS.

 

Benjamin Griveaux

Depuis le scandale de la vidéo à caractère sexuel qui lui a coûté la course à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux se fait tout petit. L’ancien porte-parole de l’Elysée, qui a décidé de mettre un terme à sa carrière politique, a gardé des liens avec Emmanuel Macron, l’un de ses soutiens pendant la tourmente…

Agnès Buzyn

Gouvernement

L’ancienne ministre de la santé a été mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui » dans l’enquête de la Cour de justice de la République sur la gestion de la crise sanitaire. Elle a été placée sous le statut de témoin assisté pour les soupçons d’« abstention de combattre un sinistre ».

 

Gérard Collomb

Gouvernement

Une enquête judiciaire a été ouverte contre l’ancien ministre de l’intérieur pour un possible « détournement de fonds publics ». Son ex-compagne aurait bénéficié de plusieurs emplois municipaux depuis plus de vingt ans. L’enquête préliminaire pour l’utilisation de fonds publics pour financer des meetings d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle 2017 a été classée sans suite.

 

Gérald Darmanin

« Calmez-vous madame, ça va bien se passer… »

Gouvernement

Dardmalin, arrogant, misogyne et propagandiste!

Harceleur et pourtant ministre! Un scandale de plus pour Macron!

Deux femmes ont expliqué que le ministre de l’intérieur avait abusé de son pouvoir quelques années auparavant, en faisant des promesses d’aides afin d’obtenir des faveurs sexuelles. L’une d’entre elles a déposé plainte pour viol : le parquet de Paris a requis un non-lieu dans cette affaire.

Non-lieu pour Gérald Darmanin dans son affaire de viols et de harcèlements sexuels et pourtant il y avait des SMS comme preuves. Il ne faut pas avoir les lèvres gercées avec notre belle justice française.

 

Jean-Paul Delevoye

 

Gouvernement

Haut-commissaire à la réforme des retraites puis ministre, il a été condamné à quatre mois de prison avec sursis dans le cadre d’une procédure de plaider coupable. Il avait omis de déclarer de nombreuses activités à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique et reconnu de « multiples erreurs ».

Celui qui voulait importer 50 millions d’étrangers pour notre bien…

François de Rugy

 

Gouvernement

Président de l’Assemblée nationale puis ministre de la transition énergétique et numéro 2 du gouvernement, il démissionne le 16 juillet 2019 : il a organisé de coûteux dîners privés aux frais de l’État (qu’il a dû en partie rembourser), fait des travaux de confort dans son appartement de fonction, a habité un logement où il n’a pas le droit d’habiter (dispositif Scellier social) et a fait un usage irrégulier de ses frais de mandat.

 

Éric Dupond-Moretti

Gouvernement

Le ministre de la justice est mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » – une première dans l’histoire de la Cinquième République. Il est soupçonné d’avoir dévoyé les moyens de sa charge à des fins personnelles, par pur esprit de vengeance à l’encontre de magistrats anticorruption qu’il avait eu à combattre dans sa vie d’avocat.

 

Olivier Dussopt

 

Gouvernement

Secrétaire d’État en charge de la fonction publique, il a été promu ministre délégué chargé des comptes publics, bien qu’il se soit fait offrir en 2017 des œuvres d’art par une entreprise en affaires avec sa municipalité. Pris la main dans le sac, il a restitué les œuvres. La justice a ouvert une enquête pour « corruption » et « prise illégale d’intérêts ».

 

M’jid El Guerrab

Assemblée nationale

Les gueules de Brutor épaisses de la macronie.

Déjà la mâchoire fait peur. Après le mordant de Laetitia Avia ! LREM, La Rage Emmerde & Méchante

Le député est mis en examen pour avoir « volontairement commis des violences ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours », et ce, avec « une arme par destination », en l’occurrence un casque de moto, dont il se serait servi pour frapper le député PS Boris Faure.

Comment se fait-il que le député (et toujours candidat) M’jid El Guerrab, membre de la commission contre les groupuscules d’extrême-droite n’ait jamais démissionné alors qu’il a mis dans le coma le socialiste Boris Faure à coups de casque en pleine rue ? République exemplaire ?

 

Nathalie Elimas

Gouvernement

Accusée de harcèlement moral par une demi-douzaine de membres de son cabinet, l’ex-secrétaire d’État chargée de l’éducation prioritaire, évincée du gouvernement le 5 mars 2022, est visée par une enquête ouverte par le parquet de Paris.

 

Richard Ferrand

Assemblée nationale

Ministre de la cohésion des territoires puis président de l’Assemblée nationale, il est mis en cause dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne pour prise illégale d’intérêts. Il s’est impliqué personnellement dans l’affaire immobilière conclue par sa compagne avec les Mutuelles de Bretagne, alors qu’il en était le directeur général.

 

Laura Flessel

 

Gouvernement

Ministre des sports, l’ex-championne d’escrime quitte le gouvernement après que le fisc a découvert des manquements déclaratifs de la ministre concernant une société de droit à l’image. L’administration fiscale a saisi la Commission des infractions fiscales pour que des suites judiciaires soient données à l’affaire.

 

Sylvie Goulard

Gouvernement

Ministre des armées, elle démissionne en raison de l’affaire des assistants parlementaires du MoDem au Parlement européen. Enquête qui lui vaut aujourd’hui une mise en examen pour « détournement de fonds publics ».

Est-ce qu’on réalise bien que Sylvie Goulard gagne à la Banque de France grâce à Emmanuel Macron 292.000 euros par an avec la prime logement, soit 16 SMIC par an payés par l’argent de tous les Français?

 

Alain Griset

Gouvernement

Ministre français délégué aux petites et moyennes entreprises, il démissionne après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir dissimulé une partie de son patrimoine.

 

Nicolas Hulot

Gouvernement

Ministre de la transition énergétique, il est l’objet d’une enquête sur des violences sexuelles. Mais ce n’est que quelques années plus tard que de nouvelles révélations et l’ouverture d’une enquête judiciaire le conduisent à se retirer définitivement de la vie politique.

 

Sandrine Josso

Assemblée nationale

En 2018, la députée LREM de Loire-Atlantique a demandé à son assistante de lui prêter 10 000 euros en contractant un crédit à la consommation. Elle ne l’a pas remboursée. La justice a ouvert une enquête pour « abus de confiance ».

 

Alexis Kohler

Élysée

Une information judiciaire vise le secrétaire général de l’Élysée, soupçonné de conflits d’intérêts en raison de ses liens avec l’armateur italo-suisse MSC. La plainte d’Anticor a été déposée pour « faux et usage de faux » et « omission substantielle de ses intérêts ». Le président Macron est intervenu par un courrier de soutien dans la procédure judiciaire, mettant à mal la séparation des pouvoirs.

 

Mustapha Laabid

 

Assemblée nationale

Le député LREM a été condamné par la cour d’appel de Rennes à huit mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité pour « abus de confiance » : président de l’association rennaise Intermède, qui œuvrait pour l’insertion des jeunes, il a utilisé pour 21 545 euros de fonds de l’association à des fins personnelles.

 

Sébastien Lecornu

Gouvernement

Le ministre des outre-mer se trouve au cœur d’une enquête judiciaire ouverte pour « prise illégale d’intérêts » et « omission de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ». Comme président du département de l’Eure, il a approuvé plusieurs délibérations de la collectivité ayant trait à la Société des autoroutes Paris-Normandie, société dans laquelle il touchait des jetons de présence.

 

Brigitte Macron

Élysée

Pour protéger son couple étrange, Macron a fait appel à Mimi Marchand, une ancienne proxénète, affiliée au grand banditisme, multirécidiviste…(Cf sa fiche wikipédia)

Encore un scandale que la presse tait.

Presse aux ordres!

La femme du chef de l’État a demandé à Michèle Marchand de « tenir bon » après sa sortie de prison, selon une écoute téléphonique. Tout en multipliant les critiques contre la justice, elle a aussi proposé à la patronne de l’agence Bestimage de prendre attache avec son chef de la sécurité en cas « d’emmerdes ».

 

Michèle Marchand

Élysée

La patronne de Bestimage et communicante en chef du couple Macron a été mise en examen pour « subornation de témoin » et « association de malfaiteurs en vue de commettre une escroquerie en bande organisée » : elle est soupçonnée d’avoir joué un rôle central dans l’organisation de la fausse rétractation de Ziad Takieddine à l’hebdomadaire Paris Match dans l’affaire libyenne.

 

Muriel Pénicaud

Gouvernement

Ministre du travail, elle a été placée sous le statut de « témoin assisté » pour son rôle dans l’attribution à Havas de l’organisation de la French Tech de Las Vegas autour d’Emmanuel Macron.

 

Jérôme Peyrat

Élysée

Conseiller politique au cabinet d’Emmanuel Macron, il a démissionné car accusé par son ex-compagne de l’avoir frappée au cours d’une violente dispute. Pour ces faits, il a depuis été condamné à 3 000 euros d’amende avec sursis pour « violences volontaires ».

 

Benoît Simian

Assemblée nationale

La procureure de Bordeaux a requis 18 mois d’emprisonnement, assortis d’un sursis probatoire, contre le député (ex-LREM), jugé pour harcèlement envers son épouse dans le cadre d’un divorce houleux. Trois ans d’inéligibilité ont également été demandés.

 

Thierry Solère

Élysée

Le conseiller politique d’Emmanuel Macron, député des Hauts-de-Seine, est mis en examen pour fraude fiscale, trafic d’influence et dix autres infractions. Il est notamment soupçonné d’avoir utilisé à des fins personnelles une partie de ses frais de mandat entre 2012 et 2019.

 

Sira Sylla

Assemblée nationale

La députée a été condamnée par les prud’hommes (jugement dont elle a fait appel), qui ont reconnu le harcèlement moral subi par une ancienne assistante. D’autres assistants rapportent des faits similaires.

 

Stéphane Trompille

Assemblée nationale

Le député a été condamné pour le harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice par le conseil de prud’hommes de Bourg-en-Bresse. Il a fait appel.

 

 

 1,189 total views,  2 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. De quoi être révolté !
    MELANCHON a raison : » DEGAGES  » ! ! !

  2. L’expression « pieds nickelés » signifie « ceux qui ne sont pas portés sur le travail ». Elle vient soit du fait que les pieds en nickel sont trop précieux pour servir à marcher ou travailler, soit de « pieds niclés », pieds atteints de rachitisme ne permettant donc pas un travail soutenu. D’après Jean Tulard, l’expression provient d’une pièce de Tristan Bernard.
    Source Wikipédia
    Brulant d’actualité puisque le travail est fait à prix d’or par des cabinets conseils

  3. Pour moi, tout a été très mauvais avec Macron et ceci du début à la fin, c’est une catastrophe, sans doute le plus mauvais président de toute l’histoire, c’est lui qui détient la palme incontestablement.

  4. La Macronie avec toutes ces casseroles en 5 ans, c’est le Titanic en marche !

  5. Un vilain panier de crabe et encore tout le monde n’est pas là, je suis sur qu’en fouillant un peu, en creusant (pas très profond) on va en trouver d’autres. La ripoublique en marche = mafia.

  6. Filochard premier Macron, Croquignol Castex, et Ribouldingue Darmanin, un beau trio, sans oublier Nono Lemaire le ravi de la crèche, Henri IV Bayrou le Bègue, le fou du roi Griveaux les Grelots, la Folle du roi Schiappa, et bien d’autres, qui ont joint l’incompétence à la malhonnêteté ! Qu’ils soient tous maudits jusqu’à la dernière génération.

1 Rétrolien / Ping

  1. La « République exemplaire » de Macron : un quinquennat de pieds nickelés… | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.