Monsieur le Président, votre politique du chien crevé a engendré 66 millions de paumés déboussolés !

La restauration sacrifiée

En principe, quand on cuisine, on est souvent amené à peser, à mesurer les condiments nécessaires à la réalisation d’un plat. Mais, on le sait, tout principe a ses exceptions. C’est ainsi que, dans certaines cuisines de l’exécutif, le deux poids, deux mesures semble désormais de rigueur : restaurants ouverts dans la clandestinité pour notables « affamés », buvette de l’Assemblée nationale toujours accessible ou encore pots de départ bien arrosés, dans une préfecture, voire un commissariat…

Jusqu’à présent nous tenions la bonne bouffe pour une de nos caractéristiques nationales. Aujourd’hui, nous savons que cette « évidence » ne s’est pas imposée à tous et, en particulier, à nos dirigeants politiques, médiatiques, scientifiques hors sol qui se veulent les ministres du Bien mais ne sont que ceux du Mensonge. Si leur objectif était de briser les liens sociaux au profit de la loi égotique de l’individu tyran, ils ne s’y prendraient pas autrement. En fait, nous subissons d’ores et déjà une tyrannie irrationnelle, structurée autour de la peur et surtout de l’absence physique d’un tyran. Nous errons depuis plusieurs mois dans un excès de précautions dites sanitaires, véritables moteurs d’une dictature erratique.

Monsieur le président, ne vous en déplaise, depuis bientôt un an, votre politique du chien crevé au fil de l’eau a engendré, non pas « 66 millions de procureurs », mais 66 millions de paumés déboussolés, privés à la fois d’une partie de leurs libertés et de perspectives claires auxquelles se raccrocher.

La France est devenue une grande nursery (en attendant de devenir un grand asile) et une partie de ses habitants semblent avoir pris goût à la servitude. À force de voir les lieux de convivialité, bars, restaurants ou discothèques (sans parler des cinémas ou encore des théâtres) maintenus fermés, nous nous retrouverons, bientôt, tous positifs au test d’agueusie, privés du goût pour la vie et ses plaisirs : plus contagieux que la Covid-19, le repli sur soi, le désespoir, la dépression, pour un grand nombre de jeunes, sacrifiés, et de vieux, claquemurés !

Quel bel avenir « en marche » !

Selon l’Union des métiers de l’hôtellerie, le secteur de la restauration connaît 30% de faillites. Or ces défaillances affectent tous les corps de métiers qui gravitent autour des restaurateurs : fleuristes, brasseurs, viticulteurs… Aussi risque-t-il d’y avoir, à terme, plus de victimes dues aux dépôts de bilan qu’au Sars-CoV-2… Un comble !

Pour ce qui est du couvre-feu de 18 heures, ce sont les commerçants qui règlent la note. Tous ceux qui faisaient vivre nos villes, nos quartiers, nos villages sont aujourd’hui sous perfusion, à coup de subsides avancés par l’exécutif. On interdit à ces professions de vivre de leur travail. C’est une véritable mort au pluriel qu’on leur impose : économique, sociale, morale, psychologique. N’oublions pas que les artisans vivent d’un petit salaire pour une moyenne de 60 à 70 heures de labeur chaque semaine…

Désormais, ce n’est plus le Politique qui décide et impulse, ce sont les membres du conseil scientifique et leurs porte-voix médiatiques. Par une gestion psychotique, catastrophique, ils ont fragilisé le substrat économique et la jeunesse de notre pays. Quant aux élus, ils sont et demeurent prisonniers dans un monde virtuel, irréel, souvent plus soucieux de protéger leur caste que de défendre leurs concitoyens.

Aujourd’hui, en attendant la sortie de la crise, pour précipiter celle-ci et la préparer au mieux, nous avons besoin de courage et d’audace. Or, pour l’heure, force est de constater que ces deux qualités ne sont pas les mieux partagées au sein de notre classe politique !

 

Paru dans le n°56 (hiver 2020 2021) de la revue Synthèse nationale.

12 Commentaires

  1. La France a fini par ressembler à l’URSS, qu’elle dénigrait tant autrefois. On se croirait en Sibérie, un jour d’hiver et de pointe!

  2. IL FAUT IM-PÉ-RA-TIVEMENT écouter la video suivante ! Je vous assure tout est dit par cette éminente scientifique dans le domaine de la recherche médicale et transfert politique ;elle sait de quoi elle cause dans les deux domaines.

    Ces propos vont très loin tant sur le covid et d’autres maladies virales comme sur les stratégies politiques menées dans le monde tout y passe, jusquà l’ONU, les responsables politiques, premiers ministres, chefs d’Etat… ont elle qualifie les méthodes de « crime contre l’Humanité » (entre autre).

    Elle dit qu’il ne faut pas vacciner, que nous avons des produits préventifs et curatifs performants, comme les vitamines, le zinc, la chloroquine qui ont valu des nobel à leurs découvreurs.

    Elle parle beaucoup santé et politique, cest son domaine, et donc des mesures sanitaires inadaptées imposées par les gouvernements dont les conséquences vont se solder par des millions et des millions de morts et c’est en cela quils se rendent coupables de crime contre l’humanité, crime pour lequel il faudra qu’ils s’expliquent. Ce n’est pas le virus qui tue mais les politiques.

    Sa visio-conférence est ponctuée de remises en cause, appuyées par la connaissance qu’elle a du sujet médico-politique.

    En bref, oui ! c’est une cata que nous imposent les gouvernements mais ils nous sauvent du coronavirus avec ce qui leurs convient financiairement ; j’espère que l’argent qu’ils se font sur le dos des victimes ne suffira pas à les défendre.

    ÉCOUTEZ , vous allez en apprendre beaucoup et serez confortés dans vos positions dans la lutte contre le COVID et surtout, plus mortelle, la réponse politique qui lui est confrontée.
    _____________________________

    Dolores Cahill :

    Vaccins, confinement, traitements et justice !

  3. Il suffit de consulter la Charte de Biderman sur les 8 critères de la torture psychologique pour comprendre ce que nous subissons !

  4. Nous avons besoin de courage et d’audace, il y a la musique, la danse et ..LA PAYSANNERIE .
    J’ai écouté sur RCF une émission sur l’agriculture, – il y aura 4 volets, le samedi à 10h – ; Premier invité, Michel Cartier, paysan à la retraite, à Orchamps Venne dans le Doubs, trésorier d’une association SOLIDARITE PAYSANS ; il reprend l’intervieweur : NON, il n’est pas agriculteur mais paysan, car dans le mot PAYSAN il y a le mot PAYS, c’est le territoire dans lequel on vit !
    Cette association utilise tous les outils modernes d’accompagnement : AIDER LES AGRICULTEURS EN DIFFICULTE ! « j’ai moi même eu des difficultés et j’ai surmonté  » !.
    La notion de solidarité est née dans les années 80 à cause des restructurations depuis 60 ans ! : de 6 MILLIONS 500 paysans, nous passons à 400 000 ! 200 fermes disparaissent toutes les semaines ! ; ils travaillent beaucoup, 70h, mais ils sont des travailleurs pauvres : 1000e en moyenne . ( des esclaves ! dirait, ..je ne sais plus qui ); Il y a actuellement UN SUICIDE PAR JOUR .
    « Nous accompagnons une vingtaine de familles en désarroi, qui n’arrive pas à vivre, et qui s’isole ; Le Doubs a un niveau de vie élevé, et c’est stigmatisant d’être paysan ; ils ne s’intègrent pas au nouveau développement, au modèle dominant de l’agriculture et se sentent responsable de leur situation .
    Donc nous sommes à l’écoute, ce sont les agriculteurs eux même, issus de la CONFEDERATION PAYSANNE, qui ont monté ces associations dans tous les départements
    L’accompagnement individuel, mais aussi DENONCIATION D UN MODELE QUI BROIE ET QUI EXCLU ! ce sont des valeurs paysannes, ou paysannerie .
    Cet accompagnement c’est l ‘accueil sans exclusif , de petits paysans aussi, même si ils ne sont pas dans la ligne .
    C’est l’écoute bienveillante , nous avons des formations annuelles, il est plus facile de donner des leçons que d’écouter ;
    Le non jugement . On ne se met pas à la place de …la personne en difficulté, c’est elle qui a les ressorts pour pouvoir rebondir ! si on fait autrement, la personne ne se prendra pas en main !
    Nous ne sommes pas infaillible ; nous développons donc l’ humilité, renoncer à la toute puissance, nous ne sommes pas des sauveurs !
    Il y a des résultats que l’on attend pas, mais si ils conviennent à la personne, c’est satisfaisant . C’est l’humain ; mais nous avons besoin de nous protéger, nous agissons toujours à deux .
    La confidentialité, c’est important, cela peut durer des mois, années, pour les remettre debout !
    Nous sommes vingt dans le Doubs, quinze paysans, un cadre d’industrie, un prêtre … »

    Voilà un message à faire passer, un message d’espoir .

    • Le travail n’est malheureusement plus synonyme de richesse, pire il est dans certains cas cause d’appauvrissement, c’est je crois ce que vous décrivez ici. J’ai un certain temps été artisan et effectivement la semaine de 35 heures se résumait du lundi matin au mercredi soir.
      J’en suis sorti avec la conviction qu’il n’est pas possible pour s’enrichir de son labeur de le faire sans exploiter soit même une main d’œuvre servile et mal rémunérée où bien tricher et frauder.
      C’est sur ce dernier point que je veux alerter, la fraude sociale et fiscale.
      Je vous invite à lire le livre de Charles PRATS « CARTEL DES FRAUDES » digne d’un scénario de film d’horreur pour les gens dont vous défendez la cause, mais pourtant terriblement réel.
      Bon courage.

      • Merci Alexis, je vais me le procurer.
        Le plus urgent c’est de trouver un  » vrai Gaulois couillu » qui aura lu ce livre et prendra les mesures après mai 2022

    • Le morveux / merdeux de l’Elysee n’en a rien à foutre de nos paysans tant qu’il aura ses croissants ou sa brioche au petit déjeuner, il nous servira son bla bla est ses conseils pour débiles.
       » Dites moi de quoi vous avez besoin….je vous expliquerai comment vous en passer……. » COLUCHE !
      Il faut envoyer le gériatre et sa Ratte du Touquet sur l’île du diable en Guyane ( avec un guide bien sûr……)
      Car notre président….. Ne connaît pas les territoires nationaux.

  5. Ce n’est rien face à la jouissance que peut procurer le sentiment de dominer 66 millions de personnes, des riches, des pauvres, des gens plus intelligents et cultivés que lui, plus beaux, plus forts, plus heureux, capables de lui résister. Ce plaisir n’a pas de prix.
    Cela va faire 1 an que la Convention européenne des droits de l’Homme et la Déclaration de 1789 sont mises entre parenthèses.Je ne mets pas sur le même plan la 1ère que la 2nde, mais il faut reconnaître que celle-là comporte des droits fondamentaux que ne comprend pas explicitement celle-ci, comme le droit à une vie privée et familiale normale.
    On n’en a jamais fait autant pour lutter contre le terrorisme islamique, qui pourtant a été et demeure une menace plus grave pour la population que le Covid car il ne remet pas seulement en cause l’intégrité physique d’un peuple mais son intégrité morale.
    Les excès nombreux, dont l’absence de mesures transitoires dans les décisions de confinement et de couvre-feu démontrent un amateurisme total qui explique que la situation dure depuis si longtemps.

    • c’est le sentiment de tout un peuple ! il faudra en tout point leurs faire régler l’adition !!

      • Ils déguerpiront quand ils sentiront que la situation dégénère vraiment , et qu’ils commenceront à sentir le vent du boulet. Si la fuite à Varennes a échoué, la fuite de notre nomenklatura risque de réussir .Où iront-ils ? Peut-être dans certains pays d’Amérique du Sud, qui furent accueillants aux nazis. Ou dans des pays de l’islam, qui le furent également.

Les commentaires sont fermés.