15 août 1944 : le débarquement de Provence

« La rapidité avec laquelle les divisions s’emparent, non sans de durs combats, de Toulon et de Marseille assure aux forces alliées un avantage excellent immédiat…Après ces opérations, la 1ère Armée pousse vers le nord au cours de l’automne et de l’hiver et se trouve engagée dans des combats difficiles et continus dans les Vosges; les formations nord-africaines, particulièrement les Tirailleurs et les Goumiers, jouent à nouveau un rôle essentiel dans la montagne, au prix de lourdes pertes… »
(Anthony Clayton(1)).

Le Français, qui est souvent nul en histoire, en connaît cependant quelques dates : Marignan en 1515 ; le 14 juillet (dont il situe l’origine à 1789, la prise de la Bastille, alors qu’on honore la « Fête de la Fédération » un an plus tard) ; le 11 novembre 1918, fin de la grande saignée de 14-18 (2) ; le 8 mai 1945, capitulation de l’Allemagne nazie et fin de la guerre en Europe (3).
Les plus « beaufs » connaissent aussi 1664, naissance de Kronenbourg et le 10 mai 1981, date à laquelle, selon Jack Lang, notre pauvre pays passa « de l’ombre à la lumière » en élisant un homme ombrageux qui n’avait pourtant rien d’une lumière.

Mais presque tous les Français connaissent le 6 juin 1944, début de l’opération « Overlord », nom de code de la bataille de Normandie. La 2ème Division Blindée du général Leclerc est entrée dans l’histoire, et elle le mérite grandement !
Le débarquement en Normandie fait partie du mythe, entretenu depuis 1945, de « la France libérée par elle-même ». C’est la raison pour laquelle on parle si peu de l’autre débarquement, celui de Provence, commencé le 15 août 1944.
Le débarquement de Provence – nom de code « Anvil Dragoon » – est une vaste opération menée par les Alliés dans le Sud-est de la France. Appelée à l’origine « Anvil » (enclume en anglais), le nom a été changé en « Dragoon » par Winston Churchill qui était contre ce débarquement. Il déclara y avoir été « contraint » (dragooned en anglais) par les Américains.

Les objectifs de l’opération étaient de libérer Toulon et Marseille, puis de remonter ensuite la vallée du Rhône pour effectuer la jonction avec les forces de l’opération « Overlord » débarquées en Normandie à compter du 6 juin.
À partir du 15 août 1944, ce sont 260 000 combattants de la 1ère Armée Française du général de Lattre de Tassigny qui vont arriver dans le Sud de la France.
Durant la nuit du 14 au 15 août, des commandos français sont débarqués sur les plages :
« Rosie Force » débarque les 67 hommes du Groupe Naval d’Assaut de la marine du capitaine de frégate Seriot sur l’aile Est, à Miramar pour couper la route aux renforts allemands venant de l’Est ; « Romeo Force » débarque le Groupe des Commandos d’Afrique du lt-colonel Georges-Régis Bouvet sur l’aile Ouest, de part et d’autre du cap Nègre…

Le 16 août, à J + 1, débarque « Force Garbo » aux ordres du général américain Alexander Patch, et composée de la VIIe Armée américaine et de la 1ère Armée française commandée par le « Roi Jean » de Lattre de Tassigny. Les trois quarts de « Force Garbo » étaient sous commandement français avec, presque exclusivement, des unités de l’Armée d’Afrique : 10 % des combattants étaient originaires de la métropole (les « Français libres »), 90 % venaient d’Afrique du Nord dont une écrasante majorité d’anciens soldats de l’armée d’armistice (devenue vichyste). 48 % étaient des «Pieds noirs». Cette armée, c’était « l’Armée Giraud », et, pour certains « l’Armée du Maréchal ».

Elle était constituée par : la 3ème Division d’Infanterie Algérienne du général de Monsabert ; la 1ère Division Blindée du général Touzet du Vigier et la 1ère Division Française Libre du général Diégo Brosset (gaulliste). Dans les jours suivants, ces unités ont été renforcées par : la 9ème Division d’Infanterie Coloniale du général Magnan ; la 2ème Division d’Infanterie Marocaine du général Dody ; la 4ème Division Marocaine de Montagne du général Sevez ; la 5ème Division Blindée du général de Vernejoul et les deux groupements de Tabors Marocains du général Guillaume.
Après le débarquement, la 1ère Armée sera divisée en deux Corps d’Armée.

Après de rudes combats, les troupes du général de Lattre volent de victoire en victoire ; en deux semaines la Provence est libérée. Digne et Sisteron sont atteintes le 19 août, Gap le 20 août, Grenoble est prise le 22 août (soit 83 jours avant la date prévue), Toulon le 23 août, Montélimar le 28 août, Marseille le 29 août et Lyon le 3 septembre.
Les Alliés, remontant la vallée du Rhône, rejoindront le 12 septembre, à Nod-sur-Seine, au cœur de la Bourgogne, celles du front de l’Ouest.
Alors, est-il exagéré de dire que c’est l’Armée d’Afrique qui a libéré la France ?

Certes, comme je l’ai raconté dans un de mes livres(4) elle n’était pas seule, tant s’en faut, mais la vérité historique – ou, tout simplement, l’honnêteté intellectuelle – voudrait qu’on cesse d’entretenir le mythe, aussi stupide que mensonger, de « la France libérée par elle-même » et du général De Gaulle boutant le teuton hors de France, aidé par les FTP communistes (5).
Le III° Reich a été mis à bas par 360 divisions soviétiques, et sur notre sol, par 90 divisions américaines, 20 divisions britanniques et… l’Armée d’Afrique.
Rappelons, juste pour mémoire, que lors du débarquement en Provence, le général Giraud mobilisa 27 classes de Français d’Algérie. Du jamais vu, même pendant la Grande Guerre!

176 500 furent réellement incorporés. Ils se sont remarquablement battus et leur taux de pertes au feu fut deux fois supérieur à celui des autres unités alliées ayant participé à la libération du sol national. Et tant pis s’il faut contredire les auteurs du film « Indigènes »(6) mais l’effort demandé aux Musulmans fut moindre: sur 14 730 000 habitants de l’Algérie, 233 000 furent mobilisés soit 1,58% de la population. La majorité était constituée d’engagés volontaires.
L’effort consenti librement par les Musulmans d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie ET Maroc) fut 10 fois moins important que celui demandé aux seuls « Pieds noirs ».

Pour relativiser les choses, il faut se souvenir que le 6 juin 1944, les « Français libres » qui débarquèrent ce jour-là étaient…170 : les « bérets verts » du commando Kieffer. D’ailleurs, les Alliés n’avaient même pas jugé utile de prévenir De Gaulle de l’imminence du débarquement.
La 2ème Division Blindée du général Leclerc – celle qui est entrée dans l’histoire – n’a débarqué qu’en août 44, presque deux mois plus tard, sur le sol de France. Et, aussi glorieuse soit-elle, ce n’était jamais qu’UNE division.

On peut m’objecter que j’oublie « le poids considérable de la Résistance ». Non, je n’oublie rien et j’ai un respect – profond et total – pour les vrais résistants. Mais la Résistance, d’après l’historien Basil H. Liddell Hart, a représenté l’équivalent de deux divisions ; deux… sur les 500 venues à bout du Nazisme. Il faut se souvenir aussi que lors de la Libération, l’armée a réussi à incorporer – péniblement – moins de 100 000 résistants alors que, sur les trois départements d’Algérie, le général Giraud avait réussi à mobiliser 300 000 hommes. Ceci se passe de commentaire !
Pourquoi nos manuels d’histoire nous parlent-ils si peu de l’Armée d’Afrique ?
Sans doute pour faire oublier qu’après une guerre gagnée militairement, le 19 mars 1962, la France a lâchement, tragiquement, honteusement, abandonné les «Pieds Noirs» et les Musulmans venus la libérer en 1944…

Eric de Verdelhan

1)- « Histoire de l’Armée française en Afrique »  d’Anthony Clayton, (Albin Michel ; 1994).
2)- Mais les combats ont continué – aux Dardanelles entre autres – jusqu’en 1920.
3)- Le japon a capitulé le 2 septembre 1945.
4)- « Hommage à NOTRE Algérie française » (Editions Dualpha ; 2019).
5)- J’ai traité ce sujet dans « Mythes et Légendes du Maquis » (Editions Muller ; 2018).
6)- (Mauvais) film de propagande réalisé par Rachid Bouchareb, en 2006.

 

https://ripostelaique.com/15-aout-1944-le-debarquement-de-provence.html

 83 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Merci pour cette précision d’un fait historique réel. Le plus jeune frère de ma mère quoique d’origine espagnol donc « pied-noir » d’Oran (Algérie) fut prisonnier dans un camps à Liepzig en Allemagne pendant près de six ans.

  2. Pied noir moi même, mon père qui a participé à ces combats m’a souvent raconté sa guerre et notamment deux anecdotes, si j’ose dire;

    • en remontant vers l’Allemagne, dans les Vosges, une courte pause leur avait permis d’oublier qu’ils dormaient sous la tente par moins 20°.

    Autorisés à aller au bal du village, ils ont constaté la présence de nombreux jeunes civils de leur âge; Invités à venir se battre avec eux, la réponse a été : « on n’est pas fous, on n’a pas envie de se faire trouer la peau »

    • Cerise sur le gâteau, à la fin de la guerre, mon père qui était sergent, et il n’a sans doute pas été le seul, n’a pas été libéré tout de suite et a dû rester 6 mois de plus pour former les jeunes français qui avaient passé la guerre au chaud .

    Et encore, je ne parle pas de mes grands parents en 1914, d’un de mes grands oncles avec les séquelles de l’hypérite toute sa vie, mais à cette époque au moins, tous les français avaient été admirables

    Et tout ça pour l’accueil ignoble reçu par les pieds noirs en 1962.
    Chaque fois que je pense à cette période , j’ai envie de vomir.

    • J’avais 6 ans à mon arrivée en métropole. Mon père est monté directement dans le nord, près de Lille, où on lui a assuré de trouver un emploi. Je suis la seule d’une grande fratrie à avoir la peau plus « mate » (espagnole, andalouse pur sang :)), comme mon père. Durant toute ma scolarité j’ai subi les insultes « négresse », « arabe » plus ou moins précédé de « sale » etc.. Vers l’âge de 20 ans j’étais en entretien pour un emploi à la chambre de commerce de Lille, et le recruteur m’a demandé maladroitement si j’avais « les pieds-noirs »!! À cet adulte d’1 quarantaine d’années j’ai fait un cours sur l’histoire d’Algérie etc. Voilà ce que représentait un-e « pieds-noirs » pour les français d’ici !! Je suppose que naturellement la plupart d’entre eux ne savent rien des soldats africains engagés durant la 2ème GM ! Quelle tristesse !

  3. Merci, M.de Verdelhan de rappeler l’importance des opérations en Provence, ainsi que le rôle joué par les futurs « damnés » de la France, ces Pieds Noirs dont je fais partie.

    En effet, loin de la propagande indigéniste qui pollue l’évocation de la libération de la France en affirmant que ce sont les seules troupes maghrébines et noires qui ont agi, vous rappelez, statistiques à l’appui, que les Européens d’Afrique ont payé le plus lourd tribu dans les combats de 1944-45.

    Je n’étais pas né, à l’époque, mais quatre de mes grands oncles sont partis d’Algérie dans l’armée de Lattre et ont combattu jusqu’en Allemagne. Ils en sont tous revenus vivants et fiers du devoir accompli pour leur pays. 17 ans plus tard, un certain de Gaulle les en a remerciés en abandonnant l’Algérie…

    Quant au navet « Indigènes » que j’ai toujours refusé de regarder, la présence au combat d’un soldat qui ne peut utiliser qu’un seul bras suffit à disqualifier son scénario.

    Salutations patriotes

  4. Très intéressant épisode mais qui tend à accréditer les prétentions des musulmans sur notre pays qu’à écouter les plus vindicatifs ils ont sauvé et reconstruit.
    D’ailleurs le film « indigènes » est revendiqué par son auteur comme une fiction quand certains faits historiques sont contestés et une reconstitution historique pour les autres.
    Par contre, les exactions que les tirailleurs et goumiers ont commises dans les campagnes notamment en Italie, silence radio.
    Je me souviens que dans le film « indigènes », à un moment, leur chef les prévient : « pas de butin », étant entendu que dans le butin, il y a droit aux femmes des vaincus.
    C’est ce genre de choses aussi qu’il faudrait rappeler.
    La France n’a pas été sauvé uniquement par elle-même voulez-vous souligner. Mais les intérêts des pays qui l’ont aidé étaient aussi en jeu, non pas pour sauver la seule France mais pour se débarrasser des nazis.
    Que des tirailleurs et goumiers y aient contribué est certes à leur actif, mais cela ne donne pas plus de droit à se plaindre d’une injustice ou d’une ingratitude et d’une dette à leur égard. La France était à reconstruire et avait à gérer ses problèmes internes. En outre, ne pas oublier que si la France a ouvert ses frontières à l’Algérie et aux pays du Maghreb, c’est en grande partie pour leur venir en aide. Jamais les musulmans n’ont été aussi heureux que durant la colonisation, les plus honnêtes le reconnaissent. Et si certains ont connu la grande misère, ne pas oublier qu’en France, le dénuement de beaucoup après la guerre n’avait pas grand chose à leur envier.

  5. Pourquoi célèbre-t-on plutôt le 23 août 1944 que ce 15 août ? Même dans mon village, il y a une « rue du 23 août 1944 ».

  6. De Gaulle n’était qu’un mythe. D’ailleurs il n’a réellement pris le pouvoir qu’en 1958. L’image d’un De Gaulle social, près du peuple, n’est qu’un mythe lui aussi. Le boum économique d’après guerre n’est dû qu’à la reconstruction de notre pays. Dans un pays dévasté, ruiné, l’économie repart inévitablement et stagne quand tout est reconstruit. Sauf pour les pays du Moyen-Orient, où le chaos règne dès qu’un pouvoir fort est mis à terre et où il n’y a pas de sentiment d’unité nationale. Seule la religion les cimente, et encore… De Gaulle est arrivé au bon moment, au bon endroit. Mitterrand est arrivé au bon moment mais au mauvais endroit (pour nous les FDS). C’était un être fourbe, machiavélique, menteur, méprisant, hautain, profondément orgueilleux, capable de tout pour se maintenir au pouvoir. La France n’a jamais eu un dirigeant à la hauteur. Et c’est de pire en pire, avec l’aboutissement de l’avatar Macron.

    • Je vous rappelle tout de même qu’il payait de ses deniers, lui…
      Le miteux errant est tombé du ciel grace à la débilité des électeurs, et nous en payons le prix.

      • peut être il serait intéressant de faire une synthèse du « prix que nous payons  » , j’avoue ne pas savoir le faire

  7. Comme grosse date oubliée dans l’article je vois le 18 juin…1815.

Les commentaires sont fermés.