Vénus, quelle planète intéressante ! (Partie 1/3)

Partie 1/3

Qui ne s’est jamais posé la question : je vois chaque soir, lorsque le ciel est dégagé, une étoile extrêmement brillante en plein ciel. De quoi s’agit-il ? Cette grosse boule lumineuse surpasse de loin l’éclat des autres étoiles et des autres planètes et que certains prennent parfois pour un OVNI !

Alors, c’est quoi, c’est qui, on veut savoir !!!……..

Mais attention, cousine, Vénus est une planète, et non une étoile, du Système solaire. Ce n’est pas du tout la même chose !

 

UN PEU DE MYTHOLOGIE

 

POURQUOI VENUS EST-ELLE APPELEE L’ETOILE DU BERGER ?

On dit que Venus est l’étoile du Berger car, la planète Vénus apparaît, en fonction de la période de l’année, toujours la première dans le ciel ou elle disparaît toujours la dernière. C’est l’astre le plus brillant du ciel (après le Soleil et la Lune). Cela la rendait bien utile aux bergers dans les temps anciens, car ils pouvaient s’orienter facilement en la regardant le soir.

Vénus est la deuxième planète la plus proche du soleil, alors que la Terre est en troisième position.

Cette configuration fait qu’il nous est impossible de la voir en milieu de nuit : dans notre ciel, Vénus suit ou précède de près le soleil dans sa course et n’est visible que le soir à l’ouest, ou le matin à l’est (comme le soleil).

Suivant la position de Vénus et de la Terre sur leurs orbites respectives, l’écart apparent entre le soleil et Vénus nous apparaît variable : on parle d’élongation. Si l’élongation est petite, Vénus est près du soleil et lorsque ce dernier est juste derrière l’horizon, la planète est basse elle aussi : les arbres ou les immeubles peuvent nous empêcher de la voir. Au contraire, lorsque l’élongation est grande, Vénus est plus haute dans le ciel et l’observation devient beaucoup plus facile et intéressante.

Pour mes amis patriotes développés du bulbe, ou ceux qui voudraient le devenir 😊, j’ai concocté un PDF qui explique, assez en détail quand même, ce qu’est une élongation. Si tu veux en savoir plus sur ce sujet, clique ici (nouvelle page). Sinon continue la lecture.

Comme Mercure et la lune, Vénus nous présente des phases qui évoluent en fonction de la portion de la face éclairée par le soleil visible depuis la Terre. Lors de sa conjonction supérieure, c’est-à-dire lorsque la Terre, le Soleil, et Vénus sont alignés – mais pas forcément dans le même plan car l’orbite de Vénus est inclinée par rapport au plan de l’orbite terrestre – nous pouvons voir une pleine Vénus toute ronde avec un diamètre apparent très petit car elle se situe à plus de 250 millions de kilomètres. À l’approche de la conjonction inférieure, le croissant vénusien s’affine et son diamètre apparent croît considérablement car la distance avec la Terre diminue rapidement ; il peut alors mesurer un trentième du diamètre apparent de la lune.

Si tu veux plus de détails sur les conjonction et opposition, clique ici (PDF nouvelle page). Sinon, continu de lire, mon frère patriote !

La planète VÉNUS, est incontestablement la reine de la nuit. Elle déploie sa splendeur le soir au-dessus de l’horizon sud-ouest pendant quelques heures après le coucher du Soleil. Notre « Étoile du Soir » va même voir son éclat croître de façon spectaculaire, au point d’éclairer le paysage dans des sites suffisamment protégés des lumières artificielles en y créant des ombres portées. Cette hausse de luminosité vient de ce que Vénus se rapproche de la Terre à raison de plus d’un million de kilomètres par jour, ce qui a pour effet d’augmenter le diamètre apparent et donc la surface et l’éclat de notre belle voisine.

Vénus et la Terre sont lancées comme deux bolides sur les couloirs grossièrement concentriques d’une immense piste à une vitesse de respectivement 35 et 30 km/s. A la fin mars en ramenant leur distance mutuelle à un petit 42 millions de kilomètres, ce sera alors la conjonction inférieure, Vénus se trouvant entre le Soleil et la Terre, les trois astres étant alignés.

Un autre élément de l’histoire a tendance au contraire à faire décroître l’éclat vénusien. C’est le fait qu’en s’approchant de sa conjonction inférieure Vénus apparaît aux terriens sous forme de croissant de plus en plus mince, réduisant du même coup la surface apparente vue depuis la Terre. Jusqu’au 22 février l’augmentation du diamètre apparent de Vénus l’emporte sur le rétrécissement du croissant de sorte que son éclat augmente mais après cette date une chute de luminosité s’amorcera, ce qui nous amènera au mois de mars pour suivre l’amincissement du croissant. Au début de ce mois de février, Vénus a passé sa phase de dernier quartier. À l’aide d’un petit instrument grossissant une cinquantaine de fois on peut admirer le disque de la planète en forme de lune miniature mais on pourra attendre le mois de mars pour se régaler de l’élégance du croissant.

Donc, la planète VÉNUS est beaucoup plus lumineuse que toute autre planète vu dans le ciel , après le soleil et la lune.

 

POURQUOI VENUS EST-ELLE SI LUMINEUSE ?

Vénus est relativement proche de la Terre. Mais cette proximité n’est pas la seule raison pour laquelle Vénus est lumineuse.

Les astronomes utilisent le terme « albédo » pour décrire la luminosité d’une planète en termes absolus. Lorsque la lumière du soleil frappe une planète, une partie de la lumière est absorbée par la surface ou de l’atmosphère de la planète (incidence) et l’autre partie de la lumière se reflète. L’albedo est le rapport entre la quantité de lumière absorbée et réfléchie. Plus de détails, clique ici (PDF en nouvelle page)

Vénus a le plus haut albédo de toute les planètes majeures de notre Système solaire. Son albédo est proche de 0,7, ce qui signifie qu’il reflète environ 70 % de la lumière du soleil frappant. Lorsque la lune est proche de la Terre, elle peut être beaucoup plus brillante que Vénus, mais la lune reflète seulement environ 10 % de la lumière qui la frappe. L’albédo faible de la lune est du au fait qu’elle est faite de roches volcaniques sombres. Elle nous parait claire et lumineuse pour nous uniquement en raison de sa proximité de la Terre. La lune est à seulement une seconde-lumière de distance par rapport à la Terre, en revanche Vénus est à plusieurs minutes de lumière.

Vénus est lumineux (elle a un albédo élevé) car elle est recouverte par des nuages ​​très réfléchissants. Les nuages ​​dans l’atmosphère de Vénus contiennent des gouttelettes d’acide sulfurique, ainsi que des cristaux acides en suspension dans un mélange de gaz. Les rayons lumineux y rebondissent facilement. La lumière du soleil qui rebondit à partir de ces nuages ​explique en grande partie le fait que Vénus soit si brillante.

L’atmosphère de Vénus est plus dense et plus chaude que celle de la Terre. La température et la pression à la surface sont respectivement de 740 kelvins (466,85 °C) et 93 bar. Des nuages opaques faits d’acide sulfurique se trouvent dans l’atmosphère, dont les principaux sont le dioxyde de carbone et le diazote. Les vents soufflent à près de 100 m/s.

Contrairement à la Terre, Vénus n’a pas de champ magnétique. Pour rappel, voici le champs magnétique de la Terre :

C’est l’ionosphère qui sépare l’atmosphère de l’espace et du vent solaire. Cette couche ionisée protège Vénus du champ magnétique stellaire, donnant à Vénus un environnement magnétique distinct. Les gaz plus légers, comme l’eau, sont continuellement détruits par le vent solaire traversant la magnétosphère.

Malgré les conditions difficiles existant à la surface, la pression et la température atmosphérique à environ 50 km au-dessus de la surface de la planète sont presque les mêmes que celles de la Terre, faisant de sa haute atmosphère la zone la plus semblable aux conditions terrestres dans le système solaire, même plus que la surface de Mars.

Enfin, Vénus n’est pas le corps le plus réfléchissant dans notre Système solaire. Cet honneur revient à Enceladus, une lune de Saturne. Sa surface glacée reflète quelque 90% de la lumière du soleil frappant.

Et oui, mais…. Ce sera pour mercredi prochain !

Digère bien déjà cette première partie

Bye bye !

Professeur Têtenlair

 43 total views,  1 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Mise en page d’amateur néophyte. Honteux et déplorable, car pour ce qui concerne le fond – et c’est d’autant plus déplorable -, le sujet est très bien traité

    Merci pour ces infos, mais faîtes revoir votre texte par un graphiste compétent et pas trop jeune ; l’expérience est très importante en l’occurrence.

    • Cher ami,

      Je te remercie de l’intérêt que tu portes à mon article. Également merci de reconnaître la qualité de fond de celui-ci.

      Je ne sais pas si tu as écrit des articles astronomiques et/ou scientifiques, mais ce sont des sujets bien souvent assez ardus.

      Quand ils s’adressent à des spécialistes on les rédige de façon très rigoureuse avec énormément plus de détails, de vocabulaire scientifique. Quand ils s’adressent à des supports de vulgarisation, la méthode doit être radicalement différente. Sinon tu es lu les 5 premières lignes et plus personne ne passe à la 6ème.

      Alors, il existe de nombreuses méthodes pour essayer de retenir l’attention du lecteur non averti. Ai-je choisi la bonne ? On peut toujours en discuter.

      Celle que j’ai choisie, et cela est loin d’être un hasard, possède les ingrédients suivants :
      – je tutoie le lecteur pour essayer d’établir un contact plus sympathique. Peut-être est-ce cela qui t’a déplu ? D’ailleurs, dans le forum qui suit, bien souvent les forumeurs me tutoient immédiatement, et je trouve cela très sympathique.
      – j’essaie du donner du relief au texte. Pour cela il faut varier les polices, mettre une iconographie relativement abondante, et exercer une variété dans l’écriture afin de maintenir l’attention.
      – enfin, il faut y mettre également de la couleur. Pour des amateurs très avertis ce genre de procéder est inutile, inapproprié, voir agaçant. Pour des personnes non amateures et donc encore moins éclairées, il provoque des relents d’intérêts.

      Par des astuces de formes artificielles, il faut maintenir l’attention si tu veux que ton lecteur aille jusqu’au bout. Voilà mon ami. C’est mon choix est-il le bon ?

      Je pense que tu dois être un amateur bien éclairé pour qui des textes écrits à la méthode purement scientifique seraient largement suffisants et plus intéressants. Si tu es dans cette situation, sache que très peu de personnes le sont, et encore moins sur un site dont ce n’est pas la vocation de vulgariser l’Astronomie et les Sciences, car ayant une vocation politique.

      Cette rubrique de l’Astronomie et des Sciences n’existe que par l’ouverture d’esprit et la curiosité intellectuelle de la patronne du site, Christine.

      C’est donc pourquoi, cher ami, que je considère que ton appréciation comme étant la suivante : « Mise en page d’amateur néophyte. Honteux et déplorable, car pour ce qui concerne le fond – et c’est d’autant plus déplorable -, le sujet est très bien traité… Merci pour ces infos, mais faîtes revoir votre texte par un graphiste compétent et pas trop jeune ; l’expérience est très importante en l’occurrence. » relève d’une méconnaissance majeure de la vulgarisation de l’Astronomie et des Sciences. Tu dois être un français exemplaire, probablement, car procédant à la critique agressive avant toute demande d’explication. C’est un classique dans ce pays.

      Mais je t’aime bien.
      Cordialement
      Professeur Têtenlair

    • Quelle méchanceté, Pierre ! J’admire la réponse courtoise de Cachou, moi je t’aurais dit merde, tout simplement. D’abord parce que les articles que Cachou se donne la peine de nous proposer sont passionnants et que critiquer vertement la forme est d’une bassesse affligeante, mais surtout parce que j’admire moi au contraire la mise en page, les illustrations recherchées, les gif… tout ce qui est justement mis en oeuvre pour attirer et intéresser le chaland. Enfin, ces articles sont surtout destinés aux néophytes, voire aux amateurs, pas aux spécialistes… la vulgarisation, tu connais ? Enfin, cerise sur le gâteau, on est tous des bénévoles, on n’a pas de subventions, on ne peut pas déduire des impôts adhésions et dons car pour l’Etat lutter contre l’islam n’est pas « un intérêt général, » on ne réussit à payer les lourds frais de maintenance du site, les vrais d’avocat etc que grâce à nos adhérents et lecteurs, tu ne voudrais pas qu’on ait en plus à payer un graphiste dont nul à part toi ne semble avoir le besoin ?

      • @ Christine
        @ François
        Rien à rajouter si ce n’est que vous avez réussi à remplir mes yeux de larmes.

    • Euh… J’admire la diplomatie et la patience de Cachou en réponse à votre commentaire.

      D’abord, RR n’est pas subventionné par l’État et n’a donc pas les moyens de faire appel à un « graphiste ». Nous ne sommes pas au Monde ou au Parisien.

      Chaque contributeur (bénévole) fait avec ce qu’il a sous la main. Par expérience, je sais qu’un article prend beaucoup de temps à élaborer et nous ne sommes pas tous des pros de la PAO !

      Vous avez le droit de ne pas aimer tel ou tel article mais je vous trouve bien sévère voire injuste.

      Allez, tenez, comme RR est un site participatif, proposez-nous un bel article soigné, avec une belle mise en page et vos propres illustrations.

  2. A défaut de la terraformer, on pourrait dans un lointain avenir organiser des randonnées touristiques en faisant un tour autour de la planète dans une navette puis revenir sur terre. On appelle cela le tourisme spatial. Il y aurait énormément de candidats.

    • S’envoyer sur Vénus dans le plus simple appareil?
      Le rêve normal de tout homme normalement constitué… Y’en aura des candidats!

    • En tout cas, je ne serai pas volontaire ! Un voyage dans l’espace, même touristiquement sécurisé, ne reste pas sans risque.

      Mais sais-tu que l’année 2021 marquera peut-être le commencement du tourisme spatial ? En effet, chez SpaceX, la première mission 100% civile est prévue pour fin 2021 et la société Axiom Space vient également d’annoncer les 4 premiers noms civils des membres de son équipage.

      Donc, la société d’Elon Musk (SpaceX) envisage le lancement de sa première mission de tourisme spatial (Centre spatial Kennedy en Floride) lors du quatrième trimestre 2021. Elle est nommée « Inspirations4 ».

      Il y aura quatre places dans la navette, celle du commandant de bord et trois touristes. Ces trois places touristiques sont offertes, donc gratuites, pour ce vol. Entre autres impératifs (pas vraiment contraignants d’ailleurs), Elon Musk exige que les touristes « devront être de nationalité américaine impérativement« . Imagine ça en France ! La ribambelle d’associations imbéciles, islamophiles et anti-françaises crieraient au scandale, au racisme, au complotisme, et te traîneraient devant les tribunaux avec des juges rouges tout aussi anti-français !! Là-bas, pas de problème. Les touristes spatiaux, AMERICAINS, effectueront une orbite autour de la Terre toutes les 90 minutes durant plusieurs jours.

      En parallèle, la société Axiom Space envisage également de lancer sa première mission spatiale avec un équipage privé, la mission Ax-1 prévue pour janvier 2022 vers la Station spatiale internationale (ISS). Là, pas de gratuité. Prix du ticket : 55 millions de dollars, soit environ 45 millions d’euros. Ce qui me permettra de faire environ quatre à cinq voyages par an sans aucun problème 😊.

  3. Ne pas confondre Vénus avec Jupiter. La 1ère est visible en soirée et le matin presque à l’horizon. Jupiter est visible au sud le soir dans un angle plus élevé. Elle est alors « l’étoile », la planète la plus lumineuse. Avec de bonnes jumelles, on peut-alors en distinguer quelques satellites.

    • Oui, Baba, merci de ta remarque très astucieuse. Lorsque Vénus est visible, c’est « l’étoile » (n’étant pas une étoile on dira plutôt le point lumineux) le plus visible. Dès le coucher du soleil elle est la première à apparaître et, à l’aube, elle disparaît en dernier.
      Mais Vénus n’est pas visible tous les jours de l’année ! Cela dépend de ce que l’on appelle « l’élongation ». Cette dernière est l’écart apparent entre le Soleil et Vénus en fonction de Vénus et la terre sur leurs propres orbites.
      Pour 2021, Vénus était très visible jusqu’au début janvier. Nous sommes en mars 2021 et nous reverrons à nouveau Vénus au mois de mai au crépuscule. Durant ces huit mois (mai à décembre 2021) Vénus est à, environ, 12° de hauteur en moyenne. On pourra la voir durant 1h30 avant qu’elle ne repasse derrière l’horizon.
      À l’œil nu (parfois jumelles), voici les quatre meilleures dates pour voir Vénus cette année :
      – 13 mai à partir de 21h45 heure de Paris. Visible au crépuscule au nord-ouest.
      – 28 mai à partir de 22 heures au nord-ouest. Avec des jumelles on pourra voir Vénus et Mercure, cette dernière se trouvant à un demi-degré à l’est de Vénus
      – 12 juillet vers 22h30. Avec des jumelles on pourra voir, groupés, Vénus, Mars, et un fin croissant de lune
      – 9 octobre à partir de 19h45 jolies croissant de lune qui passera à proximité de Vénus

      Et tu as raison, ne pas confondre Vénus avec Jupiter. Cette dernière est plus lointaine que Vénus et elle et moi lumineuse. Mais on peut la confondre cependant. Les jumelles permettent de voir Jupiter sous la forme d’un disque blanc.
      Et avec un peu de chance, on peut voir les quatre lunes galiléennes qui font partie des 63 lunes qui tournent autour de Jupiter. Elles ont été nommées par Galilée en 1610: Io, Europe, Ganymède et Callisto.

      Pour nos amis, il est bon de préciser que si l’on observe avec de simples jumelles, il faut une position très stable. Un trépied d’appareil photo ou tout autre support fixe et stable pourra faire l’affaire.

      Après, il y a bien entendu l’observation au télescope.

  4. Elle a failli devenir une terre habitable. Mais à la différence de la Terre, les nuages qui se sont formés dans son atmosphère n’ont pas déversé l’eau source de vie (la chaleur ?) qui a recouvert 70% de la surface de notre planète.

Les commentaires sont fermés.