Un père de deux enfants en bonne santé frappé par le syndrome de Guillain-Barré après AstraZeneca

Ross Wightman a perdu pratiquement 14 kilos après le diagnostic de syndrome de Guillain-Barré, peu après sa première dose du vaccin AstraZeneca.

Ross Wightman est  père de deux enfants. Il était en bonne santé, il a subi des lésions graves qui ont mis sa vie en danger après avoir reçu le vaccin anti-Covid d’AstraZeneca.

astrazeneca.jpg

Ce père de deux enfants du Canada a été diagnostiqué l’an dernier  atteint du syndrome de Guillain-Barré après avoir reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. Ross Wightman, de Lake Country, en Colombie-Britannique, est incapable de marcher depuis la vaccination et n’a pas reçu d’exemption médicale bien qu’il soit devenu paralysé après l’injection.

Ross Wightman a reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca COVID-19 en avril 2021. Quelques jours après l’injection, il a développé une douleur atroce au dos. Il a ensuite ressenti des picotements sur le côté de son visage, qui se sont transformés en paralysie à partir de la taille. Il n’a plus été en mesure de marcher.

« J’ai tout de suite été très touché. J’avais une paralysie de la taille à la tête, une paralysie faciale complète. J’avais du mal à mâcher et à avaler ».

Ross  Wightman a été amené à l’hôpital où les médecins lui ont diagnostiqué le syndrome de Guillain-Barré (SGB), une maladie qui affecte le système nerveux. Il a passé un total de deux mois à l’hôpital.

Bien qu’il ait eu une réaction indésirable grave à l’injection d’AstraZeneca, un médecin-conseil qui a examiné le cas de Ross Wightman a déclaré qu’il ne pouvait pas bénéficier d’une exemption de vaccination, car il n’a pas pu prouver que son diagnostic de SGB était dû à la vaccination. Pour ne rien arranger, on lui a dit de recevoir une deuxième dose du vaccin Pfizer ou Moderna.


Ross Wightman avec ses deux enfants après avoir appris le diagnostic de SGB.

Ross Wightman suit actuellement des séances de physiothérapie pour retrouver ses mouvements et son poids. Il n’a encore reçu aucune aide du Programme canadien de soutien aux victimes de traumatismes liés aux vaccins (VISP). Ce programme, lancé pour la première fois en juin 2021, offre aux familles une indemnisation pour les pertes de salaire, les blessures et les décès consécutifs à une vaccination. Chaque demande est examinée par une commission médicale.

Le cas de Ross Wightman a été transmis à différents travailleurs sociaux.

Pendant qu’il attend, entre son état et son statut vaccinal, il passe beaucoup de temps seul.

« Je ne peux pas regarder les enfants aller jouer au baseball, je ne peux pas les regarder aller faire du patin à glace. Peut-être que je deviens un peu insensible à cela parce que c’est un événement qui revient chaque semaine, mais c’est sûr que ça fait mal. »

Au cours des 19 derniers mois, Wightman a subi des dommages neurologiques et a eu besoin du fauteuil roulant et d’un déambulateur pour se déplacer

 

Un reportage vidéo sur son histoire par CBC News -en anglais, mais les images sont frappantes :

https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/covid19-vaccine-astrazeneca-guillain-barre-syndrome-1.6340248

 1,084 total views,  1 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. – « il ne pouvait pas bénéficier d’une exemption de vaccination, car il n’a pas pu prouver que son diagnostic de SGB était dû à la vaccination. Pour ne rien arranger, on lui a dit de recevoir une deuxième dose du vaccin Pfizer ou Moderna. » –

    Je ne crois pas que quelques années en arrière, un médecin compétent aurait soutenu le diagnostic, défendu un tel protocole thérapeutique en substitution d’un réel traitement médical.

    Non ! Aucun médecin, n’aurait fait cela !

    Alors :
    – qu’est-ce qui rend incompétents et traîtres à leur Serment d’Hippocrate les médecins depuis trois ans ?
    – Qu’est-ce qui a pourri leur savoir, leurs compétences, leur engagement ?
    – Qu’est-ce qui détruit la médecine ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d'Hippocrate

  2. – » il ne pouvait pas bénéficier d’une exemption de vaccination, car il n’a pas pu prouver que son diagnostic de SGB était dû à la vaccination. Pour ne rien arranger, on lui a dit de recevoir une deuxième dose du vaccin Pfizer ou Moderna. « –

    Je ne crois pas que quelques années en arrière, un médecin compétent aurait soutenu le diagnostic défendu un tel protocole thérapique en substitution d’un réel traitement médical. Non ! Aucun médecin, n’aurait fait cela.

    Alors, qu’est-ce qui rend incompétent et traîtres à leur Serment d’Hippocrate les médecins depuis trois ans ? Qu’est-ce qui a pourri leur savoir, leurs compétences, leur engagement ? Qu’est-ce qui détruit la médecine ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d'Hippocrate

  3. Même quand on est en train de crever, ces médecins pourris nous conseillent encore une autre dose de cette saloperie qui tue. Merde on est ou là, en enfer. Ces salopards on dû faire le serment d’hypocrite. Ils ne méritent pas d’être médecin.

    • Je n’ai pas de mots assez forts pour exprimer la colère, le dégoût, l’écœurement que je ressens face à ces soi-disant médecins, à leur méchanceté, voire leur sadisme. Il me semble qu’on devrait faire subir des tests psychologiques très poussés à ceux qui veulent faire des études de médecine avant de leur accorder ces diplômes qui permettront à certains d’entre eux, de vrais psychopathes, de nuire impunément à d’autres humains.

Les commentaires sont fermés.