Sont-ils vraiment en train de gagner et de convertir toute notre jeunesse à l’acceptation de l’islam ?

Identité française Manipulations médiatiques Publié le 9 mars 2021 - par - 20 commentaires

Si l’on en croit le sondage évoqué par  le Point, sondage de l’Ifop sur demande de « le droit de vivre » et de la Licra (ce qui entache forcément la neutralité et la véracité de l’enquête) nous ne serions plus majoritaires à penser patriote, à être islamophobes… ou du moins nous ne le serions pas longtemps ;  la jeunesse serait majoritairement convertie, séries anglo-saxonnes et manipulations scolaires aidant, à la « laïcité ouverte » des Anglo-Saxons.

Il faut ajouter à cela que l’Ifop n’est pas un institut indépendant… puisqu’il appartient à la 56ème fortune de France, le groupe Dentressengle après avoir appartenu à la famille de Parisot, l’ex-présidente du Medef…  Bref, que des gens très intéressés à ce que la France bascule définitivement dans le multiculturalisme et progressisme…

Il ne faut pas nous prendre pour des benêts… Combien d’instituts de sondage libres et indépendants ? On se souvient que c’est le beau-fils de Macron qui est vice-Président de l’ancienne Sofres…  Alors, comme il y a mille façons de poser les questions, de présenter les alternatives, toutes les manipulations sont possibles. 

Plus d’un lycéen sur 2 (parmi le panel de 1006 lycéens interrogés)  pour le port de signes religieux ostensibles dans les lycées publics… Euh ! Ils ont fait leur sondage en Seine-Saint-Denis ? 

Plus d’un lycéen sur 2 contre le droit de critiquer une religion ? Ils n’ont interrogé que des musulmans ? 

Même l’auteur de l’enquête le dit… l’islamisme progresserait  à vitesse fulgurante dans notre belle jeunesse.

François Kraus, auteur de l’enquête. « C’est la victoire d’une vision anglo-saxonne ou même islamiste des choses. La religion n’est plus perçue comme un corpus de valeurs auxquelles on croit, mais comme consubstantielle de l’identité. Et la moquerie de l’identité étant perçue par certains comme intolérable, les réactions violentes ne sont plus incompréhensibles. » Ainsi 10 % des lycéens n’expriment pas de condamnation ou sont indifférents aujourd’hui à l’égard des auteurs des attentats de 2015… Contre 4 % des jeunes de 15 à 17 ans auxquels la même question avait été posée en 2016.

Evidemment, si on écoute ces oiseaux de mauvais augure, la société change, le monde change, la France change… il serait plus que temps de supprimer les lois discriminatoires pour les musulmans, comme celle de 2004 ! 

Bref, un sondage qui semble n’avoir pour seul but que de remplacer le CCIF et de faire accroire que la France serait en train de se musulmaniser jusque dans les mentalités… Je ne suis pas sûre quant à moi que les jeunes Français issus de milieu populaire qui ont eu la chance de grandir à la campagne, avec une majorité de copains non musulmans soient prêts à défendre l’islam… C’est même tout le contraire que l’on voit dans on circule dans la France profonde . Mais, encore une fois, je ne suis pas sûre qu’ils aient été sondés par les « progressistes » mourant de peur à l’idée de rencontrer une vache ou un « ultra-droite »…

Quant au reste… ami lecteur, si tu comprends quelque chose au galimatias de la Kintzler, qui nous parle de mythologie grecque pour faire comprendre la distinction entre croyants et non croyants… fais-moi signe. Les anciens Grecs et Romains ne CROYAIENT pas au sens où un monothéiste, qu’il soit juif, musulman ou chrétien, croit. Ils respectent une certaine conception du monde, un ordre du monde, pour lequel il est bien de ne pas se mettre les Dieux à dos… mais les Dieux ne connaissent pas la conscience de l’être et on n’a pas à les prier, on a juste à leur rendre un culte…  

Et l’imbécile de Blanquer qui insulte les enseignants en prétendant les former à la laïcité… il n’y a que les profs gauchistes,  islamistes, et autres dégénérés qui ne veulent pas savoir ce qu’est la laïcité. La vraie lutte doit se faire contre l’islamo-gauchisme, dès le collègue. Oui, une épuration drastique est incontournable si on ne veut pas vivre en direct le suicide de tout un peuple.

 

Sondage : les lycéens rejettent majoritairement la « laïcité à la française »

Dans une enquête inédite réalisée pour la revue « Le Droit de vivre » et la Licra, l’Ifop révèle une profonde fracture générationnelle.

Le coup sera rude pour les partisans d’une laïcité « de combat » : leur idéal n’est plus porté par les jeunes générations. Dans un sondage commandé par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), dont la revue consacre un numéro spécial à la laïcité, l’institut Ifop s’est penché pour la première fois sur la façon dont les lycéens perçoivent l’un des fondements de la République française, inscrit dans la Constitution. Et les résultats de son enquête, réalisée en janvier auprès d’un échantillon représentatif de 1 006 lycéens selon la méthode des quotas, révèlent des fractures béantes. Plus d’un lycéen sur deux (52 %) se dit ainsi favorable au port de signes religieux ostensibles dans les lycées publics, soit deux fois plus que dans l’ensemble de la population (25 %). 49 % ne voient pas d’inconvénient à ce que les agents publics affichent leurs convictions religieuses. Et 38 % sont favorables à ce qu’une loi autorise les élèves à porter un « burkini » (une proportion qui atteint 63 % chez les seuls élèves scolarisés en REP, et 76 % chez les lycéens se déclarant musulmans).

Une courte majorité refuse le droit au blasphème

Ravivée par l’affaire « Mila », cinq ans après les attentats de Charlie Hebdo qui ont suivi la publication de caricatures de Mahomet, la question du « droit au blasphème » clive une opinion lycéenne qui se dit désormais majoritairement opposée au « droit de critiquer une croyance, un symbole ou un dogme religieux ». 52 % des élèves du secondaire n’y sont pas favorables… Mais la population lycéenne elle-même est divisée : si les jeunes musulmans s’opposent à 78 % au droit d’outrager une religion, de même que 65 % des personnes perçues comme « non blanches » et 60 % des jeunes vivant dans des zones d’éducation prioritaire, ce n’est le cas que de 45 % des catholiques et de 47 % des élèves se définissant « sans religion ». « Critiquer la religion, c’est agresser les croyants.

On ne distingue plus le corpus idéologique de la personne qui y croit », souligne le directeur du pôle « Politique / Actualités » de l’Ifop François Kraus, auteur de l’enquête. « C’est la victoire d’une vision anglo-saxonne ou même islamiste des choses. La religion n’est plus perçue comme un corpus de valeurs auxquelles on croit, mais comme consubstantielle de l’identité. Et la moquerie de l’identité étant perçue par certains comme intolérable, les réactions violentes ne sont plus incompréhensibles. » Ainsi 10 % des lycéens n’expriment pas de condamnation ou sont indifférents aujourd’hui à l’égard des auteurs des attentats de 2015… Contre 4 % des jeunes de 15 à 17 ans auxquels la même question avait été posée en 2016.

Une conception « minimaliste » de la laïcité

Comment expliquer d’aussi profonds changements de perception ? « L’enquête met en exergue un double clivage : entre les jeunes et le reste des Français d’une part, et d’autre part entre les jeunes musulmans ou représentants de minorités ethniques, et le reste de la jeunesse, qui fait preuve de tolérance, mais n’est pas sur une ligne de revendication forte », analyse François Krauss. Dans l’ensemble, les lycéens ont une conception « minimaliste » de la laïcité, qu’ils voient comme un outil destiné à « mettre toutes les religions sur un pied d’égalité » (29 %) ou à « assurer la liberté de conscience ». Seuls 11 % d’entre eux considèrent qu’elle consiste à « faire reculer l’influence des religions dans la société », contre 26 % de leurs aînés. Partant, les lois visant à encadrer l’application de la laïcité en France sont perçues par plus d’un lycéen sur trois (37 %) comme discriminatoires à l’égard des musulmans (opinion partagée par 81 % des élèves musulmans, et par 55 % de ceux vivant en zone d’éducation prioritaire.) « Actuellement, les musulmans représentent 14 % de la population lycéenne, et ce noyau est très hostile au dispositif actuel de laïcité. Mais au-delà, il y a toute une jeunesse qui partage ces revendications. C’est particulièrement fort dans les quartiers populaires, où l’on observe un phénomène d’acculturation qu’avaient très bien décrit les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland dans leur enquête « La Tentation radicale  » : « Même si on n’est pas musulmans, on est solidaire des causes et du droit des jeunes à afficher leurs traits culturels et identitaires. (…) Compte tenu du poids croissant des musulmans en France, et de la réticence de cette jeunesse à l’égard des dispositifs législatifs actuels, on ne peut que se poser la question de la pérennité de la loi de 2004 » sur l’interdiction à l’école des signes religieux ostentatoires, « qui pourrait n’avoir plus, demain, d’assise politique suffisante pour se maintenir en l’état », souligne le chercheur. À moins d’un changement d’approche radical ?

À LIRE AUSSICatherine Kintzler : « Le régime de laïcité est un minimalisme »

Trente ans d’erreurs éducatives

C’est ce qu’avance la philosophe Catherine Kintzler, spécialiste de l’éducation et de la laïcité, qui lit dans ce sondage la conséquence d’une « sacralisation du convictionnel » entretenue par des décennies de techniques éducatives basées sur la valorisation de l’enfant. « On nous explique à longueur de débats que l’opinion, la croyance sont une partie essentielle de l’individu, constitutive de sa conscience. De la même manière que les élèves ne distinguent plus les espaces privé, social, ou public au sens juridique du terme (l’école, les tribunaux, etc.), ils ne font plus la distinction entre la croyance ou l’opinion, et les personnes qui y adhèrent », s’alarme-t-elle. « Notre éducation ne conduit plus les élèves à l’extérieur de leur sphère habituelle. On se targue de faire de la formation à l’esprit critique, mais en réalité, on fait le contraire ! Juxtaposer les opinions ne constitue pas la démarche critique. La démarche critique consiste à prendre ses distances avec un ensemble, et à s’interroger sur les conditions de possibilité d’une pensée. Pour faire comprendre la distinction entre croyants et non-croyants, la meilleure voie est de passer par les religions auxquelles on ne croit plus, en étudiant les dieux de l’Égypteancienne, la mythologie des Grecs… Ces lents détours par les humanités – les mathématiques, l’histoire des sciences, la grammaire… –, qui permettent à chacun de faire un pas de côté et de penser contre soi-même, ne sont plus effectués. L’école informe. Mais elle n’instruit plus… »

Le ministre Jean-Michel Blanquer, pour l’heure, a confié à l’ancien inspecteur de l’éducation nationale Jean-Pierre Obin une mission pour harmoniser et améliorer la formation des enseignants et chefs d’établissement à la laïcité. Un début…

Print Friendly, PDF & Email
20 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
PASCAL LEVEQUCE
PASCAL LEVEQUCE
il y a 1 mois

Parfois je me demande si la laïcité est une bonne chose tant elle est mal comprise ou mal interprétée aussi bien par les français que par les musulmans. Ne serait-il pas plus simple de légiférer hors cadre, c’est à dire de créer des lois spécifiques et claires comme par exemple l’interdiction du voile dans l’espace public le considérant comme incompatible avec notre mode de vie mais sans donner plus d’explications, après bien sûr il faut que la loi reste l’expression de la volonté générale ?

tintin
tintin
il y a 1 mois

A cette jeunesse occidentale sans cervelle il suffit simplement de lui expliquer que la laïcité condense tout ce que l’islam interdit . Pour les musulmans ils savent très bien ce qu’est la laïcité à savoir la non soumission à leur coran et charia. Tous les agneaux occidentaux et la racaille africanomaghrebine n’ont aucune idée de ce qui les attends quand les barbus feront la loi chez nous

ARGO
ARGO
il y a 1 mois

Le laxisme de ces dernières années et la complaisance ou la lâcheté des hommes politiques qui ont été au pouvoir y sont sûrement pour quelque chose! Je pense que nous allons assister à des conflits interreligieux ou dirigés contre les non-croyants!

Sugarhawk
Sugarhawk
il y a 1 mois

Toute forme de politisation d’une religion est à étouffer dans l’œuf. En France, entre les juifs et les musulmans, on a tendance à oublier que la France est chrétienne à l’origine. Si les autres religions veulent vivre en harmonie, c’est très bien, mais il faut qu’elles se la ferme sur le plan politique. Sinon, elles dégagent.

hollender
hollender
il y a 1 mois

La laïcité ne peut pas être comprise par des gens dont on a saboté le cerveau depuis 1962 et même avant.
Depuis que les  » bien pensants » socialo communistes ont noyaute et métastase l’Education Nationale. Le niveau des élèves n’a cessé de baisser pour diverses raisons.
Le résultat est qu’aujourd’hui nos gamins font trois fautes par phrase, écrivent phonétiquement et ne se rendent même plus compte des conséquences que cela peut avoir dans un hôpital et un patient;
EX: INJECTER ET INJECTÉ ;
injectER: il faut le faire
InjectE c’est DÉJÀ FAIT.
Pour le patient ça peut signifier la vie ou la mort……..Pour une simple faute d’orthographe !!!

Bruno Jarczyk
Bruno Jarczyk
il y a 1 mois

Soyons réalistes plutôt que de fantasmer sur un hypothétique consensus sur la conception de la laïcité  »a la française » et pas seulement chez les jeunes… C’est tout l’inverse qui gagne du terrain.
Houellebecq ,lui,voit juste. Libre à chacun d’en tirer les conclusions qui lui conviennent et les actions à entreprendre pour ralentir ce processus à défaut de pouvoir l’arrêter.Mais baisser la garde, ça jamais,!!!

tintin
tintin
il y a 1 mois

La laïcité est le rejet de 2000 ans de domination du pouvoir religieux ni plus ni moins . Au nom du pétrole et de la course au profit les différentes oligarchies mondiale nous jettent dans les griffes d’une pseudo religion mahométane pour continuer a nous dominer et toujours mieux nous assujettir .

tintin
tintin
il y a 1 mois

Cette pauvre et misérable jeunesse n’a aucun esprit critique et aucunes connaissances de notre histoire dans leur esprit la terre est plate ou sur le point de l’être .

Dominique
Dominique
il y a 1 mois

Il y a beaucoup d’angéliques idiots utiles qui s’exhibent en se croyant du côté du bien, mais ils ne sont pas majoritaires. Malheureusement la moitié des gens ne sont pas capables de corréler deux paramètres et restent dans un déni de sots.

bouillot marie ange
bouillot marie ange
il y a 1 mois

à cause de l’éducation nationale qui depuis 40 ans n’instruit plus les français. elle les abétise au lieu de leur inculquer les vraies notions. il n’y a jamais eu autant d’illettrés que maintenant. la plupart ne voie pas le mal que les gauchos islamistes importent dans la France

Vent d'Est, Vent d'Ouest
Vent d'Est, Vent d'Ouest
il y a 1 mois

À mon humble avis et pour répondre à l’interrogation posée dans l’article, je crois sincèrement que le sondage a été fait majoritairement auprès de jeunes de confession musulmane. Donc, pour moi, ce sondage est nul et non avenu puisque biaisé.

palimola
palimola
il y a 1 mois

Entièrement de votre avis , de plus même si nous avons de plus en plus d’abrutis dans la jeunesse Française de souche ils ne sont pas encore majoritaires fort heureusement……. pour l’instant .

juste
juste
il y a 1 mois

comment ne gagneraient ils pas ? toute la propagande qu’ils nous font payer et nous imposent vise à soumettre la pensée des gamins à l’imbécillité de cette secte ! tout ça pour plaire aux émirs si généreux lors des campagnes électorales…

jones
jones
il y a 1 mois

l’islam a ete cree pour les arabes en priorite ,,la societe arabe est differente de a societe occidentale permissive ou le feminisme et le lgbtisme fait des ravages,,ou le metissage racial avec les noirs d’afrique est en train de changer l’ethnicite de l’europe ,,chez les arabes ,point de cela ,la femme a un role destabilisation de la famille et elle s’y tient,,les perverions occidentales sont interdites,en arbie soudite ,au moment dela priere les magazins sont ouverts sans aucune surveillance et il n’ya aucun vol car la charia veille,,les noirs meme musulmans sont consideres commeinferieurs alors qu’ils sont veneres en occident ,,il est presque impossible d’obtenir la nationalite dans les pays arabes ,en france ,c’est open bar,,et c’est pourquoi certains jeunes europeens se convertissent a l’islam

Gouverneur Pierre
Gouverneur Pierre
il y a 1 mois

Ce sondage, si sincère, ne prouverait que la manipulation des esprits de notre jeunesse, pour la priver de sa capacité de réflexion. Cela voue leur avenir à la soumission aux régimes totalitaires, mondialistes, islamistes, multiculturalistes de l’époque, conduisant au chaos des confrontations inéluctables car le propre d’une idéologie totalitaire est de vouloir éliminer les autres, par la peur ou le bornage de sesprits. Redenons à la France sa capacité d’être un phare de l’Humanité par l’évolution de sa culture qui a donné naissance à ses principes de liberté, d’égalité, à l’abolition de l’esclavage, à la déclaration des droits de l’homme, ou humains … La régression est en marche de plus en plus accélérée. Il faut la stopper et reprendre la voie des lumières de l’esprit que des imbus et indignes s’appliquent à éteindre.

Bruno Fragé
Bruno Fragé
il y a 1 mois

Oui Mme Tasin, l’hypothèse du sondage à base de questions tendancieuses que vous évoquez est bien entendu à prendre en compte. Il y aurait aussi la peur de « répondre mal » au sondeur, bien que les instituts procèdent normalement au redressement des réponses brutes pour effacer ce bais. Il y a hélas une hypothèse encore plus terrifiante que les deux précédentes : c’est tout simplement que le poids numérique des afro-musulmans parmi les lycéens est de l’ordre de 50%. Donnant des cours à la fac, cela me paraît être d’ailleurs davantage qu’une simple hypothèse, bien plus un constat très proche de la réalité, aussi tragique qu’il soit.

Dorylée
Dorylée
il y a 1 mois

Comme je l’ai déjà écrit, la laïcité, comme la franchise ou la fidélité, ne tolère pas d’à peu près. Elle est d’application stricte ou elle n’est pas et elle ne supporte aucun adjectif qui n’a d’autre dessein que de l’affaiblir : apaisée, ouverte, tolérante, etc.
Si la laïcité était appliquée rigoureusement, partout, tout le temps et à tous, elle ne poserait de problème à personne sauf aux étrangers intégristes désireux de venir s’installer chez nous, certains qu’en ce domaine, c’est tolérance ZÉRO.

Eslafin
Eslafin
il y a 1 mois

comment image

Paolo (Calvi )
Paolo (Calvi )
il y a 1 mois

Bonjour ,islamisation du continent est fait ,,la grande majorité de son peuple est soumis a islam ,par conversion , alliance , où peur , islam est infiltré dans toutes administration Armée, police Gend, santé , Éducation nationale, église , par tout moyen impose ces barbares coutumes ou directives . Se ne sont pas des élections souillées Par la minable traîtrise du front républicain qui pourront libérer le pays de cette immonde idéologie , il n’y a qu’une option pour le faire inutile de le préciser ici ,vous êtes déjà assez persécuté par la milice totalitaire du régime, courage soyez solidaire si vous voulez survivre . Salute

Francis Le Francilien
Francis Le Francilien
il y a 1 mois

il faudrait mettre des signes distinctifs à ce qui ne sont pas catholique en France. Comme ça dans la rue on pourra savoir tout de suite qui on a en face…mais avec le bien-pensé actuel, c’est malheureusement impossible…pauvre France…

Lire Aussi