Le 27 janvier 1945, Auschwitz était libéré par les Soviétiques ; 27 janvier 2022, Draghi enferme les non vaccinés

 Lorsque l’actualité rejoint l’histoire tragique

 

Il y a 77 ans aujourd’hui, le 27 janvier 1945 « anus mundi » (l‘anus du monde) le camp d’extermination d’Auschwitz Birkenau était libéré par l’armée soviétique.

On nous reproche souvent de comparer la situation actuelle de ceux qui refusent l’injection génique expérimentale génocidaire avec le sort subi par les Juifs dans les années noires en Allemagne. Ce serait dit-on, exagéré.

Alors parlons des Tziganes. Toute ressemblance avec des événements actuels serait fortuite.

Un peu d’histoire :

Les premières mesures qui frappent les Tziganes sont prises en Allemagne en 1937 et 1938 dans le cadre de la prévention de la lutte contre les « asociaux »

Le 17 octobre 1939, une ordonnance précise que les Tziganes sont assignés à résidence sous peine d’incarcération en KZ (camps d’internement). Ici, en Italie, à partir du 1er février, les « asociaux » qui refusent la piqûre ne pourront plus se rendre, libres de toute contrainte sanitaire (green pass), à la poste et à la banque entre autres. Une façon pour l’État italien de « couper les vivres » des récalcitrants à sa dictature. Sans oublier bien sûr tous ceux qui ont déjà perdu leur travail et donc leur gagne pain du jour au lendemain sans indemnités et se retrouvent plongés dans la misère et le désespoir (soignants, médecins, policiers, enseignants …). Avec la circonstance aggravante qu’aujourd’hui, contrairement aux années trente précédant le deuxième conflit mondial, il n’est plus possible aux exclus de la société de pouvoir fuir à l’étranger. Et l’Italie a décrété la vaccination obligatoire des plus de 50 ans (tous statuts confondus). Les récalcitrants devront payer des amendes et les chômeurs qui résistent aux injections seront privés d’allocations. Les autorités bafouent sans remords de nombreux articles de la Constitution italienne sensés protéger la population de tels excès.

Le 5 février 1940, le Procureur général de Graz (un magistrat) propose au ministre de la Justice de stériliser globalement les Tziganes qui, par leurs mœurs, représentent un danger racial. On se demande bien aujourd’hui pourquoi de semblables esprits pervers et criminels s’acharnent à vouloir « vacciner » des jeunes, des femmes enceintes et des enfants qui ne risquent pratiquement rien d’un virus très inoffensif mais qui risquent beaucoup des conséquences potentiellement mortelles ou gravement invalidantes de cette injection de tous les dangers, dont leur stérilisation !

Le 27 avril 1940, le Reichsführer SS Heinrich Himmler ordonne l’arrestation de 2500 Tziganes de l’Ouest et du Nord-Ouest et leur transfert dans le gouvernement général – à Auschwitz-. Pour les Tziganes « ils y entreront par la porte et ils en sortiront par la cheminée » selon les propos du médecin chef du camp, le célèbre « docteur » eugéniste Joseph Mengele.

Finalement, de nombreux responsables du crime nazi, des politiques, des juristes, des magistrats, des scientifiques, des responsables de la propagande, des médecins et leurs acolytes seront jugés, condamnés à mort et pendus à l’issue des procès de Nuremberg. L’histoire se répète aujourd’hui.

 

En fait nous sommes coincés car ceux qui pratiquent aujourd’hui leur crime planifié savent que s’ils perdent ils seront jugés de façon impitoyable par ceux qui rendront justice à leurs victimes. Ils sont engagés dans une fuite en avant sans issue et les mesures qu’ils imposent à la population sont de plus en plus coercitives, mortifères, absurdes et sans aucun fondement scientifique. Ils savent que s’ils perdent leur pouvoir ils sont finis.

 

 Et ceux qui s’imaginent qu’en obéissant aux injonctions de ces criminels ils retrouveront leurs libertés confisquées se bercent d’illusions et se préparent des lendemains douloureux. Il faudra aussi, et c’est très important, savoir tenir compte de ceux qui, au début de la dictature, ont défendu ces positions mais ont finalement rejoint le camp des résistants lucides. Je pense par exemple en France au journaliste David Pujadas, ou encore au médecin Martin Blachier.

Aujourd’hui comme alors, une majorité de politiques, de banquiers de magistrats et de médias aux ordres ont choisi de servir  le camp de la dictature. Aujourd’hui comme alors de pseudo scientifiques et des médecins expérimentateurs eugénistes et transhumanistes se livrent à des expériences douteuses et potentiellement mortelles sur des victimes innocentes qu’ils ont au préalable sélectionnées. Et aujourd’hui comme alors des industries pharmaceutiques toutes puissantes (et souvent déjà lourdement condamnées par le passé) se chargent de livrer les poisons tueurs.

Pendant la Shoah, Bayer se chargeait de fournir le Ziklon B utilisé dans les chambres à gaz. Aujourd’hui, Bayer existe toujours en collaboration avec Pfizer et Moderna …

 

En espérant éviter un nouvel Auschwitz, vivement un Nuremberg II !

A bon entendeur …

Franchement, est-ce trop demander ?

« Tu ne te vaccines pas, tu es contagieux tu tombes malade et tu meurs » Mario Draghi, banquier.

« Tu ne te vaccines pas, tu sauves le monde » Luc Montagnier, Nobel de médecine.

 

 

 1,499 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Et il n’a pas été élu en plus, comme la von der leyen.
    Tous ces gens qui prennent le pouvoir dans notre dos, que se passe-t-il ?
    La situation se noircit à vue d’œil surtout si on y ajoute ce désir stupide et enfantin d’aller attaquer la Russie.
    Ce 21ème siècle est très mal entamé.

  2. On se demande ce qu’il en est de la Gnaque des Italiens. Pas un pour se sacrifier en démolissant la fourmilière?
    Oui , je sais …et les français?

    • Ici comme en France et un peu partout ailleurs il y a des résistants qui se battent pour espérer renverser cette monstrueuse dictature. Ce sont nos propagandes d’Etat qui veulent nous faire croire que l’écrasante majorité serait vaccinée. La colère monte et gronde de plus en plus fort. Continuons le combat!

  3. Comparaison pertinente et malheureusement vraie.
    En réalité, comme je l’ai écrit ailleurs, nous avons déjà atteint les dernières étapes du génocide.
    Voyez les dix étapes de tout génocide fort bien rappelées dans ce musée:

    https://jewishmuseummilwaukee.org/10-stages-of-genocide/

    Ma fille économiste l’a aussi écrit au Président de la Confédération de l’an passé Guy Parmelin lequel Pasmalin l’a envoyée se promener. Voyez les deux lettres sous:
    https://resistancerepublicaine.com/2021/11/25/guy-parmelin-president-de-la-confederation-suisse-envoie-promener-ceux-qui-sinquietent-de-la-vaccination/

    • Merci pour le lien très intéressant relatif au musée juif. Je dirais pour ma part que nous sommes à l’étape 3. Nous avons aussi l’avantage d’être très nombreux à nous sentir juifs… Concernant votre Président de Confédération il ne s’agit que d’un vulgaire fonctionnaire collabo.

  4. Ami Gigobleu, merci de votre article. Les dirigeants actuels ont fait plus fort qu’Hitler, ils ont inventé le camp de concentration sans barbelés. Zéro investissement, zéro coût d’entretien. Avec la piqûre obligatoire en plus. Ils s’offusquent que l’on compare la situation des non-vaccinés avec celles des populations juives en 1940. Eh bien,disons que c’est de l’Apartheid. Les non-vaccinés sont les noirs de l’Arpatheid vaccinal, et ceux que l’on vaccine de force sont les victimes de nouveaux sadiques en blouses blanches. J’y vais peut-être un peu fort, mais j’assume mes propos.

    • En fait, ils utilisent une stratégie militaire (testée par l’armée US sur les prisonniers de Guantanamo) consistant à tenter de nous démoraliser et de nous affaiblir par tous les moyens et toutes sortes d’humiliations. Lorsque l’on est bien convaincu de ces choses on est bien équipé pour résister. Si nous gagnons cette guerre, les coupables seront sévèrement châtiés et les victimes devenues collabos devront être amnistiées (petits commerçants, coiffeurs, instituteurs et tous les petits « kapos » qui se sont sentis exister pendant cette triste période). A condition que ces derniers fassent amende honorable. La honte de leur lâcheté devrait être une sanction suffisante.

  5. Attention à observer ce genre de dates et d’événements, on est vite qualifié de nazi si on fait un rappel de la folie du nazisme avec similitude actuelle dans notre époque formidable.
    Il semble que le livre 1984 est même visé par la censure….

  6. Article extrêmement intéressant, et instructif. La dichotomie entre les évènements d’Auschwitz en 45 et ceux d’aujourd’hui, 2022, en Italie par Draghi qui enferme les non vaccinés est stupéfiante.
    Mais, d’une façon générale, le parallélisme entre tous les évènements et réactions du peuple allemand dans les années 30 et ceux des peuples italiens et français depuis 2 ans est spectaculaire. Même impact de la propagande sur les esprits des gens, mêmes violences des lobotomisés face à ceux qui refusent l’installation de la dictature car ils ont compris ce qui se passe, même acceptation d’un « vaccin » à multiples doses tout en sachant qu’ils attraperont et transmettront quand même la maladie, etc…
    L’Histoire ne sert jamais de leçon car extrêmement peu de personnes « s’en servent » pour leurs réflexions.
    Les gens sont des primaires, qui ne vivent que le temps présent, ayant perdu tout pouvoir de réflexion et étant fier de ce que les autorités leurs disent de faire (voir à ce sujet, le modeste article de votre serviteur sur l’expérience de Milgram en cliquant sur le lien suivant :
    https://resistancerepublicaine.com/2020/11/08/la-methode-des-mondialistes-pour-dominer-la-planete-lexperience-de-milgram-a-grande-echelle/
    Le fait de les priver de toutes leurs libertés fondamentales pour les OBLIGER à se faire injecter un poison avec marqueur ne leurs pose aucune question.
    Si je ne le voyais pas de mes propres yeux, jamais je n’aurai pu croire une chose pareille.
    Merci de cette article recherché et passionnant et bon courage, ami italien.

    • Et on passe encore sur F2 ou 3 un docu sur Mussolini. On dit tout de même qu’il n’y a pas de camps de concentration, mais tout de même, éloignement, assignation résidence, placement sur une île etc pour les opposants, donc ceux que nos médias actuels considèrent comme « récalcitrants ».

    • Draghi rime avec Mussolini. Je me fais mal voir partout en affirmant que les dirigeants ont inventé le concept de camp de concentration sans barbelés pour les non-vaccinés. Véran est le clone de Goebbels,le roi de la désinformation. Dans le genre sadique, Sébastien Huyghe, député LR, donc de chez Pécresse, n’est pas mal non plus, il propose de faire payer en partie les frais de réanimation pour les non-vaccinés. Si ce n’est pas du nazisme, ça y ressemble fichtrement. Je pense que la corde pour ces gens-là est encore une mort trop douce. Ils réfutent le nombre de morts induits par le vaccin. Évidemment, 1600 morts, peut-être plus, dilués sur tout le territoire, ça n’alerte personne. Mais il y aurait un village de 1600 personnes rayé de la carte, ces crétins de journalistes s’y précipiteraient. Cette société est pourrie jusqu’à la base.

      • Draghi en italien veut dire dragons en français. Les italiens sont de plus en plus nombreux à découvrir toute l’horreur de cet individu immonde et malfaisant. Il n’a jamais été élu par le peuple mais placé au perchoir par l’UE, la Haute Finance et l’Imam Bergoglio pour le plus grand malheur du peuple italien.

Les commentaires sont fermés.