Enlevée par des djihadistes au Burkina : "Pas de haine, ils sont pauvres…"


La canadienne Edith Blais pose dans un parc à Candiac, au Québec, le vendredi 3 septembre 2021.

Burkina Faso : Une femme enlevée par des djihadistes  leur trouve toutes les excuses : ils sont pauvres et pensent qu’ils auront une « place spéciale au paradis ».

Edith Blais a eu de la chance. Elle a réussi à s’échapper, contrairement aux dizaines d’autres hommes, femmes et enfants qui subissent des destins inimaginables aux mains des djihadistes. Aujourd’hui, Edith Blais attribue les abus des djihadistes contre les minorités et les femmes à leur éducation et à leur pauvreté.
« Elle comprend qu’ils ne faisaient que suivre les ordres, convaincus qu’ils étaient de faire la bonne chose en pensant qu’ils auraient une place spéciale au paradis, dit-elle. Ils n’ont rien, ils sont très pauvres et ils ne comprennent pas qu’ils agissent mal ».
Vraiment ? Ils ne comprennent pas ce qu’ils font, même s’ils ont déclaré à plusieurs reprises leur objectif d’établir un califat islamique en Afrique ?
Edith Blais ne rend pas service aux victimes du génocide chrétien en Afrique, ni aux femmes et aux minorités religieuses qui sont maltraitées, torturées et assassinées dans le cadre du jihad (voir Coran 8:60, 8:12).
 

Une Canadienne raconte son enlèvement par des djihadistes au Burkina Faso
Par Sam Mednick, Associated Press
OUAGADOUGOU, BURKINA FASO –
Près d’un an et demi après avoir été enlevée par des extrémistes islamiques au Burkina Faso, Edith Blais a risqué sa vie pour s’échapper, craignant de ne jamais être libre.
« Ce que vous pensez, c’est que soit vous restez là toute votre vie et vous y mourrez, soit vous tentez quelque chose », a déclaré Mme Blais à l’Associated Press par téléphone, avant la publication cette semaine de son livre relatant cette épreuve, « Le poids du sable : Mes 450 jours en tant qu’otage dans le Sahara ».
La Canadienne de 37 ans et son compagnon italien Luca Tacchetto, ont été capturés par des djihadistes en décembre 2018 dans l’est du Burkina Faso alors qu’ils visitaient la région et tentaient de passer au Bénin voisin.

Luca Tacchetto et Edith Blais, peu avant leur enlèvement, en décembre 2018
 
Le duo a été retenu dans le désert du nord du Mali pendant 15 mois avant de s’enfuir une nuit à pied. Pour gagner du temps, Mme Blais a rembourré son lit en forme de corps pour faire croire qu’elle s’était endormie, a-t-elle dit. Ils ont également été aidés par un vent intense, qui a effacé leurs empreintes de pas dans le sable, rendant ainsi difficile pour les djihadistes de les suivre. Après huit heures de marche, ils ont atteint une route principale et ont repéré un camion qui les a conduits à une base des Nations Unies.
« C’est comme si on était encore dans un cauchemar et qu’on ne pouvait pas se réveiller, mais qu’on savait que c’était fini », a déclaré M. Blais. « Il y a tellement d’émotions, et puis nous avions peur des Italiens, nous avions peur qu’ils soient punis parce que nous nous sommes échappés. »
Depuis six ans, les groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique dans le Sahel, vaste étendue au sud du désert du Sahara, utilisent les prises d’otages contre rançon pour financer leurs opérations et étendre leur présence. Vingt-cinq étrangers ont été enlevés au Sahel depuis 2015 et dix sont toujours captifs, selon le Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED).

Les circonstances de la disparition

C’est en décembre 2018, alors que le couple se trouvait à Ouagadougou en route vers la ville de Bobo-Dioulasso, que leurs proches ont perdu le contact avec eux. Ils allaient en direction du Togo pour participer à un programme humanitaire coordonné par le projet de permaculture Zion’Gaïa.

Edith Blais et Luca Tacchetto sont les deux seuls otages occidentaux connus à s’être échappés. Trois ont été tués, trois ont été libérés par les forces françaises et américaines et sept ont été relâchés, a précisé l’organisation.
Parmi les personnes toujours détenues figure le journaliste français Olivier Dubois, qui a été enlevé en avril dans le nord du Mali. Parmi les personnes libérées figurent Sophie Petronin, une travailleuse humanitaire française âgée de 75 ans, deux Italiens et un homme politique malien de premier plan qui ont été libérés lors d’un échange de prisonniers en octobre contre près de 200 militants islamiques.
Au Burkina Faso, où la violence djihadiste a connu un pic ces dernières années, faisant des milliers de morts et déplaçant plus de 1,4 million de personnes, 10 expatriés ont été enlevés et les experts en conflit affirment que plus les combats et la crise humanitaire se poursuivront, plus les prises d’otages augmenteront…

Edith Blais et son compagnon italien Luca Tacchetto lorsqu’ils ont retrouvé leur liberté, en mars 2020
 
Ses ravisseurs ne l’ont pas battue ni torturée, mais les mois de captivité ont été éreintants : il fallait vivre dans la solitude du désert brûlant et essayer de ne pas penser à son sort, a déclaré Mme Blais. Elle a trouvé du répit dans le yoga et l’écriture de poèmes, qu’elle a cachés aux djihadistes. ….
Mme Blais dit qu’elle ne pardonne pas aux hommes qui l’ont enlevée, mais qu’elle comprend qu’ils ne faisaient qu’obéir aux ordres, convaincus qu’ils étaient de faire ce qu’il fallait en pensant qu’ils auraient une place spéciale au paradis, dit-elle.

« Ils n’ont rien, ils sont très pauvres et ils ne comprennent pas qu’ils font le mal », a-t-elle dit. « Je ne veux pas avoir de haine et je ne veux pas pardonner… Je veux juste laisser tomber. »…..

Vidéo en anglais :

 
https://www.ctvnews.ca/canada/canadian-recounts-her-abduction-by-jihadis-in-burkina-faso-1.5595491
https://www.afrik.com/mali-burkina-apres-15-mois-de-captivite-edith-et-luca-retrouves-a-proximite-de-kidal
https://www.lapresse.ca/actualites/2021-02-15/l-ex-otage-edith-blais-se-raconte/j-etais-prete-a-mourir-au-moment-de-fuir.php
Introduction de

30 Commentaires

  1. Marrant, elle a un petit de Greta.
    Avec ce qui rentre au Canada, il y aura fatalement un Bataclan dans ce pays, un jour ou l’autre.
    Je lui souhaite d’en être, mais je doute qu’elle comprenne un jour.

  2. Luca a bien changé en 15 mois, on ne le reconnaît plus,
    ça ne m’étonnerait pas qu’il se soit converti et qu’on les ait laissé partir

  3. 💥 Ici au Québec Mme. Blais est considérée comme une gauchiste socialiste à tendance « Woke »! Comme tout ses semblables, elle dénigre la Chrétienté mais supporte le multiculturalisme à outrance, la haine de soi et la préférence étrangère! Une autre qui souffre du syndrome du « Ils n’auront pas ma haine »! Son histoire est pathétique! Elle défend ses tortionnaires et craché sur ceux qui les accusent! C’est ça la gauche déjantée qui règne dans les pays Occidentaux et qui détruit nos valeurs, notre identité et notre civilisation! 🇨🇦🇫🇷

  4. Les affirmations de cette femme sont en contradiction avec son acte .
    Si les djihadistes étaient aussi civilisés qu’elle le prétend, elle n’avait pas de raison de se tirer de cet éden ( renforçant le danger sur les otages restants ).
    Elle n’avouera pas les sévices infligés. Lorsqu’on connaît le calvaire subit par les femmes Yézidies, je ne crois pas que, pendant 15 mois, les sauvages se soient interdit de mettre le doigt dans le pot de miel….

  5. elle a bien de la chance de s’en sortir – mais elle est atteinte du syndrome de stockolm

  6. Cela s’appelle traîtres , collabos , bref ils font partie des islamo collabos par conséquent ennemis de la liberté et notre civilisation

  7. C’est vraiment indécent comme message de retour, elle mériterait d’y retourner illico mais cette fois-ci pour des sévices car apparemment c’était trop cool. Je connais ce genre de mentalité, quand ça se passe bien on cherche à relativiser les choses mais seuls la vraie souffrance et le vrai drame sont salvateurs.

  8. Ces humanistes à deux balles qui ne comprennent pas que d’autres humains ne savent pas ce qu’ils font et que leur endémique pauvreté les autorisent à maltraiter d’autres humains.

  9. Pauvre cloche. Si ces djihadistes sont pauvres, où ont-ils trouvé à acheter des armes, des machines de guerre, de tentes de belle facture, à manger correctement ?…
    Et puis je ne sais pas vous mais à mon avis ils ne se sont « échappés » qu’avec l’aide bienveillante de leurs prétendus géôliers : voyez la barbe du compagnon de cette edith blais on dirait un converti, dans le but de victimiser et rendre si possible ces criminels sans pitié sympathiques. Ces deux-là nous prennent pour des demeurés. Aussi ordures que les soldats dégénérés de l’islam.

  10. On pourrait dire des Allemands pendant la seconde guerre mondiale: ils ont raison de nous tirer dessus, on les a humiliés pendant la première guerre mondiale

  11. ‘ Une place spéciale au paradis ‘ : Quel paradis ? Il se trouve où ce paradis où l’on mange et où l’on boit à s’en faire péter la panse ? Ce paradis où les mecs baisent à longueur de journée ?
    S’ils étaient un peu moins cons, ils comprendraient que ce genre d’endroit ne peut pas exister ni sur Terre ni ailleurs, puisqu’une personne morte ne peut pas réintégrer son corps pour boire, manger et baiser.
    S’il existe un paradis, il ne peut être qu’immatériel donc purement spirituel.

  12. Même violées, elles pardonnent; les pauvres, des années sans femmes il faut bien soulager la misère sexuelle de ces gens-là !

    • De plus avec le nom qu’il porte tacchetto ,taquet en français si je ne me trompe pas , m’étonnerai pas qu’il se soit converti avec la R.A.T.P . vu comment il porte sa barbe de bouc converti!

  13. cette petite idiote a surtout eu beaucoup de chance de ne pas être violée tous les jours jusqu’à en mourir ! A cause d’eux on échange (jamais avoué par les gouvernements) des centaines de muzz que les soldats on péniblement capturés en y laissant leur vie. Et après ça se permet de nous donner leur avis bobo sur la question ! du genre « en somme ils sont gentils et ils ne font pas de mal, ils font ça pour un futur meilleur au paradis  » Ben voyons ! par ce biais on efface les massacres et tortures abominables perpétrées par ces ordures ! Quel monde de merde qui marche la tête en bas, je plains les petits qui naissent dans ce monde de fous à tous les échelons ou presque !

    • Je pense qu’elle s’est laissée faire douce violence, que quelques afro-djihadistes lui ont ramoné le vestibule. Toutes ces nanas qui s’engagent dans « l’humanitaire » pour importer toute la sous-humanité (en majorité des mâles) le font pour des raisons sexuelles.
      Sinon y aurait autant de femmes que d’hommes, si ce n’est plus, vu que les femelles sont le plus en danger dans ces coins-là.
      Je parle de femelles car même les animaux ne sont pas épargnés.

  14. Il sont pauvres oui c est certainement vrai mais ce n est pas une raison pour tuer
    qu ils s ent prennent a leur dirigeants leurs terre sont riches en minerais et autre
    APRES TOUT CE N EST APS LA FAUTE DES OCCIDENTAUX si leurs richesses sont spolies mais bien de leurs ressortissants
    mais c est bien plus facile de nous en rendre resposable

  15. Que voulez vous faire avec des olibrius comme ça, la connerie humaine n’a pas de limite..

  16. Pauvres crétins……Ils n’ont rien compris, ils sont encore PLUS CONS que leurs ravisseurs. Ca me fait repenser à ces soldats d’élites morts pour deux invertis « en voyage de noces »….A gerber

Les commentaires sont fermés.