Effacer l’histoire quand elle dérange… c’est le travail d’Oxfam « association de lutte contre la pauvreté » !!!!

Amis français,

Je vous propose cet article du jour de Joseph Facal, professeur aux HEC de Montréal.
M. Facal a analysé le wokisme dans plusieurs de ses articles parus dans le Journal de Montréal depuis un an.  Sa plume est décapante!
Le Canada est un nid d’opportunistes médiocres et de tricheurs qui réclament la discrimination positive en éducation et en emploi en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés, outil structurel et structurant de la Loi fondamentale du Canada, la Constituion multiculturelle. 
Les articles de M. Facal sur le « wocanada » sont faciles à consulter sur le site du Journal de Montréal.
Luc Pharand

(Oxfam International (Oxford Committee for Famine Relief) est une confédération de 20 organisations caritatives indépendantes à travers le monde. Celles-ci travaillent ensemble et en collaboration avec des partenaires locaux répartis dans 66 pays dans le monde, pour s’attaquer de manière globale à la pauvreté et aux inégalités : actions humanitaires d’urgence, programme de développement et d’appui de long terme, mobilisation citoyenne et plaidoyer – ou « lobby citoyen » – pour agir sur les causes profondes de la pauvreté et des inégalités et obtenir des changements durables. Wikipedia)

 

Je pensais naïvement qu’OXFAM luttait contre la pauvreté.

Depuis dimanche, je sais, grâce à Richard Martineau, qu’OXFAM travaille aussi à enfoncer l’idéologie woke dans la tête des enfants, de concert avec des syndicats de professeurs et le Secrétariat à la condition féminine du gouvernement du Québec.

J’attends qu’on m’explique ce qu’un organisme du gouvernement fait dans cette galère.

Esclavage

OXFAM est loin d’être la seule organisation kidnappée par des idéologues.

Sa branche canadienne consacre maintenant énormément de temps à dénoncer le racisme « systémique » et l’« infâme » loi 21 sur la laïcité qui, comme on le sait, a transformé le Québec en sinistre goulag (c’est de l’ironie, petits lapins, savez-vous ce que c’est ?).

Dans ma chronique du 8 janvier, je disais que je pourrais relater de nombreux autres cas d’universitaires persécutés pour délit d’opinion anti-woke.

Des lecteurs ont voulu connaître d’autres cas. Très bien.

Celui-ci s’est passé en France et ne date pas d’hier. Je le choisis pour montrer que le wokisme, même s’il déferle maintenant, remue depuis longtemps, et que, contrairement à une fausseté souvent reprise, il ne se limite pas à l’Amérique du Nord.

En 2004, l’historien Olivier Grenouilleau publie l’ouvrage Les traites négrières.

Il explique, preuves à l’appui, qu’il y eut trois types de commerce d’esclaves : la traite atlantique (de l’Afrique vers l’Europe et l’Amérique), la traite arabo-musulmane (de l’Afrique subsaharienne vers le Maghreb et l’Asie) et la traite inter-africaine pour fournir les deux premières.

Le nombre de victimes estimé pour chacune des trois ? Respectivement 11, 17 et 14 millions.

Cet abominable commerce dura trois siècles en Occident, mais treize siècles dans le monde arabo-musulman.

Grenouilleau ne niait pas, ne minimisait pas. Il documentait et recadrait au nom de la vérité historique. Grosse tempête.

L’année suivante, il aggrava son cas, déclarant à un journaliste : « Au poncif raciste blanc – l’Occident civilisé face aux sauvages noirs – a succédé l’image tout aussi déformée de bourreaux uniquement blancs face à des Noirs uniquement victimes ».

Un collectif l’attaqua devant les tribunaux pour « diffamation publique raciale ». On demanda qu’il soit suspendu de ses fonctions universitaires.

Heureusement, des chercheurs courageux se portèrent à sa défense et la poursuite ne fut pas retenue.

  • Écoutez la chronique de Joseph Facal au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

 

Infantilisation

Trois ans auparavant, en 2001, l’Assemblée nationale française avait voté une loi reconnaissant comme crime contre l’humanité uniquement le commerce esclavagiste occidental.

Quand on demanda à la marraine de la loi, Christiane Taubira, pourquoi ce deux poids deux mesures, elle répondit : « Pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes ».

Bref, traitons-les comme des enfants à qui il faut cacher les faits pour leur bien.

Elle insistait cependant pour que les jeunes Occidentaux, eux, sachent – et cela va de soi – tout des horreurs commises par leurs ancêtres. Encore deux poids deux mesures.

Mme Taubira vient d’annoncer qu’elle sera candidate à l’élection présidentielle.

Joseph Facal

https://www.journaldemontreal.com/2022/01/18/effacer-lhistoire-quand-elle-derange

 1,044 total views,  1 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. On s’en tape de la Taubira, elle ne fera pas 1%.
    Dès qu’un nouveau gouvernement sera élu, ces lois iniques disparaitront.
    On va emmerder les sociaputes, les socialopes et les cocos.

  2. Oxfam est une officine de propagande et de désinformation gauchiste, dont le but réel est en effet de manipuler l’opinion publique à coups de mensonges éhontés, sous la forme d’études bidons manipulant des chiffres façon calcul de l’âge du capitaine. Probablement infiltrée et gangrenée de crypto-gauchistes jusqu’à l’os, elle soutient l’agenda de la subversion néo-gauchiste (ou post-gauchiste), avec ses avatars woke,islamogauchiste, BLM, etc.

    Oxfam signifie en réalité Hoax Committee of Fake Makers : comité pour la fabrication de balivernes et billevesées

    Ça crève les yeux quand on voit leurs pseudo analyses économiques sur les inégalités de richesse, où ils comparent sans vergogne une valeur virtuelle du patrimoine (à partir du cours de bourse, ou du prix de l’immobilier – en oubliant que seuls quelques % changent réellement de main chaque année) avec le niveau du REVENU qui lui correspond à la production réelle de l’année (ça s’appelle le PIB – à la fois agrégat de la production et agrégat des revenus de tous les agents – par définition égaux. On parle ici du PIB mmondial).

    Pour fixer les idées, c’est aussi idiot que de prétendre que parce que vous êtes propriétaire de votre logement valant 500000€ (ou 100000€ ou 1000000€, peu importe), cet « argent » est disponible pour votre consommation quotidienne – en réalité couverts (si tout va bien) par vos revenus (salaire, pension, etc.).

    Vous ne pouvez en effet pas dépenser votre logement au jour le jour. Cet « argent » est indisponible, il est virtuel car vous avez besoin de votre logement pour y vivre..

    Le raisonnement est un peu plus complexe pour les bien financiers et les entreprises, mais cela revient au même, car pour faire simple ces biens ne sont pas consommables, et ils ne peuvent satisfaire des besoins de consommation. Seuls les biens du même nom le peuvent. Les biens patrimoniaux ont soit une utilité, soit procurent un revenu, et la seule comparaison légitime en terme de niveau de vie concerne ceux-ci.

    • Bonjour Adalbert le Grand,

      Merci de cette analyse qui révèle une perversion des critères de données d’Oxfam Canada.
      Je retiens aussi Hoax Committee of Fake Makers.

1 Rétrolien / Ping

  1. Effacer l’histoire quand elle dérange… c’est le travail d’Oxfam « association de lutte contre la pauvreté » !!!! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.