Réponse des Napolitains au Maire qui avait interdit les feux d’artifice pour la nouvelle année

Un beau bras d’honneur que Tommy Robinson a savouré et qu’il partage avec nous, merci Tommy !

Traduction de Christine Tasin : il y a 2 jours, le maire de Naples, Gaetano Manfredi, avait décidé d’interdire les feux d’artifice pour la nouvelle année, voici la réponse  de la Cité :

Je n’ai pas trouvé d’autre mention d’une quelconque interdiction des feux d’artifice à Naples pour  la nouvelle année 2022, mais j’ai trouvé ceci qui expliquerait pourquoi il y a tant de feux d’artifice et pourquoi il est impossible de les interdire :

Allumer des pétards ou des feux d’artifice

À partir de minuit, il est habituel de tirer toutes sortes de pétards et feux d’artifice. L’objectif ? Faire le plus de bruit possible pour éloigner les mauvais esprits. Et tout le monde y participe même si c’est « en théorie » interdit. Aussi, ne vous étonnez pas le 1er janvier, vous ne verrez pas à la télévision le recensement des voitures brûlées comme en France mais plutôt les estimations du nombre de blessés que cause cette pratique. À contempler (de loin) !

https://lepetitjournal.com/vivre-a-milan/le-nouvel-en-italie-une-fete-aux-multiples-traditions-218526

Il semble que l’interdiction, par peur des accidents, soit perenne mais demeure un vain mot :

Une tradition qui n’est pas sans poser quelques problèmes de sécurité. Une équipe de France 2 a enquêté.

À minuit pile, la ville de Naples en Italie, éclate en mille lumières. Dans toutes les rues, les Napolitains lancent des pétards. Plus il y a de bruit et plus ça porte bonheur. Le premier janvier, tous les Napolitains jouent avec le feu. Et bien qu’interdit, tout le monde le fait. « C’est moins risqué que de dévisser une ampoule dans votre appartement« , lance un habitant au micro de France 2. Dans les quartiers populaires, c’est encore plus sauvage. Ici la règle, c’est qu’il n’y a pas de règle. Et Naples revêt des allures de ville assiégée. Les Napolitains regardent ces scènes avec effarement, seulement entrecoupées du ballet des ambulances.

Six tonnes de bombes

Aux urgences de l’hôpital vers deux heures du matin, les blessés du réveillon arrivent. Il y en a une vingtaine : c’est beaucoup moins que d’habitude, annonce un médecin, qui détaille : « quelques fractures et un traumatisme de l’oeil« . Moins de blessés, car moins de bombes défectueuses. Pourquoi ? Le 31 décembre au matin, la police locale a saisi six tonnes d’explosifs de fabrication artisanale.

 

Pourquoi donc nos amis italiens trouvent-ils normal de défier le pouvoir pour les feux d’artifice mais acceptent-ils la dictature vaccinale et l’obligation de celle-ci ?

Quelque chose doit m’échapper…

 1,206 total views,  3 views today

image_pdf

1 Commentaire

  1. Nom d’un pétard, mais c’est vrai! Braver l’interdiction des feux d’artifices et accepter le vaccin? Bizarre!

Les commentaires sont fermés.