Les planètes du système solaire : généralités

Alors, oui, on parle des planètes à droite et à gauche, de certaines et pas d’autres, et, en définitive, on manque de synthèse globale de celle-ci. Dans notre rubrique sur l’Astronomie on se doit de faire des précisions claires.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une planète ? Ton serviteur en avait déjà donné la définition lors de son article sur Saturne que tu peux lire ou relire en cliquant ici.

Mais je le reprécise.

Il y a un organisme international qui est fait pour cela (et d’autres choses évidemment) qui s’appelle l’Union Astronomique Internationale (UAI). C’est lui le grand maître officiel. Après moult recherches et moult débats en son sein, il en est sorti la définition officielle d’une planète comme étant un corps céleste :

  • qui est en orbite autour du Soleil
  • qui a une masse suffisante pour que sa gravité dépasse les forces du corps solide et qu’il se maintienne par équilibre hydrostatique sous une forme quasi-sphérique
  • qui a nettoyé le voisinage autour de son orbite, non pas avec de l’eau de Javel, mais en faisant le vide sur son orbite comme étant la seule a bénéficier

Mais, mon bon cousin, l’UAI à déterminé également la définition d’une « planète naine » comme étant un corp céleste :

  • qui est en orbite autour du soleil
  • qui a une masse suffisante pour que sa gravité dépasse les forces du corps solide et qu’il se maintienne par équilibre hydrostatique sous une forme quasi-sphérique
  • qui n’a pas nettoyé le voisinage autour de son orbite
  • qui n’est pas un satellite (naturel of course de chevaux)

Puis, après, il y a les satellites naturels qui tournent exclusivement autour des planètes.

Et enfin, notre UAI précise qu’à l’exception des satellites naturels, tous les objets orbitant autour du Soleil seront collectivement considérés comme des petits corps du Systèmes Solaire.

Une planète est donc un corps céleste sphérique qui ne produit pas de lumière et qui gravite autour d’une étoile. Le système solaire compte huit planètes qui sont, dans l’ordre: Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Afin de retenir l’ordre des planètes, il existe différents trucs mnémotechniques :

Mon Vieux Tu M’as Jeté  Sur Un Nuage

ou

Ma Vieille Tante Marie a Jeté Samedi un Navet

ou

Mais Viendrais-Tu Manger Jeudi Sur Une Nappe

et il en existe des tonnes d’autres comme ça.

Bon, au moins tout est clair maintenant.

Les planètes appartiennent à un ensemble que tu connais bien, le Système Solaire. Là-dedans, tu trouves des tonnes de choses : une étoile (notre Soleil) des planètes, des comètes, des astéroïdes, des satellites naturels (appelés lunes), des poussières interplanétaires, du vent solaire, de nombreux gaz (largement majoritairement de l’hydrogène), des champs magnétiques, et beaucoup, beaucoup d’autres choses encore.

Mais le sujet du jour concerne les planètes. On va donc se concentrer ici pour cet article. Sur les huit planètes, quatre sont dites « telluriques » et quatre sont dites « gazeuses ».

Les planètes telluriques sont principalement composées de roches et de métaux et ont une densité relativement élevée, une rotation lente, une surface solide, pas d’anneaux et peu de satellites : Mercure, Vénus, la Terre, et Mars.

Ces planètes constituent également ce que l’on appelle les Planètes Intérieures car elles sont les plus proches du Soleil par rapport à l’ensemble des planètes du système solaire.

Les planètes gazeuses sont principalement composées d’hydrogène et d’hélium et généralement ont une faible densité, une rotation rapide, des atmosphères épaisses, des anneaux et beaucoup de satellites : Jupiter, Saturne, Uranus, et Neptune.

Ces planètes constituent également ce que l’on appelle les Planètes Extérieures car elles sont les plus éloignées du Soleil par rapport à l’ensemble des planètes du système solaire.

Elles sont aussi appelées « Planètes Géantes » (parfois appelées « Géantes » tout court).

Elles sont divisées en deux sous catégories distinctes :

  1. les planètes géantes gazeuses, qui sont composées presque exclusivement d’éléments chimiques légers (hydrogène et hélium)
  2. les planètes géantes de glaces, qui ont également une épaisse atmosphère d’hydrogène et d’hélium mais dont la composition globale en volume contient beaucoup plus de composés plus lourds appelés « glaces ».

Pour avoir plus de détails, si cela t’intéresse, sur la différence entre les Géantes gazeuses et les Géantes de glaces, reporte-toi tout à la fin de cet article*.

Résumons-nous par le schéma suivant :

Au fil du temps qui passe, ton humble serviteur consacrera un article pour chacune des planètes. Il l’a déjà fait pour Saturne et tu peux t’y rendre en en cliquant ici.

Mais, d’ores et déjà comme tu baves pour en savoir davantage tout de suite, ci-dessous un tableau récapitulatif de quelques données de chacune des planètes par rapport à notre étoile, le Soleil.

 

Pourquoi Pluton a été déclassé comme planète et mise comme planète naine ?

Située à une distance moyenne de 5,9 milliards de km du Soleil – entre 4,3 et 7,4 milliards de km, soit entre 30 et 49 UA du fait d’une orbite très inclinée -, la planète naine Pluton entre dans l’orbite de Neptune lorsqu’elle est à son périhélie – le point de sa trajectoire le plus proche du Soleil.

L’astre se situe dans la ceinture de Kuiper, une zone d’objets célestes qui s’étend au-delà de l’orbite de Neptune, un peu comme la ceinture d’astéroïdes qui sépare Mars de Jupiter. Il ne satisfait pas à la dernière condition qui consiste à avoir nettoyé son orbite.

 

Voilà terminé notre présentation générale des planètes dont, j’en suis persuadé, tu connaissais déjà un certain nombre de choses.

Bye bye !

Professeur Têtenlair

==============================

*

12 Commentaires

  1. Certains disent qu’il serait possible de recréer une atmosphère identique à celle de la terre par des explosions successives de ballons chargés de divers gaz. Il s’agirait d’arriver à la même atmosphère que sur terre au moyen d’un dosage savant et de longue durée d’explosions dans l’atmosphère vénusienne. Ainsi il serait plus facile de coloniser Vénus que Mars car l’effort scientifique ne se concentrerait que sur une seule problèmatique celui d’un changement progressif de l’atmosphère. A étudier.

    • Ce que tu dis est très intéressant. En effet, il y a beaucoup d’idées émises pour rendre habitables toutes les planètes, ou presque ! Mais, aucune n’est émis par des organismes officiels de l’Espace.
      S’il fallait plus ou moins créer une approche d’atmosphère terrestre, ce ne serait certainement pas sur Vénus. En effet, celle-ci est entre la Terre et le Soleil. Une base de lancement des futurs explorations de l’Univers serait Mars qui est après la Terre par rapport au Soleil et dernière planète tellurique.
      Rendre l’atmosphère de Mars la plus proche de celle de la Terre s’appelle « terraformer » Mars. Outre des bases de lancements, l’homme pourrait envisager y vivre dans quelques centaines d’années…
      Dans mon site sur l’Univers, je consacre un onglet à la terraformation de Mars très développé. Tu peux t’y rendre en cliquent ici, puis clique (en haut) sur l’onglet « Terraformer Mars ». Tu vas apprendre beaucoup de choses (enfin, j’espère !)

      • J’ai parlé de Vénus et non de Mars. Venus est éloignée de 108 millions de km contrairement- à la terre qui est de 150 millions de km ou une unité astronomique (1 UA), soit une différence de 42 millions de km. Cette seule différence pourrait expliquer qu’aucune terraformation n’est possible sur cette planète trop proche du soleil. Mais sur tous les autres plans Venus est bien plus similaire à la terre que Mars. A étudier.
        P.S. Merci pour votre lien que je vais lire.

  2. Merci cher professeur Têtenlair. Une chose est sûre en tout cas, vous ne parviendrez jamais à faire le tour du sujet …

  3. Vous savez qu’Uranus tourne presque à l’horizontale ? ça m’a fait un choc.

    • Oui, jadis, certains disaient qu’Uranus se « roule sur le ventre » !! On croyait aussi que les premières planètes tournaient toutes dans le même sens et qu’après Uranus, les autres planètes tournaient en sens inverse. Mais je crois qu’aujourd’hui ce n’est pas vérifié.

    • En effet, Uranus présente un certain nombre de particularités (comme chacune des planètes, d’ailleurs, tu me diras). Par ce que tu écris : « (…) Uranus tourne presque à l’horizontale (…) », je pense que tu veux très probablement parler de la rotation de la planète sur elle-même. En effet, cette rotation est très particulière, et c’est la seule planète du système solaire à avoir cette caractéristique, elle se réalise autour d’un axe d’une inclinaison de 98° (contre 23° pour la Terre), c’est-à-dire qu’elle tourne sur elle-même quasiment à l’horizontale. Pour cela, elle a un axe de rotation parallèle à celui de son orbite.
      De part son inclinaison unique de 98° Uranus a les saisons les plus extraordinaires du Système solaire. Pendant près de 21 ans, soit un quart de l’année d’Uranus, un pôle est baigné de lumière solaire tandis que l’autre est plongé dans l’obscurité totale.
      Par contre, son orbite présente une excentricité (perfection du cercle orbital) normale pour une platée du système solaire puisque de 0,047 contre 0,017 pour la Terre*. Uranus met un peu plus de 84 années terrestres pour accomplir son orbite.
      Ce qui est aussi très intéressant, mais se retrouve fréquemment pour les planètes gazeuses, c’est que la rotation d’Uranus sur elle-même dans les couches intérieures se fait en un peu plus de 17 heures alors que pour les couches extérieures (haute atmosphère) elle se réalise en un peu moins de 14 heures, ce qui provoque des vents d’une extrême violence atteignant 700 à 800 km/h (en latitude 60° par exemple) dans la direction de la rotation.
      Merci de l’intérêt que tu portes à mon humble article.
      ===================================
      * ton serviteur a détaillé davantage ce que sont les excentricités dans le 5ème volet sur les 8 consacrés aux comètes et étoiles filantes dans le paragraphe intitulé « a) Généralités » mais surtout le « b) Détaillons un peu ». Tu peux t’y rendre en cliquant ici.

  4. Merci pour toutes ces précisions intéressantes. Je croyais que Vénus était nettement plus petite que la Terre, le tableau récapitulatif est le bien venu. A noter que sur la deuxième représentation, Vénus semble plus grosse que la Terre, est-ce dû à son atmosphère ?

    • Tu as raison, les tailles de Vénus et la Terre sont difficiles à représenter dans certains schémas quand figurent dans ceux-ci les planètes géantes. Ce type de schéma est fait pour donner une idée des planètes telluriques par rapport aux planètes gazeuses immensément plus grandes.
      Au point de vue dimension les deux planètes se ressemblent beaucoup. Outre qu’elles ont la même ancienneté (4,5 milliards d’années), Vénus a un diamètre de 12 104 km et la terre de 12 742 km. Kif-kif bourricot. Le rayon est le même à 300 km près. Les masses sont également équivalentes. Vénus a une période orbitale un peu plus courte que celle de la terre puisque plus près du soleil. La gravité de surface est pratiquement la même ce qui fait que tu passerais ton poids presque de la même façon sur Vénus qu’actuellement sur Terre.
      La surface vénusienne est de 460 millions de kilomètres carrés et celle de la terre de 510 millions de kilomètres carrés.
      Vénus est donc légèrement plus petite que la Terre.
      Si tu veux beaucoup, beaucoup plus de détails sur Vénus je te renvoie sur mon site consacré à l’Astronomie en cliquant ici.
      Et si tu veux également beaucoup, beaucoup plus de détails sur la Terre, je te renvoie sur mon site également en cliquant ici.

      😃

Les commentaires sont fermés.