Pourquoi Jean Messiha quitte-t-il le RN ? Surtout à cause de divergences à propos de l'islam

On le sentait venir… Jean Messiha, le brillant Jean, l’un de nos hérauts sur les plateaux, semblait excédé lors de ses dernières interventions publiques… consacrées au terrorisme et à l’islam. Il refusait de parler d’islamisme, on se doutait bien que ça ne pourrait pas durer, Marine ayant eu le culot d’expliquer dernièrement sur un plateau leur divergence parce que Jean serait d’origine copte et aurait une histoire douloureuse avec l’islam. Cela m’aurait rendue enragée et cela a rendu enragé Jean Messiha, qui ne pense qu’en fier et vrai Républicain, pas en gauchiste se regardant le nombril.

Plus que tout, peut-être, le regard de Jean Messiha sur Marine est terrible. Il ne la critique pas mais cela revient au même car c’est bien ce qu’il faut comprendre en creux quand il dit que les patriotes doivent être représentés par une personnalité qui inspire confiance et qui ait des compétences… Terrible. 

Se verrait-il en calife à la place du calife ? On pourrait le penser à partir de son passage sur les nécessaires compétences en économie que devrait avoir un présidentiable…

Imagine-t-il rejoindre Marion et « la droite » nationale ? Possible, il ne tarit pas d’éloges sur elle.
Par contre, il voudrait, comme Marine réformer l’UE sans en sortir. Une sottise...

Quoi qu’il en soit, de toutes manières c’est un coup dur, très dur, pour Marine et le RN. Ils perdent un débatteur hors pair, un représentant brillant du RN… Après Philippot ça fait beaucoup… 

.

Jean Messiha a la grandeur dans l’interview de ne pas évoquer l’hostilité de la garde rapprochée de Marine, la même qui avait poussé Philippot à partir. Il y a des médiocres qui ont peur devant les brillants, devant les meilleurs, et pensent plus à leur gueule qu’à l’intérêt général, même au RN.

 

Jean Messiha : pourquoi je quitte le Rassemblement National

Énarque et médiatique, turbulent, influent parfois au-delà de son camp, Jean Messiha révèle ce soir démissionner de la formation politique présidée par Marine Le Pen. Il tente de le faire sans attaques personnelles, mais sans minimiser de vraies divergences de fond. Sur l’Europe, l’islam, la famille, le rôle de Marion Maréchal, le fonctionnement du parti, mais aussi l’épineuse question de la candidature en 2022. Entretien.

Valeurs actuelles. Quelles sont les raisons qui vous poussent à quitter le Rassemblement national ?
Jean Messiha. 
C’est le résultat de plusieurs mois de réflexions, influencées par mes nombreuses réunions avec nos militants et sympathisants. Après les élections de 2017, je me suis lancé dans une grande tournée des fédérations départementales pour remonter le moral des troupes et remobiliser des militants complètement sonnés par les résultats de la présidentielle, mais aussi des législatives qui nous ont donné moins de 10 députés. J’ai aussi repris mon bâton de pèlerin pour les européennes et les municipales.

Au cours de ces innombrables weekends passés loin de chez moi, j’ai perçu partout un mélange d’espoir et de scepticisme. Nous faisions tous le même constat : nous avons largement gagné la bataille des idées, mais nous n’arrivons pas à susciter un grand élan populaire qui se traduit par des victoires très franches dans les urnes, à l’exception peut-être des européennes. Pire, nous avons un mal de chien à susciter des vocations pour porter nos couleurs au niveau local. A cet égard les municipales de 2020 ont été une révélation. Marine le Pen avait lancé en 2012 – il y a 8 ans déjà – une grande stratégie d’ancrage local. C’est une excellente stratégie. Mais force est de constater que dans un nombre incalculable de communes, nous n’avons pas pu présenter de listes aux municipales de cette année, faute de candidats crédibles.

La victoire à Perpignan de Louis Aliot a, assurément, été remarquable et doit beaucoup à sa stratégie d’ouverture et bien sûr à ses qualités personnelles. Mais il faut admettre que, dans le même temps, les Verts enregistraient des succès incroyables (Marseille, Lyon, Strasbourg, Poitiers, Tours, Besançon, etc.), pendant que les partis traditionnels résistaient très bien dans la plupart des communes. 

Le RN, c’est un peu comme une équipe de foot qui a beaucoup de supporters et un sélectionneur plein de bonne volonté mais qui ne gagne pas ou très rarement.

Il y a aussi, il faut le dire, des décisions qui laissent un peu rêveur. Comme celle d’investir pour Paris, la capitale de la France, un candidat non-RN, parfaitement inconnu, d’un niveau affligeant et qui a, sans surprise, enregistré un résultat d’une faiblesse historique (1,2%). 

À un moment donné et au vu de ce faisceau d’éléments, vous êtes obligé de vous poser des questions. C’est un peu comme une équipe de foot qui a beaucoup de supporters et un sélectionneur plein de bonne volonté mais qui ne gagne pas ou très rarement. On ne peut pas constamment dire que c’est la faute du terrain, de l’arbitre, du ballon ou des journalistes sportifs. Il y a sans doute d’autres explications et je me sens plus à l’aise et plus libre pour y réfléchir en dehors du RN. 

 

SUR LE MÊME SUJET

Marine le Pen a pris ses distances avec vous lors de l’émission de LCI du dimanche 25 octobre sur la question de l’Islam en France. Elle est d’ailleurs revenue sur vos divergences  dans l’émission d’Apolline de Malherbe sur BFM il y a quelques jours. Etait-ce prévisible ?
J’en ai été surpris. Elle m’a reproché d’avoir dit que Samuel Paty avait été décapité par un musulman en colère. Apparemment il eût fallu que je disse que c’était un islamiste. De fait, je ne veux plus utiliser ce terme car c’est une façon trop commode de dissocier l’islam de sa frange radicale. On ne le fait d’ailleurs pour aucune autre religion. A-t-on inventé un mot spécial pour décrire les catholiques intégristes, les Juifs ultras-orthodoxes ou les hindouistes extrémistes ? Non.  

Elle a également cru bon d’expliquer mes positions sur l’islam en France par mes origines à la fois égyptienne et copte alors que c’est en tant que Français républicain, inquiet de la place croissante que prend l’islam dans notre société, que je me suis exprimé ainsi.

.

Et je ne veux pas laisser se propager l’idée que les Coptes seraient un peuple persécuté en Égypte et que cela expliquerait la venue de mes parents en France. Les chrétiens d’Égypte vivent dans un pays à dominante musulmane dont ils doivent accepter les codes civilisationnels et ils sont, de fait, régulièrement pris pour cibles par des musulmans extrémistes. Mais le régime égyptien n’est absolument pas anti-copte ou anti-chrétien et ne l’a jamais été, sauf sous le président issu des Frères musulmans Mohamed Morsi.

Nous nous sommes expliqués, Marine le Pen et moi-même, sur cet épisode et le sujet est très amicalement clos. Elle considère que l’islam en tant que religion n’est pas un problème pour la France. A l’inverse, moi je pense que l’islam en tant que religion pose un problème à la France. Elle dissocie la religion musulmane de l’idéologie islamique radicale. Moi je pense que cette dernière puise au cœur même du Coran. Mais attention : en disant cela, je ne démonise pas mes chers concitoyens et amis musulmans qui vivent paisiblement ici. Je dis simplement que plus cette religion se développera en France par l’immigration moins la France sera la France. 

Je pense que nous avons aussi une différence de sensibilité sur l’identité française. Malgré mes origines étrangères, je suis très intransigeant sur cette question : je défends mordicus l’européanité de la France métropolitaine. Marine Le Pen a des réserves sur ce concept et je respecte cela.       

N’avez-vous pas peur que votre départ soit interprété comme un mouvement d’aigreur de quelqu’un ayant échappé à plusieurs investitures ?
C’est tout à fait comme cela que l’on peut l’interpréter et c’est sûrement de cette façon que mon départ sera expliqué en « off » par certains. Il est vrai que j’ai été écarté des européennes, des municipales à Paris et que pour les régionales et les départementales on m’a proposé des strapontins.

 

Je crois que dans la vie il faut s’interdire de toute arrogance. Mais je crois également que lorsque l’on estime, à tort ou à raison, que ses compétences et son engagement ne sont pas reconnus, il faut savoir en tirer les conséquences. Pour moi ce n’est pas grave, ma passion c’est la France et je pense qu’il vaut mieux avancer que de ruminer.   

 

De quoi souffre le RN ? D’un déficit organisationnel, de mauvais génies ?
Je ne dirai pas qu’il y a de mauvais génies au RN. Il y a en fait beaucoup de gens sincères et engagés qui font de leur mieux dans un contexte difficile et avec des moyens terriblement limités par la situation financière fortement dégradée du mouvement. 

Le RN souffre aussi du manque de soutien visible de ce que l’on pourrait appeler “l’élite” de notre pays, alors que d’autres partis politiques n’ont pas ce problème. Certes, cela ne les a pas empêchés de mener de mauvaises politiques depuis les décennies qu’ils sont au pouvoir, et cela interroge sur l’apport réel de ces fameuses élites en politique. Mais il n’en reste pas moins qu’un grand pays comme la France, dans toute sa complexité, doit être dirigé par des gens qui “savent” même s’ils ne savent pas tout et tout le temps. Notre pays ne manque pas de “sachants” de grande qualité. Il manque de “sachants” prêts à s’engager pour la France et dans l’intérêt de son peuple. C’est un des défis de 2022.

 

L’essentiel reste est de faire basculer la majorité du peuple français vers notre cause. Mais elle ne le fera que si le mouvement national et populaire est incarné par une personnalité qui inspire, par ses idéaux, sa détermination mais aussi par sa compétence, une réelle confiance.  

 
 

Je pense intimement qu’une majorité de Français a envie de tenter l’expérience d’une présidence et d’un gouvernement qui portent nos idées. Mais sa préoccupation est également économique car, soyons honnêtes, l’économie dans un pays développé comme le nôtre conditionne presque tout le reste : l’emploi, le pouvoir d’achat, le financement de nos services publics et de notre modèle social. 

Certes, un (ou une) président(e) de la République n’a pas besoin d’être économiste. Mais les Français attendent qu’il ou elle maîtrise bien les questions économiques et connaisse les rouages de l’Etat. Il y a aussi les questions européennes. Nous avons tous vu, avec la saga du Brexit, que le simplisme est hors de propos. On peut bien parler de « refonder une Europe des Nations ». Et à part une minorité assez radicale, personne n’y croit. Il y a des réformes importantes à opérer dans l’UE pour reprendre certaines souverainetés essentielles mais prétendre que l’on veut « tout remettre à plat » est impossible. A moins de vouloir un Frexit ce que les Français ne souhaitent pas, dans leur grande majorité.                    

Marion incarne une droite des valeurs, fière de ce qu’elle est et débarrassée de ce syndrome de Stockholm qui a frappé une droite qui, pour se dire gaulliste, n’a eu de cesse de trahir l’esprit du gaullisme depuis les racines jusqu’à l’extrémité des branches

Quel genre de présidente de parti Marine le Pen est-elle ?
C’est à Marine Le Pen que je dois d’être entré en politique et je lui en ai une vraie reconnaissance. C’est une femme sympathique, très humaine, qui a du caractère, des convictions et de la constance. Elle s’entoure de gens qui lui sont très loyaux.

Quel doit être selon vous le rôle de Marion Maréchal ?
Marion a un talent remarquable et elle est très appréciée par la base. Elle a aussi cette intelligence de se construire patiemment en se confrontant au réel. Elle aurait pu bénéficier d’une promotion météorique en raison de ses liens familiaux. Elle a choisi d’être fidèle à ses convictions et de devenir une entrepreneure de l’enseignement supérieure avec l’ISSEP à Lyon. Respect.

Son avenir politique ne dépend que d’elle et il est, d’ores et déjà, aussi brillant qu’elle le souhaite. Marion incarne une droite des valeurs, fière de ce qu’elle est et débarrassée de ce syndrome de Stockholm qui a frappé une droite qui, pour se dire gaulliste, n’a eu de cesse de trahir l’esprit du gaullisme depuis les racines jusqu’à l’extrémité des branches. 

Ces valeurs incluent la famille, telle que nous l’avons conçue depuis des siècles, avec une mère et un père sauf quand la destinée en décide autrement. Elles incluent également la défense de l’identité historique de notre peuple, la liberté d’entreprendre et de jouir du fruit de son talent et de ses efforts, la souveraineté de la France, etc. 

Cette droite défend ses convictions avec beaucoup de justesse et de modération, dans un contexte d’évolutions sociétales récentes sur lesquelles une forte majorité de Français ne veut pas revenir.

Je pense qu’il faut aujourd’hui se concentrer sur la sauvegarde de notre identité profonde et accepter que cette identité intègre des éléments récents qui peuvent, certes heurter des sensibilités religieuses, philosophiques ou identitaires mais qui sont des acquis. Par contre, et je l’affirme solennellement, il y a des lignes infranchissables à tracer : pas de GPA, pas de PMA remboursée par la Sécu pour les femmes ou les couples qui ne souffrent pas de stérilité et pas d’extension de la durée légale de l’avortement de 12 à 14 semaines comme l’assemblée nationale vient de le voter et sur lequel nous devrons revenir.

Mais au-delà de la droite, il y a aussi des femmes et des hommes d’autres sensibilités politiques qui réalisent que leurs idéaux de progrès, d’égalité entre homme et femmes, de laïcité et même d’union de l’Europe sont menacés par le changement populationnel et civilisationnel en cours. Elles et ils ont toute leur place dans le grand projet de relèvement de la France.

Comment expliquez-vous que les sondages soient tout de même très bons pour Marine le Pen en 2022 ?
Les sondages en faveur de MLP sont exactement les mêmes qu’avant les élections de 2017. Marine le Pen constitue la bouée à laquelle s’accroche des millions de Français qui ne veulent pas couler. Des millions d’autres ne veulent pas couler non plus mais préfèrent rester sur le bateau qui dérive vers les écueils. Ce que les Français espèrent c’est un (ou une) capitaine courageux(se) mais surtout crédible qui reprend la barre et mène le navire France vers des eaux plus bleues et plus calmes.

Toutefois, dans les institutions de la Ve République, il faut non seulement remporter l’adhésion d’environ 20 millions de citoyens au deuxième tour de l’élection présidentielle mais il faut, plus encore, constituer une majorité d’environ 300 députés à l’Assemblée nationale. Pour cela, il est nécessaire qu’émergent des femmes et des hommes de la mouvance nationale et populaire à qui les Français ont envie de confier le mandat de les représenter et de soutenir le président qu’ils ont élu. Emmanuel Macron avait réussi cet exercice en recyclant une partie de l’establishment politique de gauche et de droite mais aussi en attirant des personnalités nouvelles de la société civile. 

Le fait que vos interventions et votre influence soit essentiellement médiatiques n’est-il pas un signe d’affaiblissement politique ?
La politique change. On ne fait pas de la politique en 2020 comme on en faisait il y a ne serait-ce que 10 ans. Les réseaux sociaux, mais également les débats sur les chaînes en continu comme CNews et d’autres, jouent un rôle croissant. Cela correspond à l’évolution de notre société. Ces nouveaux modes d’action politique ne remplacent pas mais complètent de manière déterminante le traditionnel contact direct avec les gens dans les réunions publiques, dans les rues et sur les marchés, contact qui reste évidemment essentiel. Je vous assure que je ne manque pas de marque de sympathies dans tous ces canaux et même à un point qui me surprend… agréablement bien sûr.    

https://www.valeursactuelles.com/politique/exclusif-jean-messiha-pourquoi-je-quitte-le-rassemblement-national-125291

 232 total views,  1 views today

image_pdf

24 Commentaires

  1. Le RN se fourvoie en ne conservant pas une ligne dure et intransigeant vis à vis de l’islam et de ses adeptes ….
    BRAVO à Jean MESSIHA !! Il en faudrait d’autres comme lui en FRANCE Excepté E.ZEMMOUR, ce n’est pas macron qui va défendre les FRANCAIS ….
    Il faut bien se faire à l’idée que la majorité des FRANCAIS sont lâches, poltrons, couards, traîtres et collabos (comme en 1945 !!!) De les voir accepter la muselière, baver devant la propagande nauséabonde de macron and Co, se laisser asservir avec cette docilité pour aller à l’abattoir, donne envie de VOMIR !!!!!

  2. Je ne suis pas du tout d’accord avec vous Machin Chose sur Marine Lepen ! Où et quand celle ci aurait fait du tort à son parti? Elle n’a contribué qu’à le faire progresser ! Elle se fait respecter, et bien c’est tout à son honneur ! Qu’est ce que l’on veut au pouvoir, un Hollande bis en guise de président patriote qui va se faire tirer à u et à dia par les uns et les autres ? Elle est directive et bien c’est tout à son honneur . Pour moi c’est une qualité pour une présidente qui veut relever la France;
    Marine fait un carton en ce moment et les pierrot lunaires en trains de nous parler de l’un ou de l’autre qui pourrait faire l’affaire . Non mais allo quoi !!!Arrêtez de vous mentir ,vous ne voulez rien changer en France !!! Qu’a -telle Marine? Elle est trop blonde ? C’est le syndrome Trump! Il avait lui aussi le tort d’être blanc, blond, et de plus, horreur absolue , il était riche et pour couronner le tout osait s’intéresser à son peuple !!!
    J’adore les commentaire; le Messiah se tire , c’est la faute à Marine, non mais c’est lui qui fait la démarche de déserter, et c’est la faute à Marine .c’est un véritable Marine bashing ou éreintage . Ce sont nos adversaires qui doivent se frotter les mains en voyant des patriotes saborder leur seule possibilité réaliste d’accéder au pouvoir Une telle haine est pathologique. Je comprend mieux pourquoi nous n’arriverons jamais à rien en France!!
    Cela n’a absolument rien à voir avec la personnalité politique!!!!

  3. Je suis surpris et un peu déçu que personne jamais ne parle de Louis Alliot comme atout majeur pour le R.N.
    Cet homme a la carrure d’un chef d’état, il en a la taille, il est sympathique et garde en toutes occasion son calme, ce qui ne l’empêche pas de toujours être franc et clair.
    La preuve de son efficacité : malgré toutes les oppositions des collabos qui ont tenté de lui barrer le chemin, il a été élu haut la main au poste qu’il briguait pour redresser la ville de Perpignan qui en avait un urgent besoin.

  4. Quelques anglicismes inutiles :
    « bashing » = DENIGREMENT ou ACHARNEMENT ou encore EREINTAGE;
    « reset » = RELANCE ou REDEMARRAGE ;
    « game over » = FIN DE PARTIE ou LES JEUX SONT FAITS.
    Excusez moi pour l’absence des accents , je ne sais comment les faire apparaître en majuscule.

  5. Enfin, il l’a fait ! Il était temps ! Bravo, Jean, ce sont des personnes comme vous dont la France a besoin, francs, sans magouilles politiciennes

  6. Jean Messiah est un bonhomme, un français qui aime son pays, mes respects Monsieur.

  7. Je comprends que Jean Messiha ne désire pas un frexit, en tout cas pas tout de suite. Le Brexit était possible aux anglais car ils ont eu l’intelligence de conserver leur monnaie. Peut-être procéder en deux temps pour éventuellement se retirer en douceur de l’UE par la suite. Créer dans un premier temps une nouvelle monnaie nationale qui coexisterait avec l’Euro, voire s’associer au dollar, monnaie forte, pour réaffirmer et renforcer nos économies? Jean Messiha a l’air de bien « sentir » les aspirations du peuple et sait transmettre calme, bon sens et fermeté. Personnellement, j’ai toujours un faible pour Nicolas Bay mais il ne semble pas vouloir « sortir du bois ». Ni Marion non plus du reste. Pourtant, ces trois la ont toutes les qualités pour faire du bon boulot.

  8. Pour Marine Le Pen on ne pourra pas gagner en laissant partir ses meilleurs collaborateurs mais en a- t-elle réellement envie de gagner ? je commence a douter ! ses postures déroutantes sont une lourde responsabilité pour l’avenir de notre pays tout comme jadis son père .Supporter de Marine de longue date j’en arrive a me pose la question si il n’est pas arrivé le moment pour les patriotes de réfléchir a un plan B’ avec quelqu’un qui tient la route .

  9. Messiha à raison, il est criant de vérité, c’est tellement plus facile de dire que l’islam n’est pas un problème alors que nous nous rendons compte que les agressions ou les attentats ne viennent pas de terroristes mais bien de musulmans lambdas. Combien de temps faudra t-il pour comprendre que l’islam porte en elle les graines de la discorde, du fanatisme et du totalitarisme.

  10. Jean Messiha est clair, cohérent, courageux. On le sent beaucoup plus « normal » dans le sensoù il fait montre du simple (et précieux) bon sens qui fait en partie le succès de Trump, à savoir l’absence de sophistication.
    De plus son origine égyptienne est un atout. Plus de possibilité d’utiliser, pour les détracteurs de la Droite nationaliste, l’accusation automatique de racisme qui vaut condamnation morale définitive (« reductio ad hitlerum »).

  11. Sabordage sur sabordage au RN ! Marine a le même syndrome qu’avait son père. A croire même quelle le fait exprès ! Tout ça pour ça !
    Décourageant ! où est la porte de sortie ? je n’en vois pas ! Car il n’y en a plus .
    Plus d’un quart de la population qui va se retrouver Gros Jean comme devant et totalement désemparé. Une fois de plus !!
    En 2022, elle portera la responsabilité du désastre.
    Et il est déjà trop tard pour redresser la barre !

  12. bravo Jean. MLP est incapable de gouverner la France. il faudrait une autre tête de liste au RN pour pouvoir l’emporter

  13. J’ai l’impression à travers cette interview que l’idée d’une candidature à la présidentielle fait son chemin dans l’esprit de Messiha. Ou si c’est prématuré, il pourrait jouer un rôle important dans le mouvement patriote.
    Affaire à suivre. Son profil est intéressant vu la conjoncture : par exemple, son électorat serait de fait exonéré de toute suspicion de racisme !
    En outre, il a les qualités qu’il détaille pour bien gouverner, il est courageux, cultivé, a la passion de la France chevillée au coeur et au corps.
    Un petit défaut : il doit gommer son côté un peu cassant, très « oriental ». Un peu de saine hypocrisie met de l’huile dans les rouages.

  14. Alliance avec Marion ? Avec d’autres patriotes ? Enfin un parti qui réunirait toute la droite pour 2022 ?

  15. C’était sûr !
    MLP scie la branche sur laquelle elle est assise !
    Le RN est devenu un parti comme les autres !
    Il y a longtemps que je ne crois plus en MLP !
    C’est un boulet pour les patriotes !
    Je souhaite à Jean de se trouver une autre assise qui lui permettra de s’exprimer tel qu’il le doit !

  16. Mai 2022 elections présidentielles.
    Un ticket avec Marion comme candidate, soutenue par Ménard, Dupont-Aignan, Messiha et Philipot pourrait bouleverser le scénario qu’on nous prépare. A condition qu’ils aillent faire adouber leur programme par Onfray pour obtenir une partie des voix de la gauche souverainiste.
    La seule question est : est-ce trop tôt ? Faut-il attendre 2027 ? Marcon n’avait pas attendu et ça lui a réussi mais il avait des alliés puissants.
    2027 semble plus raisonnable.

  17. J’aime de plus en plus ce monsieur. Une envergure de Président. Reste à bien s’entourer et former la bonne équipe pour un conseil de salut public.

  18. Les sondages sont bons pour Marine parce qu’on a personne d’autre.
    Je vote MESSIHA.
    Dites-moi pour qui voter Monsieur et je vous suivrai.

  19. En tant que politologue je me dois de signaler qu’on ne supprime pas un édifice tel l’UE, on le prend en mains, on l’oriente d’une autre façon, on change les gens, mais le fondement reste. Un exemple français pour m’expliquer. Les Révolutionnaires de 1789-93 n’ont pas supprimé la France, ils l’ont changée ! Ceux qui ont quitté la France n’y sont pas revenus, ou très peu en 1815 -30 lors de la « Restauration ».
    Quant au trumpbashing qui nous est balancé à longueur de semaines par nos médias, ce n’est pas pour nous faire aller voter aux USA, c’est pour entretenir ici la haine de patriotisme,tout simplement et aider le macronisme à garder le pouvoir.

  20. Jean n’est pas un républicain Français il est un Français d’abord avant d’être républicain ! Un Français, un vrai, de coeur, de tête et de ventre jusqu’au bout des ongles ! Dans le noble sens du terme ! Il n’avait plus rien à faire au RN et il doit participer à la refondation de la droite, il reste peu de temps même si je suis certain que guignol ne finira pas son mandat et ne passera pas le printemps car la crise économique engendrée par la crise déclenchée par eux avec leur fabrication COVID va les anéantir, tout comme l’islam qu’ils nous ont imposé, il n’y aura pas non plus de grand « RESET », les mondialistes ont perdu « GAME OVER » !

  21. et si on aidait le RN a se choisir un « Roi Pétaud », ce serait un service de taille a lui rendre en dégageant la fille de son papa, qui a fait tant de mal a ce parti…Tout en vivant grassement de ce parti depuis des decenies
    «  » » » » » » »Étymologie de « RoiPétaud »
    Selon Alphonse Depras[1], l’expression viendrait « de la coutume qu’avaient les mendiants, autrefois, de se nommer un chef (du latin peto, signifiant « je demande »). Un pareil roi n’avait aucune autorité sur ses sujets et chacun agissait comme bon lui semblait ; il résultait de là une confusion extrême passée en proverbe. » Pour les autres étymologistes, pétaudière est dérivé du nom du roy Petault, un pitaud[2] qui apparaît en 1546 dans le Tiers-Livre de Rabelais, l’image d’une « cour du roi Pétaud où chacun est maître » apparaît à la fin du XVIe siècle dans la Satyre ménippée et devient proverbiale. Pour d’autres[2] la métaphore est celle du roitelet, le « petit roi » réputé solitaire, bagarreur et fugueur : rey petare, rei-petaret, roi pétaré (roi péteur), « péteur. »

Les commentaires sont fermés.