Suisse, le policier ayant tué un Congolais armé acquitté, la présidente du tribunal s’excuse presque…

Reconnaissance donc de la légitime défense, c’est assez rare en nos pays envahis, en nos pays de dhimmis pour le signaler !

Néanmoins la famille du Congolais, dont la presse s’empresse de donner le prénom, Hervé… « jeune père de famille »… fait appel. 500 personnes en colère ont  manifesté...

Et la Présidente du tribunal a cru bon de parler gentiment à la famille du Congolais, armé, menaçant, drogué, qui avait défoncé la porte d’un voisin pour le menacer de mort avec un couteau…: « Ce jugement n’implique pas que votre fils était un méchant ou un délinquant. Il y a eu un concours de circonstances entre son état psychique et l’intervention de la police ce jour-là ».

Juste un concours de circonstance ? Pas méchant ? Pas un délinquant ? On croit rêver !!!

Quand pour une fois il y a une vraie justice, tout le monde est embarrassé… Certains se demandent encore pourquoi et comment des policiers menacés de mort hésitent à tirer… Le djihad ne court pas, il galope, de pair avec la dhimmitude de nos dirigeants et de la justice.

Acquittement du policier jugé pour meurtre lors d’une intervention à Bex

La justice a acquitté mercredi le policier ayant abattu Hervé, un jeune Congolais armé d’un couteau, lors d’une intervention à Bex (VD) en 2016. L’agent a agi en état de légitime défense, selon le Tribunal. Près de 500 personnes ont manifesté leur colère à Lausanne

Légitime défense ou geste disproportionné du prévenu, alors caporal, qui devait répondre de meurtre, chef d’accusation passible de cinq ans de prison au moins? Les cinq juges ont tranché, suivant ainsi le réquisitoire du Ministère public qui avait demandé lors du procès la semaine dernière l’abandon des charges et donc l’acquittement.

Légitime défense

Le policier « a agi en état de légitime défense et a fait un usage proportionné de son arme à feu. Le meurtre ne peut pas être ainsi retenu », a déclaré Anne-Catherine Page, présidente du Tribunal d’arrondissement de l’Est vaudois, délocalisé à Renens pour l’occasion.

La cour criminelle a estimé qu’il n’était pas possible de repousser l’attaque au couteau à pain par d’autres moyens vu la proximité et la rapidité de celle-ci. « L’attaque était actuelle, imminente, sérieuse et illicite. Elle portait atteinte à la vie ou à l’intégrité corporelle », selon le verdict de la présidente.

L’arme comme seul moyen

Hervé « surplombait » le policier avec un couteau « brandi en hauteur »: il y avait un risque pour le policier d’être frappé au visage ou au cou, selon le tribunal. « Dans ce contexte, l’arme à feu était le seul moyen efficace pour contrer la rapidité de l’attaque », a dit Anne-Catherine Page.

Il ne peut pas lui être reproché d’avoir tiré et même trois coups, selon le tribunal qui a admis la « proportionnalité » de la réaction et du geste du policier par rapport au danger.

Les faits remontent au dimanche soir 6 novembre 2016. Une patrouille de police avait été alertée en raison d’un grabuge dans un immeuble de Bex. Sur place, Hervé, père de famille de 27 ans avait défoncé une porte et réveillé un voisin, faisant mine de l’égorger avec un couteau à pain avant de le laisser tranquille.

Drogué et menaçant

Arrivés sur place, cinq policiers avaient essayé de calmer l’homme, drogué et dans un état second, avant que celui-ci s’en prenne à un des agents en lui courant après avec le couteau à la main. Puis il s’était dirigé et rapproché du caporal, aujourd’hui âgé de 52 ans, le menaçant avec le couteau. Le policier avait dégainé et tiré trois coups de feu, atteignant la victime à la cuisse et au thorax.

La présidente du tribunal a eu des mots empathiques pour la famille de la victime présente au verdict. « Ce jugement n’implique pas que votre fils était un méchant ou un délinquant. Il y a eu un concours de circonstances entre son état psychique et l’intervention de la police ce jour-là ».

La famille fait appel

L’avocat de la famille a aussitôt affirmé à la sortie du tribunal que la partie plaignante ferait appel à ce jugement. « Nous sommes très déçus du verdict, même s’il était prévisible dès le premier jour du procès puisque le tribunal nous a refusé de se rendre sur la scène du crime et de faire une reconstitution des faits », a déclaré Ludovic Tirelli.

Il a néanmoins dit avoir apprécié les « mots très justes pour la famille » de la part de la présidente. La lecture du jugement était « sobre et respectueuse » à l’encontre de la victime, a reconnu Ludovic Tirelli.

Soulagé et triste

De son côté, l’avocate du policier, Odile Pelet, a affirmé que son client était « très soulagé de cette décision d’être enfin libéré de l’accusation de meurtre après plus de quatre ans d’enquête ». Et d’ajouter: « Il est triste pour la famille et comprend sa colère ».

 131 total views,  1 views today

image_pdf

22 Commentaires

  1. «  »un concours de circonstances entre son état psychique et l’intervention de la police ce jour-là » »
    Ah ! Elle est bien bonne celle là !
    Je l’ai notée pour le cas où il m’arriverait d’avoir un jour un démêlé avec notre justice….

  2. Affaire de PONTOISE
    Un jeune vole une moto, bien sur c’était un bon garçon toujours prêt a rendre service, à dépanner (d’une barrette de shit) enfin un de ceux la qu’ici nous adorons.
    Manque de bol pour le merdeux, il pique la moto du fils d’un manouche, autant vous dire que ces derniers bien que très pieux, ne sont pas du genre a tendre l’autre joue.
    Muni d’un des fourgons que nous connaissons bien, 3 man font culbuter le voleur repéré sur la bécane, les autres pas contents vont courageusement affronter à 30, les 3 lascars à la camionnette.
    Résultat 2 mecs au tapis, a qui personnellement je ne rendrais aucun hommage lors de l’inévitable marche blanche qui sera organisée.

  3. Le mec armé menaçant et drogué et defonce la porte du voisin et le menace avec un couteau et à part ca il n’est pas méchant, mais bien sûr on y croit ,faut pas pousser ,légitime défense et d’ailleurs si ça existe il faut s’en servir sinon ça sert à quoi ?

  4. Même la Suisse a pris la voie de la capitulation face au politiquement correct. Les Suisses sont encore moins avancés que les Français, mais ça va venir. Dans l’état normal, la situation de ce type doit être résolue par un rapide enquête interne de police. Bien sûr, je suis content par l’acquittement de policier, mais pourquoi doit-il passer par la voie de justice dans cette situation évidente ?

    • La gauchiasserie suisse est en marche forcée pour victimiser les agresseurs et autres saloperies allogènes , n’oublions pas que c’est cette même gauchiasserie qui voulait refaire une votation concernant le référendum pour ou contre la construction de mosquées .ceci explique cela !.

    • C’est des sauvages et c’est pour pour ça que ces pays doivent être tenus par des mains de fer que nous appelons ici des dictateurs , il n’y a qu’a voir le bordel que c’est devenu partout ou on s’est occupé de décaniller les mecs qui faisaient régner l’ordre …

  5. Bande de chouineurs hypocrites .Au Congo il y aurait pas eu de sommation, le type ce serait fait démonté, connaissant la violence des policiers congolais. Mais en Europe blanche au nom de la réparation coloniale, il faudrait se laisser égorger sans bouger le petit doight .Les policuers ont fait le travail face à un individu violent menaçant leur propre vie. Je ne peux plus les blairer ces gens , et pourtant je viens du meme pays.

    • Bonjour @Monique

      Il faudrait que vous donniez un jour, par un article, votre point de vue sur la question. J’ai l’impression que les personnes d’origine antillaise ou africaine, intégrées et patriotes, restent muettes face aux grandes gueules de l’antiracisme. En même temps, les grands médias privilégient ces dernières, ce qui ne facilite pas votre visibilité.

      Alors que nous, pourtant réputés « d’extrême-droite », « racistes », « xénophobes » et tout le tralala, cela nous intéresse !

    • Je ne connais pas le Congo, mais je suis allé de nombreuses fois dans divers pays d’Afrique de l’ouest et en Afrique du Sud du temps de l’apartheid. Mon épouse africaine a levé le pouce en l’air et dit « chapeau », quand je lui ai fait lire votre commentaire, Monique.

  6. Je ne vais pas livrer le fond de ma pensée….car selon ce sentiment de haine qui m’habite, je risque de me retrouver directement devant la 17eme chambre ….

  7. rien de plus logique……..quand les gens comprendront que nous sommes en légitime défense………………………

  8. Si tous les policiers tiraient, 1erement, ils ne pourraient les mettre tous en prison, 2èment cela empêchera les sous-merdes parasitaires de faire ce qu’ils veulent et 3ème que tous ceux qui pensent que les occidentaux sont racistes, retournent dans leurs pays et emmènent les collabos avec eux.

  9. Même si le jugement donne raison à la police, c’est quand même ahurissant et inquiétant de voir que l’intimidation des populations immigrées fonctionne à plein.

    Au lieu d’être fermes et inflexibles, même les juges et la police reculent devant les manifestations de soutien aux racailles réclamant l’immunité des criminels dès lors qu’ils sont noirs ou musulmans, bref leur droit de tuer impunément.

    Si le policier avait été noir et le drogué blanc, il aurait reçu une médaille. Là il doit s’estimer chanceux d’échapper à la prison. Pour l’instant, car l’épée de Damoclès continue de planer sur lui, tant la menace de la pression indigéniste sur la cour d’appel reste grande.

    Avec bien sûr le soutien des gauchistes anti-flics, toujours à la recherche du chaos social, et qui saisissent toutes les opportunités pour déstabiliser et délégitimer la police, dernier rempart contre le désordre et l’anarchie qu’ils appellent de leur vœux.

    • Le droit de tuer impunément pour les noirs au nom de la repentance et réparation coloniale

  10. « Ce jugement n’implique pas que votre fils était un méchant ou un délinquant. Il y a eu un concours de circonstances entre son état psychique et l’intervention de la police ce jour-là ».
    ==> le niveau de la déliquescence des magistrats « contraints » d’appliquer à « leur insu de leur propre volonté » aurait dit un célèbre cycliste !

  11. Et les journaleux d’appeler un délinquant par son prénom et tous de le victimiser… Pourquoi pas tous les protagonistes de l’affaire ?

    « Anne-Cathy, la présidente du tribunal a eu des mots empathiques pour la famille de la victime. Hervé le Congolais a, en effet, succombé aux tirs de Béber, le caporal venu au secours de Nono, le voisin de la victime. Ludo, l’avocat de la famille de Hervé, est outré de l’acquittement de Béber. »

    En tous cas, quand on est policier, il faut vraiment avoir fait 5 ans de droit et, avant de sortir son arme, réfléchir aux conséquences de son acte en une milliseconde..

    • C’est tout a fait ça 1 seconde pour réfléchir, 4 ans d’angoisse en attente du verdict mais ça où s’en fout, le policier tueur sera toujours la victime, en plus de l’auto humiliation qui lui est conseillée par son avocat de regretter devant le juge son geste qui plonge une famille dans la douleur.
      Tant qu’on aura des politicards qui cite en exemple des SY et des Debouze compatissants avec la vermine Traoré, pas de sortie du tunnel.

    • Et quand ce sera le contraire, le policier poignardé, ça donnera ceci : votre fils est acquitté, sa victime s’étant malheureusement embroché toute seule sur le couteau!

Les commentaires sont fermés.