Thalassa : Georges Pernoud était trop blanc, il ne s’intéressait pas aux migrants… FR3 l’avait jeté en 2017 !

Histoire Identité française Publié le 12 janvier 2021 - par - 12 commentaires

Il vient de nous quitter… mais de sales intellos à la godille lui tapaient dessus depuis 2015, il était trop franchouillard, et de sales féministes à la godille l’avaient obligé à arrêter en 2017… On n’oblige pas à arrêter de travailler quelqu’un qui est passionné… C’est un crime. Ils l’ont tué.

Thalassa… Un rêve, un rendez-vous hebdomadaire pour faire rêver de la mer, de ses poissons, de ses pêcheurs, de ses hommes d’exception… Pour faire découvrir îles et pays du monde entier. De 1975 à juin 2017, il a fait de la vraie télé, culturelle, enrichissante, avec du fond, de la forme, de la présence… Et il nous a permis de faire la connaissance d’hommes de passion autour de la mer, comme ici :

 

Qui ne se souvient pas du générique de Thalassa ? 

Mais, en 2017 (un rapport avec l’arrivée de Macron au pouvoir ? ) la directrice des programmes, Dana Hastier, décide qu’il faut jeter les vieilles émissions et sans doute les vieux mâles de plus de 50 ans au rebut. Il faut bien accomplir de credo de Ernotte, arrivée en 2015  :

https://resistancerepublicaine.com/2015/11/29/on-a-une-television-dhommes-blancs-de-plus-de-50-ans-et-ca-il-va-falloir-que-ca-change/

La même année, Télérama étrillait Georges Pernaud parce qu’il n faisait pas de reportages sur les migrants…

Depuis bientôt dix ans, le “magazine de la mer” s’ensable dans une imagerie de carte postale. Capitaine Pernoud rame, les téléspectateurs débarquent.

Les tragédies humaines qui se jouent depuis des mois au large des côtes africaines et européennes, tous les magazines de reportages du PAF, d’Envoyé spécial à Zone interdite, d’Investigations à Arte reportage, en ont parlé. Tous ? Pas Thalassa. Depuis des mois, la Méditerranée est le théâtre quotidien de drames dus aux migrations, mais l’autoproclamé “magazine de la mer“, qui fête ses 40 ans cet automne, n’a pas jugé bon de s’y arrêter. (…)

A bord de la péniche qui héberge la rédaction de l’émission, l’intéressé livre une explication plus cash. “Moi, je ne tiens pas à être militant, ça ne m’intéresse pas. Même si c’est vrai qu’on a montré, il y a une dizaine d’années, les vortex de plastique au nord d’Hawaii… Mais les enquêtes, ça coûte plus cher. On sait quand ça commence, jamais quand ça s’arrête.

Problème : cette orientation franchouillarde, où surnagent quelques bons reportages (à l’image d’une ­soirée consacrée dernièrement à ­l’Arctique, Il était une fois l’Arctique, diffusé en janvier 2015), n’a pas enrayé l’érosion de l’audience. (…)

 D’un séminaire collectif est sorti un vade-mecum des choses à faire et à ne pas faire dans le cadre de l’émission. Parmi les éléments à éviter, figurent notamment « le social et la géopolitique : risque de l’anxiogène, mise en scène de personnages en souffrance, victimes » et « les personnages trop antipathiques qui ne donnent pas envie de voyager ». On préconise plus loin d‘« aborder les sujets délicats sous l’angle de la solution, plus que du constat ». En résumé : on ne change pas la ligne éditoriale, on l’aseptise ­encore un peu plus…

Télérama

C’était le début de la fin, l’immigration sauvage, la mise en accusation du mâle blanc… Ce n’était pas encore la mode du « suprémacisme blanc » à exterminer, on commençait juste par le mâle blanc…

Alors, depuis 2015, c’est l’hécatombe… adieu Patrick Sébastien, adieu Julien Lepers, adieu David Pujadas, adieu Tex, adieu Frédéric Taddéï, adieu Georges Pernoud…

https://www.lexpress.fr/actualite/medias/ces-hommes-blancs-de-plus-de-50-ans-evinces-de-france-tv_2039855.html

Comme pour tous les autres, on ne met pas vraiment dehors Georges Pernoud, mais on arrache à chaque mâle son émission vedette, son bébé, et on lui propose un lot de consolation… Hastier  ne jette pas vraiment Pernoud dehors, mais quand on annonce à l’homme qui a réalisé plus de 1700 émissions que le rendez-vous hebdomadaire n’aura plus lieu, remplacé par une diffusion mensuelle, même pas un jour fixe, diffusée juste quand il y aura besoin de boucher un trou… il part. évidemment. Touché, blessé… Il est décédé 3 ans plus tard des suites d’une longue maladie.  On peut imaginer que d’être jeté comme ça comme un vieux chiffon ne l’a pas aidé à se rétablir…

https://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/exclusif-georges-pernoud-annonce-son-depart-de-thalassa_db1de5d0-25c9-11e7-9b5a-dc79b9e9d662/

Print Friendly, PDF & Email
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Gilles (Hayjaune)
Gilles (Hayjaune)
il y a 16 jours

Adieu David Pujadas ? Il a quand même été recyclé dans le privé (LCI),
où il sévit gravement avec deux insulteurs professionnels, un renard et un bandit.

Ah bon
Ah bon
il y a 16 jours

Comme tous les passionnés de la mer, terres et paysages des 4 coins du monde la parution de Thalassa était un grand événement, dès le 1er numéro je l’ai acheté pendant une dizaine d’années, puis sporadiquement tout en regardant les Thalassa TV.
Bien sûr, ils préfèrent virer des personnages comme Pernoud et autres et nous inonder de télé-réalités plus nauséabondes les unes que les autres et promouvoir la mixité, le vivre ensemble, migrants etc…. vous me direz il faut un certain niveau pour regarder ” les marseillais” et toutes les émissions du même acabit!!!
niveau Bac + 5 ou 10, souhaité. (putain, merde, fait chier, meuf, ouf ….) mais vu la tristesse intellectuelle de pas mal de monde ces émissions font de l’audimat.
Reposez en paix Monsieur Pernoud.

Baribal
Baribal
il y a 16 jours

@C.Tasin

Bonjour Mme Tasin,

Merci pour ce bel hommage à Georges Pernoud dont vous avez parfaitement contextualisé le rejet en 2017. Georges Pernoud était populaire au sens littéral du terme car il rendait hommage aux besogneux de la mer, tout comme Victor Hugo l’a fait dans « Les travailleurs de la mer ».

L’article de « Télérama » fait penser aux articles de la « Pravda » qui dénonçaient les « ennemis du peuple » et autres dissidents qui osaient remettre en doute les bienfaits du communisme soviétique. Ceci et l’attitude des dirigeants du service public prouvent qu’il y a bien une chasse aux sorciers blancs depuis l’arrivée de l’infâme Macron au pouvoir. Les chiens dénoncés par F. Mitterrand lors des obsèques de Pierre Bérégovoy sont toujours prêts à mordre.

RIP.

ARGO
ARGO
il y a 14 jours
Reply to  Baribal

Bof, Mitterrand a contribué lui-même à cette chasse. Quand on contrariait Sa Sainteté, on se faisait virer ou on partait pour l’autre monde!

Mountain
Mountain
il y a 16 jours

Virés les mâles blancs de plus de 50 ans cités plus haut mais on garde nagui 59 ans cherchez l’erreur, racisme anti blanc,oui thalassa avec Georges Pernoud ,belle émission, ecoeurant de l’avoir viré comme ça.

Frejusien
frejusien
il y a 16 jours

Quand la politique se mêle d’un magazine consacré à la mer, ça ne peut plus aller.
Son émission nous montrait les amoureux de la grande bleue, quel rapport avec les envahisseurs ?
ce n’est pas parce qu’ils déferlent par la mer que les envahisseurs montrent leur amour de la mer, pour eux, ce n’est qu’un moyen comme un autre.
pourquoi Georges Pernoud aurait-il dû polluer son thème ?

Gloire
Gloire
il y a 15 jours

Georges Pernoud : un homme bien tout simplement.
Une perle rare actuellement!!!

Gillic
Gillic
il y a 15 jours

Télérama, un torchon tellement crade qu’il est même déconseillé comme PQ !! Merci Georges pour cette belle épopée que fut Thalassa, repose en paix, tu seras encore longtemps parmi nous ! !!

Diogene le paien
diogène
il y a 15 jours

Le triste monde qui s’avance balaie tout ce qui avait de la valeur !

Travis
Travis
il y a 15 jours

Triste nouvelle que celle de la disparition de ce sympathique animateur.

En virant Georges Pernoud, n’est-ce pas à une part de notre imaginaire que s’attaquaient une fois encore les progressistes; les socio-justiciers :

La Mer, allégorie de la liberté, de l’aventure, de la découverte, de l’ailleurs, la Mer reléguée au rang de marigot puant ne servant plus que de toile de fond et de vivier aux délires humano-victimaires de nos missionnaires à dreadlocks.

En lieu et place de la fantastique richesse des océans, le projet de ces flibustiers est de mijoter une immense soupe chinois dans laquelle il n’y aura plus qu’à passer le mixer, leur arme favorite, gigantesque attenta contre la vie, dont les marées noires n’étaient que les prémices…

Saloper est leur métier .

ARGO
ARGO
il y a 14 jours

Je regarde plus ; depuis qu’il est plus là c’est devenu de la bouillie!

tarzan
tarzan
il y a 12 jours
Reply to  ARGO

Un acte de résistance,éteindre sa télé,ou choisir son programme sur youtube,
avec le bouton smart tv.

Lire Aussi