Suède : la vieille dame en maison de retraite n’a pas mangé… personne n’y parlait suédois !


Suède : la vieille dame en maison de retraite n’a pas mangé… personne n’y parlait suédois !

Le Grand Remplacement concrètement « En Marche » dans des maisons de retraite en Suède

Si vous ne parlez pas l’arabe, comme cette vieille femme dans une maison de retraite en Suède en a fait les frais, vous restez sur votre faim…

L’incident s’est produit dimanche dernier, 19 juillet, dans la municipalité d’Östersund lorsque cette femme âgée a contacté un administrateur censé l’aider en cas de difficulté.

Elle lui a fait savoir qu’elle n’avait pas pu manger alors qu’elle avait demandé un sandwich au personnel de service, mais que personne ne l’avait aidée car personne ne comprenait suffisamment le suédois.

Elle a confié qu’elle se sentait inquiète de ne pas pouvoir communiquer, rapporte le site d’information Samhällsnytt.

L’administrateur a appelé la maison de retraite et eu confirmation qu’aucun membre du personnel travaillant ce jour-là ne parlait le suédois.

Il a alors appelé un autre service et a découvert que le personnel habituel était en congé et que des employés de remplacement avaient été engagés.

Après avoir été contacté par l’administrateur, un employé d’un autre département, parlant le suédois, a pu apporter à manger à cette vieille dame.

La municipalité locale a imputé l’incident à la pandémie du coronavirus, affirmant que de nombreux membres du personnel régulier étaient malades.

Il a cependant été précisé que tous les employés de remplacement devaient en principe connaître un certain niveau de suédois, tant parlé qu’écrit.

Plus tôt ce mois-ci, l’Inspection suédoise de la santé et des soins a déclaré que les connaissances insuffisantes du suédois parmi le personnel des maisons de retraite augmentaient le risque d’infections et de décès dus au coronavirus de Wuhan.

En réalité, il n’y a pas actuellement d’exigences linguistiques pour travailler dans les maisons de retraite pour personnes âgées en Suède.

Mais deux politiciens populistes démocrates suédois de la municipalité d’Umeå ont demandé que des tests de langue soient effectués dans leur région.

(Extraits de cet article : https://www.breitbart.com/europe/2020/02/18/arabic-most-spoken-language-among-children-swedish-municipality-preschool/. L’arabe est la langue la plus parlée chez les enfants des écoles maternelles suédoises, soit pour 60 à 89 % d’entre eux, à tel point que la municipalité de Skogsgläntans craint des problèmes de ségrégation ).  

La barrière de la langue a également été imputée aux taux plus élevés d’infection au coronavirus dans les zones vulnérables interdites de Stockholm, qui comptent une forte population de migrants.

En avril, il a été signalé que la banlieue de Rinkeby-Kista, connue pour ses émeutes et ses crimes, avait le plus grand nombre de cas dans la ville à cette époque.

 

Traduit pour Résistance Républicaine par  Jack.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


15 thoughts on “Suède : la vieille dame en maison de retraite n’a pas mangé… personne n’y parlait suédois !

  1. AvatarMachinchose

    ouf! je parle arabe et en plus de bonnes notions de Wolof……….(les voyages forment la jeunesse et permettent de bouffer a la vieillesse)

    mais avec la concurrence faudrait que j’ explore le Sonninké du mali et l’ afghan…………..

  2. Avatardurandurand

    Et oui comme chez nous ,combien d’allogènes présent sur le territoire national depuis de nombreuses années et qui ne parle pas ou presque le Français ? Et les journasalopes qui nous rabâchent à longueur de journée , l’intégration et tout les foutaises journalières , nous savons très bien que les allogènes ne feront jamais l’effort d’apprendre le français et encore moins de l’écrire ,nous en avons des exemples dans la vie courante . Expulsion de toute cette engeance muzz !

    1. AvatarMountain

      Voilà ce qui nous attend ,les Suedois ont fait venir à tire larigot des étrangers et ils se retrouvent etrangers dans leur propre pays, chez nous ça devient pareil .lamentable

  3. AvatarChristian Jour

    Il a cependant été précisé que tous les employés de remplacement devaient en principe connaître un certain niveau de suédois, tant parlé qu’écrit.
    La preuve que non et que là aussi c’est la préférence étrangère qui est requise à l’embauche. Vive l’Europe, vive le multiculturalisme, oui, mais pour qui. L’UE est un fléau, un cancer, une maladie incurable……… pour les Européens.

  4. Avataralf

    Mais enfin « l’éducation nationale » nous l’a bien expliqué , il faut apprendre (***) l’arabe à l’école , surtout aux têtes blonde , sinon les Français seront exclu de cette belle civilisation que l’on nous prépare.. De mon coté , en langues étrangères , j’apprends le winchester 44 , le colt 45 , le remington 45 et le cz et prochainement le 308 . Je suis assidu , je pratique toutes les semaines dans mon école .

  5. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Cette pauvre dame est bien maigre et bien seule !

    Aïe d’elle ! pourvu qu’elle ne subisse pas de représailles.

    Les visiteurs bénévoles ne sont-ils pas autorisés dans les centres hospitaliers suédois ? Non pour écarter la solution qui s’impose sinon pour accompagner ces personnes DÉPENDANTES du bon vouloir et es possibilités du personnel, ce qui est pire qu’un emprisonnement et tellement triste pour des personnes fragiles, socialement faibles, sans soutien affectif et psychologique de proches et dont la seule sortie est à plus ou moins long terme, allongée sans vie. C’est d’une très grande tristesse.

    Et quel suivi ! À aucun de ceux qui étaient en service ne lui est venu à l’esprit que cette dame demandait quelque-chose qui semblait important et se soucier d’aller chercher la solution pour elle ? N’y avait-il donc personne qui sache parler le suédois dans cette établissement ; était-il livré aux étrangers ?

    ET là, on parle d’alimentation et ils n’ont pas compris ou pas voulu comprendre. Parce que se traitant de repas, c’était vraiment la chose la plus universelle à communiquer que l’on parle ou non la langue de l’interlocuteur. Comment font les voyageurs quand ils sont en pays étranger et ne savent ni traître mot de la langue du pays ? Et bien voilà ! si ce besoin tellement simple à exprimer n’a pas été compris imaginez le reste !

    L’oligarchie se fout complètement des peuples autochtones qui ont bossé pour le pays et la société ; ont fait le gras de cette oligarchie qui n’en a rien à braire d’eux. C’est une preuve que les politiques sont très loin de la Real Politique.

    J’avais averti que ce genre de chose allait arriver ; déjà en 1989 les hôpitaux français étaient bien remplis de personnel qui venait non plus, comme autrefois, par choix professionnel, par vocation ; non ! Il venaient pour la gamelle ; (j’entends qu’il y a des exception).

    Idem pour ce qui est du service à la personne à domicile et garde d’enfants ; attention ! Et le malheur c’est que notre dictature « démocratique » nous impose d’employer le premier venu avec préférence pour la discrimination positive pour la diversité, soit pour les chances de la France. Nous n’avons pas le choix si nous ne voulons pas être brisés et ruinés par la machine judiciaire. Autrefois nous avions le choix et nous exigions des références sérieuses ; on introduisait pas quelqu’un chez-soi sans connaître un peu la personne. C’est perdu ça aussi avec toutes les conséquences néfastes que ça suppose.

    Chez-nous il est désormais plus qu’impératif de créer de petites cellules pour avoir plus de chances d’employer quelqu’un connue par le cercle ; dans le cas d’un emploi à domicile. Mais aussi pour organiser des soutiens, des visites, de la vigilance auprès personnes esseulées pour « x » raisons internées dans les centres hospitaliers divers.

    Nous devons être vigilants et solidaires. L’oligarchie est capable de tout comme on l’a vu pendant le1er confinement dû au Coronavirus. Apparemment il n’en ont pas tués assez, puisque se profile la série n°2.

  6. AvatarHagdik

    Dans les maisons de retraite en France – aujourd’hui il faut dire EHPAD c’est plus chic – le personnel est majoritairement féminin d’origine étrangère, colorée, adoratrice du chamelier pédophile et constitué de fainéantes chroniques et pathologiques.
    Les vieux, elles n’en ont rien à faire !
    Il faut le voir de l’intérieur pour le croire.
    Les responsables et dirigeants sont tous des collabos hautement dhimmis.
    Mais défense de le dire !

    1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

      Bonjour @Hagdik ;

      – » le personnel est majoritairement féminin d’origine étrangère, colorée, « –

      Dans mon commentaire { https://resistancerepublicaine.com/2020/07/27/suede-la-vieille-dame-en-maison-de-retraite-na-pas-mange-personne-ny-parlait-suedois/#comment-845459 } c’est ce que j’ai voulu dire en écrivant, mais la précision m’a échappé :  » déjà en 1989 les hôpitaux français étaient bien remplis de personnel qui venait non plus, comme autrefois, par choix professionnel, par vocation ; non ! désormais et ceux-là venaient pour la gamelle  » ; je le sais parce que je l’ai vécu au quotidien pendant des mois ; je ne raconterai pas l’histoire, mais rien que d’y penser j’en ai l’estomac serré et les larmes aux yeux.

      Il y a un an ou deux sous mes fenêtres, je vis dans un patelin (je précise çà, parce que patelin est un peu associé à tranquillité ; ce qui n’est plus le cas et notre village est également envahi ; on se croirait à Paris cosmopolite ; on entend parler dans plusieurs langues mais surtout l’arabe et langues africaines -cette nuit à 2h20 une voiture est passée aux abords d’un centres hospitalier, musique Woodstock à fond les hauts parleurs). Bien pour revenir à la scène d’il y a un an ou deux que je voulais commenter ; j’ai vu passer une bonne femme, type afro, (elles ne sont pas toutes comme cela) apparemment une nounou , elle promenait un ou deux enfants très jeunes, de petits enfants, dont un en poussette le plus petit. J’entendais pleurer et comme cela ne cessait pas j’ai regardé. Je n’ai pas trop compris ce qu’il se passait ; seulement j’ai compris que le tout petit mal mis dans sa poussette avait besoin qu’on s’occupe de lui. Je ne me souviens plus très bien de la scène, peut-être aussi le soleil l’ennuyé. Bref, la done, blablatait avec son smartphone et les petiots n’avaient guère de contact avec elle. Et, je le ressens encore en y pensant, ce qui m’a fait mal, c’est qu’elle était plutôt sèche, voire, brusque et complètement désintéressée du tout petit qui avait besoin d’attention et de …

      C’est un discrédit sur les femmes africaines qui ne sont pas forcément comme cela mais que malheureusement étant données les circonstances, la haine qu’elles ont du blanc et la violence dont certaines sont capables, je pense que les familles devraient être extrêmement vigilantes au moment d’employer une personne d’aide à domicile ou comme nounou.

      1. AvatarMachinchose

        msdo
        tu m’ as fait sourire

        dans ma ville, il y a dejà une bonne quinzaine d’ années, et pourtant loin d’ etre unn perdreau de l’ année, je m’ étonnais de ces « nounous » , disons plutot baladeuses de petits blancs

        les mystères de la génétique me disais je alors …….

        en fait ces africaines gardaient des petits blancs dont les parents bossaient et le manque chronique de crèches expliquait ce recours

        recours imbécile, merci aux maires qui viendront serrer les paluches aux marchés

        Fatoumata qui a trois chiards, en garde deux ou trois autres blancs, avec les zallocs plus les 800 euros par petit blanc, elle empoche bien plus que la conne blanche qui ne verra pas grandir ses mômes et qui se casse le cul en travail de merde et transports, pour moins du tiers de ce que gagne Fatoumata, dont le mari chomeur garde leurs enfants a eux pendant que Fatoumata promène les chiots de la « blanche »

        qui gueulent parce qu ils baignent dans leurs cacas et pipi…..ça aussi c’est génétique, les petits blancs aiment bien etre propres

  7. AvatarBoronlub

    Les Japonais sont pas fous, ils mettent des robots dans les maisons de retraite, (mais pas que des robots, quand même) ça amuse les vieux, qui admirent la technologie de leurs jeunes, et ça les rassure sur l’avenir du pays. Moins de Japonais certes, davantage de robots, mais pas d’immigrés africains. Les robots en question parlent tous japonais, et sont très polis et prévenants. Et s’il y a un souci, dans une situation nouvelle, on améliore leur programme. Et la robotique, c’est des emplois pour les Japonais.

  8. AvatarJolly Rodger

    pareil dans d’autres corps de métiers comme la sécurité , il n’y a plus que des arabes ou des noirs . les blancs , nous avons étaient remplacer .
    depuis d’ailleurs ces métiers ceux son dégradés , les services ne sont plus rendus correctement (voir pas du tout d’ailleurs) vous avez des chameliers les pieds au mur , la barbes ,en train de passer leurs journées a regarder leurs portables . voila l’image des sociétés de sécurités dans la France du xxi siècle .

  9. AvatarDorylée

    Je ne peux pas m’empêcher de penser à la connasse blonde aux yeux bleus et à la cervelle de moule avec son grand panneau  » Welcome Refugees  » . Si ses  » refugees  » chéris lui laisse la vie jusque là, j’espère qu’elle aussi crèvera de faim dans son mouroir faute de parler swahili. Quand on atteint un certain degré dans la connerie, il faut quand même en profiter…

  10. AvatarAdalbert le Grand

    On comprend mieux pourquoi il faut apprendre l’arabe à l’école. Gouverner, c’est prévoir.

    Mais pour moi, quand je serai en EHPAD, que se passera-t-il puisque je ne parle pas arabe?

    On apprend aussi incidemment que l’invasion est due au covid. Moi qui croyait que c’était le coranovirus… vivement qu’on trouve un vaccin efficace! Et un médicament, ce serait encore mieux.

    Et bien entendu, les politiciens qui ont le culot de demander que les employés parlent la langue locale, celle des pensionnaires qui paient (au moins avec leurs impôts), sont immédiatement qualifiés de « populistes », autant dire d’extrême-droite, donc des nazis.

    Qui est au service de qui? Les employés au service des pensionnaires, ou l’inverse?

    De plus en plus révoltant et insupportable.

Comments are closed.