Djihad nazi : Docteur Rodenwaldt, qui n’avait rien à voir avec le salvateur Docteur Raoult

Islam Publié le 4 septembre 2020 - par - 5 commentaires

1944 • Soldats allemands auprès d’une musulmane à Mostar, Herzégovine

 

Le Dr Raoult et le Dr Rodenwaldt présentent une similitude : ils ont tous deux de vastes connaissances en médecine tropicale. Mais la comparaison s’arrête là : tandis que le Français est salvateur, l’Allemand était islamisateur.

 

Dans les années 1930, Ernst Rodenwaldt fut l’un des plus brillants spécialistes allemands des maladies tropicales. Bien avant la Seconde Guerre mondiale, il œuvra en terre d’islam et ses recherches ont préparé le terrain de l’idéologie nazie en matière d’hygiène raciale.

 

À la demande du haut-commandement allemand, Rodenwaldt rédige en 1941 la brochure Islam, une introduction au monde religieux des peuples islamiques, à glisser dans le Tornister ou havresac de la Wehrmacht. Il s’agit là de directives et de règles de conduite envers les musulmans des pays occupés par les nazis.

 

 Recto : « Destiné à la diffusion et non à la vente »

Verso : « Lignes de conduite des Européens sur les terres mahométanes »

 

Quelques recommandations issues du manuel

 

« Restez conscient que l’islam est une religion avancée, en rien inférieure au christianisme dans sa conception de Dieu »

 « Toute rencontre avec des musulmans doit être menée dans le même respect que celui porté envers les chrétiens »

 « Lorsque le soldat frappe à la porte d’un ménage musulman, il est indiqué de tourner immédiatement le dos à la porte pour ne pas regarder la femme qui l’ouvre »

 Rodenwaldt met en avant le degré de tact et de tolérance requis pour traiter avec des musulmans « voyant le monde sous un angle différent ». En réalité, cette formation au comportement correct n’est que le reflet d’une prudence militaire dictée par les nazis et ce manuel n’est rien d’autre que du savoir-vivre préfabriqué. Compte tenu de la position non critique de Rodenwaldt à l’égard du régime nazi, il est bien étrange qu’il considère tact et tolérance comme des valeurs à honorer puisque les populations juives sont totalement exclues de ce traitement de faveur.

 

Paradoxe des paradoxes, avec une petite remise au goût du jour, la quasi intégralité du manuel du sympathisant nazi Rodenwaldt pourrait faire office aujourd’hui d’argumentaire islamo-bobo contre l’islamophobie européenne. À titre d’exemple, le manuel indique que la perception d’un islam répandu par le feu et l’épée par les Arabes et les Turcs est totalement erronée. Cette approche historique est évidemment à l’opposé d’un Thilo Sarrazin ou de néo-nazis pourtant régulièrement accusés d’employer des stéréotypes apparentés à ceux de l’idéologie du Troisième Reich. La belle antinomie…

 Ernst Rodenwaldt (Berlin 1878 – Ruhpolding 1965)

 

La fin justifie les moyens

 

L’intérêt croissant du Troisième Reich pour l’islam découle de la mutation de certaines régions peuplées de musulmans en zones de guerre et surtout de la dégradation de sa situation militaire dès 1942. Les stratèges nazis – désolé de l’oxymore – ont dès lors cherché des coalitions plus larges en faisant preuve d’un pragmatisme atypique. Certains de leurs interlocuteurs musulmans estimaient d’ailleurs que l’Allemagne nazie gagnerait la guerre autour de 1942-1944 et que le nouvel ordre mondial favoriserait leur libération de la domination britannique. Les ennemis communs du pacte faustien sont l’Empire britannique, l’Union soviétique, l’Amérique du Nord et surtout les Juifs.

 

Si Mein Kampf proclame la supériorité de la race aryenne, le discours nazi se fera ensuite plus pragmatique : Turcs, Iraniens et Arabes non-juifs seront officiellement dispensés de toute discrimination raciale auprès des ambassades du Caire, de Téhéran et d’Ankara. Ainsi, les discours d’Hitler et de Himmler iront dans le sens de la perception d’un islam guerroyant, fort et agressif, comme Nietzsche l’avait évalué au 19ème siècle. Nous sommes là dans un cadre purement géostratégique et non idéologique.

 

En 1941-42, lorsque les troupes allemandes pénètrent sur les territoires musulmans à savoir Afrique du Nord, Balkans, Crimée et Caucase, la Wehrmacht et les SS paramilitaires recrutent des dizaines de milliers de musulmans, ce qui évite également de gaspiller le sang allemand. Ils se battent sur tous les fronts et se voient accorder certaines concessions religieuses comme la levée de l’interdiction de l’abattage rituel, pratique interdite par la loi sur la protection des animaux promulguée en 1933 par les nazis pour des raisons antisémites. Les motivations de ces recrues musulmanes sont diverses : ferveur idéologique antibolchevique pour certains, motifs plus triviaux pour d’autres comme la recherche d’un héroïsme rémunérateur.

 

En Afrique du Nord, dans les Balkans et en URSS, les divisions SS rencontrent parfois des difficultés à différencier Juifs, musulmans et Juifs convertis à l’islam et abattent des milliers de musulmans, pensant que leur circoncision est signe de judaïsme. Dès lors, Heydrich donnera ensuite des instructions de plus grande prudence. De plus, dans ces régions occupées, Juifs et musulmans cohabitent depuis des siècles et il n’est pas rare de voir un musulman héberger en cachette son voisin juif, interconnexion sociale oblige.

 

Sur le front de l’Est, afin de saper le bras de levier soviétique, les occupants nazis ordonnent la restauration de certaines mosquées, de salles de prières et de médersas (écoles coraniques) détruites par les Soviets, de même que la restauration des rituels et des cérémonies religieuses.

 

Les nazis déploient également des efforts considérables pour recruter des dignitaires islamistes, comme le mufti de Jérusalem partageant la haine nazie des Juifs. Ils « politisent » les textes issus du Coran ainsi que le concept de djihad. La thématique antisémite y un rôle majeur de propagande, notamment en mettant en exergue la migration sioniste vers la Palestine, une question centrale des discours politiques arabes.

1943 • Le Grand Mufti Mohammed Amin al-Husseini

 

Waffen SS musulmane

 

La prémonition du XXe siècle est française

 

Lors de la rédaction sur commande de son manuel, Rodenwaldt ne pouvait évidemment prévoir ni la montée en puissance de l’islam politique à l’échelle européenne ni l’immigration massive musulmane en Allemagne. En 1965, année de son décès, ils ne furent que très peu nombreux à l’avoir prédit. Le Général de Gaulle en 1959 : « Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? » et « Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ». Bingo !

 

Second et dernier point commun entre le Dr Raoult et le Dr Rodenwaldt ? Comme son homologue allemand le fit au Togo au début du 20ème siècle, le microbiologiste et infectiologue français s’est comporté comme un médecin de campagne militaire devant sauver à la hâte un grand nombre de blessés face à un ennemi inconnu en Gaule, en fonction de son expérience de terrain. Il a AGI au service des autres selon ses propres convictions étant donné l’absence de mode d’emploi Der Korona fourni par la Macronie. Une telle détermination est hélas fort rare auprès de ses contempteurs.

 

La critique est aisée, l’art est difficile ? La critique médisante est aisée, l’art médical est difficile.

 

Richard Mil+a

« L’islam est le fascisme de notre époque », Alice Schwarzer, 11 mai 2016

 

Print Friendly, PDF & Email
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Cachou
cachou
il y a 1 année

Quel article intéressant, que de choses que je viens d’apprendre en le lisant ! À commencer par celle de l’existence du Docteur Rodenwaldt Docteur Rodenwaldt.

Effectivement, c’est une question que l’on ne se pose jamais : quelle attitude ont adopté les nazies face aux musulmans des pays qu’ils avaient conquis ? Il est intéressant de noter que les nazies ont sacrément modulé leur principe envers les musulmans pour mieux les utiliser. Comme quoi l’idéologie nazie est variable selon ses intérêts. J’ignorais également qu’il y eut en Allemagne une loi sur la protection des animaux en 1933 interdisant l’abattage rituel, mais non pas dans un souci de protection animale, mais dans des soucis antisémites.

Comme tu le décris dans ton dernier chapitre, il y a ceux qui défendent les peuples et ce qu’ils accablent. Mais, de plus, je vois un parallèle frappant entre l’ensemble de ton article et l’effet européen et français depuis 40 ans : l’invasion islamique musulmane.

Les Allemands ont donc essayé d’utiliser au maximum les musulmans pour servir leur cause de conquête mondiale. Pour cela, ils ont sacrément assoupli leur idéologie nazie pour aller faire de la lèche afin de mater les musulmans dans leur poche pour accomplir leur funeste destin.

Le schéma est exactement identique aujourd’hui, et ce depuis 40 ans. Le mondialisme (probablement antécédents de la volonté de conquête mondiale des nazis) se sert des musulmans pour détruire notre civilisation comme les nazis voulaient détruire celle du monde pour imposer la leur. C’est ainsi que le mondialisme veut imposer son idéologie en détruisant toutes les autres.

Et tout comme les nazis, depuis 40 ans et encore plus fort depuis Macron, pour l’Europe et la France, l’islam est invité, on va le chercher, il est choyé bien plus que les autochtones, on sort des milliers de lois pour le protéger, il fait l’objet d’une absence totale de sanctions pour tous ses actes de violence, bref il fait l’objet d’une tolérance que je n’aurais jamais pu concevoir, et tout cela pour qu’il serve les destins funestes du mondialisme, tout comme les nazis l’avaient fait pour qu’il serve leur destin tout aussi funeste.

Ce que le mondialisme ne comprend pas, c’est qu’une fois l’islam installé sur la planète, ou tout du moins déjà en Europe, lui-même cherchera à être le dominateur absolu. Et pour cela, il éliminera dans la plus grande violence tous ceux qui l’ont fait venir, cela même qui pensaient s’en servir comme une arme et le dominer ensuite.

Cela dit, je suis un très, très grand admirateur et soutien du Professeur RAOULT, mais selon de nombreux articles que j’ai lus, il serait islamophile et considérerait les étudiants africains supérieurs aux étudiants européens et souhaiterais ardemment leur venue en Europe et France (d’après un discours fait par lui-même et que j’ai personnellement entendu). Ça fait tâche dans le décor !

Cachou
cachou
il y a 1 année

Par Charles de Gaulle (rapporté par Alain Peyrefitte) / Le 5 mars 1959

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France.

Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire! Les musulmans, vous êtes allés les voir? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants.

Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »
Référence : https://lesobservateurs.ch/2015/09/28/charles-de-gaulle-colombey-les-deux-mosquees/

Anne-Marie G
Anne-Marie G
il y a 1 année

Le Pr Raoult, malgré son cosmopolitisme, inspire le respect en raison de sa probité scientifique dans l’adversité. Je ne crois pas qu’il apprécie Trump, pourtant on peut comparer leur force de caractère, quoique à mes yeux, Trump remporte la palme !
Cela ne m’a pas empêché de noter comme vous ses sympathies pour l’immigrationnisme et son désintérêt total pour la pérennité de la nation, des nations en général.
Pour ce qui concerne les sympathies du régime nazi avec les peuples musulmans, fort heureusement, me semble-t-il les soldats de la Wehrmacht n’étaient pas suffisamment imprégnés de l’idéologie nazie pour l’appliquer strictement dans les pays sous occupation.

Antiislam
Administrateur
Antiislam
il y a 1 année
Reply to  Anne-Marie G

Bonjour,

La bonne Wehrmacht et les seuls méchants SS, c’est à grandement relativiser.

Par exemple Rommel, parangon du bon soldat de l’armée, abattant de sang-froid un officier français en juin 40 …

Paul ter Gheist
Paul ter Gheist
il y a 1 année

Je suis à critiquer les nazis pour leur manque de discernement et l’absence de pragmatisme mais je lis ici que pour plaire aux musulmans, ils savaient se montrer compréhensifs. L’affaire de l’abattage rituel orienté juif et interdit, qui devient autorisé quand ils ont affaire avec les musulmans, je ne savais pas….Intérêt de la lecture et de la recherche.

Lire Aussi