Nourris, logés, formés pendant 6 mois : à Rennes, la fabrique des nouveaux "petits Bretons"

« J’ai appris à ajouter du beurre et à enlever du piment » : en Bretagne, des migrants sont formés à devenir commis de cuisine. Infomigrants

La Bretagne autrefois, avant le Grand Remplacement
Le Télégramme, février 2021

Située à deux pas de la place au Beurre à Quimper, l’ancienne école primaire Jules-Ferry s’apprête à devenir une résidence de standing.

Face à ce pan d’histoire qui disparaît, nombre d’anciens de « La Jules » témoignent de son glorieux passé.

 

Photo envoyée par Fanch Hémery. « Sur la photo, je suis au premier rang en bas, le 2e gamin en partant de la gauche. Et comme le dit Marcel Kerbourc’h, des billes plein les poches de la blouse ».

Pierre Stéphan : « Je porte l’ardoise »

« Je suis le porteur de l’ardoise sur la photo de 1957 que vous avez publiée. Super cet article sur l’école Jules-Ferry et triste de constater sa destruction. Beaucoup de souvenirs dans ce lieu où j’ai passé des années !».

 

La Bretagne aujourd’hui, livrée aux migrants :
Heureux hasard, cela se passe chez Appéré, maire de Rennes bien connue de RR et qui a toujours su s’entourer.
Infomigrants vous explique où passe votre argent, et comment l’Etat français fabrique activement de nouveaux « petits Bretons ». 
 
La formation de commis de cuisine s’étire sur cinq mois et demi, durant laquelle les élèves effectuent un stage dans un restaurant.
 

Ils viennent de Syrie, d’Afghanistan ou encore du Bangladesh et certains d’entre eux n’ont jamais touché à un couteau de cuisine. Qu’importe, des réfugiés « motivés » se forment actuellement à Rennes, en Bretagne, pour devenir des futurs commis. Ils sont accompagnés par Sésame, un programme de formation reconnu par les professionnels. Reportage.

Ce matin d’octobre, un léger crachin tombe sur une zone industrielle sans âme, à l’ouest de la capitale bretonne. La grisaille tranche avec l’entrain qui règne dans la grande salle du centre de formation Envergure. Michael et huit de ses camarades s’affairent à la préparation du jour : un chou-fleur « à la syrienne », accompagné d’une sauce au yaourt et aux concombres et d’une salade de laitue, tomates et oignons. Souheil et Hassan coupent, détaillent en fleurette le chou-fleur, Kizanet et Michael épluchent les concombres pendant que d’autres cisaillent le persil et tranchent les tomates.

La motivation, le pré-requis principal

Tous entament la dernière semaine de la formation Sésame de commis de cuisine, reconnue par la profession.
Financée par Pôle Emploi et l’État, en partenariat avec l’OFII et les organisations professionnelles, elle est ouverte à toute personne majeure disposant d’une protection internationale. Pendant cinq mois et demi, les candidats assistent aux cours pratiques de cuisine, où ils apprennent les rudiments de la restauration. Des leçons de français leur sont aussi dispensées et débouchent, à l’obtention du diplôme, sur une certification en langue de niveau A2.

Durant la formation, les candidats effectuent aussi un stage de deux semaines « en situation » dans les cuisines d’un restaurant. Pendant ces quinze jours, les apprenants ne sont pas vraiment jugés sur leur technique, car pour certains, travailler dans le secteur est une totale découverte.
Le plus difficile est venu ensuite, lorsqu’il a fallu apprendre les techniques de préparation de la gastronomie française. « La cuisine ici est compliquée, tout est différent », avoue Raëd. Avant son arrivée en France en 2018, le jeune homme de 22 ans cuisinait un peu, en Irak, avec son père, « des plats qui n’ont rien à voir avec ce que l’on apprend ici ». Mais il a, tout de même, fait une belle découverte : « Le foie gras », lance-t-il en riant.
 
Tashi, ancien restaurateur au Tibet, a dû « apprendre à rajouter du beurre » et à « cuisiner sans piment ». Hassan, ancien électricien en Syrie est, quant à lui, parti de zéro.
Dans quelques jours, leurs progrès seront évalués lors de l’examen final. Avec une fiche recette et un panier d’ingrédients, les élèves devront préparer un plat et un dessert dans un temps imparti. Le tout, sous l’œil d’un chef cuisinier.

« Dénoyauter », « économe » et « canneleur zesteur »

À l’étage, la quatrième promotion Sésame, elle, a fait sa rentrée il y a deux semaines.
Originaires de Syrie, d’Afghanistan, du Soudan, d’Érythrée et du Bangladesh, les futurs commis découvrent des mots tels que « dénoyauter », « économe », ou « canneleur zesteur ». Stéphane Kemal parle d’une voix forte, chaque mot s’accompagne du geste qui lui correspond. Ici, « on ne fait pas du professoral, tient-il à préciser. Il ne faut pas oublier que certains ne sont pas allés en cours depuis de nombreuses années. Certains n’y ont même jamais mis les pieds. S’ils ne peuvent pas participer, on les perd ».

[Ecrans, salles de cours, personnel : rien n’est trop beau ]
Pour les aider à régler leurs « problèmes périphériques », les élèves peuvent compter sur Véronique Quibel, qui avoue « outrepasser un peu » ses compétences.
Prises de rendez-vous chez le médecin, chez l’orthodontiste pour les enfants, actualisation Pôle Emploi… La responsable « multi fonctions », auprès de laquelle beaucoup viennent confier leurs soucis quotidiens, n’hésite jamais à décrocher son téléphone. « On veut vraiment qu’ils se dédient à 100 % à la formation, c’est important pour l’après ».

 

Pourquoi il est interdit de critiquer
Eternel argument : 
Infomigrants  « Cette année, après des mois de crise due à la pandémie, le secteur est particulièrement demandeur de main-d’œuvre ».
C’est une histoire vieille comme la mafia Bouygues.
Le pouvoir a toujours su saigner les Français et faire venir des remplaçants sans leur demander leur avis. 
Qui paye la note de la formation cuisine ?  « Financée par Pôle Emploi et l’État, elle est ouverte à toute personne majeure disposant d’une protection internationale ».

Car dès le départ, le Grand Remplacement fut organisé par les collabos du patronat.

Pour moi, ce sera une galette maison, merci bien. 

Avec du vrai jambon, s’il vous plait.

39 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec vous ! Il ne demande même plus pour prélever sur nos impôts pour ceux là qu’ils accueillent à tour de bras, alors que nos enfants n’y ont pas droit. Beaucoup de nos enfants aimeraient obtenir ces formations qualifiantes en quelques mois mais on ne leur proposent même pas, il faut être migrants pour y avoir droit !
    Nous les français ont est bon pour payer toujours payer ces arrivants, ces migrants alors que rien toujours rien pour nos jeunes! C’est à cela que servent nos impôts et les 500€ mensuels des récents contrats « macronade ». Il faut dégager nos responsables et ces jeunes vauriens qui veulent remplacer nos jeunes français ! C’est cà la préférence étrangère de Macron !

  2. Dans les années 70 , 3 ans d’apprentissage mécanique (Porsche , Alfa romeo pour moi )
    Excusez du peu dans le sud de la France .
    Ensuite, service militaire a pau.
    Et a la sortie chacun se dėmerde .
    Aucunes aides.
    Maintenant, les apprentis ont 30ans !!
    Glandeurs land & co incapables de quoi que ce soit.
    Pauvre France.

  3.  » Et ils n’ont jamais touché à un couteau de cuisine…. »
    C’est ça, donnez leur des cours de maniement de couteaux.
    Plus con qu’ un Français ? Deux Français….
    Je suppose qu’ils vont apprendre à se servir de hachoirs ? de machettes ? non pas facile à intégrer dans les ustensiles de cuisine.
    Si j’étais Breton je déménagerais au Mali, ou à Kaboul, ou Ouagadougou… Pas de dépaysement et moins de risque.

  4. Ce pays me dégoûte de plus en plus. Cette priorité donnée à la racaille et aux envahisseurs est plus qu’insupportable. Ciotti propose de donner la priorité aux français pour obtenir un logement, de distribuer les alloc sous conditions, etc, etc… Et pourquoi ne pas avoir profité d’être au pouvoir pour appliquer ces directives ? Les LR sont comme les autres, ils continuent de nous mentir pour être élus. Ils font pitié avec leur racolage.

  5. Bientôt une pub pour le beurre ‘paysan breton’, avec un p’tit sénégalais mordant dans une tartine.

    • Ben oui l’hygiène et eux ca fait deux et quand on voit leurs bonnes femmes avec leurs voiles qui trainent par terre et ramassent tout ce qui traîne y compris les crottes de chiens beurk

  6. bouygues a tout faux…….70% des musulmans en europe ne travaillent pas – par contre, d’accord pour les portugais, polonais, italiens ou espagnols

  7. Il existe un tel niveau de traitrise dans notre pays que ça devient inimaginable, on œuvre littéralement pour notre disparition programmée.

  8. Le Drian a rempli ses promesses. Dès son élection, il a décrété que la Bretagne deviendrait Terre d’Asile, et il est reparti à Paris.
    Est-ce que ces musulmans vont pouvoir toucher au jambon ?
    et la galette saucisse ?
    Ne vont-ils pas s’essuyer les mains sur les crêpes ???
    Je suis dégouté, ce n’est pas possible tant de méchanceté et de trahison de la part des élus.

    • TOUT COMME LA FEMME AU MITRAN qui disait qu’elle allait faire de Libourne un petit
      marrakech et elle a reussi avec ses associations et les élus

  9. En 1969, ils venaient pour TRAVAILLER, maintenant ils viennent pour nous EXPLOITER et recevoir un maximum d’allocations en glandant !!!!! sans oublier que pour certains, ils n’oublient pas le couteau ……
    Aujourd’hui pourquoi former des étrangers et en faire venir d’autres alors que des FRANCAIS attendent le même soutien ?
    macron voulait écrouler la FRANCE !!! il est le grand vainqueur de la première partie et achèvera son oeuvre de destruction si les collabos le reconduisent en 2022 …..
    Vive la FRANCE libérée !!!
    E.ZEMMOUR Président !!!!

  10. Nourris, logés, formés…. et établissements peinturlurés à leurs couleurs
    Une horreur que cette fresque ; inadmissible, inacceptable pour un établissement républicain Français ! Fresque parlante, TRÈS PARLANTE et révoltante : contemplez l’accent mis sur « la France cernée par l’islam »
    https://www.fdesouche.com/wp-content/uploads/2021/10/photo_2021-10-20_16-48-04-1024×600.jpg
    ===//www.fdesouche.com/wp-content/uploads/2021/10/photo_2021-10-20_16-48-04-1024×600.jpg===
    Un collégien menace de l’égorger, le professeur mis en arrêt maladie depuis, ne veut pas porter plainte pour « protéger » l’élève

    

  11. Apparemment le grand remplacement n’est qu’une vue de l’esprit , une sensation, un sentiment…. de peur.
    Ben oui ! Les Français ne peuvent être remplacés que par des étrangers et apparemment les personnes que l’on voit sur les photos de l’article ont obtenu la nationalité française, à côté, derrière, dessous leur nationalité d’origine ; parce que l’histoire ne nous dit pas si ces nouveaux français NE SONT QUE français.
    Cette photo a été prise où ? En France, je sais mais dans quel type d’établissement publique ?

    • Une école républicaine laïque,
    • une école coranique
    • un centre islamique…

    https://resistancerepublicaine.com/wp-content/uploads/2019/06/rennes-1.jpg
    ===//resistancerepublicaine.com/wp-content/uploads/2019/06/rennes-1.jpg===

  12. Je me souviens d’une conversation avec un enseignant en école de cuisine. Je lui demandait comment faisaient les immigrés venant d’une autre culture pour comprendre l’assortiment des gouts, l’harmonie des saveurs des plats Français. Il a haussé les épaules et il m’a dit, un peu navré ; On ne peut pas.

    • Donc ils se feront payer un stage puis iront en vadrouille dealer, agresser, violer …
      Et pas de filles , bien sûr ?
      Leurs pays d’origine ne voient naître que des filles, bien sûr ?

  13. Super , je pourrais être sur la Photo de 1957 , mais pas en Bretagne
    Après 43 ans de travail sans 1 journée de chômage
    dont 42 ans dans les TP et 38 an et 11 mois dans une très grande entreprise mondiale de travaux routiers , tombée depuis dans l ‘escarcelle de VINCI …
    Des portugais , j ‘en ai connu des masses , des travailleurs et sympas .Des types qui s’intégraient très bien , sans perdre leurs racines .
    A 76 ans plus qu ‘amer . En couple avec une bouddhiste depuis la retraite , avec 1 pied en Gaule et 1 autre au Siam , nous devrions retirer son titre de séjour lundi prochain … plus d ‘1 an pour l ‘obtenir , après de nombreux @ et lettres recommandées à la préfecture et 2 RDV cout 100 € du visa d ‘1 an 200 € pour faire valider ce visa à l ‘arrivée en France et lundi 225 € pour retirer le titre de séjour dont l ‘on ne sait pas encore la durée de validité , avant de recommencer les démarches et les couts ( enfin si je suis encore de ce monde de merde )
    Ma conjointe ne demande RIEN , ni formation , ni allocation , ni logement , etc …
    Uniquement pouvoir venir l ‘été dans l ‘espace Schengen et avec moi faire marcher l ‘économie locale qui en a bien besoin ….
    un peu long , mais vraiment AMER !
    je me demande comment ou qui finance les frais de titre de séjour des envahisseurs ?

  14.  » Ils viennent de Syrie, d’Afghanistan ou encore du Bangladesh et certains d’entre eux n’ont jamais touché à un couteau de cuisine. »
    Feraient mieux de dire qu’ils n’ont jamais bossé, parce que pour ce qui est de tenir un couteau, ils savent faire.

  15. Toujours la priorité aux étrangers alors qu’un nombre importants de Français cherchent du travail !Le social nous coute 2 a 3 fois plus que les autre pays de l’UE ,il serait temps d’aréter de jeter l’argent par les fenètres !Les étudiants sont a la recherche de ce genre de travail !Bref encore une publicité qui va augmenter l’immigation et après la suite ? Et bien pour nous Français les valises car nous ne sommes pas musulmans ! Nos élus ont toujours une vision a court terme ,les ont la téloche avec eux pour faire la pub de leurs idées débiles !
    C’est bien le grand remplacement qu’ils ont mis en route!

  16. ils crachent dans les préparations ?
    déchèteries a boycotter de toute urgence !!!!!

  17. pour savoir ce que je pense, lisez les autres intervenants avant moi ! !!

  18. Il paraît que c’est le patronat, qui a fait pression sur Giscard, pour qu’il adopte le regroupement familial.
    Et il a cédé. Juste avant sa mort, il disait que c’était la grande bêtise, de sa vie.
    Avec la gauche de Mitterrand, on a utilisé les immigrés, pour peser à la baisse sur les salaires, et on a culpabilisé, à mort le petit Blanc.

  19. Pour ceux qui l’aurait oublier voici ce que le candidat président Macron proposait dans son programme présidentiel tardif. A la rubrique « Intégration » :
    « Objectif 1 : Nous proposerons à chaque étranger en situation régulière ait droit à une formation linguistique suffisante pour atteindre le niveau B1 (niveau qui permet la naturalisation).
    Objectif 2 : Nous allégerons la procédure et réduirons les délais d’obtention des visas ».
    Je passe sous silence ses autres objectifs 3, 4, etc, vous allez dire que ce sont des « fakes » tellement c’est énorme. A croire que les électeurs Macronien n’ont pas lu son programme qui aurait pu très bien s’intituler « Suicide Français mode d’emplois »

  20. Et pendant ce temps nos jeunes bouffent du chômage. Dans le peu d’entreprises qu’il y a en France, ils ont la priorité à l’embauche. Elle est pas belle la vie en France………… pour les immigrés. Dehors, ils n’ont rien à foutre chez nous, chacun chez soit, la France au Français. Eric Zemmour o secours, vite.

  21. Et il n’y a pas d’argent pour les Français ? Quelles saloperies que ces hommes politiques!

    • Bonjour @Argo ;
      Ben oui ! Je crois qu’il y a une ou plusieurs erreurs horreurs quelque part.
      Certains nous assurent qu’il faut faire envahir la France et supplanter les Français par des « chances qui n’apprécient pas forcément ni la France, ni les Français, ni la culture française »
      Je suis à peu près sûre à 100% ; que les pensées de ceux qui affirment çà « ont fourché » ou se sont croisé les câbles » et que ce qu’ils voulaient dire est plutôt :
      « laissez entrer en France, pour ses malheurs, des millions de CHANCEUX ! qui auront la préférence en tout et tous les droits et devant lesquels il faudra s’effacer et céder le pays. »

Les commentaires sont fermés.