Je n’en peux plus des profs qui invectivent nos enfants non vaccinés ! C’est pas ça l’école !

Illustration: il en faut peu pour être heureux !

 

Je me pose de plus en plus la question, à quoi sert l’école ? A éveiller les consciences ? Apprendre à réfléchir, s’instruire, connaître son histoire ? Eh bien permettez-moi d’en douter quand je vois les contenus de cours de mes enfants, les méthodes délétères utilisées; je passe mon temps à essayer de rattraper les dégâts au point que je ne sais plus où donner de la tête pour contrer les effets de ce bazar se voulant instruction. C’est catastrophique ! Je me demande aussi à quoi sont payés les enseignants, apprendre aux jeunes esprits à savoir utiliser leur cerveau, ou bien leur bourrer le crâne avec les horreurs transgenres par exemple, et maintenant les insanités covidistes.

Je viens d’apprendre en discutant avec l’amie de ma fille, collégienne de son état, qu’elle est, d’après l’un de ses professeurs, une égoïste, une irresponsable car non vaccinée. D’ailleurs pour ce dernier, tous ceux refusant la sacro sainte injection sont des gens qui ne pensent qu’à leur gueule et incapables d’avoir de l’empathie pour les autres donc bons pour l’asile ! Oui rien que cela ! Effectivement, on est chez les fous !!!

Je suis tombée des nues, enfin presque, car le constat est bien là, tout est possible avec la folie covidiste de beaucoup de nos concitoyens. Nombreux sont ceux qui perdent les pédales, et s’embarquent sans recul aucun dans le bateau ivre de la propagande gouvernementale. On pourrait pu espérer que le corps enseignant, lui, n’entre pas dans ce délire et ne se laisse pas gagner par la fièvre du Covid 19, mais force est de constater que toutes les couches de la société ont leur lot de moutons, de bêtes de somme, prêts à marquer du sceau de l’infamie les proscrits que sont les non vaccinés.

Par conséquent, est-il de trop de rappeler que les enseignants ne sont pas là pour faire les pères la morale, relayer le baratin de nos gouvernants, mais là pour enseigner, ce que ne font plus quantité d’entre eux ? Nombreux sont ceux qui mettent les gosses sur les sites Internet et vas-y que débrouillez-vous. Pour eux, c’est comme cela que l’on doit apprendre au 21ème siècle, on survole toutes les connaissances sans vraiment les comprendre, tout se fait dans la superficialité. Il n’y a quasiment plus de cours magistraux, c’est ringard, paraît-il. Et pourtant, les générations antérieures ont bien appris de cette manière et curieusement s’en sortaient assurément mieux, allez savoir pourquoi ?!?! Mais aujourd’hui, c’est vogue la galère, advienne que pourra ! Le pédagogisme a pris le dessus sur le pragmatisme, le bon sens ! On constate la dégringolade du niveau d’énormément d’élèves sans chercher à discerner où le bât blesse. Il est plus aisé de s’en prendre aux gamins et de dire qu’ils sont des têtes de pioche qui ne veulent pas apprendre. Peut-être pour certains, mais beaucoup ne demandent qu’à s’instruire et appréhender ce qu’ils apprennent.

Souvent, cela n’a ni queue ni tête et surtout fini les bons vieux cours de français avec grammaire, orthographe, développement du vocabulaire, rédaction, non non, c’est mieux, excusez-moi, d’enculer les mouches en plein vol avec des concepts fumeux. Au collège, par exemple, ils passent des mois et des mois à apprendre le vocabulaire du théâtre, de la mythologie alors qu’ils ne connaissent même pas le langage commun, la syntaxe correcte d’une phrase. Cherchez l’erreur ! Je n’ai rien contre tout cela, mais il me semblait que le plus important c’était de donner la possibilité à nos enfants d’acquérir les fondamentaux de notre langue, pour à terme s’exprimer avec aisance et surtout correctement. Point de tout cela, ils tournent en rond avec des délires de bobos. C’est mon opinion mais quand même forgée, je dis ça je dis rien, à partir de mon vécu avec mes deux ados. Je pense, en l’occurrence, que le Covid a eu pour effet de mettre à nu l’inconséquence de notre système scolaire. Combien d’enfants se sont ramassés à la suite de tous ces pseudo cours, en ligne, en distanciel, je dirais merdiques plus qu’autre chose ?

 

Mais non tout va bien Madame la Marquise, non contents qu’ils sont d’abrutir nos cerveaux tendres, place maintenant au contrôle social, à la culpabilisation. Je ne savais pas que notre école, c’était la Stasi, là pour rééduquer les réfractaires à la soupe infâme de la doxa vaccinale.

 

Je n’accepte pas toute cette ambiance délétère qui fait de nos petits, nos jeunes, des criminels. D’abord, c’est à nous parents de décider pour la santé de notre progéniture, je refuse qu’un enseignant, qui verra mes enfants seulement un an dans sa vie, décide de leur avenir. C’est quoi cette affaire hallucinante !!!

Et n’oublions pas ces grandes messes incessantes où l’on rassemble les enfants afin de les rappeler à l’ordre, pour un oui ou pour un non, quant au port du masque, les gestes barrières. Les enfants sont sommés de ne pas s’approcher les uns des autres, de ne pas chercher à respirer un bon bol d’air frais au cours de la journée, non attention car cela serait retors, malsain, vicieux de leur part. Oui rien que cela. Nous n’arrêtons pas de recevoir des courriels allant dans ce sens, disant qu’ils sont des vilains inconscients, qu’il faut qu’ils prennent acte de la gravité de la situation. C’est usant et tellement injuste pour notre jeunesse qui se dessèche à vue d’œil.

Mon fils, l’année dernière, ayant changé de niveau et ne connaissant personne parmi ses nouveaux camarades de classe, en avait fait les frais, il avait déprimé sévèrement, ce qui l’avait amené finalement à un total désinvestissement de ses études. Nous, les parents, avions dû nous battre sans relâche pour le sortir de sa tristesse chronique. Heureusement, aujourd’hui, il a passé le cap mais combien d’enfants dans son cas n’ayant pas eu sa chance et n’ayant trouvé rien de mieux que d’en finir avec cette vie de fou ?!?! Assassins d’enfants !!!

Définitivement, je refuse que ces loustics viennent faire la morale à nos enfants. J’ai donc dit autant à ma fille qu’à son amie qu’elles ne devaient pas se laisser impressionner par ce genre de personnes se décrétant gendarmes de la pensée ou sanitaires. Je leur ai rappelé, ce qui est de l’ordre du criminel, de l’égoïsme sans oublier, chose importante, le bon sens !!! Ouf ces deux jeunes filles sont des battantes et ne se laisseront pas blouser par la ritournelle Covid égal à fin du monde donc régime vaccin pour tous.

Triste école, déplorable système scolaire qui est passé maître en propagande mais en transmission de savoir, que dal, nada, niet…

 1,393 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. L’éducation nationale a commencé à dégringoler sévèrement dès le début des années 70. Difficile de trouver une grammaire, un livre de textes qui tiennent la route. Des profs incompétents mais imbus de leurs qualités « pédagogiques ». Profs de français commettant des fautes de syntaxe et d’orthographe, profs d’histoire lisant le manuel d’histoire en hurlant. Mais critiquant avec virulence les profs certifiés et agrégés, au prétexte que ceux-ci en savaient trop et que leurs connaissances passaient au-dessus de la tête des gamins.
    J’ai quitté l’enseignement quelque douze ans après l’obtention du Capes, en me demandant dans quel but l’Etat tenait à fabriquer des crétins , incultes et dépourvus du sens de l’analyse critique.

  2. Les enfants n’auront comme souvenirs que des personnes masquées. Tout s’effondre, les valeurs, l’humanisme, l’école, l’entreprise, les relations sociales et humaines.

  3. A Samia.Je Vous felicite, Vous et tous Les patents qui ont le courage et l’honnetete de ne pas de voiler la face et m’eduquent pas leurs enfants a avoir l’esprit moutonnier, l’esprit de clocher.Naguere ou plutot Jadis, l’ecole etait encore cet havre de paix,ce lieu de connaissance, d’instruction ou ,une fois la legende nationale transmise, le savoir accumule,le corps enseignant dans son ensemble,se consacrait a developer chez ses eleves ,le sens de la decouverte, la curiosite,l’esprit critique , le gout de l’excellence en Les exposant a la literature et a la langue Francaises, a l’histoire…Sauf Les plus ardents des soixante-huitards attardes, fumistes avec leur lecture du Nouvel Obs, leur irresistible besoin de partager leurs opinions, leur vie, pour qui une belle journee ne pouvait pas etre pluvieuse et froide mais forcement ensoleillee et chaude, « sea,sex and sun » oblige!
    Cette vague soixante-huitarde-la n’a cesse de deferler sur l’ecole.ceux-la et leurs heritiers ont introduit Microsoft a l’ecole,l’education sexuelle, l’agenda progressistes…Des collabos pour la plupart, et maintenant Pfizer et ses seringues. En Israel, beaucoup ont prepare le terrain pour laisser le loup entrer Dans la bergerie.Seulement maintenant que le loup penetre dans les ecoles elementaires parce que seuls 13 pour cent des 5-12 ont ete vaccines pat leurs, parents manifestent ,refusent et s’organisent pour empecher le ministere de la sante et le ministere de la defense passive de manipuler, detourner la volonte des parents, en ayant entame une vaccination tous azimuths,vaccins classiques,anti-gripal et Pfizer .Avec son lot d’erreurs involontaires bien-sur- Oh desole! Votre enfant a ete vaccine avec le »vaccin »a Arn-messager Pfizer!
    Helas, beaucoup trop dans le corps enseignant sont des collabos, des laches ou des cyniques.Et certains parents qui veulent croire au Pere Noel parce que cela Les arrange aussi!
    Je devais commencer a enseigner lorsque la crise covidienne a commence, J’ai refuse de collaborer. Je ne juge pas Les enseignants qui n’ont pas ,comme moi, un conjoint qui gagne sa vie et/ ou qui a Les moyens de ce refuse .Mais au moins qu’ils ne participent pas a ce crime contre la jeunesse en participant a la propagande et aux restrictions!

  4. Bonjour @Samia

    C’est drôle car cet article correspond parfaitement à ce que nous vivons avec nos enfants. Si, chez nous, les profs ne nous tanent pas avec la vaccination (ouf !), en revanche, nous sommes éberlués par la nouvelle « pédagogie » et le contenu des programmes.

    Il paraît que l’élève doit « construire son propre savoir » : il perd donc beaucoup de temps sur internet pour compléter le cours de certains profs. Malheureusement, avec la tablette imposée par l’EN, les enfants regardent parfois n’importe quoi (genre vidéos YouTube de Norman, jeux en ligne…).

    Au collège, ils auront passé des mois à étudier l’islam, cette merveilleuse et conquérante religion de paix et d’amour. Mais presque rien sur le christianisme (sauf les côtés sombres : l’extermination des Saxons, les Croisades, l’Inquisition…) ou le judaïsme. 0 cours évidemment sur les religions de 50% des habitants de la planète (bouddhisme, confucianisme, taoïsme, hindouisme, animisme).

    Ils ne connaissent rien non plus à la géographie française mais tout sur le recyclage, le réchauffement climatique, les énergies « vertes » et notre « monde de migrations ».

    Rien sur l’histoire non plus sauf l’esclavagisme, le commerce triangulaire (pas arabo-musulman bien sûr) et le colonialisme. Hitler et le totalitarisme nazi sont très étudiés, laissant de côté les horreurs du communisme…

    Voilà, voilà… je pourrais en écrire des tartines !

    • Dernière chose : l’établissement a supprimé dernièrement la moyenne générale de la classe pour ne pas discriminer les élèves médiocres ou les cancres (elle n’était de toute façon pas nominative). Du coup, impossible de se faire une idée du rang, de la place, de nos enfants. Mon fils me demande alors « à quoi cela sert de travailler puisque l’effort n’est pas récompensé ? » On se demande également comment les établissements supérieurs (écoles d’ingénieurs par exemple) vont sélectionner les étudiants puisque « la moyenne ne rentre pas en compte dans Parcoursup » (lettre de notre directeur de lycée)

      Apparemment, la moyenne ne rentre plus en compte non plus pour passer à la classe supérieure et dans le choix de la filière.

  5. C’est bien que les parents commencent à se réveiller mais tout cela n’est pas une nouveauté à l’Education Nationale. Mes enfants ont la quarantaine et j’ai été obligée de les enlever de l’école publique lorsqu’ils étaient en primaire … Cela a été difficile, en organisation familiale, en argent, j’ai été « mal vue » par certains qui trouvaient trop chouette que les instituteurs emmènent les enfants en « classe de mer » pour faire vivre une « expérience » à des petits de 8 ans. Une institutrice m’a même dit que mon amour maternel était « égoïste », savoureux venant d’une femme qui vivait, de notoriété publique, avec une autre femme et qui n’avait pas d’enfant …

    • Je précise bien que cette institutrice aurait pu vivre avec Mère Thérésa ou le dalaï-lama, ce n’était pas le problème. La moutarde a commencé à me monter au nez, quand, tout au début du projet, les enfants ont eu comme consigne d’aller « faire la manche » auprès des voisins pour financer leur classe de mer, ce dans un village CSP+++ …Le plus étonnant est que j’ai été la seule mère à contester …

  6. On ne sait pas ou Samia a acheté ses nouvelles piles, mais je crois que ce sont des DuraKuire ! Attention, pas touche à sa progéniture et par extension naturelle aux enfants en général ! C’est un plaisir de lire ton billet Samia. Un vrai grand plaisir !

Les commentaires sont fermés.