C’est Blanquer-Vidal qui ont nommé la Saurruger à la tête de l’ISP de Grenoble et qui l’y laissent !

Islamophobie à Grenoble : en sus du reste, Sabine Saurugger tance donc les profs menacés de mort !!!

Rien que cela ! 

Cette affaire de dénonciation de professeurs islamophobes ou du moins dénoncés comme tels rappelle l’affaire Didier Lemaire. 

Dans les deux cas, Grenoble et Trappes, ce sont les gauchos, ou plus exactement les islamo-gauchos qui font la loi, qui disent la loi, qui agressent, menacent, déclenchent des fatwas, des vraies, forcément et décident du prêt-à-penser et du prêt-à-enseigner des professeurs. 

Dans les deux cas, les enseignants non contents d’être lâchés par direction et collègues, sont montrés du doigt, dénoncés qui par le Préfet ou le Maire, qui par le responsable administratif de l’ISP !

C’est ainsi que la directrice de Sciences Po Grenoble, Sabine Saurugger, blâme les deux professeurs et menacés et traînés dans la boue, et leur envoie un rappel à l’ordre officiel ! 

Bref, ils auraient le droit de parler de l’islam… mais sur un autre ton, avec déférence (en se mettant à genoux ou le cul en l’air ?), « leur ton est problématique » …. Et ils ne devraient pas mettre sur la place publique les menaces dont ils sont l’objet ! On lave son linge sale en famille, à Sciences po… ou on fout le camp !

Bref, ils ne devraient pas dire haut et fort que l’islamophobie est une liberté, qu’on a le droit de ne pas aimer l’islam et que cela n’a rien à voir avec le racisme ni avec l’antisémitisme. 

Et la Sabine Saurugger en question assume : quand on enseigne à Sciences Po on ne peut pas tenir des propos qui ne respecteraient pas l’esprit du dit institut… autrement dit si on est à Sciences Po on est islamo-gauchiste, et s’il y a eu une erreur de casting dans la recrutement, on la ferme.

https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2021/03/10/isere-sciences-po-grenoble-un-ferme-rappel-a-l-ordre-pour-l-un-des-deux-professeurs-accuse-d-islamophobie

.

C’est ainsi qu’un valeureux prof de philo a quitté l’enseignement…

C’est ainsi que la Saurugger pousse doucement, sans le dire, les deux moutons noirs à quitter eux aussi l’ISP…

C’est ainsi que l’islam prend possession de toute l’école, de toute l’université, de tout le monde de la recherche, de toute la société.

D’un côté ils font semblant de dissoudre le CCIF et de l’autre ils laissent faire les islamo-gauchistes à tous les étages. Parce que, si Macron-Blanquer-Vidal avaient une once de sincérité, une once de courage, ils auraient enlevé à la Saurugger sa direction d’établissement. Elle qui, non seulement a si peu fait respecter la liberté d’expression que les syndicats étudiants comme l’UNEF se sentent autorisés à traîner des profs qui ne pensent pas comme eux dans la boue, à les menacer  mais qui, en sus, condamne les dits profs. Mais ils s’en gardent bien, elle est leur chose, ce sont eux qui l’ont nommée à ce poste, en février 2020 ! 

https://www.univ-grenoble-alpes.fr/actualites/a-la-une/actualites-universite/sabine-saurugger-nommee-directrice-de-sciences-po-grenoble-623878.kjsp

Tous responsables, tous coupables. 

Oui la France peu à peu ressemble à l’Iran et veut interdire la critique de l’islam… 

Nous voyons avec horreur et consternation la progression dans les esprits de l’islamisation de la société… c’est tragique. Et une chose est sûre, c’est que avec Macron et ses sbires, le processus ira jusqu’au bout. Quel que soit le candidat patriote en 2022, il ne faudra pas faire la fine bouche pour voter contre Macron.

 

COMPLEMENT : il faut rajouter le pire de l’article du Dauphiné :
« Ce mercredi 10 mars a aussi marqué l’arrivée des deux inspecteurs généraux missionnés par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur. Ces deux représentants du Rectorat* n’ont pas « pour missions de trouver les auteurs de collages mais ils doivent permettre de comprendre comment ces accusations ont pu arriver sur la place publique ». Leurs conclusions peuvent amener à des sanctions disciplinaires plus graves concernant les professeurs, mais elles doivent aussi permettre à la direction de « savoir comment affronter collectivement cette situation pour retrouver une collaboration permettant d’enseigner ». Notamment vis-à-vis des syndicats étudiants qui dénoncent l’islamophobie des professeurs. »
* non les IG sont des représentants du ministère !

 214 total views,  3 views today

image_pdf

35 Commentaires

  1. La dissolution de l’UNEF s’impose au gouvernement pour rendre justice à Génération Identitaire

  2. avec ce genre de personne, nous sommes suavés, l’instruction scolaire françàse est deenu la cinquième roue du carrosse

  3. les islamos-gochistes sont partout comme de véritables punaises !!!!! encouragés par la saloperie de macron et ses sbires ….
    islam ASSASSINS dehors !!! Vive génération Identitaire !!!
    Vive la FRANCE libre !!!

  4. Elle a raison : ces deux professeurs sont des criminels, car ils sont islamophobes et comme la gauche et le CCIF le braillent comme le prouvent les événements, l’islamophobie tue (ceux qui en sont accusés)

    Il suivent l’exemple navrant du professeur Samuel P. de Conflans-Sainte-Honorine, autre islamophobe notoire et de sinistre mémoire, qui heureusement avait lui aussi été réprimandé et sanctionné par sa hiérarchie pour son attitude clairement islamophobe mise au jour grâce à la dénonciation calomnieuse et mensongère au témoignage courageux d’une de ses victimes qui n’était même pas là. Aux dernières nouvelles, définitivement écarté de l’Éducation Nationale comme devraient l’être les deux islamophobes de Grenoble, il n’y sévira plus.

    Dans la foulée, la courageuse Mme Saugrenue Saurugger entend moderniser le nom de son établissement pour le mettre en conformité avec la nouvelle ligne islamogauchiste islamo-inclusive qu’elle entend lui imprimer : l’ex-Sciences-Po Grenoble s’appellera à partir de dorénavant Gesta-Po Grenoble.

  5. Tous ces gauchistes et progressistes se plient en quatre pour « protéger » une « minorité » d’un milliard de musulmans endoctrinés par le coran le manuel de terrorisme consacré spécifiquement et exclusivement au génocide des « infidèles ».

  6. Toute l’éducation française est gangrenée par cette idéologie de merde qui pourrit les esprits dès le plus jeune âge et entretient la décomposition jusque dans l’enseignement supérieur. Les bonnes âmes se posent ensuite la question :  » comment lutter contre cette violence de plus en plus virulente et qui frappe de plus en plus précocement ?  » .
    « …Le temps ne fait rien à l’affaire ; quand on est con, on n’est con…  » G. Brassens

  7. pour ces gens là il ne devrait se poser qu’une seule question :
    nom…prénom…adresse……sinon comment voulez vous que ça change ?????

  8. Cela fait plus de cinquante ans que nous votons pour des personnes qui vomissent la France et les français de souche . La seule solution c’est de prendre en main notre pays , notre avenir en commençant par manifester devant les maisons de ces élus et de cette charmante dame . Ils vivent en paix sous protection des musulmans et devraient vivre dans la peur à cause des sous-chiens qui veulent se défendre .

  9. Quel est donc ce pays qui ne se ressemble plus?!

    A quand revenir en la FRANCE belle, douce, superbe et généreuse ?

    Pour l’instant dans quel pays sommes nous? Nous ne reconnaissons rien. Pour moi et pas mal d’entre nous ce n’est plus le pays de nos aïeux proches!

    • Un bon commissaire politique gauchiste ne se fie qu’aux preuves de culpabilité qu’il a lui-même fabriquées.

  10. Sur CNews aujourd’hui matin : Pascal Praud s’en prend à la Saurugger. J’en suis témoin. Ceci étant elle est autant stupide que le représentant de l’Unef, ne comprenant pas l’argument intelligent du professeur honni, argument, j’en suis convaincue, qu’aurait compris n’importe quelle personne sachant penser par soi-même, aucun bagage intellectuel, juste de l’intelligence naturelle et une faculté innée de raisonnement suffiront. Un pot de chambre peut être joli et servir de décoration mais reste un lieu d’aisance.

    • @VEVO

      Ici le témoignage de Klaus Kinzler, le prof d’allemand menacé par l’UNEF (qui rétropédale difficilement depuis). L’islamo-gauchisme est une vraie maladie mentale !

      https://www.dailymotion.com/video/x7zsooi

      Ces « têtes pensantes » du CNRS et des « Grandes écoles » en guerre contre les islamophobes se disent de gauche, voir d’extrême-gauche (il suffit d’aller consulter leurs « travaux » pour s’en rendre compte et beaucoup ne s’en cachent pas) et défendent mordicus leurs petits protégés musulmans mêmes radicalisés (« c’est la faute de la société, des Blancs, du racisme, de la colonisation » blablabla…) et contestent le terme « d’islamo-gauchisme ».

      C’est comme l’invasion migratoire et le Grand remplacement qui « n’existent pas » (un fantasme des complotistes d’extrême-droite) alors qu’il est inscrit sur un document officiel de l’ONU et que dans les ouvrages scolaires, face aux millions de migrants arrivés en Europe, ils écrivent que « c’est normal, l’homme a toujours migré ».

    • @ Baribal
      Elle a la tête de l’emploi, celle de la Greta ou je ne sais plus son nom, cette gamine qui fait de l’école buissonnière pour nous expliquer le réchauffement climatique.

      • Elle a la tête de fouine qu’ont les féministes et autres écolos. Ce petit air pincé avec le sourire figé artificiel et le nez retroussé arrogant des snobinards. Un morphotype scandinave en quelque sorte, comme la Greta-Brutie. Je n’ai rien contre les Scandinaves, ceci dit, à part leur côté moralisateur et exemplaire.

  11. Et c’est partout comme ça, à l’ENA sans doute également et à l’université sûrement !
    Ils élimineront peu à peu les profs non islamo-gauchistes et il sera bientôt impossible à des élève non formatés de réussir leurs études.

    Par exemple, j’ai un fascicule d’histoire du fils d’un ami devant les yeux : écrit en langue « inclusive » (c’est insupportable à lire), il donne des liens vers des sites de recherche, des blogs d’enseignants… Tous sont idéologiquement à gauche : on parle de néoféminisme (comment « orienter » les étudiants vers cette voie, comment favoriser les étudiantes), de « racisés », de lutte intersectionnelle, de la cause des migrants etc.

    Il y a même un lien vers le site mélenchoniste Le Média où l’on dit que Macron suit Le Pen en lançant la polémique sur « l’islamo-gauchisme » à l’université.

    Un islamo-gauchisme « qui n’existe pas » selon eux, « ce n’est pas un concept scientifique », (contrairement à l’islamophobie).

    Alors comment appeler des étudiants et profs gauchistes qui dénoncent « l’islamophobie » jusqu’à placarder les noms de ceux qui ne partagent pas leurs idées délirantes (pour qu’un « déséquilibré » les décapitent ?)

    • @ François des Groux
      J’aimerais que ces érudits m’expliquent :
      1) en quoi l’islamophobie est « scientifique » ?
      2) en quoi « islamo-gauchisme » ne pourrait pas être « scientifique » ?
      En ce qui me concerne, l’islamophobie est tout simplement la peur ressentie devant cette religion et l’islamogauchisme c’est être partisan de l’islam en étant d’extrême gauche avec tous les dérives s’y associant. Je me trompe ?

      • Communisme et progressisme: la certitude d’avoir raison

         » Parmi les emprunts faits par le gauchisme contemporain auto-rebaptisé « progressisme » et ses différents avatars ou faux-nez°° à son ancien adversaire communiste, il en est un qu’on aurait tort de sous-estimer : la certitude d’avoir raison. Comme les marxistes d’avant-hier, les défenseurs du progressisme sont convaincus d’incarner non point une opinion mais un savoir. […](°° indigénisme, décolonialisme, féminisme misandre, écologisme, intersectionnalisme, islamogauchisme, immigrationnisme, multiculturalisme, métissage, etc etc)

        Ce retour inattendu d’une théorie* déguisée en vérité scientifique** explique cette étrange impression de déjà vu que donne le discours dominant, celui des commentateurs, des universitaires influents, des médias etc. Souvenons-nous de ce qu’était l’opinion majoritaire à l’Université et parmi les cercles intellectuels de gauche dans les années 50 à 70. Et rappelons-nous avec quel implacable dédain étaient alors discréditées les opinions dissidentes. […] Face au contradicteur naïf – on disait alors « bourgeois » *** –, il se trouvait toujours mille et un experts en marxologie pour invoquer les tables de la loi, les exégèses reconnues, les acquis de l’empiriocriticisme**** ou je ne sais quel commentaire de Lénine. Le pouvoir d’intimidation était sans appel. Les contradicteurs renvoyés à leur incompétence n’avaient plus qu’à raser les murs. Ce qu’ils faisaient d’ailleurs… […]

        Comme ceux d’hier, tous ces dévots de la vulgate dominante demeurent insensibles aux démentis du réel, aux défaillances avérées de l’analyse, aux calamiteuses erreurs de prévision. Encore un trait qu’ils partagent avec ceux de jadis, qui demeuraient inébranlables dans leur foi, quels que fussent les échecs du « socialisme réel ». «  (pp. 77 à 79 de La Refondation du monde par Jean-Claude Guillebaud – 1999 – Seuil)

        * ou idéologie;
        ** j’appelle cela une scientologie – mot-valise concaténant idéologie et science – la référence à la secte n’est bien sûr pas fortuite
        *** Aujourd’hui extrême-droite, fasciste, raciste, réac, islamophobe, résumé dans « mâle blanc occidental de plus de 50 ans ».
        **** aujourd’hui études décoloniales intersectionnelles

        Librement actualisé d’un passage de « La refondation du monde », de Jean-Claude Guillebaud

      • Comme expliqué dans mon commentaire précédent, il s’agit d’une fausse science, d’une idéologie déguisée en science, une scientologie.

        S’ériger en « science » permet ainsi de disqualifier d’autorité par un jugement aussi péremptoire que vide d’arguments tout ce qui contredit vos opinions sectaires.

        En l’occurrence, l’exigence de scientificité réclamé au concept d’islamogauchisme est inepte : c’est aussi idiot et hors de propos que de réclamer la scientificité du concept de couscous, d’œuvre d’art ou de connard gauchiste.

        Vous l’aurez remarqué, la plupart des mots que l’on emploie n’ont aucunement besoin d’être validé « scientifiquement » pour avoir un sens parfaitement défini et désigner une réalité qui ne fait aucun doute.

        En disant que « ce n’est pas scientifique », les islamogauchistes signifient en réalité simplement : « nous interdisons l’usage de ce mot, nous interdisons de nommer les vérités qui nous dérangent, nous vous interdisons de dévoiler qui nous sommes en vérité et de dénoncer nos méfaits »

        En passant cela montre aussi qu’ils vivent dans un univers mental irréel fait de concepts bidons et de mots creux qui leur servent à manipuler les gens

        Comme dans le conte d’Andersen, le roi est nu. Le terme « islamogauchisme » a résonné comme l’exclamation du petit enfant, démasquant l’imposture. Et comme toujours l’imposteur, le Tartuffe démasqué perdant l’emprise mentale qui lui donnait le contrôle de sa proie se met en rage, devient menaçant et réagit par la violence.

  12. Cette ,ca commence par un c et ça finit par asse ,devrait être virée point barre .

  13. Donnez un peu de pouvoir à la racaille et la haine s’installe. Ces deux étrons devrons payer leur position bientôt !

  14. L’islam politique a pris possession des institutions en France et Macron n’a rien fait pour mettre fin à ces captures idéologiques. « Réquiem pour l’éducation nationale » qui sort aujourd’hui de Patrice Romain un enseignant qui a quitté le bateau, après avoir enseigné dans divers établissements. Il raconte comment l’islam s’invite à l’école, par l’intermédiaire des élèves qui traitent les profs de menteurs en Sciences et vie de la terre car c’est Allah qui a tout créé ! Qui refusent de faire partie d’un groupe car il y a un certain David Cohen qui en fait partie ! Qui crient Allah Akbar pendant une minute de silence. Qui menacent leur professeur parce qu’il font leur boulot. Voilà l’état de l’Education Nationale avec la complicité de Macron et ses sbires, qu’il place en responsabilité et qui sont complices de toutes ces déviances. La directrice de science po Grenoble en tête. Il est grand temps de combattre tout ça et voter contre, en 2022.

  15. Elle est trop bête pour comprendre ce qui se passe.
    Un enseignant islamophobe est plus clairvoyant, observateur et intelligent que la moyenne des enseignants.

    • Mais c’est bien, in fine, ce qu’on leur reproche .Il est préférable, dans bien des lieux actuellement, d’avoir l’esprit étriqué, la vue basse, et de radoter les poncifs du catéchisme de la doxa.

    • Les gens de Sciences Po, si cultivés, si au fait des réalités historiques, devraient enseigner que pour tout non-musulman, l’islamophobie n’est pas seulement un droit, c’est surtout un devoir

Les commentaires sont fermés.