Les Républicains pro-Trump perdent leurs subventions ? Les Américains leur envoient des chèques de substitution !

Amis de la Résistance Républicaine, bonjour ! On ne nous a jamais autant parlé de démocratie et des valeurs républicaines qui seraient mises en danger par l’extrême droite… Ce dernier vocable désignant, pour les diaboliser, tous ceux qui ne sont pas immigrationnistes, qui ne supportent pas l’ethnomasochisme gaucho-bobo, qui préfèrent les nôtres aux autres et qui refusent la dictature de la théocratie islamique.Tous ces beaux parleurs,  ces promoteurs du vivre ensemble se gardent bien de communiquer sur les données clé qui règlent le jeu de leur fameuse « démocratie »…

D’abord un coup d’oeil sur ce qui se passe en France où votre argent est redistribué d’une manière éhontée :

Rappelons déjà que le RN qui a recueilli près de 11 millions de voix au second tour de  la dernière présidentielle, n’est représenté que par 8 députés ! A contrario le LREM-Modem qui a totalisé 21 millions de voix  est représenté par 350 députés ! Elle est belle leur démocratie !!!…

Et il faut voir le système d’attribution des aides aux partis politiques !!!…  Par exemple, cette année 2021, les partis politiques vont se partager un peu plus de 66 millions d’euros. Cette redistribution de nos impôts s’opère en deux fractions.         

 La première fraction (environ 32 millions d’euros) tient compte du nombre de voix recueillies. « En Marche » se taille ainsi la part du lion, avec 10 millions d’euros d’aide. Le RN reçoit moins de la moitié de cette somme. Les Républicains un million de moins, suivis par la France insoumise (3,7 millions), le PS 2,6 millions, le mouvement Bayrou 1,8 millions (ce qui doit représenter~100 000euros par adhérent, soit leur nombre total dans 6 cabines téléphoniques …), les écolos, les radicaux et les cocos environ 1 million chacun.Le reste est partagé entre sept partis, qui sont en fait de vrais chasseurs de subventions, comme Lutte Ouvrière, ou le Parti animaliste.

Mais beaucoup plus choquant est le mode de répartition de la seconde fraction (34 millions). Celui-ci est en effet basé uniquement sur le nombre d’élus à l’Assemblée Nationale et au Sénat. On comprend mieux que lorsque les partis réclament un front républicain, c’est non seulement pour battre les candidats anti-système , mais aussi pour priver les organisations non conformistes des aides légales.

Par le biais de cette seconde règle,  les « marcheurs » vont recevoir, au titre de 2021, 10,8 millions de plus. Les Républicains 9,2 millions , le PS 3,2 millions, les radicaux trois millions, le PC plus d’un million, les écolos 900 000 euros, les mélenchonistes 600 000 euros, les radicaux de gauche 400 000 euros, le RN 300 000 euros et Debout la France 100 000 euros.
Nous avons là un correctif pervers qui minimise volontairement certaines composantes de la vie politique. Que le PC, avec ses 2% de voix, obtienne un million d’euros et le RN trois fois moins démontre en effet l’habilité de ce système qui n’a pas l’heur d’attirer l’attention de nos grands experts en « démocratie » qui siègent au Conseil d’état et/ou constitutionnel…

Ensuite l’incroyable histoire des petits Américains, qui, avec des chèques de 20 ou 50 dollars, ont compensé la suppression des subventions allouées par les multinationales et banques alliées de Biden ! 

Pour nos amis trumpistes qui sont nombreux sur ce blog, il faut savoir que le financement des partis politiques Etats Uniens se fait par le « PAC »(Political Action Committee), relais imposé par la loi entre financiers et glaneurs de voix. On retrouve dans ce « PAC » les Morgan Chase, Citygroup, Goldman Sachs, Wells Fargo et d’autres qui ont asséché en moyenne de 80% les donations qu’ils allouaient aux 147 membres républicains de la Chambre des représentants, parce que ceux-ci refusèrent le titre de Président à Biden, considérant qu’il avait triché et qu’il étant donc un usurpateur.
Cette situation devint catastrophique pour la quasi-totalité des réfractaires au nouveau régime et qui auront bien besoin de « money » pour défendre leur siège aux prochaines législatives de novembre 2022.
Fort heureusement, l’Amérique vit une période originale, celle du post-trumpisme, celle d’un dynamisme qui perdure, celle de la rage mais aussi des espoirs de 74 millions d’américains qui ont voté pour Trump.
Les petits chèques (entre 20 et 50 dollars ont compensé le gel des « PAC » pour la plupart des concurrents ostracisés au nom de l’anti-trumpisme. Les représailles des coffres-forts égoïstes et vagabonds ont touché aux entrailles l’Amérique profonde. Les images de « la Nation d’abord », d’un pays fier, d’un peuple confiant, que Trump avait si souvent évoquées lors de ses discours, revinrent dans toutes les mémoires. Les petits chèques qu’il récolta par millions au cours de son mandat allèrent tout naturellement dans les caisses de celles et ceux dont l’ambition désormais consiste à défendre et à prolonger son souvenir, son action et ses idées. Les dons modestes ont pulvérisé le gros fric. Mieux : ils l’ont dépassé en moyenne de 20%.
Pardon pour ce texte un peu long. Les gueux au grand coeur ont décidé de chasser les imposteurs. J’ai perçu là un grand message d’espoir d’Outre Atlantique dont je tenais à vous faire part.
Cet article s’inspire d’un édito de F.Bergeron du quotidien « Présent » et de son correspondant aux Etats Unis Christian Daisug. Ce quotidien est en quête de réabonnements sous peine de disparition. L’Etat de subventionnant guère les quotidiens d’opposition. 

 251 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. C’est bien pour ça que la proportionnelle intégrale n’est pas adoptée. On veut garder le gâteau pour soi!

  2. Il fut un temps où les partis politiques étaient subventionnés directement et uniquement par leurs membres. POURQUOI les abus actuels??

    • Effectivement !
      Et voulant faire court, je n’ai pas évoqué les subventions aux syndicats, dont les montants sont d’ailleurs quasiment introuvables sur le web, sauf pour 2014, année pendant laquelle la cgt a perçu au total 220,6 millions d’euros dont 145 hors cotisations, soit en subventions et dons divers !!!…
      Sans compter ce qui est pompé par tous ces héros du travail dans le budget du CCAS de l’EDF (1% du C.A. quand même !)

  3. Finie la « Démocratie » avec l’autre, on est passé à la « Démo-crassie ».

Les commentaires sont fermés.