Facebook cherche des délateurs pour former son armée de collabos !

Dans un article intitulé « La dictature du politiquement correct » un journaliste italien signale un phénomène pour le moins inquiétant. En effet, Facebook a adressé à plusieurs de ses utilisateurs, dont ce journaliste, une demande particulièrement sournoise, celle de signaler qui, parmi vos connaissances « deviendrait un extrémiste ».

La première chose qui frappe c’est la rapidité avec laquelle une dictature travaille pour tenter d’asseoir son pouvoir. Dans ce cas-ci Facebook cherche de toute évidence à se constituer une armée de « parfaits petits soldats » qui ne doivent surtout pas être trop intelligents mais très nombreux. En effet, en faisant appel aux plus bas instincts, ceux situés en dessous de la ceinture d’un QI moyen « normal », on est sûr de s’assurer la docilité de ses troupes.

On organise aussi la chasse aux intellectuels qui parviennent à identifier tous les pièges et autres chausses trappes imaginés par la dictature du « politiquement correct »et qui les dénoncent. Je ne suis pas un assidu de Facebook sachant que cette organisation est un outil qui participe directement au contrôle et au formatage des esprits de ses adeptes. Et bien sûr aussi, Facebook collectionne gratuitement quantité d’informations sur ses utilisateurs qu’il saura utiliser au mieux de ses intérêts, soyons-en sûrs. Ils s’octroient ainsi un puissant instrument de chantage qu’ils ne se priveront pas d’utiliser contre vous au moment opportun. Voici, ci-après, la traduction française de cet article en italien :

 

 

La dictature du politiquement correct

3 juillet 2021 – 08:21

Au cours des dernières heures, de nombreux utilisateurs de Facebook (dont moi-même) ont reçu la demande de signaler qui parmi leurs connaissances « devient un extrémiste ».

Au cours des dernières heures, de nombreux utilisateurs de Facebook (dont moi-même) ont reçu la demande de signaler qui parmi leurs connaissances « devient un extrémiste ». On ne nous demande même pas si nous connaissons des intolérants exagérés (ce qui serait déjà gênant), mais même si nous avons parmi nos contacts, des personnes qui, à notre avis, radicaliseraient leur vision du monde.

Personnellement, je dois l’avouer, je fréquente de nombreux « extrémistes ». Par exemple, beaucoup de mes amis voudraient multiplier leurs revenus de citoyenneté et fermer la bouche à ceux qui, selon eux, sont porteurs d’une vision déformée des choses. Ce n’est pas pour cela que je les signalerai à Zuckerberg ; aussi parce que Facebook ne nous contacte pas pour savoir si nous connaissons des partisans fanatiques d’un « État-providence » illimité ou des partisans ultra-idéologisés du « politiquement correct ». Sous la bannière du conformisme le plus éculé, ceux qui devraient être dénoncés sont ceux qui ne sont pas parfaitement alignés sur un progressisme standard qui combine le post-marxisme, le relativisme moral, le genre, l’intolérance envers le pluralisme.

Mais ce qui se profile à l’horizon, c’est une police menaçante de la pensée. Et en ce sens, il convient de rappeler une phrase formidable de George Orwell : « Si la liberté signifie quelque chose, cela signifie le droit de dire aux gens ce qu’ils ne veulent pas entendre ». L’oublier, c’est aller vers une société totalitaire.

 

De plus, ce n’est pas seulement une affaire américaine. Nous avons également un double standard en vertu duquel les grillini (les partisans du mouvement 5 étoiles en Italie) et leurs alliés gauchistes  peuvent dire n’importe quel non-sens et utiliser également des langages violents, tandis que ceux qui se trouvent en dehors d’une certaine zone risquent constamment le pilori ; et ce du fait qu’une vision des choses s’impose, il suffit de penser au projet de loi Zan (loi visant à réprimer les violences basées sur le sexe, le genre, l’orientation sexuelle, les discrimination de genre …), selon lequel les contraintes venant des autoproclamés « bons » seraient justes et nécessaires. NDLR : cela signifie par exemple remplacer sur les documents officiels les termes de père et mère par parent un et parent deux …

Dans une société ou les théories les plus farfelues et souvent infondées se multiplient, il est facile et tentant pour les élites d’imposer une pensée dominante « convenue » (le politiquement correct). Et ce politiquement correct est répandu et promu au sein des élites politiques et culturelles (show bizz et sport entre autres) en marginalisant ceux qui pensent différemment. Un tel « racisme culturel » est extrêmement dangereux et peut ouvrir la voie à des tensions croissantes.

Plus tôt vous vous en rendez compte et changez, mieux ce sera.

Texte traduit de l’article italien par Gigobleu pour Résistance républicaine

 :https://www.ilgiornale.it/news/cronache/dittatura-politicamente-corretto-1959441.html

 

 145 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. En ce qui me concerne ces ordures de progressistes peuvent aller se faire foutent,car j’ai quitté Facebook et Twitter depuis belle lurette !
    J’ajoute à l’intention des progressistes qui lisent RR que je défèque sur le politiquement correct !

  2. Je n’en reviens pas que Facebook, ose aller jusqu’à promouvoir la délation, des soi-disants complotistes.
    Il y a une dictature mondialiste, qui est en train de se mettre en place.
    Le Covid c’est un prétexte, pour la caste de réaffirmer son pouvoir chancelant, afin de mieux asservir les peuples.

  3. Certains remèdes sont d’une simplicité déconcertante : et si vous fermiez vos comptes Facebook ? Personnellement, je n’y suis pas, je n’y ai jamais été et pourtant, je suis en bonne santé avec mes 68 balais. On peut donc vivre sans Zuckerberg. Essayez…

  4. Il y a les extrêmement bons et les extrêmement mauvais. Il est dans la nature des derniers de dénoncer, de ne pas supporter les premiers ….

  5. Merci Gigobleu pour cette information inouïe, si on me l’avait dit, je ne l’aurais pas cru.

  6. et il y en a beaucoup des delateurs……..je suis encore bloque 1 mois pour avoir ecrit suite a l’article des 2 agents qui ont tues le haitien qui menacait les enfants…….faut pas trembler, faut les abattre

    • je suis bloqué un mois ….(après dix jours de réhabilitation,) pour avoir mis un « i » a la place d’un  » r  » a frotte dans la phrase « qui s’y frotte s’y pique », en parlant de la photo de macron entouré de  » ces » ? « ses » créatures en bas résille, sur les marches de l’élysée !!

  7. Il faut quitter FB, il n’y a pas d’autre solution car on fait vivre une plateforme politique favorable à l’islamo-communisme.

    • Pour tout vous dire, je le perçois plus comme chinois que Juif :
      marié à une chinoise, parle le mandarin, ayant aidé à « élire » Biden contre Trump, et pour la subversion en occident (promotion de tous les délires progressistes) qui permet au PCC de renforcer sa domination sur le monde.

      Il faut absolument ne plus collaborer avec ces géants de l’Internet que sont Twitter, Facebook, Google, sinon effectivement, le pire (les camps de concentration « rééducation » dont vous parlez) est envisageable.

  8. On y est (en France) les collabos en réseau d’information. Mais comme les milices de Darnan, ils pensent être bien dans la norme ! travailler pour le bien commun !Ce sont les plus dangereux ! ceux qui le font pour du fric on peut comprendre dans un état pourri mais d’autres le font pas CONFORMISME supposé ! D’autres époques les ont (. . . …. ) pour le bien commun et moral !

  9. Merci Gigobleu pour vous être donné ce mal. Le contrôle des esprits est pour demain. Déjà certaines lois nous interdisent de livrer le fond de notre pensée. Voir les procès dont sont victimes Christine Tasin et Pierre Cassen pour avoir exprimé simplement leur opinion! Et ce lavage de cerveau ne concerne que les nationaux. Certaines peuplades peuvent cracher sur nous, nous insulter, exprimer des sentiments de haine et des menaces à peine voilées, sans que la justice ne s’en émeuve. Les nations européennes, à plus ou moins brèves échéances, vont devenir des annexes d’un certain continent, qu’il ne vaut mieux pas citer, sous peine de déclencher les foudres de dame Justice.

    • Non ce n’est pas le moment de déserter ,il nous faut faire tomber cette dictature numérique des réseaux dit sociaux , nous le peuple nous devons nous mobiliser , plus nous laisserons faire plus ils vont se sentir tout puissant , seul les peuples du monde entier peuvent les faire tomber !.

Les commentaires sont fermés.