Jessica, jeune maman, tuée par des Black Lives Matter pour avoir dit « toutes les vies comptent“…


Jessica, jeune maman, tuée par des Black Lives Matter pour avoir dit « toutes les vies comptent“…

 

 

Jessica Doty Whitaker a été assassinée à Indianapolis le 5 juillet, à seulement 24 ans par des membres du mouvement raciste Black Lives Matter.

Elle laisse un fiancé et un fils de 3 ans.

Jessica et son jeune fils Greyson.

 

Jessica et son compagnon, José Ramirez, marchaient le long du Canal Court à trois heures de l’après-midi, après avoir célébré la fête nationale américaine, avec un ami et sa compagne, lorsqu’ils ont croisé un groupe de manifestants de Black Lives Matter. Le groupe était composé de quatre hommes et d’une femme.

Les partisans de BLM étaient passés devant elle et son compagnon et avaient scandé « Black Lives Matter », ce à quoi  Jessica a répondu que « toutes les vies comptent », comme l’explique le père de Jessica Robert Doty.

Un homme du groupe a alors exhibé une arme à feu, après quoi le fiancé José Ramirez a sorti son propre pistolet, ce qui a permis au  couple de quitter les lieux. Mais quelques instants plus tard, Jessica a été abattue.

 

Les  Black Lives Matter sont montés sur la colline et nous pensions qu’ils avaient quitté les lieux mais ils ont  tendu une embuscade un peu plus loin en attendant que nous entrions sous le pont. C’est là qu’elle a été abattue, raconte le survivant.

 

Je l’ai retenue quand c’est arrivé. Elle venait de tomber. Je me suis retourné et j’ai ouvert le feu également. Ce n’était qu’une réaction de défense. Je n’ai vu personne et j’espère n’avoir rencontré personne, dit José Ramirez.

 

La police est arrivée environ 40 minutes plus tard, alors que Jessica était encore en vie. Elle a été immédiatement transportée à l’hôpital mais y est décédée des suites de ses blessures. Elle a été touchée par trois balles, deux aux jambes et une à la tête. Il s’agit du troisième tir en une semaine le long du canal et le deuxième avec une issue fatale.

 

Les auteurs sont toujours en liberté et la police recherche des témoins. Des caméras de surveillance dans la région montrent que plusieurs personnes se déplaçaient dans le secteur au moment du meurtre.

Le compagnon dit que la chose la plus difficile est d’expliquer à l’enfant âgé de trois ans, que sa maman ne reviendra jamais.

Il est difficile de lui dire que sa mère est au paradis et que s’il veut lui parler, il doit lever les yeux pour dire: « Je t’aime maman », dit José Ramirez.

 

Silence des médias.

Le crime a été largement ignoré par les médias américains, en particulier ceux de portée nationale, ce qui a bouleversé beaucoup de gens. Sur Facebook, les médias sont critiqués pour ne pas avoir signalé le cas et on se demande si c’est parce que BLM était impliqué et que la victime est une femme blanche.

Collecte.

Une collecte de fonds a été lancée chez GoFundMe au profit de la famille de Jessica afin d’aider à payer les funérailles de jeune mère. La collecte a déjà rencontré un grand succès.

 

Son grand-père :

Sur Twitter, son grand-père témoigne et s’indigne du silence des médias.

 

Des photos de Jessica et de son fils  ont été partagées en sa mémoire par son grand-père sur Twitter.

 

https://www.the-sun.com/news/1125847/mom-jessica-doty-whitaker-shot-dead-black-lives-matter-argument/

https://samnytt.se/vit-smabarnsmor-avrattad-av-black-lives-matter-mobb/

https://www.ntd.com/indianapolis-woman-shot-and-killed-after-blm-argument_484098.html

https://www.theindychannel.com/news/local-news/crime/police-ask-for-help-in-solving-recent-downtown-murder

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jules Ferry

n’est pas prêt à renoncer à son mode de vie occidental. En un mot ou avec un dessin, Jules Ferry dit NON à ceux qui veulent reléguer les femmes au foyer, couvrir leur tête, rallonger leurs jupes, jeter les homosexuels du haut des tours, interdire l’alcool, limiter la liberté d’expression, bannir les caricatures religieuses, censurer les livres, codifier la tolérance…


7 thoughts on “Jessica, jeune maman, tuée par des Black Lives Matter pour avoir dit « toutes les vies comptent“…

  1. frejusienfrejusien

    Quelle saloperie ! une jeune vie fauchée pour rien !!

    ce mouvement de racisme noir rappelle le BLACK POWER,
    en fait, les noirs voudraient prendre le pouvoir comme en Afrique du Sud ou en Rhodésie,
    ça va chauffer aux states, les couillons de démocrates vont s’en mordre les doigts
    Foutre une merde pareille dans le monde occidental , juste pour essayer de virer TRUMP, voilà ce qui situe le niveau de ces sombres crétins,
    ils se fichent pas mal du bien du pays, ils sont prêts à faire couler le sang pour récupérer le pouvoir,
    c’est la grosse différence avec les patriotes qui eux, ne veulent que la paix et le bien-être de leurs concitoyens, qu’ils soient blancs ou noirs

  2. AvatarBayard

    Une triste preuve de plus du racisme extrême anti-blanc dans ce pays. Crime inqualifiable qui démontre toutes les tares poussées à leur paroxysme de certains citoyens qui prétendent donner des leçons aux autres: bêtise , méchanceté, lâcheté, …. J’espère que la peine de mort existe encore dans cet état.
    Honte aux médias qui ont occulté l’information !

    1. frejusienfrejusien

      Cher Bayard,
      les media ne sont plus là pour donner de l’information,
      ils sont les vecteurs de la pensée unique et lisse, que chaque citoyen doit ingurgiter chaque jour, et gare à celui qui dévie !
      le parquet et les assos veillent au grain

  3. AvatarDorylée

    Il se passe aux USA, la même chose qu’en FRANCE ou en Afrique du SUD ; à des degrés divers mais c’est le même mal : les puces veulent prendre la place du chien et pour l’instant, le chien ne se gratte même pas…

Comments are closed.