Qu’il puisse y avoir en 2021 un candidat communiste est monstrueux


Incroyable mais vrai : en 2021, en France, il y a encore, toute honte bue, un candidat communiste ! Plus que jamais s’impose la nécessité d’un « Nuremberg » du communisme !
Fabien Roussel, le patron du Parti communiste en France, est aussi candidat aux élections présidentielles de 2022.
Dans une parfaite continuité d’abjection lénino-stalinienne, ce personnage a sans vergogne appelé à ce que soit interdite la candidature d’Éric Zemmour.
Mais c’est le fait qu’il puisse y avoir encore aujourd’hui en France un candidat communiste qui est particulièrement monstrueux.
Dès son congrès de Tours, à la fin de l’année 1920, le Parti communiste français, approuvant les « 21 conditions de Moscou » rédigées par Lénine, entamait l’histoire de son approbation inconditionnelle du système soviétique dans toute son ampleur criminelle jusqu’en 1990.

C’est le 16 novembre 1948 que devant l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur, le socialiste Jules Moch, héros des deux guerres, père d’un fils résistant tué par la Gestapo, martelait, pesant bien ses mots dans un discours titré « le communisme et la France » : « Le bolchevisme moderne est la plus gigantesque entreprise de dépravation de l’homme qui ait jamais existé. »
Le parti du camarade Roussel avait approuvé en 1920 la création de la Tchéka, la police politique d’extermination omniprésente, omnipuissante, voulue dès 1917 par Lénine et Troski, dirigée par Félix Dzerjinski, monstre de cruauté, qui officiait à la Loubianka, le grand centre de la torture soviétique au cœur de Moscou. Ce dernier exigeait des tortionnaires qu’il recrutait de « faire souffrir le plus possible et le plus longtemps possible » ses victimes.
Dans le quotidien du parti, l’Humanité, son poète Aragon a appelé de ses vœux la création d’un « Guépéou » (nouveau nom de la Tchéka) à la française, et à chanter « l’éclat des fusillades ».
Le parti du camarade Roussel a approuvé l’organisation par la Tchéka puis par le Guépéou, puis par le NKVD, des famines génocidaires des paysanneries d’Ukraine et du Caucase pendant les années 1930-1932 avec plus de cinq millions de victimes. Il a approuvé la grande Terreur des « purges » staliniennes des années 30.
Le parti du camarade Roussel a glorifié avec Aragon les éliminations des dirigeants soviétiques que Staline n’aimait pas, par les Procès de Moscou.
Le parti du camarade Roussel a approuvé les tortures et éliminations perpétrées par les communistes pendant la guerre civile espagnole bien sûr contre les nationalistes mais aussi contre les autres composantes du camp dit « républicain ».
Ce parti, doublement collabo, a soutenu le pacte germano-soviétique entre Hitler et Staline signé le 24 août 1939. Il a approuvé l’invasion de la moitié de la Pologne par la Wehrmacht le 1er septembre, et celle de l’autre moitié par l’armée rouge, le 17 septembre. Il n’a rejoint la Résistance en France, après dix-huit mois de collaboration, qu’après l’éclatement de la guerre en juin 1941 entre soviétiques et nazis.
Ce parti a choisi délibérément le camp de la trahison au profit du Viêt Minh pendant la guerre d’Indochine. C’est un de ses agents, le traître-tortionnaire Georges Boudarel, qui a lui-même tenu les fonctions de « commissaire politique » dans le camp 113 où la proportion des morts égala celle des camps de la mort du nazisme.
Ce parti a soutenu pendant la guerre d’Algérie le camp des ennemis de la France.
Mais on n’en finirait pas d’esquisser le bilan du communisme, du plus gigantesque système de mort qui ait jamais existé en effet, avec désormais ses plus de cent millions de victimes.
Comme l’écrivait le grand Soljenitsyne : « le communisme tuait avant que le nazisme ne tue, il tue hélas toujours alors que le nazisme a été heureusement vaincu. »
On ne s’abaissera pas à exiger que le camarade lénino-stalinien Roussel ne puisse se présenter à l’élection présidentielle. Mais le triste pour notre pays est qu’il puisse y avoir encore chez nous un parti communiste et un candidat pour le représenter.
En revanche, plus que jamais s’impose pour l’honneur de l’Histoire la mise sur pied d’un tribunal international pour juger des crimes communistes contre l’humanité. Nous avions été les premiers à réclamer cela dès 1979 lors de notre campagne « contre l’organisation en 1980 des Jeux Olympiques à Moscou, pays du goulag. »
Aujourd’hui, alors qu’en Chine, en Indochine, en Corée du Nord, le communisme tue toujours immensément et que ses virus mutants se propagent dans les révolutions « woke » et islamo-gauchistes, la nécessité de ce tribunal s’impose toujours.
Bernard Antony
https://www.lagrif.fr/incroyable-mais-vrai-en-2021-en-france-il-y-a-encore-toute-honte-bue-un-candidat-communiste-plus-que-jamais-simpose-la-necessite-dun-nuremberg-du-communisme/

 182 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Le parti communiste a été fondé pour rassembler les moins que rien, les neuneus, les collabos, les traîtres, etc..,etc…

  2. Il y a bien le candidat Macron……
    Alors, un candidat communiste, c’est un moindre mal….

  3. Le 3 mars1918, les bolcheviks ont signé la paix de Brest-Litovsk afin de mettre fin à la guerre qui opposait la Russie tsariste aux empires centraux, Allemagne en tête. Ce fut une véritable trahison de la Triple Entente et permit aux Allemands et Austro-Hongrois d’envoyer sur le front ouest des divisions supplémentaires qui auraient pu faire basculer le sort de la guerre en leur faveur. Ce fut aussi le début d’une coopération économique entre l’Allemagne et l’URSS, même si le traité fut dénoncé par les bolcheviks le 13 novembre 1918.
    En juin 1940, le camarade Staline a envoyé un message de félicitations à son complice Hitler après sa victoire sur la France.
    Les ouvriers de l’armement communistes sabotaient les armes et engins expédiées aux forces françaises qui se battaient en Indochine.
    Les cocos ont mené des actions anti-Pieds noirs d’une rare bassesse.
    Ce parti n’est donc qu’un ramassis de traîtres et de dictateurs potentiels. C’est une organisation mafieuse qui a été financée pendant des décennies par l’URSS et récolte des millions d’euros grâce aux CE de la CGT.

  4. Qu’il puisse y avoir encore un parti communiste en France et d’autres lieux est déjà une monstruosité en soi.

  5. Il faut rappeler sans cesse toutes les Horreurs du communisme et du socialisme à travers le monde pour que des ordures et traître comme le fabien roussel soit démoli et qu’il perde toute crédibilité il faut appliquer les mêmes méthodes que ces salopards appliquent contre Eric Zemmour!

  6. Merci pour ce petit récapitulatif historique.
    On n’imagine pas les capacités de nuisance, et l’inhumanité de cette idéologie macabre et destructrice.
    Il existe des braves gens en province qui votent coco sans savoir pour qui ils votent.

  7. Et maintenant ils refont la même chose avec l’islam, ainsi que le parti mafieux LREM de Macron.
    Et le pire c’est qu’ils vont encore demander à leur adhérents de revoter Macron ,contre Zemmour et Marine.
    Ces connards de gauchos sont tous les mêmes. le pire c’est qu’il y a des Français qui les suivent et les soutiennent.

  8. La France qui passe sa vie à sortir des lois pour emmerder tous les Français devraient en sortir une qui met directement en prison les communistes.
    Également, comment se fait-il que les communistes qui défendent des thèses staliniennes maoïstes et autres du même gabarit, 100 millions de morts pour le communisme, ne passe pas devant les tribunaux pour incitation à la haine ?
    « Nous pouvons néanmoins établir un premier bilan chiffré qui n’est encore qu’une approximation minimale et nécessiterait de longues précisions mais qui, selon des estimations personnelles, donne un ordre de grandeur et permet de toucher du doigt la gravité du sujet :
    URSS, 20 millions de morts,
    Chine, 65 millions de morts,
    Vietnam, 1 million de morts,
    Corée du Nord, 2 millions de morts,
    Cambodge, 2 millions de morts,
    Europe de l’Est, 1 million de morts,
    Amérique latine, 150 000 morts,
    Afrique, 1,7 million de morts,
    Afghanistan, 1,5 million de morts,
    Mouvement communiste international et partis communistes non au pouvoir, une dizaine de milliers de morts.
    Le total approche la barre des cent millions de morts. »
    Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997. »

Les commentaires sont fermés.