Chantal Uren, 37 ans, lutte contre un AVC qu’elle attribue au vaccin Pfizer

Chantal Uren, officier de police,  partage son histoire terrible sur la réaction au vaccin Pfizer.

  • Elle témoigne sur les réseaux, provoquant la réaction des « experts médicaux »  qui nient cet effet secondaire possible et disent que c’est de la désinformation.
  • Un sénateur la défend dans les médias : les caillots sont un effet secondaire reconnu du vaccin et ceux-ci provoquent des accidents vasculaires cérébraux.

 

Daily mail 16 nov

PERTH, AUSTRALIE – Une femme de 37 ans,  officier de police d’Australie occidentale soufre  d’un accident vasculaire cérébral (AVC) après avoir reçu le vaccin Pfizer.

Obligée de se faire vacciner pour garder son emploi

Chantal Uren avait  écrit dans un long message sur Facebook  qu’elle n’avait  pas l’intention de se faire vacciner jusqu’à ce que son employeur le rende obligatoire.

« En août, mon employeur a annoncé que toute personne non vaccinée contre le COVID serait traitée différemment en devant porter un masque en permanence sur le lieu de travail, exclue des bâtiments et mutée de son poste pour lequel elle a travaillé dur vers un emploi de type bureau si elle n’est pas vaccinée. »

 

Malgré ses réticences, Mme Uren reçoit son premier vaccin Pfizer à la fin du mois d’août.

Chantal Uren, 37 ans, reçoit sa première injection Pfizer en août et est hospitalisée quelques semaines plus tard pour un accident ischémique transitoire, souvent appelé « mini-AVC ».

Quelques semaines après l’incident, Chantal Uren a régulièrement donné des nouvelles à ses followers sur Facebook et publié des photos de l’hôpital, tout en conseillant aux autres de ne pas se faire vacciner avec le COVID-19.

« Le matin de mon rendez-vous, j’avais vraiment peur de me faire vacciner car je savais que ce n’était pas fait pour moi.

Malheureusement, j’ai plaisanté avec le médecin en disant « Je serai celle que le vaccin tuera ». Malheureusement, cela aurait pu arriver.

Pendant les trois semaines et demie qui ont suivi, elle a souffert chaque jour d’éruptions cutanées, de fièvres allant jusqu’à 39,7, de douleurs musculaires, de symptômes grippaux, de nausées, de vomissements, de diarrhée, de pression dans les sinus et d’une toux si forte qu’elle avait l’impression que ses vaisseaux sanguins allaient lui « exploser » au visage.

Selon Mme Uren, le vaccin est  la cause de l’accident vasculaire cérébral qui lui a laissé des séquelles.

Mme Uren a régulièrement donné des nouvelles de son rétablissement à ses amis sur Facebook et a partagé des photos montrant un côté de son visage paralysé.

Les publications de Chantal Uren sur Facebook ont suscité une telle attention qu’elles ont provoqué une réaction négative de la part des « experts médicaux ».

Mark Duncan-Smith défend le vaccin Pfizer et nie tout lien entre vaccin et AVC

Le président de l’Association médicale australienne d’Australie occidentale, Mark Duncan-Smith, a déclaré que rien ne prouve que le vaccin Pfizer soit lié aux accidents vasculaires cérébraux.

Il a déclaré que ce n’est pas parce que quelqu’un souffre de ce genre d’effets sur la santé après avoir reçu son vaccin qu’ils sont liés.

Il a déclaré au West Australian :

« C’est comme dire que j’ai eu mon injection Pfizer et que deux semaines plus tard, j’ai eu un accident de voiture. Par conséquent, les injections Pfizer provoquent des accidents de voiture.

Il n’existe aucune preuve que Pfizer soit associé aux accidents vasculaires cérébraux ou aux AIT.

Ce n’est pas parce que quelque chose se trouve sur les médias sociaux ou sur Internet que c’est factuel. Et la TGA n’est pas impliquée dans une conspiration et, tout simplement, Pfizer n’est pas associé aux accidents vasculaires cérébraux ou aux AIT.

Ces événements sont souvent des coïncidences, plutôt que d’être causés par le vaccin, donc toute tentative de lier les deux en se basant uniquement sur une association temporelle est trompeuse. »

Le nombre d’attaques contre Uren a également suscité une réponse de l’homme politique australien et sénateur du Queensland, Gerard Rennick.

 

« Les médias grand public ont atteint un nouveau niveau de faiblesse aujourd’hui en attaquant Chantal Uren pour avoir diffusé des informations erronées sur Covid.

S’en prendre à quelqu’un qui souffre d’un accident vasculaire cérébral et d’autres problèmes de santé montre bien jusqu’où les médias sont prêts à aller.

Un médecin affirme qu’il n’y a aucune preuve scientifique que le vaccin Pfizer puisse causer des accidents vasculaires cérébraux.

Il s’agit bien sûr d’une bêtise puisque les caillots sont un effet secondaire reconnu du vaccin et que les caillots provoquent des accidents vasculaires cérébraux.

En outre, comme le cite le Herald Scotland, « une recherche portant sur près de 30 millions de personnes a révélé que les admissions à l’hôpital ou les décès dus à des caillots sanguins et à des troubles de la coagulation augmentaient pendant de « courts intervalles de temps » après les premières doses des vaccins Pfizer-BioNTech ou AstraZeneca….. Une analyse plus poussée a révélé qu’entre les jours 15 et 21, après la première dose du vaccin Pfizer, le risque d’accident vasculaire cérébral causé par un caillot sanguin dans le cerveau (accident ischémique cérébral) augmentait de 12 % ».

Le médecin s’enfonce  encore plus en comparant un AVC à un accident de voiture. Un accident vasculaire cérébral est un résultat biologique, un accident de voiture est un résultat mécanique ou une erreur humaine. Les deux ne sont en aucun cas liés.

La communauté médicale devrait avoir honte de ce médecin pour son intimidation et sa désinformation. » (le sénateur du Queensland, Gerard Rennick).

 

 218 total views,  3 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Quand je pense qu’ils veulent qu’on soient tous vaccinés. Que feront ils si nous refusons, ils réouvriront les bagnes ?

  2. Je suis partisan de leur injecter leur poison avec huissier pour vérifier qu’il s’agit bien du vaccin;Et que tous ceux qui veccinent comme le vendeur ne veut pas le faire assumer par écrit avec temoin qu’ils assumera les effets secondaires de ce vaccin personnellemnt!
    Ex épouse pas de retraite il s’engage a lui verser la mème somme et payer les travaux que son mari ne peut plus faire !Après il aura tout le loisir de se retourner contre Pfyzer qui lui a menti!Mais lui c’est un professionnel a mors il doit assumer!

  3. Je suis désolé pour cette énième victime du poison Pfizer, évidemment.
    Mais faut-il rappeler qu’elle est membre des forces du désordre, chargée d’appliquer avec une extrème brutalité la dictature bio-terroriste ? Et les flics australiens feraient presque passer les flics français pour des bisounours à ce niveau.

    Revenons sur ce qu’elle écrit :
    « En août, mon employeur a annoncé que toute personne non vaccinée contre le COVID serait traitée différemment en devant porter un masque en permanence sur le lieu de travail, exclue des bâtiments et mutée de son poste pour lequel elle a travaillé dur vers un emploi de type bureau si elle n’est pas vaccinée. »
    Elle risquait donc juste d’être retiré du terrain, c’est à dire de ne plus pouvoir terroriser des pauvres gens qui ne portent pas le masque, la police australienne vérifiant même les gobelets de ceux qui enlêvent leur masque pour boire leur café.

    « Le matin de mon rendez-vous, j’avais vraiment peur de me faire vacciner car je savais que ce n’était pas fait pour moi. »
    Ce n’était pas fait pour elle, mais ça convient aux autres ?

    Même si la population générale est un ramassis de moutons, c’est bien la police qui choisit de massacrer les récalcitrants. Ce sont les « soignants » qui pendant des mois nous ont seriné de rester chez nous, que le contrevenant était un assassin en puissance qui risquait de propager la grippe chinoise, que les hôpitaux étaient engorgés, que les corps s’entassaient dans les couloirs, alors qu’ils étaient vides.
    Ils se sont finalement réveillés (enfin certains) quand on leur a dit qu’ils n’auraient plus de passe-droits.

    La flicaille en France est pour l’instant épargnée, mais jusqu’à quand ? Se réveilleront-ils ? Ou continueront-ils à passer leurs nerfs sur la populace ?
    En Hollande ils tirent à balles réelles sur les récalcitrants qui manifestent, la Guadeloupe est en état de guerre. Avant on leur envoyait des centaines de « soignants » pour les piquer de force, maintenant des centaines de bleus avec des blindés pour les mater.
    Vive la démocratie, vive la république, vive la France, ce phare des lumières et des libertés…

  4. Pauvre petite femme. Qu’elle repose en paix.
    Ces salopards nous veulent notre mort.
    Cela finira mal pour eux.

  5. Combien de fois faudra t il le répéter ? Le produit de Pfizer, est une thérapie génique en phase d’expérimentation et validation en 2023 !!! Mais bon, Pfizer uber alles.

    • Voyez vous pas un mot sur la téloche car ce vaccin étant en phase d’expérimentation vous n’étes pas obligé de vous vacciner avant 2023!Encore faut’il que le gouvernement le rende obligatoire mais la il sera responsable de fait d’avoir rendu ce vaccin obligatoire!car les effets secondaires étant dévastateurs!L’ASM ne l’homologuera jamais!a moins qu’ils mettent dedans du sérum physiologique!

    • Ils ne sont pas les seuls tous ceux qui ont participé de prés ou de loin a cette arnaque aussi!

  6. Affligeant de voir la façon dont cette policière est traitée. Le pseudo travail des « pisse-copie » aurait maintenant plus de valeur que celui des soignants, des pompiers ou des forces de l’ordre…. Quand au postulat suivant: [Le médecin s’enfonce  encore plus en comparant un AVC à un accident de voiture. Un accident vasculaire cérébral est un résultat biologique, un accident de voiture est un résultat mécanique ou une erreur humaine. Les deux ne sont en aucun cas liés.] Il est malheureusement assez fréquent que des accidents de la circulation soient causés par une atteinte cardiaque ou vasculaire subie par un conducteur. C’est aussi valable pour l’exercice de toute profession nécessitant la mise en œuvre d’une machinerie ou la gestion d’une situation à risque (conducteur d’engins, opérateurs de machine, plongeurs, techniciens ou ouvriers travaillant en hauteur, sous terre, sous l’eau, la liste n’est pas exhaustive…). La conjugaison « pseudo vaccin » + « situation à risque » entraîne un risque de décès ou de séquelles de « aggravé » à « probable » voir « quasi certaine » et même « certaine » en l’absence d’aide extérieure immédiate (cas de la plongée profonde par exemple). C’est l’environnement, le « terrain est tout » comme aurait pu confirmer Beschamps et ceci déterminera l’issue bénigne ou fatale de « l’effet secondaire ».

    • Vous avez parfaitement raison.
      De nombreux accidents de la route inexpliqués sont tout simplement classés en défaillance humaine ou malaise du conducteur.

      • … mécanique ! Car c’est comme pour le vaccin, pour vendre, on cache la vérité ! Pourquoi croyez-vous qu’on rappelle certains véhicules ?

      • Pas vraiment. Quand la cause d’un accident de la route est indéterminé, il est classé  » vitesse excessive  » ou  » vitesse excessive en raison des circonstances « . Ça permet d’alimenter un autre mythe  » la vitesse est la principale cause d’accident de la circulation  » et donc de justifier les radars, les voitures radars, le permis à point, l’avalanche de prunes à 135€ à payer même en cas de contestation. Même chose pour le vaccin : on a inventé une pandémie, créé une obligation vaccinale de fait avec toute une foule d’interdictions à la clé et une avalanche de prunes à 135€. Il vous reste une alternative : payer les prunes à l’État ou payer le vaccin à Pfizer. Éventuellement payer de votre santé mais de ça,  » ILS  » s’en foutent !

  7. Il faut leur injecter ce vaccin de force et sous control ,a tout ces gens qui veulent l’inoculer à tous !

Les commentaires sont fermés.