Imposture des médecins de plateau  : le comble est atteint avec Thierry Lhermitte déguisé en toubib !

Thierry Lhermitte a mal vieilli, cette mascarade où il pose à l’Institut Pasteur est ridicule. Les invités de son Dîner de cons, c’est nous !

Chroniqueur médical d’opérette !

Tout est spectacle et manipulation.

Un grand-père et un oncle neurologues ?

Il lit le  magazine « Sciences et vie » ?

Un stage de 3 heures à l’Institut Pasteur ?

Le voici officiellement « chroniqueur médical » !

Un acteur déguisé fait parfaitement l’affaire pour diffuser le discours politico-médical.

Le système covidiste fait tourner des médecins de plateau qui répètent en boucle un discours bien huilé plus politique que sanitaire.

Ces perroquets étant parfaitement interchangeables, on voit l’imposture poussée à son comble puisque désormais, la radio d’État France inter juge qu’un acteur fait merveille dans le rôle.

On fait enfiler une blouse et une charlotte à un acteur, on le place dans un décor idoine devant un microscope du laboratoire Pasteur, et l’on fait réciter à la marionnette  le message que l’on veut faire passer au bon peuple. Thierry Lhermitte est un toutou  du système,  pro vaccin hautain, ceci expliquant peut-être cela.

Line Renaud est ce qu’elle est, on l’aime ou non,  mais quand elle se mêle de parler du Sida, au moins elle ne se déguise pas en médecin : elle reste Line Renaud, dans le registre émotionnel certes, mais jamais on ne l’a vue se mettre à débiter des termes techniques du domaine médical pour nous bluffer.

Si l’on veut se renseigner sur la science, allons directement à la source. Voir pour s’en convaincre, voir l’article de Riposte sur le Pr. Montagnier (un vrai scientifique de l’Institut Pasteur, lui !).

Le Parisien

«Thierry Lhermitte est un passeur de science hors pair» : comment l’acteur est devenu chroniqueur santé

Vous connaissez ses films, mais savez-vous qu’il est également un fin connaisseur des questions de santé ?

Ce lundi matin à 10h50, le parrain de la Fondation pour la recherche médicale sera sur les ondes de France Inter pour commenter un sujet d’actualité : le Covid long.

Institut Pasteur (Paris XVe), le 14 février. Thierry Lhermitte, l’acteur du «Père Noël est une ordure», est devenu un véritable ambassadeur de la recherche médicale.

Au-dessus du microscope, les yeux azur se plissent, la bouche en cœur pousse un waouh. « On voit déjà très bien les extensions. Il va être magnifique ce neurone ! » L’enthousiaste observateur n’est pas celui qu’on imagine. Sur la paillasse exiguë, le chercheur vient de laisser sa place à Thierry Lhermitte, déjà en train de commenter la transformation de la cellule souche. La blouse bleu laboratoire a vite éclipsé le costume d’acteur.

Quelques minutes plus tôt, le Popeye des Bronzés avait timidement annoncé la couleur aux équipes de l’Institut Pasteur : « Bonjour, je suis Thierry Lhermitte, c’est moi qui vais chroniquer vos travaux. »

Une fois par mois, le comédien de 69 ans, se livre à cet exercice périlleux sur les ondes de France Inter, dans l’émission d’Ali Rebeihi, « Grand bien vous fasse ».

Ali Rebeihi

Ce « patron d’émission » n’a aucune formation médicale non plus.

C’est un simple journaleux qui passe du four au moulin, de la défense du halal au développement personnel.

Par exemple, entre 2012 et 2013, Ali Rebeihi anime Viens dîner dans ma cité sur France 4.

A voir, cette vidéo de 2013 sur Trappes (la sécurité passe à la trappe , on y discute cuisine halal). Belle argumentation de Florian Philipot à partirde 16’00, qui se voit poser la question vicieuse : « ça vous dérange, vous, Florian Philippot, que ce soit halal ? »…

En l’écoutant, on se dit que le rôle est taillé sur mesure, avec quatre à six minutes d’intervention mensuelles, précises et accessibles au grand public. Mélanome métastatique, endométriose, stimulation cérébrale profonde, addiction au tabac…

Et ce lundi, à 10h50, voici venu le tour du Covid long, cette énigmatique persistance de la maladie dont souffrent 10 % des personnes contaminées par le coronavirus.

L’article est émaillé de liens vers d’autres articles, citant les mots « épidémie » ou «Véran » : c’est bien une affaire politique

Le point sur l’épidémie de Covid-19

Olivier Véran, pourquoi le Covid long n’est pas reconnu comme une affection de longue durée ?

Pour la saisir, il aura passé trois heures auprès des scientifiques qui mènent des études inédites à Pasteur. La transformation en 21 jours des cellules souches en neurones, leur infection en laboratoire par le Sars-Cov-2, l’observation des signes récalcitrants… L’acteur note tout sur son carnet à spirale.

« L’idée est de comprendre le rôle du virus dans l’invasion du système nerveux et pourquoi il provoque certains symptômes qui peuvent perdurer comme la perte d’odorat, l’anxiété, la dépression… On est au cœur de ce qui préoccupe actuellement beaucoup de Français », note-t-il, une fois imprégné de ses découvertes.

Et malgré une semaine de travail sur son texte, le doute s’installe. « La nuit avant la chronique, je ne dors pas très bien. Je me réveille en me disant, merde, est-ce que c’est bien ça ? Je rappelle souvent les chercheurs au petit matin. Quand vous parlez de santé, vous ne pouvez pas vous tromper, martèle-t-il. En face, il y a des malades à qui il faut rendre compte, sans donner de faux espoirs. »

Un grand-père et un oncle neurologues

Évidemment, on se dit tout de suite qu’il a fait médecine. Pas du tout. Si Thierry Lhermitte a campé pendant quatre ans « Doc Martin » dans la série éponyme, embrasser cette voie ne lui est jamais venu à l’esprit. « J’étais comme beaucoup d’ados sur qui tout glisse, je ne m’intéressais pas à grand-chose, à part peut-être les mathématiques. »

Pour sa chronique sur le Covid long sur France Inter, Thierry Lhermitte s’est rendu dans les labos qui travaillent sur le sujet à l’Institut Pasteur. 

À l’époque, ce sont les planches qui l’attirent, pas la vocation familiale. Chez les Lhermitte, Jean, le grand-père, et François, l’oncle, furent deux grandes figures de la neurologie. Le premier a laissé son nom au « signe de Lhermitte », une sensation de décharge électrique le long de la colonne vertébrale. Le second a un bâtiment à son effigie à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Thierry, lui, a creusé son appétit dans ses lectures, en inconditionnel du magazine « Sciences et vie », puis dans les laboratoires qu’il a d’abord parcourus pour le Téléthon, puis pour la FRM. Pourquoi ? « La complexité du vivant m’émerveille », répond-il pudiquement.

« Il ne brandit pas son engagement comme un étendard »

« Je crois que cette passion fait partie de son jardin secret, nous confie le réalisateur des « Bronzés » et ami de longue date, Patrice Leconte. Vous savez, il a ce côté grand ado désinvolte, qui fait son charme. Si on s’en tient à cela, on peut imaginer qu’il n’est pas impliqué. C’est l’inverse. Il est intarissable. Mais contrairement à beaucoup dans le monde artistique, il ne brandit pas son engagement comme un étendard. »

Surtout, le comédien est aimé et respecté de son public. 

 1,656 total views,  1 views today

image_pdf

14 Commentaires

  1. Après  » Les bronzés font du ski  » voilà  » Les bronzés font de la science  » ! Il est à peine plus ridicule que Véran, Delfraissy ou Salomon. En médecine, Lhermitte en connaît autant…

  2. Encore un qui nous déçoit. Thierry Lhermitte, je l’aimais bien, en tant acteur. Et voilà, c’est un guignol, comme les autres, un donneur de leçons, comme récemment Didier Bourdon, Pierre Perret et les ignobles et malfaisants Omar Sy, Adèle Haenel, Foresti et tant d’autres qui feraient mieux de garder pour eux leurs opinions et de s’en tenir à leur métier. Mais pour qui se prennent donc ces gens du showbiz ? Ils ont vraiment un égo démesuré. Il me semble que les artistes, autrefois, étaient plus intelligents, plus discrets et ne la ramenaient pas comme ça et pouvaient donc continuer à nous faire rêver. Pour ceux-ci, c’est foutu. Ils ont tombé le masque, on voit le pauvre type ou la pauvre fille qui se cachent derrière lui.

  3. « Line Renaud est ce qu’elle est, on l’aime ou non, mais quand elle se mêle de parler du Sida, au moins elle ne se déguise pas en médecin : elle reste Line Renaud, dans le registre émotionnel certes, mais jamais on ne l’a vue se mettre à débiter des termes techniques du domaine médical pour nous bluffer. »

    La très respectable Mâmme Reno, essayez d’enquêter pour savoir pourquoi elle n’a pas eu d’enfant, ça ressemble bien à germinal.

  4. C’est pas nouveau, dans l’institut de recherche où je travaillais une équipe télé est arrivée un jour pour faire un reportage, et les techniciennes se sont vues obligées de laisser leurs places à des mannequins de 1,80m pour 45 Kg, maquillées comme des dragsters volés, qui ont revêtu des blouses de labo et des charlottes et ont posé devant les microscopes et les PSM pour que ça fasse « bien » pour le public, je vous dis pas la tronches des techniciennes. Une fois l’équipe arrivée dans mon labo, on m’a poliment demandé de m’écarter du champ car ma blouse n’était pas assez « propre » et de bien vouloir remplacer mes flacons remplis de solutions biologiques diverses par des flacons contenant des liquides colorés pour que ça fasse « crédible ».. Je suis rentré dans une colère noire et leur ai demandé s’ils venaient faire un vrai reportage sur un vrai labo de recherche ou bien s’ils tournaient un clip pour la série « Urgences », ils ont pas aimé et sont aller filmer un autre labo probablement plus « coopératif ». Je vois malheureusement que cette connerie ambiante ne fait qu’empirer..

  5. L’hermite c’est pas celui qui a investit 50 000€ dans une societé de surveillance des IP pour traquer les méchants pirates HADOPI et qui téléchargeait lui meme illégalement des films sur Megaupload. Quel clown celui là. il a pas changé !

  6. HA HA HA!!! ( c’est nerveux, la lecture de certains articles provoquent chez moi de grands éclats de RIRE, rire jaune comme mes dents en fait…)
    Je me contenterais de vous dire ce je pense du « métier » de « chroniqueur TV »:
    « T’as même pas besoin de savoir NIQUER pour l’être », vulgaire mais juste!

Les commentaires sont fermés.