Une nouvelle définition du viol « par surprise » faite pour exonérer les femmes qui couchent avec de parfaits inconnus

Bande de dégénérés Justice Publié le 17 novembre 2021 - par - 6 commentaires

Jack Sion, un retraité approchant du 4ème âge, a réussi à berner 350 « nanas » qui se sont prêtées au jeu de venir chez lui sans l’avoir jamais rencontré, avoir des relations sexuelles avec lui les yeux bandés et attachées à un lit après s’être préalablement dévêtues dans sa salle de bains !

https://www.slate.fr/societe/lamant-imaginaire/episode-3-sites-rencontres-nice-anthony-laroche-jack-sion-personnalite-portrait-bdsm-viol

La scène, digne du Décaméron de Boccace, est pourtant véridique si l’on en croit la presse et le procès qui lui est fait.

Ce vieux monsieur serait parvenu à ses fins en se faisant passer pour Anthony Laroche, un « méga beau gosse » vivant à Nice près de la promenade des Anglais sur un site de rencontres amoureuses.

 

Ces filles qui, si l’on en juge par les photos qui circulent, faisaient plutôt partie du « bas du panier » se sont imaginées que le prétendu architecte d’intérieur doté de tous les atouts possibles, prince charmant « au pieu » vivant à des centaines de kilomètres de chez elles, avait envie de faire « crac crac » avec elles et ont accepté à cette fin tous les risques possibles afin de satisfaire les envies de leur « foufoune ».

Incroyable mais vrai ! Et combien de gentils garçons, d’hommes charmants laissés par elles sur le bas-côté de Meetic pour ne pas être assez parfaits à leurs yeux ?

 

De même, combien de gentils garçons et d’hommes charmants dédaignés parce que pas assez bronzés pour les dames qui préfèrent trouver de la « chaleur » entre les bras d’un mec « venu d’ailleurs » et qui, après moult torgnoles, finissent par le regretter ?

Combien étaient-elles encore pendant la Seconde guerre mondiale à avoir couché avec des Allemands pendant que leurs pères, maris, frères, cousins étaient au front et revenaient blessés à jamais ou ne reviendraient jamais ?

Heureusement, toutes les femmes ne sont pas ainsi, mais il est certaines filles légères qui n’ont que faire des idéologies mortifères, de la loyauté ou du bon sens pourvu qu’elles trouvent « quéquette » à leur pied !

Ainsi ces dames s’imaginaient qu’Anthony l’homme idéal ne parvenait pas à trouver son bonheur sur la Riviera et qu’il n’attendait qu’elles…

Et quand bien même ç’aurait été le cas, est-il ordinaire de rencontrer un homme, même pour une « histoire de fesses », de cette façon : entrez mademoiselle, mettez-vous nue dans la salle de bains, bandez-vous les yeux, je tire mon coup et vous rentrez chez vous sans même m’avoir vu…

La justice a pourtant tranché : Jack Sion, homme blanc, passera 8 ans en prison.

A son âge, autant dire qu’il y finira sans doute sa vie…

https://www.midilibre.fr/2021/10/29/montpellier-condamne-a-huit-ans-de-prison-jack-sion-le-faux-play-boy-de-nice-fait-appel-9898021.php

Le « viol par surprise » fait donc partie de la panoplie du « néo-féminisme ».

https://www.bfmtv.com/police-justice/viol-par-surprise-8-ans-de-prison-pour-le-septuagenaire-qui-usurpait-l-identite-d-un-mannequin_AN-202110290316.html

Mais on ne m’ôtera pas de l’esprit que cette histoire aurait sans doute inspiré à Boccace un épisode du « Décaméron », épisode qui ne se serait pas terminé par un procès !

Troisième jour : reine — Neifile : « Où l’on parle de ceux qui, par leur ingéniosité, ont obtenu ce qu’ils voulaient, ou ont retrouvé ce qu’ils avaient perdu. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cam%C3%A9ron

Autres temps, autres mœurs…

Le public du Moyen-âge se serait ri de ces femmes qui par orgueil, ont cru qu’un « Anthony Laroche » , « fake » manifeste sur un site de rencontres, leur ferait l’amour les yeux bandés sur la promenade des Anglais… et aurait dédouané le malin Jack Sion d’avoir profité de la situation avec le consentement de ces naïves orgueilleuses.

Les papes ont condamné le « Décaméron » pour sa licence et les amours grivoises que Boccace dépeignait.

La censure emprunte d’autres biais dans notre société désormais avec ce concept de « viol par surprise » qui a pour effet de dédouaner de toute faute les demoiselles qui n’ont pas su dompter leurs bas instincts…

Print Friendly, PDF & Email
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Emilie
Emilie
il y a 11 jours

…J’avais entendu parler de cette histoire, mais j’avoue que je ne m’en souvenais plus!

Le terme de « viol » – qu’il soit « par surprise » ou non – est complètement abusif pour cette histoire (de ce que j’en sais, de l’histoire) : ces filles ont – « seulement » – été trompées… pas violées!

…Elles se sont fait avoir, et on comprend que ça ne leur fasse pas plaisir… mais elles sont seules responsables de leur conn*rie : on n’a pas idée de coucher avec un parfait inconnu (et les maladies sexuellement transmissibles, alors?!!); et si on le fait quand même… je ne sais pas… on refuse au moins de se bander les yeux!

Ces filles ont eu une chance monstre de ne pas être tomber sur « PIRE » : elles ont quand même accepté – en se bandant ainsi les yeux SANS s’assurer d’abord de l’identité de leur « prince charmant »de prendre des risques ET de se mettre en danger…!
Elles auraient pu se faire violer en bandes, séquestrer, torturer… tuer… tout ça parce qu’elles ont été – disons-le – très, très c*nnes…!

Je suis désolée d’avoir l’air méchante, mais bon Dieu…

Julie
Julie
il y a 11 jours

Attendez… Viol c’est quand il n’y a pas de consentement. Même trompées sur la marchandise, ces femmes étaient consentantes. Il est où le viol ?
Non parce que sinon, moi je vais même plus loin : une femme qui se maquille, elle ment sur sa véritable apparence. Voyez ?

Argo
Argo
il y a 11 jours

Et le cumul emploi-retraite? Je serais son avocat je plaiderais en ce sens. Escort-boy-papy, ça en jette?

Niko
Niko
il y a 11 jours

Attention, la loi Schiappa ne modifie pas l’article 222-23 du code pénal concernant la surprise : il en a toujours été ainsi.

Dans le cas présent, la surprise a été caractérisée en amont du rapport sexuel, c’est à dire au moment où les victimes ont rencontré Anthony Laroche sur le net. Si Jack Sion s’était montré comme il était réellement, à savoir un sexagénaire peu attirant physiquement, ses « conquêtes » n’auraient jamais accepté d’avoir un rapport sexuel avec lui. Il est vrai qu’au début de cette affaire, l’accusation de viol n’avait pas été retenue contre M. Sion, car la justice avait considéré qu’il n’y avait pas de surprise : ces femmes sont venues chez Sion/Laroche de leur plein gré et ont consenti à faire l’amour avec lui. Mais la Cour de cassation en a décidé autrement et a finalement retenu la qualification de viol pour les raisons évoquées plus haut.

Néanmoins, je pense que ces donzelles sont sans nul doute parfaitement irresponsables, dans la mesure où elles auraient pu risquer bien pire qu’un rapport sexuel non consenti. Elles auraient pu tomber sur un homme beaucoup plus dangereux qui leur aurait infligé les pires sévices avant de les tuer. D’une certaine manière, elles ont eu de la chance. Moi, à leur place, je n’y serais certainement pas allé.

hello
hello
il y a 11 jours

le « viol » maintenant mis à toutes les sauces a totalement perdu son sens réel : offrons un dictionnaire aux donzelles en mal de publicité pour qu’elles en connaissance la signification

jeanlg75
jeanlg75
il y a 10 jours

Dans ce cas précis, il y a bien viol via une manoeuvre dolosive : le Dol est un délit qui est constitué pour toutes manoeuvres en vue de tromper autrui pour obtenir un avantage au détriment de l’autre. Les femmes auraient-elles accepté si elle avaient vu leur « partenaire » avant ?
L’avocat de ce « violeurs » pourra plaider que les femmes sont seulement victimes de leurs propres imprudences.
Les avocat des « plaignantes » pourront plaider un cas de « viol par ruse (par surprise) ».

Lire Aussi