Bourlanges, adorateur du dictateur Macron : « Poutine déteste ce qu’il y a de meilleur en nous, la liberté »

Le gras et mou Jean-Louis Bourlanges est un député Modem des Hauts-de-Seine ayant appelé en 2017 à voter… Emmanuel Macron.

A ce titre, le président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale applaudit donc à tout ce qu’entreprend son idole, notamment son rôle de médiation dans la crise ukrainienne. Il faut dire qu’en octobre 2021, il s’inquiétait qu’en France même, on « voit se dresser des mouvements séparatistes, sécessionnistes » (GJ, antivax, antipass…)

Et, sur tous les plateaux télés ou dans la presse, pointe évidemment le rôle déstabilisateur du président russe, « l’homme que l’Occident aime haïr » (Nina Bachkatov). Au point d’envisager, comme BHL et puisque « les sanctions n’auront pas d’influence sur les actions du dictateur russe », l’éventualité d’une guerre contre la Russie ?

Car, en effet, pour Jean-Louis Bourlanges, Vladimir Poutine accumule toutes les tares de l’autocrate illibéral : « projets impérialistes et liberticides, culte de l’homme fort et de la violence d’État ».

Alors que, bien sûr, notre partenaire commercial chinois et nos « alliés » Erdogan et autres « très chers émirs » s’avèrent de grands démocrates, amis de la paix et de la liberté.

Alors que, bien sûr, les progressistes comme Trudeau ou Macron représentent le meilleur du monde occidental : « la démocratie, les libertés fondamentales, l’état de droit, le respect de la personne et le refus de la violence autoritaire ».

Les Gilets jaunes ayant perdu un œil, amputés ou matraqués, les patriotes poursuivis et condamnés, les Français soumis à la dictature sanitaire et au pass vaccinal ainsi que les non-vaccinés « non-citoyens » à « emmerder » apprécieront.

 

Jean-Louis Bourlanges: «Poutine déteste ce qu’il y a de meilleur en nous, la liberté»

ENTRETIEN – À l’égard de l’Ukraine, l’objectif géopolitique de Poutine s’accompagne d’un objectif idéologique: empêcher la contagion du modèle démocratique occidental […]

LE FIGARO.- Dans une allocution télévisée, Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine. Est-ce l’échec du dialogue amorcé par Emmanuel Macron?
 

Jean-Louis BOURLANGES.- Depuis longtemps, la France est partagée entre ceux qui dénoncent les projets impérialistes et liberticides de Poutine et ceux qui ne cessent de répéter qu’«il faut parler à Poutine», ce qui est le plus souvent pour eux une manière de dire qu’il faut en fait penser du bien de ce que veut et fait Poutine […]

Je m’alarme depuis des années de l’inconscience et de l’irresponsabilité avec lesquelles tant de gens d’extrême droite et même de droite, nous expliquent que Poutine serait le meilleur des partenaires si nous savions lui parler comme il convient.

La vérité, c’est que ce que Poutine déteste chez nous, c’est ce qu’il y a de meilleur en nous: la démocratie, les libertés fondamentales, l’état de droit, le respect de la personne et le refus de la violence autoritaire.

À l’inverse, ce que certains de nos concitoyens aiment en lui, c’est ce qu’il y a de pire en eux: le culte de l’homme fort et de la violence d’État.

 849 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Quel culot ! C’est l’hôpital qui se fout de la charité.
    Des mensonges débités avec tant d’aplomb, c’est à vomir.

    Ceux qui utilisent la terreur depuis quatre ans, la coercition, la violence de rue, les lois liberticides, l’exclusion sociale et professionnelle, osent se vanter du contraire.
    La grosse bedaine molle ferait mieux de la fermer.

  2. Bonjour,

    Merci pour cet article.

    Un grand démocrate, ce Bourlanges.

    Je me souviens d’un député européen RN, allant à Strasbourg en train avec lui, qui rapportait ces mots de Bourlanges:

    « Heureusement que les Français ne savent pas ce que nous votons à Strasbourg, sinon ils nous pendraient ! »

    Voilà le fond de la clique qui dirige la France désormais …

  3. « Poutine déteste ce qu’il y a de meilleur en nous, la liberté »
    ah, ah, ah…trop drôle de la part d’un soutien de Macronescu

  4. C’est clair que Poutine n’a rien à voir avec la macronie et c’est tout à son honneur. Lui, contrairement à macron et ses sbires, aime son pays et ses habitants. Lui protège son peuple et, plus particulièrement, les enfants, contre les pervers et les détraqués qu’affectionne macron.
    Il veut rire, ce connard de bourlanges, en parlant de liberté ? Qui a l’impression d’être libre, en ce moment, en France ? Ceux qui veulent rester libres, le macron veut les emmerder, il s’en fait une mission. Quel taré, ce bourre-l’ange, quel ramassis d’imbéciles et de nuls, cette macronie !

  5. Encore une ordure de politichien à qui il faudrait lui caresser les côtes à coup de volée de bois vert ,pour le moment !

  6. Un pourri comme beaucoup d’autre. Aucune envergure comme le dictateur qu’il vénère. Rien a voir avec un Poutine, véritable chef d’état. Les roquets aboient et l’ours russe leur pisse dessus.

Les commentaires sont fermés.