La justice n’applique plus la justice, les habitants du quartier vont s’en charger…

Des locataires ont installé des caméras et sont parvenus à filmer les cambrioleurs (ici le 9 décembre).

.Tel est la logique et le risque auxquels conduit la défaillance de l’institution judiciaire.
La justice est la volonté de se substituer à la loi du talion, qui elle-même était (est) d’éviter la vengeance excessive du peuple !
Et ce n’est pas la police qui est visée par ces parisiens du 17ème arrondissement, mais bien la justice !

Article Le Parisien.

«S’il le faut, on va aller les taper» :
des Parisiens du XVIIe font la police pour chasser les délinquants

.
Porte de Champerret, au nord-ouest de Paris, un groupe de riverains s’est constitué en collectif pour mettre fin aux agissements d’une bande de voleurs, dans le «respect» de la loi. Mais faut-il craindre un dérapage ?

Ce sont de « simples citoyens », des riverains « excédés par la petite délinquance qui [leur] pourrit la vie ». Ils interpellent les pouvoirs publics, le bailleur social, la Ville, la police, la justice, « avant de passer à l’acte », telle une milice.

Depuis plusieurs semaines, une quinzaine de Parisiens, majoritairement quadras et quinquas, pères de famille, habitant le square du Tarn, une cité HLM tranquille dépendant du bailleur Paris Habitat située porte de Champerret (XVIIe), se sont constitués en collectif. « On est tous du quartier. On se connaît tous. Dès qu’on voit un danger, on se prévient sur notre groupe WhatsApp Alerte voisins ! On s’organise et on débarque. »

Ce mercredi matin, l’un d’eux rencontrait Atanase Périfan, élu de l’arrondissement, inquiet de cette montée en puissance et qui s’est saisi du dossier. Le collectif a aussi lancé une campagne d’affichage dans les halls, avec un message d’alerte : « Attention ! Vols et cambriolages ». Certains locataires ont blindé leur porte, d’autres ont collé des caméras pour immortaliser* les voleurs dans la cage d’escalier.
* : Enfin, pas trop, c’est pour que cela cesse !

« Pour l’instant, on est en mode vigilance, insiste Marc (le prénom a été changé). On respecte le droit. Mais on ne va pas se laisser bouffer par un petit groupe de délinquants du quartier. On va aller les taper ! » Et de prévenir : « Si rien ne se passe, on va appliquer notre propre justice. Pour l’instant, on fait des enquêtes. Le groupe grossit. »

Déjà, vendredi dernier, « Alerte voisins » a aidé les policiers de la BAC (brigade anticriminalité) du commissariat du XVIIe à interpeller en flagrant délit le petit gang qui sévit dans les environs, lors d’une « tentative de cambriolage ». « Ils nous ont prévenus », recadre un policier. « Avec un ami, on a bloqué les portes, se souvient l’un des membres. Ils ne pouvaient plus sortir ! » Les trois jeunes, âgés de 15 et 17 ans, qui avaient été filmés plusieurs fois et identifiés, ont été embarqués menottés par les policiers, sous les invectives des riverains : « Ne revenez jamais ici ! »

Dans le sac à dos des malfrats, les fonctionnaires ont trouvé le kit du parfait cambrioleur, entre pince et tournevis. Mais aussi les carnets de correspondance de ces… collégiens. (Une compétence qui n’est pas évaluée lors tests internationaux ! Sûr que si c’était le cas, nous remonterions de plusieurs places !)

« Ils n’ont pas été déférés devant le parquet. Ils ont été relâchés après 24 heures de garde à vue, regrette une source proche du dossier. Le magistrat a estimé que les faits n’étaient pas caractérisés* alors qu’ils venaient de casser la serrure de la porte d’un appartement et qu’il n’y avait personne d’autre dans la cage d’escalier. »
* : En somme, une débilité magistrale !

« La police est sur le terrain. Elle fait son travail. En revanche, taclent les riverains, la justice ne suit pas. Elle est justement déconnectée du terrain. Et les mineurs, eux, ont un total sentiment d’impunité*. »
* : Ils auraient même tort de se gêner, ils y sont encouragés !

Les vols de poussettes mettent le feu aux poudres.

Ce lundi, un autre appartement du square a été cambriolé. De quoi renforcer la colère des membres de cette « milice », dont l’histoire a commencé bien avant Noël, en novembre dernier, avec des vols de poussette. « Pas n’importe lesquelles, insiste Marc… Des modèles de la marque Yoyo, à 400 euros pièce*. J’ai retrouvé celle de mon fils le lendemain sur le site de vente en ligne Leboncoin. J’étais intrigué par la photo de l’annonce. La poussette trônait sur un parquet en point de Hongrie au milieu d’un beau salon ancien. »
* : faut quand même que l’opération soit rentable (humour) pour cette délinquance ici de milieu aisé !

Marc, avec son ami, a alors piégé le « vendeur ». Ils lui ont donné rendez-vous avant de réaliser « une petite filature » pour identifier l’adresse de son domicile. « C’était seulement deux rues plus loin… » Le vendeur, « un adolescent bon chic bon genre qui habite un bel immeuble haussmannien », a alors restitué la poussette « sans broncher ». Mais le lendemain, celle du voisin de Marc avait disparu du palier à son tour. D’après une source proche du dossier, ce jeune receleur, en mèche avec les cambrioleurs du square du Tarn, était à la tête d’un business de poussettes Yoyo.

Une répétition des faits alors que « le square du Tarn, ce n’est pas Chicago. Loin de là. Cette petite délinquance porte de Champerret est plutôt inhabituelle », assure un policier. Ce que reconnaît Marc : « Justement, on ne veut pas laisser cela s’installer, vivre ce que des riverains de l’Est Parisien vivent. » D’où la création de leur collectif.

Une « milice » qui pourrait faire craindre un possible dérapage. « On n’est pas aux Etats-Unis, on n’est pas armés, rétorque Marc. Il faudrait qu’avec la mairie, la police, le bailleur et la justice, on mutualise nos forces. Il y a une vraie synergie à trouver. »

«La mairie va les aider à monter leur collectif»

Atanase Périfan, élu (LR) du XVIIe, créateur de l’association Voisins solidaires et président de la Fédération européenne des solidarités de proximité, a rencontré le collectif. S’il salue l’esprit d’entraide entre riverains, il appelle aussi à garder la situation sous contrôle.

Comment en est-on arrivé à cette situation ?
Avec la crise sanitaire, on a désormais affaire à une délinquance de proximité. Avant, ces mineurs sévissaient plutôt dans des secteurs touristiques comme les Champs-Elysées. Mais ils sont aussi nos voisins ! Ils habitent à 500 mètres. Et avec le couvre-feu, ils n’hésitent pas à opérer en plein jour, à la vue de tous*.
* : Au moins le couvre-feu sert à certains, et dire que vous critiquez notre gouv. … de pieds nickelés ! Vous êtes quand même de mauvaise foi !

Le bailleur, la Ville, la police et la justice ont-elles été défaillantes ?
La police fait son job. Quand on appelle le commissariat du XVIIe, ils viennent immédiatement même s’il y a des problèmes d’effectifs chez eux. La justice, elle, applique la loi. Et en ce qui concerne les mineurs de moins de 16 ans, elle ne peut pas être très efficace… Quant au bailleur, il a été réactif et travaille sur le sujet. Ce qu’il faut pointer aussi dans ce dossier, c’est la défaillance des familles de ces délinquants. Les institutions et l’Etat ne peuvent pas pallier les carences éducatives*.
* : Si, elles n’ont qu’à s’en donner les moyens, déjà de faire payer les familles d’une façon ou d’une autre !

Comment peut-on transformer ce collectif de riverains en un mouvement positif ?
Quand j’ai rencontré certains membres du collectif et qu’un des leurs m’a dit, « Le prochain cambrioleur que j’attrape, je l’éclate contre le mur », j’ai eu peur. J’ai senti de la colère et de l’exaspération. Il ne faut pas que ça se transforme en règlement de comptes ou en fait divers.

A la mairie du XVIIe, avec le bailleur, on va les aider à monter leur collectif. Il faut effectivement transformer ce mouvement en quelque chose de positif. D’ailleurs, Marc et les membres de ce collectif créent du lien dans le quartier. Les gens se parlent. En cette période morose de confinement, c’est précieux.

J’ai demandé à Paris Habitat un local pour une Maison des voisins, qui soit un lieu de vie pour eux, où les gens du quartier, de toutes les générations, pourraient se retrouver, se parler, fédérer. C’est notre rôle d’élu de réparer le lien et de proposer des projets.

.
La délinquance est ici celle de beaux quartiers, ce qui démontre la permissivité de notre société et l’absence de sanctions dans le milieu éducatif, tant chez les parents déjà fils de bobos que de  l’Education nationale. 
Une petite souris me dit que celle-ci se fera plus que morigéner si les parents en meurent de honte (j’ai peut-être le tort d’en être aussi sûr).
N’en attendez pas autant pour celle des quartiers dits « populaires » pour surtout ne pas dire immigrés, il ne faut pas désespérer ceux qui font la richesse de la France !

 137 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. Pourquoi devrions-nous continuer à payer des salaires à des juges qui ne font pas leur métier ??
    Dans le privé quand un salarié ne remplit pas son contrat, il est renvoyé, il y a des tas de chômeurs qui aimeraient bien travailler.
    Et ces juges occupent des postes et touchent des salaires qu’ils ne méritent pas

    • J’ai entendu (dans la série télé américaine « New York police judiciaire » !) la réplique d’un juge à un procureur, réplique que la magistrature gauchiste française a également dû entendre et mettre à profit, ce qui explique son laxisme congénital : « Il n’est pas question d’être juste, mais d’appliquer la justice ! » (la « justice » personnelle du juge gaucho).

  2. Au texas et en amérique toute personne au casier judiciaire vierge a le droit de détenir une arme et les policiers de tirer!Mais au texas les prisons sont vides car lorsqu’un voleur pris en flagrant délit est tué ,La chose est classée sans suites et la personne qui s’est défendue n’est pas mise en taule!Tout citoyen a le droit de se défendre et de porter assistance a toute personne agréssé!Je pensais que le mot liberté voulait dire avoir le droit de se défendre si ce n’est pas le cas il faut le remplacer par celui de soumission! Ne sommes nous pas des mécréants?

  3. la « justice » dirigée par le yéti est un leurre. cette ordure protège tous les délinquants et les islamistes …. Pas d’autre solution que de se faire justice soi-même !!!! il n’y a pas d’Etat tant que macron le traître sera à l’Elysée !!!!

  4. Bref le début de la guerre civile prévue par le KGB et la CIA !Et comme nos prisons débordent de muzz ,les juges les relachent étant mineurs!La suite ,je la connais se sera ce qui se passe en Afrique soit la mutilation l’on coupe une main puis les deux ou l’on renvoie direct vers Allah qui lui ,en fera ce qu’il voudra!C’est la manière d’opèrer de Mr Poutine qui connait la solution ,lui il rase sachant que c’est la seule solution !Nous l’on verse de l’argent a des Asso qui en font du traffic de drogne ,affaire THéo!

  5. C’est une excellente initiative cette association de résidents. J’avais eu la chance d’obtenir un logement dans un immeuble de la Ville de Paris situé dans le 14e arrondissement. Il y avait des problèmes à n’en plus finir. Un comité des résidents s’est donc constitué, car sinon on arrive à rien tout seul. Les caves étaient régulièrement dévastées et il a fallu que le bailleur équipe l’immeuble d’interphones pour limiter l’accès aux malfrats. Puis c’était un résident qui recevait continuellement de jeunes maghrébins pour plusieurs raisons, sexuelles et trafic de drogues. Les locataires féminines esseulées étaient inquiétées par des maghrébins qui stationnaient et circulaient sans cesse dans les couloirs (ils sonnaient aux portes on devine avec quelles intentions). Là encore le bailleur est intervenu en expulsant le fameux locataire. De plus, les résidents étrangers qui ne parlaient pas le français, abandonnaient leurs appareils ménagers HS un peu partout, dans les couloirs qui conduisaient aux caves et aux parkings, on ne pouvait plus passer, sans même qu’ils aient l’idée d’aller voir le gardien alors qu’il aurait été bien plus facile de déposer leurs appareils sur le trottoir avec son aide puisqu’un service municipal gratuit « Allô Propreté » existait pour ça. J’ai téléphoné au service de la voirie pour lui expliquer qu’il fallait afficher ces directives à l’intention de cette population (il aurait fallu qu’elles soient rédigées en arabe…). Mais ce n’était pas suffisant pour la mairie, il a fallu que j’écrive à l’adjoint du service de l’environnement qui était alors Yves Contassot. On a ainsi obtenu des affichettes à cet effet. C’était fin des années 1990 début 2000, mais, parallèlement, la situation se dégradait dans le quartier riche en HLM. En juin 2001, des bandes de chances pour la France se sont affrontées et un djeun est mort d’une balle au cœur. Comme l’heure de la retraite sonnait pour moi, j’ai décidé de quitter Paris et ce logement (qui était quand même une aubaine) pour m’installer en province, car je voyais que la violence s’amplifiait et que des jours sombres s’annonçaient surtout lorsque j’ai entendu un jour de ce temps-là, une bande de djeuns sortant d’un rame de métro et clamant à la cantonade . « Vous allez voir ce qu’on va faire de votre pays »…

    • Ben oui ! ils ne pensent qu’à nous le démolir notre pays !
      ils crèvent de jalousie de tout ce qu’on est capable de faire, ils n’en font pas le centième,
      Eux, tout ce qu’ils savent faire c’est exercer leur haine sous forme de vandalisme et d’agressions diverses et variées,
      et les gouvernements de caves ont pour seule réponse, de leur filer du pognon, et encore du pognon

  6. 💥 Ça fait longtemps que je le dis! Il va falloir que le peuple se fasse justice lui même ! Il n’y a que comme ça que le gouvernement va réagir! Œil pour œil! Tu me voles, je te fout une volée, tu recommences je te casses les deux jambes , tu t’en prends à ma famille, je fais comme Houdini, je te fais disparaître! Y’en a marre de voir notre peuple se faire voler, attaquer, poignarder, violer et assassiner sans que nos élites ne lèvent le petit doigt ( Nice, Bataclan, L’Hyper Cacher, Charlie Hebdo, Le Père Hamel, et tout les autres.). Maintenant c’est eux où c’est nous; on en est rendu là. Retrouvons notre âme de guerrier Gaulois et défendons notre nation contre ces racailles du dogme de paix et de tolérance en mode conquête! 🇫🇷

  7. perso je lui casse bien la gueule dents et langue pour qu’il la ferme puis tous les doigts avec un marteau, mais il a de la chance, je suis non violent car sinon je l’aurai buter , mais peut être je le flingue quand même après tout?

    • Tout à fait Melita, les maisons de correction fonctionnaient sur le principe militaire, conçues pour les mineurs récalcitrants elles étaient d’une grande efficacité, leur principe c’était ou tu plies ou on te casse, les caïds en sortaient doux comme des moutons
      C’est à partir de 68 que les pleureuses professionnelles gauchiasses ont commencé à mettre le bazar, ça n’a fait qu’empirer ensuite
      En tout cas c’est bien la preuve que quand on veut on peut

  8. L’état français est démissionnaire de toutes ses fonctions régaliennes, les citoyens et leurs biens ne sont plus protégés alors que les racailles et ordures de tous genres bénéficient du laxisme sinistre et de l’odieuse magnanimité de notre justice de merde. Il ne nous reste plus qu’une solution : nous protéger nous même et défendre notre peau et nos biens nous même.. Il faut s’y préparer car ceux qui n’ont pas encore compris ça seront littéralement bouffés par les ordures qui nous envahissent chaque jour un peu plus avec la bénédiction et la complicité du freluquet

  9. Quand nous avons des voleurs a la tete des institutions voir du pays , comment voulez vous que la population soit differente

  10. Jeudi soir, sur CNews, Zemmour a évoqué le sujet, et fait une analyse sociologique, si vous voulez voir en replay, d’un Etat qui se désengage, comme dans certains pays, et du manque de moyens ( je dirais de volonté ) pour tous les postes régaliens .

    • Je trouve que ce n’est pas de l’auto défense ou des milices mais pour moi c’est faire preuve de civisme que de ne pas tomber dans l’individualisme .Etre vigilant pour son voisin c’est au contraire faire preuve d’altruisme !
      Si cela fait peur aux bonne âmes gauchiasses tant mieux!!!Ils ont peur de cet esprit de révolte contre un situation créée et voulue par eux en grande partie et par leur justice multirécidiviste qui n’a fait qu’aggraver le phénomène en ne punissant pas les coupables et s’est rendue presque complices de ces salauds qui rendent la vie impossibles aux classes moyennes et aux plus pauvres . Elle est tellement sourcilleuse cette justice avec les droits de certaines catégories de personnes et si prompte à mettre en examen un candidat à la présidence en pleine campagne !!!

  11. La justice ne suis pas. Les racailles le savent bien. Tout ça va mal finir. Un jour il va y avoir un type qui va partir aux urgence, ou pire il va y avoir un mort et là ça sera la faute aux juges.
    Cette justice gauchiste à deux vitesses me sort par les yeux. Je suis écœuré.

  12. Cassez lui la gueule et les pattes ,cela lui fera passer l’envie de recommencer ! pas vu ,pas pris .

    • Bonjour.
      Même idée. Avoir son masque COVID, les choper et leur coller la rouste de leur vie.
      Jeter le petit tas sur un trottoir, plus loin ou dans une poubelle juste avant le passage des éboueurs.
      Aux grands maux les petits remèdes, dans le calme et la modération, sans kalachnikov ni autre engin bruyant et encombrant….

Les commentaires sont fermés.