Le sauvé du Zoo… La pédophilie dans l'Eglise, c'est vraiment le problème actuel ?


Le sauvé du Zoo...
 
Fastoche, tu crains rien dans ton acharnement !
Car tu ne risques pas le moindre égorgement !
Va parler du pédo-momo,
le prophète à dos de chameau…
Pour te faire la peau y’aura emballement…
PACO. Petit’ bit ‘
03/10/2021.

Note. J’en vois venir deux. Non, je ne minimise, ni ne nie l’existence de ces faits dont il est question sous la plume de corbeau de ce J.M. Sauvé. Mais je descendrai dans la rue, pour mettre mon épaule contre la sienne, s’il lui venait à l’idée d’y crier ces vérités premières, en même temps que l’énoncé des violences de même acabit, commises par les coreligionnaires de l’idéologie du chamelier pédophile. Pas plus. Pas moins !

Bon. D’accord. Épaule contre épaule. Mais pas si on n’est que deux. Pas con !

Entre 2900 et 3200 pédocriminels ont été recensés au sein de l’Église catholique depuis 1950, selon Jean-Marc Sauvé

Après deux ans et demi de travaux, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) rendra mardi 5 octobre ses conclusions dans un rapport de 2500 pages.

Il y a eu «entre 2900 et 3200 pédocriminels», hommes – prêtres ou religieux – au sein de l’Église catholique en France depuis 1950, a déclaré à l’AFP Jean-Marc Sauvé, le président de la Commission qui enquête sur la pédocriminalité dans l’Église.

«Il s’agit d’une estimation minimale», fondée sur le recensement et le dépouillement des archives (Église, justice, police judiciaire et presse) et sur les témoignages reçus par cette instance, a-t-il ajouté. C’est un chiffre à rapporter à une population générale de 115.000 prêtres ou religieux au total sur cette période de 70 ans.

Après deux ans et demi de travaux, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (Ciase) rend mardi les conclusions, dans un rapport, qui annexes comprises, montera finalement à «2500 pages», a-t-il précisé. Il sera publiquement remis à la Conférence des évêques de France (CEF) et à la Conférence des religieuses et religieux des instituts et congrégations (Corref), qui l’avaient commandé. Cela se déroulera lors d’une conférence de presse à laquelle ont été invités des représentants d’associations de victimes.

«Cela va être une déflagration», assure à l’AFP un membre de la Ciase, sous couvert d’anonymat. «Cela va faire l’effet d’une bombe», renchérit Olivier Savignac, du collectif Parler et Revivre. «Il ne va pas être complaisant», assure le sociologue Philippe Portier, autre membre de la Commission.

Mgr Eric de Moulins-Beaufort, le président de la CEF, a dit craindre que le rapport «ne rende des chiffres considérables, effrayants», lors d’une réunion avec des paroissiens de son diocèse. Sa publication «va être une épreuve de vérité et un moment rude et grave», peut-on aussi lire sur le message diffusé par l’épiscopat en direction des prêtres et des paroisses pour les messes du week-end. Un message qui appelle «à une attitude de vérité et de compassion».

La Ciase évaluera aussi le nombre de victimes et comparera la prévalence des violences sexuelles dans l’Eglise à celle identifiée dans d’autres institutions (associations sportives, école…) et dans le cercle familial. Poids du cléricalisme? Omerta sur ces phénomènes d’emprise? La commission évaluera également les «mécanismes, notamment institutionnels et culturels» qui ont pu favoriser la pédocriminalité.

En novembre, Jean-Marc Sauvé avait évoqué une «gestion de ces affaires qui dans le passé a souvent été défaillante». Il avait aussi jugé «extrêmement grave qu’il ait pu y avoir quelques institutions et quelques communautés, en petit nombre, où des abus systémiques aient pu être commis».

À voir aussi – Pédocriminalité: l’Église catholique veut «assumer» sa responsabilité et va payer les victimes

Paramétrez vos cookies, pour accéder à ce contenu vidéo.

Politique de réparation

Le diagnostic fait, la Commission doit énumérer 45 propositions qui toucheront à plusieurs domaines: écoute des victimes, prévention, formation des prêtres et religieux, droit canonique, transformation de la gouvernance de l’Eglise… Il préconisera aussi une politique de reconnaissance et de réparation.

Pour ses travaux, la Ciase a fait de la parole des victimes «la matrice de son travail», selon Jean-Marc Sauvé. D’abord avec un appel à témoignages ouvert dix-sept mois, qui a recueilli 6500 appels ou contacts de victimes ou proches. Puis en procédant à 250 auditions longues ou entretiens de recherche. Elle a aussi approfondi ses recherches avec une plongée dans de nombreuses archives (Église, ministère de la justice, de l’Intérieur, presse).

Dans la majorité des cas, les faits sont aujourd’hui prescrits, les auteurs décédés, rendant un recours à la justice improbable. Les procédures canoniques (le droit de l’église), quand elles sont engagées, sont très longues et peu transparentes.

Quelles suites l’Eglise donnera-t-elle au rapport?

«J’attends que nous soyons confrontés à ce fardeau, aussi noir soit-il, afin que nous puissions ensuite prendre les mesures qui s’imposent», affirme Véronique Margron, présidente de la Corref. L’épiscopat a pris les devants en promettant non pas des réparations mais un dispositif de «contributions» financières, versées aux victimes à partir de 2022, qui ne fait pas l’unanimité chez les victimes.

Les premières réponses de la CEF et de la Corref sont attendues en novembre, date à laquelle les deux institutions se réuniront en assemblées plénières. Le rapport sera examiné à la loupe à Rome, où la question a été évoquée par le pape François et une partie des évêques français en visite au Vatican en septembre.

Sanction d’évêques ou de prélats, visite du Pape en Irlande, organisation d’un sommet inédit en 2019 sur «la protection des mineurs», modification du droit canon…: la lutte contre la pédocriminalité est un dossier également traité au Vatican.

Créée à l’automne 2018, la Ciase est composée de 22 membres, bénévoles, aux compétences pluridisciplinaires (juridiques, médicales, psychologiques et psychiatriques, secteur social et éducatif, protection de l’enfance, histoire et sciences sociales, théologie…). Elle a été financée par l’épiscopat et les instituts et congrégations religieux à hauteur de 3 millions d’euros.

À voir aussi – «C’est souvent une torture presque journalière»: abusée par un prêtre dans son enfance, Marie-Claire Silvestre attend maintenant un geste de l’Église

Paramétrez vos cookies, pour accéder à ce contenu vidéo.

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/entre-2900-et-3200-pedocriminels-ont-ete-recenses-au-sein-de-l-eglise-catholique-depuis-1950-selon-jean-marc-sauve-20211003

 69 total views,  2 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Si l’ordure de fourniret est au « Paradis », les 70 vierges pour les islamistes, c’est fini!!!

  2. Au départ les premières églises étaient gérées par des femmes et des hommes mariés et le sacerdoce se transmettait de ^Père en fils ou filles ,mais ensuite l’église a interdit aux femmes d’exercer le sacerdoce et les a chassées brulées et traitées comme sorcières.le résultat il est simple c’est devenu un lieu de pédophiles !Mais cette église !catholique a été crée par l’empereur Constantin!D’ailleurs elle a fait coordonner les fètes avec les anciennes fètes payennes !N’oublions pas que c’est le dieu Mitra (indonésien)qui régnait sur les populations médittéranéenes de -300 a +300 d’après ce que l’on sait .Car nombre de religions l’on fait disparaitre et s’en sont servi.!En vérité seuls les Coptes enseignent la religion du prophète Jésus !Nulle part il est écrit que Jésus a donné son sang a boire !La aussi il y a eu déviance!
    les Protestants et les Popes Russes n’ont pas voulu de l’église Catholique!enfin c’est nettement mieux que l’islam!Mais n’oublions pas les massacres perpétrés par l’Eglise (la croisade des Albigeois et la célèbre phrase de Simon de Monfort a Béziers « Brulez les tous ,Dieu reconnaitra les siens. »car a l’époque le clergé vivait dans la débauche et de la sont arrivés le cathares qui voulaient vivre comme l’avait dit jésus.Aussi l’église les a exterminés car ils représentaient un danger !Alors l’on est libre de croire ou pas mais hélas certains avides de pouvoir s’en servent a des fins pas trés » catholiques »!
    « Corporé sana in corporé sano ».Une àme saine dans un corps sain!A chacun ses valeurs mais sa religion qui s’occupe que de son ame ne doit pas intervenir et étre un obstacle dans la vie républicaine !Ou alors l’on doit retourner dans un pays ou sa religion est prépondérante et est la loi,
    Chaque un aura compris ,mais certains ne comprendrons jamais car pour eux ils sont supérieurs aux autres et refusent les lois républicaines au profit des leurs ,alors nous devons les chasser car ils mettent en danger notre civilisation des lumières pour celle des ténèbres!Et le plus rapidement possible car se sont des envahisseurs qui nous chasserons de chez nous!

  3. Le problème de ces informations ciblées sur le clergé en toute transparence, c’est qu’elles vont servir à dénoncer le pédo-christianisme alors qu’il n’existe pas de statistiques sur les imams, ainsi le premier des pédophiles nommé Mahomet va échapper à cette accusation alors que ses sujets s’inspirent de son histoire pour pratiquer l’islam.

  4. la bien pensance tire à boulets rouges sur l’église catholique qui faisait le titre principal du journal de 20h sur france 2, dimanche soir – par sûr qu’ils oseraient les mêmes titres sur l’islam et les mosquées

  5. Ami Paco, sujet délicat, chapeau de t’y être attelé. Je ne ferai pas de calembours sur un sujet aussi grave. Je ne peux qu’apporter mon témoignage. À l’institution religieuse où j’étais pensionnaire, je n’ai jamais vu un seul prêtre se livrer à ce type de comportement. Il y a bien eu un pédophile, mais c’était un élève, un grand, qui menaçait les petits de la sixième avant de les sodomiser. Il s’est fait prendre sur le fait : il a été exclu. Les langues se sont déliées, les parents ont porté plainte, l’affaire est allée en justice. L’Institution a failli fermer. Les parents ont retiré presque tous leurs enfants de l’internat. Je n’y suis pas resté non plus. C’était il y a près de 55 ans. Et pas mal d’élèves qui préparaient le grand séminaire avaient entre eux des comportements bizarres. Je pense que le bromure est une bonne solution pour certains dans les collectivités ! L’élève pédophile a fait l’objet d’un internement à la demande des parents. Il avait récidivé partout où il passait, un vrai danger. Les douches froides ont dû le calmer pour un temps.

    • Il y a une chose évidente dont on ne parle pas . La vie sexuelle est dans la nature , nécessaire pour un bon équilibre , or les prêtres ont épousé le Christ …il est normal que ça leur manque violemment ! Pourquoi ne pas les castrer ? Pourquoi ne pas instaurer le mariage comme chez les Protestants ? Après s’il y a des malades , des pédophiles, c’est une autre question , mais réaliser qu’ils ont une vie hors nature est tout ce qu’il y a de plus logique !..le bromure c’est pas mal non plus ..(en Afrique ce serait utile !)

  6. On ne peut pas minimiser les faits au prétexte que ça concerne l’église catholique.
    Ces abus ont certainement joué un rôle dans la désaffection des croyants pour leur église.
    Le pire étant l’attitude de l’imam de Rome qui a refusé de recevoir les victimes

  7. J’ai de suite pensé comme toi quand j’ai entendu ça a la radio de merde !!! mais ont peut tout dire sur l’Eglise ,mais rien de négatif sur cette religion de tolérance qu’est l’islame et puis ce serait trop long pour un pigiste moyen

Les commentaires sont fermés.