Si René s’était appelé Mohamed, les Parisiens à 90% macroniens ne l’auraient pas laissé agoniser pendant 9 h sur le trottoir

« MARCHE OU CREVE »

 

René Robert avait 84 ans. C’était un photographe renommé, un homme blanc.

Victime d’une chute vers 21 heures dans la « ville lumière » mardi soir, dans le quartier le plus fréquenté de Paris, il est resté 9 heures à agoniser sur le trottoir sans recevoir l’aide d’aucun des « marcheurs » qui circulaient ce soir-là dans la ville qui ne dort jamais.

Qui a vécu au coeur de Paris sait qu’il y a toujours de la vie, même la nuit, dans la capitale. Mon frère qui vivait dans une rue perpendiculaire aux Champs-élysées était souvent obligé de se lever en pleine nuit pour faire taire des passants qui discutaient devant ses volets à n’importe quelle heure et qui le réveillaient malgré les bouchons d’oreille qu’il devait porter en permanence pour essayer de faire une nuit complète de sommeil. La rue de Turbigo où le spécialiste du Flamenco est décédé doit présenter des caractéristiques similaires, étant donné son emplacement remarquable.

Mais ceux qui ont élu Macron et Hidalgo, entre autres, n’ont visiblement pas beaucoup d’humanité et peu de compassion pour leur prochain.

https://www.20minutes.fr/paris/3223755-20220126-paris-photographe-rene-robert-mort-pleine-rue-apres-avoir-agonise-pendant-heures-indifference-passants

C’est un SDF qui a fini par donner l’alerte à 6h30 le lendemain, ne reconnaissant pas cet homme parmi les sans-abri habituels…

 

Il aurait pu être secouru et rester en vie si les « marcheurs » s’étaient arrêtés ou même avaient simplement pris la peine de composer le « 15 » avec leurs smartphones dernier cri.

https://www.ladepeche.fr/2022/01/26/le-photographe-rene-robert-meurt-en-plein-paris-son-corps-reste-9h-dans-la-rue-sans-que-personne-nintervienne-10069432.php

Ce sont eux qui ont installé Macron sur son trône… Sans doute ravis de trouver un maître qui leur ressemble.

René serait peut-être encore en vie s’il avait été un Mamadou ou un Mohammed. Trop peur d’être accusé de racisme, le marcheur parisien se serait peut-être arrêté.

Mais pour un vieux Blanc de 84 ans, ayant l’air d’un retraité « qui coûte un pognon de dingue », c’était plutôt « en marche, ou crève ».

 1,492 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Et bien oui, c’est évident, un arabe ou un noir aurait eu plus de chances de survivre car nous en sommes arrivés là, cet homme a probablement été pris pour un clochard car il était vieux, blanc et sans doute un peu négligé, les gens ont pensé qu’il avait probablement bu, c’est plus à mon avis un concours de circonstances que de l’indifférence mais l’indifférence existe aussi bien évidemment.

  2. Les bobos gauchiasses, électeurs de macron et de la rate en chef.
    Les parigots égocentriques, très touchés par le malheur des migrants, et qui ne se retournent pas sur leur prochain, celui qui a besoin d’aide à quelques mètres .
    9h ! il a dû en défiler des gens !! des gens sans cœur, des gens sans âme, comme seules les grandes métropoles peuvent en produire. Et surtout dans les quartiers les plus chics.

  3. Bonjour, Il m’est arrivé une histoire dans le sens inverse, il y plusieurs années.
    J’étais en voiture et sur ma droite, une vieille dame rate la marche du trottoir et tombe. Je m’arrête pour lui porter secours. La dame me remercie en me disant qu’elle n’a rien et qu’elle peut rentrer chez elle. Surgit alors un véhicule avec
    plusieurs « jeunes » dedans qui ayant vu la scène crient : « madame nous pouvons témoigner pour vous que cette personne (moi) vous a fait tomber ». La vieille dame et moi nous sommes regardées puis elle a dit : « non, je suis tombée toute seule ». Que serait-il arrivé si cette dame n’avait pas été honnête ? Je vous laisse deviner.

    Il n’empêche que ça paraît incompréhensible qu’on passe à côté de quelqu’un qui est à terre sans faire un geste. L’indifférence, l’égoïsme, honte à ceux qui ont ignoré ce pauvre homme.

  4. Et l’on viens nous serinés le vivre ensemble , d’avoir de l’empathie , de la compassion et mon cul c’est du poulet ? j’espère que les ordures qui sont passées à coté de cette homme agonisant au sol , s’en mordre les doigts un jour ou l’autre !

  5. ces « genssses  » de la ville peuvent donner des leçons aux « bouseux » de la campagne…les arriérés, les gjaunes, les dégénérés alcooliques, consanguins, illetrés…en attendant dans nos campagnes, nous ne laissons pas un chien agonisé sue le bord de route alors un Humain…on imagine même pas! « L’Homme est un animal, et son intelligence le rend plus cruel encore que ceux dont seul l’instinct est le moteur »(G. de Fonclare)

  6. Affligeant, pitoyable, quelle honte!!! Mais c’est quoi cette société de merde?!! Et il est bien vrai que si ça avait été une CPF le bobo parisien se serait précipité tout fier de montrer à quel point il est dans le vent de la bienpensance.

  7. Voilà un Homme parmi tant d’autres qui devient un martyre malgré lui de cette dégénérescence de la population Parisienne gauchiste collaborationniste et bobo . Qu’à cela ne tienne , nous allons leurs faires payer cher .

  8. Ce « Fait divers » est dans la droite ligne du film : LES NOUVEAUX MONSTRES » d’Ettore Scola avec Vittorio Gassman, Ornella Mutti, Alberto Sordi et Ugo Tognazi. Film de 1979, nominé à l’Oscar du Meilleur film étranger.
    Ce film incontestablement drôle, comme son titre l’indique traite des Nouveaux Monstres » de la vie ordinaire, du quotidien  » complétement égo-centrés et sans « surmoi » qui sont de plus en plus nombreux dans la société de consommation matérialiste et hédoniste !
    Désopilant dans l’expression, certes, mais très angoissant à la réflexion et surtout annonciateur de l’époque actuelle où beaucoup s’indignent devant leur télévision et qui lorsqu’ils sont témoins d’un drame passent sans se retourner – rien dire, rien voire, et en ayant rien entendu !

    • Il y a un cas où, je crois, je ne m’arrêterai pas pour sauver une personne en détresse, c’est quand je me fais doubler à toute allure par un fou furieux en voiture, s’il devait se planter dans le décor du fait des risques pris…
      Là, j’aurais beaucoup de mal à m’arrêter car il m’aura aussi fait prendre un risque et le conducteur concerné prend un risque qu’il doit assumer.
      Si je suis sur la route, c’est forcément que j’ai un but, une destination que je cherche à joindre, je ne suis pas forcément prêt à perdre une demi-journée pour m’occuper d’un gland qui s’est loupé.
      Mais pour un homme qui chute dans la rue, là pas d’hésitation à assister la personne en danger.

      • Une société à la Macron, Macron avec ses piqouzes qui tuent. Bientôt on tuera les personnes âgées dans les Ehpads. Ah quelqu’un me dit que c’est ce qui se fait déjà.

  9. Tout a fait mais etait-il vaccine ? sinon les pompiers l’auraient amene aux urgences de l’hopital ou il aurait ete refuse et serait mort sans soins.

Les commentaires sont fermés.