Scandaleux : à 84 ans, sa maison est squattée pour la 3ème fois en 2 ans


Dans le quartier des Izards à Toulouse, «qui a beaucoup changé au fil du temps» souligne Marie-Ange, la maison ne cesse de leur poser des problèmes. En particulier les squats.

 
La propriété est l’un des quatre piliers ou « droits naturels et imprescriptibles de l’Homme » issus de la Révolution française, au même titre que l’égalité, la liberté et la sûreté (article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen), qui ont par la suite évolué dans le triptyque « Liberté, égalité, fraternité ». L’article 17 a précisé que « la propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité. »
Cette disposition reconnaît que la propriété n’est pas un don du ciel, mais le fruit d’un travail patient de construction, d’entretien et d’améliorations réalisé par soi-même ou nos ascendants.
L’homme s’est en effet depuis toujours transcendé pour créer, améliorer, entretenir et transmettre le fruit de son travail, gage de richesse de confort et d’avenir. Mais le droit de propriété est de plus en plus rongé par des réglementations et des pratiques qui finiront par ruiner notre société.

Le squat est une  atteinte intolérable au droit de propriété. Si des squatteurs investissent la maison d’un propriétaire, lorsqu’il veut rentrer chez lui, il ne peut expulser les squatters lors de la période hivernale !
Le Figaro

Plusieurs personnes occupent la propriété d’un homme de 84 ans, alors même que celle-ci doit être vendue.

Encore un squat, doivent penser ces murs dans la banlieue des Izards de Toulouse (Haute-Garonne). Depuis plusieurs jours, la maison de Georges Dematis, retraité de l’industrie informatique de 84 ans, est occupée de façon illégale. La troisième fois en deux ans.

Le pavillon toulousain n’est plus habité par son propriétaire, ni par sa fille Marie-Ange Dematis. C’est pourquoi la famille l’a mis en vente il y a maintenant quatre ans. Un promoteur s’est intéressé au terrain, pour construire un petit immeuble. «Depuis, nous nous battons pour faire accepter le permis de construire. Nous l’avons obtenu au moment où ces squatteurs sont entrés» il y a quelques jours, explique Marie-Ange Dematis lundi 25 octobre au Figaro.

Les squatteurs d’extrême-gauche s’appuient sur le droit

Dans le quartier des Izards, «qui a beaucoup changé au fil du temps», souligne-t-elle, la maison ne cesse de leur poser des problèmes. En particulier les squats. «La première fois, c’était des Roumains. Ensuite, nous avons eu des Afghans. Ils arrivaient à chaque fois en octobre, au moment de la trêve hivernale. Mais nous avions réussi à les faire partir, car la police était intervenue dans les 48 heures», raconte-t-elle. Cette fois-ci, les importuns sont, selon Marie-Ange, des membres de l’«ultra-gauche».

Malgré une porte d’entrée principale murée depuis les précédentes mésaventures, et des barreaux aux autres ouvertures, ces derniers ont réussi à pénétrer dans le domicile, en employant la manière forte : «Les voisins m’ont dit qu’ils avaient utilisé une scie sauteuse pour découper les grosses grilles que nous avions installées», détaille la fille du propriétaire. Après avoir changé le cadenas du portail, les nouveaux occupants ont également collé un mot sur la façade, annonçant être dans leur «bon» droit : «Ceci est notre domicile ainsi que notre résidence principale. En tant que résidents, nous sommes protégés par la loi. Agir hors du cadre procédural, c’est heurter les principes du droit français de l’inviolabilité du domicile selon l’article 432-8 du Code pénal etc.»

L’article en question interdit à une personne dépositaire de l’autorité publique de s’introduire ou de tenter de s’introduire chez quelqu’un hors des cas prévus par la loi.

Des manières brutales et une attitude révoltante, s’énerve Marie-Ange. «Je crois qu’ils ont tout cassé. Ils narguent mon père à chaque fois qu’il passe ou s’arrête devant», note-t-elle, redoutant des débordements. La famille a désormais jusqu’à janvier pour faire déguerpir les squatteurs, lorsque l’acheteur doit en récupérer les clés : «Si jamais on ne le fait pas dans les temps, on perd tout», redoute celle qui «compte sur la mobilisation populaire» et les pouvoirs publics. Contacté, le commissariat de Toulouse confirme qu’une plainte a été enregistrée le 20 octobre, après une première visite de police sur place, la veille. «Les patrouilles n’ont pas pu rentrer sur le terrain, fermé par un cadenas et une chaîne, et ont trouvé des occupants hostiles», relève-t-on, ajoutant que les agents n’ont pu procéder à aucune opération, sans cadre légal. Pour déloger ces squatteurs «habitués des occupations et rompus aux procédures», le commissariat attend désormais des instructions de la préfecture.

28 Commentaires

  1. il faut virer ces gochos:islamistes et aller les parachuter avec sac à dos au-dessus de l’afrique.
    La FRANCE pourrit avec ces ordures lâches et poltrons
    E.ZEMMOUR Président !!!
    Vive la FRANCE libérée !!!

  2. si elle était destinée à la destruction, on aurait pu donner un petit coup de pelle hydraulique pour éviter le squat.

  3. Aux Etats-Unis, il n’y a pas de cas de délit de « squatte », leurs auteurs sont condamnés à des peines consécutives de prison pour

    • Effraction propriété par ruse
    • destruction de bien d’autrui (porte..)
    • Tentative/vol: cambriolage en bande organisée
    • Préméditation
    • Peine de prison de 3 à 8 ans si il n’y eu pleine et entière coopération avec la police à leur arrestation, sinon c’est 5 ans de plus automatiquement.

    L’occupation d’une propriété est toujours considéré comme un cambriolage, un voisin, un témoin peut prévenir le « 911 » et c’est la police locale qui intervient immédiatement, sans autre forme de procédure comme pour tous les délits et crimes qui sont signalés.

  4. J’attends le squat de la maison de wargon.
    Et les voisins qui voient les squatters scier les barreaux, pourraient appeler la police aussitôt.
    Je crois qu’ils l’ont fait , mais que la police n’est pas venue à temps, ou pas du tout.
    Et ce délai ultra court de 48 h est choisi pour favoriser les squatteurs ?
    Pour quelle raison mettre un délai ?
    Dans tous les pays du monde, police et justice protègent les propriétaires, c’est la base de l’état de droit. Les citoyens payent des impôts pour être protégés.
    Si l’Etat ne protège plus ses citoyens, il n’a plus de légitimité à lever des impôts.

  5. Dans le temps, quand on avait ce genre de problème on allait discrètement au FN et tout aussi discrètement il donnait l’adresse de quelques « gros bras » qui contre rémunération vous débarrassaient , en les gazant, des cafards nuisibles.
    Maintenant ce n’est plus possible car les cafards sont tous équipés de portables et dès qu’ils sentent un truc bizarre, ils appuient sur un bouton et aussitôt débarque le DAL, LFI, NPA, Front de gauche, BFM TV et une flopée d’avocats payés avec nos impôts.

  6. Il est grand temps de faire des comités de quartier qui iront dénicher par la force s’il le faut ces bandes de salopards puisque l’état ne garantit plus les droits fondamentaux des français en leur préférant la racaille

  7. La loi est renversée ! Zemmour le + vite possible pour que de telles horreurs ne se reproduisent plus

  8. Il faudrait qu’Eric Zemmour puisse prévoir dans son programme électoral une protection pour les propriétaires et la possibilité pour eux d’expulser des squatters sans avoir à passer par le tribunal et sans tenir compte d’aucune trêve hivernale.

    • de toutes façons les juges sont des vendus depuis qu’ils ont passé l’école de la magistrature

    • Les propriétaires sont déjà protéger par le code civil et par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen , ,l’application des textes restent soumises au bon vouloir des autorités judiciaires et du préfet , quand on connait l’accointance de cette injustice et des préfets aux gauchiasses et autres saloperies de nuisibles , il est temps que les citoyens se prennent en main et fasse appliquer la loi ou l’appliquer avec l’aide de comités de citoyens et expulser ces merdes gauchiasses à coup de lattes dans la gueule !.

    • Un groupe de copains chasseurs…..Qui s’invitent à l’heure de l’apero.
      Sinon, combien coûtent quelques cylindres de gaz ? La police d’assurance est encore à jour ?
      Coupure d’eau et soudure de la vanne d’arrêt puis coupure de l’électricité.
      Lâché de rats et de punaises de lit…..

    • Il a un sacré boulot devant lui notre pauvre Eric……Le pire sera d’éviter de se faire mitrailler ou égorger avant avril 22.
      Sa famille aussi doit être mise en sécurité !! MAINTENANT !

      • Oui, j’espère qu’il est bien protégé 7/7 et 24/24, et sa famille à l’abri , car le risque est réel, et les menaces ne sont pas des paroles en l’air.

    • L’occupation des lieux qui ne vous appartiennent pas ou pour lesquels vous ne payez pas de loyer c’est tout simplement du VOL !

  9. si il y a des patriotes dans le coin il faut qu’ils agissent , parfois ça marche !
    Ah oui ils sont hostiles comme si on ne savait pas qu’ils emploient la force pour se faire entendre ..

  10. Voué à la destruction donc, foutre le riffle de nuit a la piaule avec les cafards a l’intérieur.
    Pour les cafards de l’ultra gauche cela ne peut que faire du bien a notre société.

  11. Quelle honte ! Nos dirigeants font pitié et doivent être remplacés en avril 2022. Il est urgent que les Français de coeur et d’esprit de toute origine reprennent le destin de la France et de leurs enfants, en mains car leur patrie culture et valeurs, leur Nation, partent en lambeaux ..

  12. Qu’ils ne viennent jamais tenter de le faire chez moi !!!! je serais logé nourri pour le restant de ma vie ,c’est beau a 80 ans !!

  13. Ils ont adopté une loi antisquatt qui ne sert à rien puisque non appliquée. C’est cela la France, un empilement de lois inutiles. Foutons ces squatters hors de nos frontières à coups de pied dans le cul! En Pologne, en Hongrie, ils ne prennent pas de gants.

  14. La destruction massive de la maison individuelle préconisée par Wargon, se poursuit avec le grand laisser aller des squatteurs issus de l’immigration, qui foutent les propriétaires dehors !

  15. et comme d ab le préfet ne lèvera pas le petit doigt. les français ils s en « foutent » les migrants d abord !

Les commentaires sont fermés.