Italie : le Marocain qui a égorgé un jeune homme déclare "Je voulais massacrer un Italien heureux"


Saïd Mechaquat a égorgé un jeune Italien en 2019. Photos: lors de son arrestation.
 

Un crime signé : 

« Les mécréants, frappez-les au cou ! [=égorgez-les !] (Coran 47.4) »

La cour d’assises d’appel de Turin a confirmé la première condamnation et condamné à 30 ans de prison Saïd Mechaquat, l’homme qui, le 23 février 2019 au matin, a tué Stefano Leo à Murazzi, d’un coup de couteau dans la gorge, âgé de 33 ans originaire de Biella.
Arrêté quelques jours après le crime, Saïd Mechaquat a déclaré l’avoir tué « parce qu’il voulait tuer un Italien qui était heureux ». En confirmant la condamnation au premier degré, la cour d’assises d’appel a rejeté les demandes de l’avocat du prévenu qui avait demandé une nouvelle expertise psychiatrique pour son client et la reconnaissance de circonstances atténuantes.
« Je peux seulement dire que notre demande de justice a été reconnue  même si le drame reste », a déclaré Mariagrazia Chieri, mère de Stefano Leo.
« Nous avons eu la confirmation que la justice a fait ce qu’elle avait à faire », a-t-il ajouté refusant alors de commenter le fait que l’accusé lors d’une audience s’était « excusé » pour le geste. « C’est une affaire privée, je ne veux pas commenter », a-t-elle  déclaré.
Pas de perpétuité. L’Italie a une justice ridicule. Trente ans pour avoir massacré un garçon, qui avec toutes les remises de peine finira par faire la moitié.
Certains font de la prison pour avoir exprimé des opinions. Tout est à revoir. 
 

« Je veux tuer un Italien ». Puis le Marocain tranche la gorge de Stefano Leo.
Un couteau pris dans une supérette, le choix de la victime et ce coup à la gorge : la confession choc du tueur  
« Je voulais tuer un jeune homme blanc italien. Pour faire sensation ».
 

Il nuovo ilGiornale.it
 
C’est la confession choquante de Saïd Mechaout, l’assassin de Stefano Leo. Le 23 février, le jeune homme de 27 ans, né au Maroc, a choisi sa victime avec soin. Il a acheté un couteau, puis s’est rendu au Murazzi del Po à Turin et a observé les passants, attendant  » le bon homme « .
« J’ai frappé un homme blanc, en me basant sur le fait évident que jeune et italien aurait fait du bruit », a déclaré Saïd Mechaout aux carabiniers qui l’ont interrogé, selon La Stampa.
 
« Il me suffisait qu’il soit italien, un jeune homme, plus ou moins de mon âge, dont tout le monde sait avec qui il va à l’école, dont tous les parents s’occupent, etc. Ça n’aurait pas causé autant de remous. Je l’ai regardé et j’étais sûr qu’il était italien. Je voulais tuer un garçon comme moi, lui enlever toutes les promesses qu’il avait, ses enfants, l’éloigner de ses amis et de sa famille ».
 
Plus d’un mois après le crime, le Marocain – naturalisé Italien après une adoption – s’est présenté au commissariat pour avouer.
Mais son visage lors de l’arrestation et ce geste des cornes vers les caméras montrent une bravade qui n’a rien de la repentance.
Il a dit qu’il entendait des voix dans sa tête, qu’il voulait tuer à nouveau. Puis il a reconstitué l’histoire.
Ce matin-là, il s’est réveillé dans le dortoir pour sans-abri mis en place par la municipalité et la Croix-Rouge sur la Piazza D’Armi, a traversé la ville et s’est rendu dans un magasin discount de la Via Borgaro où, pour 10 euros, il a acheté un jeu complet de couteaux.
« J’ai pris le plus gros et j’ai jeté les autres », a-t-il dit.
Il avait bien étudié la façon de frapper la victime, avec un couteau dans la gorge : « C’est la façon la plus sûre de tuer », expliquait-il, « Si vous le frappez dans le dos, c’est moins sûr, même si vous le frappez dans le poumon, vous n’êtes pas sûr de le tuer ».
 
Le crime
Avec un couteau dans son sac, le jeune homme de 27 ans est allé au Murazzi, sur Lungo Po Machiavelli.
« Je me suis assis sur un banc. J’ai fumé quelques cigarettes. Les gens passaient par là », dit-il, « J’ai choisi cet endroit parce qu’on peut s’enfuir tout de suite. D’ailleurs, j’avais l’habitude d’y aller souvent le dimanche. »
De son banc, il observait bien les passants. Il recherchait des jeunes gens à l’air heureux, dont la mort ferait sensation. Il s’est également disputé avec un garçon avec un chien qui prenait des photos avec son téléphone portable. Il aurait pu être la victime, mais « à ce moment-là, il y avait des gens ».
Puis Stefano Leo est arrivé. Il portait des écouteurs et des lunettes noires et se rendait au travail. Il n’a pas remarqué que l’homme sur le banc le regardait, qu’il s’est levé et l’a rattrapé alors qu’il montait les escaliers vers la rue – il l’a frappé à la gorge, lui tranchant la gorge, en le dépassant. « Je l’ai vu essayer de respirer », a déclaré Mechaout aux enquêteurs. « Il s’est effondré après avoir monté les escaliers, en essayant de trouver de l’air. Il s’est agenouillé puis est tombé sur le sol. »
À ce moment-là, le Marocain a continué à marcher rapidement vers l’arrêt de tramway de la Via Bava. Il a pris la ligne 16, a caché le couteau dans une boîte électrique et est retourné au dortoir. Il a attendu plus d’un mois avant de se rendre. Et il l’a fait parce que « je n’ai plus l’amour de la vie »  a-t-il dit.
 
« Je voulais frapper une personne heureuse. »
Mechaout a déclaré aux carabiniers qu’il était né au Maroc, à Khourigba. Il s’est marié très jeune dans son pays, puis il s’est séparé et en 2012 il a eu une relation avec une fille de Turin avec laquelle il a également eu un fils.
Mais elle l’a quitté et il est tombé dans le désespoir. Peu d’argent, des petits boulots et beaucoup de colère. Finalement, l’hébergement dans le dortoir pour sans-abri et un sentiment de vengeance l’ont amené à frapper une personne « heureuse ». « J’ai même pensé à me tuer », a-t-il raconté, « que mère nature essayait de me faire tuer alors j’ai pensé à tuer. J’ai dit que je pouvais faire payer Turin pour ce qui appartient à Turin. »
 

 150 total views,  1 views today

image_pdf

29 Commentaires

  1. IL FAUT EXIGER FERMEMENT QUE TOUS LES PAYS D’EUROPE RÉTABLISSENT LA PEINE DE MORT POUR CES POURRITURES D’ORDURES DE MALADES DES CHIENS GALEUX. DEPUIS QU’ILS L’ONT ENLEVÉE LES CRIMES ONT ETE MULTIPLIÉS PAR 300% ET sont en majorité fait par des afromagrébins. il faut absolument leur faire payer leur crime, décapitation en place publique comme eux aiment décapiter des innocents.

  2. Issu de l’immigration. La France est infesté de ce genre de racaille. Faut juste bien voter.!

  3. La fin de toute immigration musulmane et la remigration de tous les autres car même les meilleurs font des enfants qui voudront nous tuer.
    Déjà 12 pays veulent se barricader et il y en aura de plus en plus jusqu’à ce que tous le fassent.
    D’un autre côté il faudrait être moins exigeant pour les chrétiens en danger.

  4. un monstre de plus , Bill Clinton avait dit durant son mandat , le Maroc est un pays producteur et exportateur d assassins , il ne s’était pas trompé.

  5. faudrai lui faire pareil!
    LUI TRANCHER LA GORGE TOUT DOUCEMENT…TRES DOUCEMENT A L INDIENNE….ET SOURIRE DOUCEMENT A L ENTENDRE GUEULER….

  6. Effrayant la mentalité, je ne suis pas heureux donc je tue pour me venger de ces italiens qui sont heureux sans penser une seule seconde qu’il était probablement responsable de son malheur ? Nous sommes démunis contre ces horribles populations car 30 ans de prison, c’est bien peu de chose au regard du préjudice subi, il sortira avec des remises de peine et restera dangereux. Je comprends mieux les russes quand la police abattait systématiquement les terroristes lors des attentats de Moscou.

  7. Tant qu’on continuera à en accueillir rien ne s’arrêtera, stop stop ,refouler ceux qui arrivent et remigration pour ceux déjà dans tous les pays d’Europe qui en ont accueillis dehors ,dehors et c’est tout .

  8. Pour un muzz qui suit son coran, la vie d’un non-musulman ne vaut pas plus que celle d’une mouche.

  9. Les responsables politiques qui nous gouvernent sont responsables de tous ces crimes.

  10. Encore de la victimisation. Ce connard ne mérite que la peine capitale. Ceux comme lui n’ont rien à faire dans nos pays. Entre ça et le témoignage de M. Jardin, je suis encore plus en colère contre tous ceux qui ont oeuvré ou laissé faire pour que ce genre de chose arrive.

  11. RAS LE BOL
    bien trop de morts europeen par cette inculture babare
    et tout cela devant cette classe de mauviette qui ne fera malheusement que compter nos victimes
    cette vermine doit etre chasser d europe a jamais sinon nous vivrons un grand fraca !!
    le peuple lui se souviendra de tout cela y a eu les nazis et maintenant les nazislamistes c est pire que tout

  12. et on discute, on palabre on cherche des raisons, des excuses ,on dilapides des sommes folles alors qu’il n’y a QU’UNE SOLUTION !

  13. Il faut rétablir la peine de mort partout pour ce type d’acte, incinérer les condamnés et jeter les cendres au dessus de leur bled d’origine!

    • Je penserai plutôt à mélanger les cendres avec du lisier de porc , cela servira de fertilisant pour nos champs . Qu’un islam impure abreuve nos sillons .

      • Les cendres d’un être humain contiennent des métaux lourds, alors il faut envoyer les cendres dans un endroit où elles ne peuvent pas nuire, je ne sais pas où. Peut être les cimenteries.

  14. Et pendant TRENTE ANS si tout va bien, le italiens vont l’entretenir, le nourrir, le soigner, le chauffer etc.
    La pei’e de mort fait faire des économies……

Les commentaires sont fermés.