Gros succès du gourou David Icke à Londres samedi dernier : nous subissons un virus, le fascisme !

Publié le 3 septembre 2020 - par - 4 commentaires

Ce type est légèrement dingue... Excellent joueur de foot puis journaliste sportif et militant des Verts, ils s’est mis un jour à travailler du képi, à croire que, de réincarnation en réincarnation, il était le fils de Dieu, qu’il y avait des reptiliens qui menaçaient le monde… n’oubliant pas, au passage de participer à tous les délires sur le 11 septembre, les Juifs, les extra-terrestres, j’en passe et des meilleures. Il faut un certain temps pour lire la page wikipedia qui lui est consacrée. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Icke

Il n’empêche que, samedi dernier, cet Anglais a fait un tabac incroyable (regardez les images au début de la video) à Londres, à propos du Covid, du port du masque et de ce nouveau fascisme qui, selon lui, serait le nouveau virus. Bigre, le flegme britannique serait-il mort et enterré en situation de crise ?

Dans son discours il fait quelques allusions, évidemment à ses obsessions, mais l’important est ailleurs. L’important c’est qu’un bon orateur un peu connu peut faire se lever des milliers d’Anglais. Je suis sûre que, si, à la fin de son discours endiablé il avait dit à la foule « suivez-moi, on va s’emparer du 10, downing street, ils le suivaient, tous, prêts à tout. Pour le pire ou le meilleur. Nous tous, Occidentaux,  dansons sur des volcans prêts à entrer en éruption. Un petit grain de sable, un homme charismatique… et tout peut s’embraser et changer.

Certes, nous ne sommes pas prêts de voir cela en France, avec les leaders actuels, mais tout est possible.  La période plus qu’instable, avec une multiplicité de crises (économique, sociétale, de valeurs, sanitaire, de civilisation, de conflits entre peuple et Europe/monde, d’identité…) est propre à faire apparaître un nouveau Bonaparte – ou un nouvel Hitler écolo-dingo. A suivre.

.

Il a dit 3 choses importantes qui ont mis la foule en délire :

-le nouveau virus n’est pas le Covid mais le fascisme, la perte de nos libertés fondamentales.

-nous avons un atout énorme : nombre

-face à un nombre important de gens qui désobéissent en masse, « ils » ne peuvent rien faire. Si des milliers de gens sont agglutinés sur les plages et refusent d’obéir ils ne pourront ni leur faire porter le masque ni les verbaliser… « Nous sommes le peuple » criaient les Allemands à Berlin au même moment. Le nombre peut rendre au peuple sa souveraineté… Encore faut-il qu’il le désire, qu’il le veuille, qu’il  soit prêt à payer le prix d’une révolution… 

Pour écouter l’ensemble de son intervention :

Print Friendly, PDF & Email

4 réponses à “Gros succès du gourou David Icke à Londres samedi dernier : nous subissons un virus, le fascisme !”

  1. Avatar gigobleu dit :

    Très intéressant et très sage mise en perspective de Christine. Nous approchons clairement de bouleversements décisifs. Le futur s’annonce passionnant et passionné …

  2. Avatar Christophe L dit :

    Il ne faut pas désespérer en France un homme, pour l’instant qu’on nommera Nemo, sortira du lot et nous entraînera vers le chemin de la victoire libératrice 😉
    📯⚔️🇫🇷⚰️🧳

  3. Avatar gigobleu dit :

    @ Christophe L. Attention, ne nous emballons pas trop vite. En effet, lorsqu’un discours nous parait séduisant, il convient d’examiner très attentivement le « pedigree » de la personne qui le porte, ses idées et même sa vie privée. Et lorsque Christine nous présente un gourou, le terme n’est pas exagéré. Séduction ne signifie pas raison. Restons prudents. De plus, l’enthousiasme d’une foule ne signifie rien. Des foules ont suivi aveuglément des dictateurs. L’opinion d’une majorité n’a jamais été un critère de vérité.

  4. Avatar Baliaire dit :

    Je crois que vous passez à côté du coeur du message de la fine lettrée Christine Tasin, toute habituée aux nuances, gigobleu :
    C’est l’effet potentiel d’un mouvement de masse, que rien ne peut réellement arrêter, qu’elle met en exergue. N’est-ce pas de ce genre d’impunité que jouissent nos non-invités, comme par exemple les hordes Traoré en plein confinement, là où vous preniez une amende.
    Les autorités ne peuvent tirer sans provoquer elles-mêmes une révolution. Car des flashballs n’arrêtent pas uene foule déterminée. Des balles, peut-être. Et alors là…
    En face, ils le savent.
    Se rappeler l’hélicoptère prêt à décoller dans la cour de l’Elysée pour quelques centaines de gilets-jaunes.
    Jamais, il n’oseraient faire tirer sur la foule à moins de déclencher les événements qu’ils essaient d’empêcher.

Lire Aussi