La CEDH condamne la France qui ne met pas assez les petits plats dans les grands pour les clandestins


La CEDH condamne la France qui ne met pas assez les petits plats dans les grands pour les clandestins

.

C’est extravagant… et inacceptable.

Qu’est-ce que c’est que tous ces organismes internationaux qui se mêlent de nos lois, de notre justice ? 

Après l’UE qui a taclé la Grèce qui avait le front de fermer ses frontières aux clandestins, après l’ONU qui dénoncé la Hongrie qui ose imposer la demande de visa AVANT l’entrée en Hongrie et donc en parole, voici que la CEDH, celle qui a condamné Elisabeth Sabaditsch-Wolff  pour avoir dit que déflorer Aïcha âgée de 9 ans c’était de la pédophilie… qui considère que laisser des migrants dans la rue sans s’en occuper c’est une faute qui mérite réparation.

L’histoire ne dit pas pourquoi les SDF français d’origine ne font pas appel à la CEDH. Pas les moyens ? Pas d’association pour monter les dossiers ? Pas d’avocat pour gérer tout cela, avec l’aide juridictionnelle ? Ce qui prouve que les migrants plaignants n’étaient pas si seuls ni si abandonnés que ça…

Personne pour rappeler que ces étrangers n’avaient pas à venir chez nous et que l’Etat ne doit aide et assistance qu’aux citoyens français, selon la Déclaration des Droits de l’Homme. Le reste, les textes internationaux sont juste bons à se torcher le derrière. Il faut le répéter sans cesse et les dénoncer.

En attendant, le con-tribuable va avoir l’immense joie de payer 32 000 euros à des individus adultes, sachant ce qu’ils font, qui ont eu le culot de venir chez nous sans y être invités

.

La France condamnée pour manque d’assistance à des demandeurs d’asile.

La Cour européenne des droits de l’homme dénonce les « conditions d’existence inhumaines et dégradantes » des demandeurs d’asile, contraints de vivre « dans la rue ».

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné jeudi la France pour les « conditions d’existence inhumaines et dégradantes » de demandeurs d’asile contraints de vivre « dans la rue » et « privés de moyens de subsistance ».
« Les autorités françaises ont manqué […] à leurs obligations » à l’encontre des requérants, trois majeurs isolés, afghan, russe et iranien, âgés de 27, 33 et 46 ans et qui avaient déposé leurs demandes d’asile en 2013 et 2014, a pointé dans un communiqué la juridiction basée à Strasbourg. Ils ont été « victimes d’un traitement dégradant témoignant d’un manque de respect pour leur dignité ».
Ces autorités « doivent être tenues pour responsables des conditions dans lesquelles les requérants se sont trouvés pendant des mois, vivant dans la rue, sans ressources, sans accès à des sanitaires, ne disposant d’aucun moyen de subvenir à leurs besoins essentiels et dans l’angoisse permanente d’être attaqués et volés », conclut la Cour.
.
Cette décision a été accueillie avec satisfaction par les associations de défense des migrants, qui dénoncent depuis des années l’extrême précarité dans laquelle vivent de nombreux demandeurs d’asile. « C’est cette réalité que l’on dénonce depuis des années à Calais, à Paris ou en Ile-de-France. Cette population n’a accès à rien du tout », a déclaré Yann Manzi, président d’Utopia56.
« C’est une situation bien connue sur des cas qui se sont déroulés entre 2012 et 2015, mais cette situation n’a cessé de perdurer depuis », a estimé de son côté Pierre Henry, président de France Terre d’Asile. C’est « la conséquence d’une politique publique de premier accueil où l’hébergement devrait être obligatoire mais dans les faits ne l’est pas pour autant », a-t-il ajouté, appelant à « repenser le dispositif national d’accueil » (DNA) de la France, pays qui a enregistré en 2019 138.420 premières demandes d’asile, selon le ministère de l’Intérieur.

La CEDH reconnaît «les efforts consentis » par les autorités

La CEDH, chargée de veiller au respect des droits de l’Homme au sein des 47 pays du Conseil de l’Europe, observe encore que les trois hommes ont « vécu dans la rue sans ressources financières », ne percevant l’Allocation temporaire d’attente (ATA) qu’après des délais très longs. Pour les juges strasbourgeois, « cette situation a suscité chez eux des sentiments de peur, d’angoisse ou d’infériorité, propres à conduire au désespoir ».
La Cour prend toutefois bien soin de « souligner qu’elle est consciente de l’augmentation continue du nombre de demandeurs d’asile depuis 2007 et de la saturation » des structures d’accueil. Elle reconnaît également « les efforts consentis par les autorités françaises pour créer des places d’hébergement supplémentaires et pour raccourcir les délais d’examen des demandes d’asile ».
Néanmoins, elle estime que « ces circonstances n’excluent pas que la situation des demandeurs d’asile ait pu être telle qu’elle est susceptible de poser un problème » quant au respect par la France de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme (interdiction des traitements inhumains et dégradants).

4e condamnation en un mois

La CEDH a donc conclu « à l’unanimité » à la violation de cet article et a notamment alloué 10.000 euros à deux des requérants et 12.000 euros au troisième au titre du dommage moral.
C’est la quatrième fois que la France est condamnée par la CEDH en moins d’un mois. Début juin, elle avait été condamnée pour ne pas avoir pris de mesures suffisantes pour protéger la petite Marina, morte en 2009 sous les coups de ses parents. Mi-juin, la Cour avait estimé que la France avait violé la liberté d’expression de militants pro-Palestine, condamnés pour avoir appelé au boycott de produits israéliens. Et fin juin, elle avait été condamnée pour le renvoi « expéditif » vers les Comores de deux enfants entrés illégalement à Mayotte
Ces rappels à l’ordre sont fréquents. En février 2019, la CEDH a également condamné la France à 15 000 euros pour dommage moral pour le « traitement dégradant » d’un mineur afghan. Elle avait souligné que l’enfant de 12 ans avait vécu plusieurs mois « dans un environnement totalement inadapté à sa condition d’enfant ».

https://www.leparisien.fr/societe/demandeurs-d-asile-la-france-condamnee-par-la-cedh-pour-manque-d-assistance-02-07-2020-8345979.php

.

On me dira que je fais moi aussi appel à la CEDH quand la cassation ne m’est pas favorable, c’est vrai. Vigoureusement anti-UE, je ne reconnais pas de justice qui ne soit pas nationale, mais je ne suis pas suffisamment maso pour accepter des décisions iniques et liberticides de la justice française sans utiliser les recours possibles, quels qu’ils soient. Si nous étions dans un pays de libertés, les islamophobes ne seraient pas condamnés…

.

Bande de dégénérés d’abstentionnistes, vous allez continuer combien de temps à voter pour des « progressistes », européistes qui ne jurent que par l’UE, l’islam et les droits du migrant ? 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


12 thoughts on “La CEDH condamne la France qui ne met pas assez les petits plats dans les grands pour les clandestins

  1. AvatarChristian Jour

    La CEDH est comme la milice de pétain ce ne sont que des collabos vendu à l’ennemie pour détruire notre pays. Pour s’en sortir il faut un putsch militaire pour virer le vendu micron et son gouvernement de salopards. Sinon notre pays sera offert aux parasites qui nous envahissent et la France sera un pays du moyen-orient gouverné par la charia.

  2. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Une seule et unique sokution : fermer définitivement les frontières aux clandestins de bonne foi ou pas, ce sera dommageable pour ceux qui sont persécutés mais comment savoir à l’avance leur sincérité ?
    Mais macron n’aura jamais les c….

  3. AvatarMalou30

    Moi je conseille à la CEDH d’aller voir comment vivent ´´ ces adolescents ´´ dans leurs pays respectifs .
    Encore un machin à dissoudre !

  4. MaximeMaxime

    C’est encore une déviance de la jurisprudence sur l’article 3.
    C’est dommage car la CEDH a quelques bons aspects pour les Nationaux des Etats membres, par exemple le droit au respect de la vie privée et familiale qui n’existait pas sous la Déclaration de 1789.
    C’est un puissant outil de résistance pour conforter les droits sociaux à l’heure du numérique, il peut permettre par exemple de s’opposer à des mutations intempestives tant dans le secteur privé que dans le secteur public.
    C’est un droit qui a une légitimité réelle à une époque où la vie privée et familiale reste un refuge quand la Cité n’offre plus de repère à l’individu.
    C’est aussi à cause de la mobilité professionnelle que des couples éclatent (les divorces sont si nombreux) et que la natalité de la population de souche est faible, puisque parfois la vie de famille est sacrifiée à cause de la carrière et de ses aléas.
    Une CEDH rendue aux Nationaux pourrait être un bienfait pour les peuples européens !

  5. AvatarHagdik

    En février, Valeurs Actuelles avait publié un article expliquant la gangrène de la CEDH par les juges de Soros.
    Il ne faut pas chercher ailleurs, tout ce qui est fait est organisé pour détruire notre civilisation.
    On ne règlera pas le problème par des moyens habituels …

    1. ConanConan

      Bonjour Hagdik
      Gangrène est un euphémisme…l’article en question de V.A. évoquait ouvertement la corruption pratiquée par l’open society auprès de certains juges de la CEDH !!!…
      Mais nos politicards n’osent pas s’attaquer à ce « machin » et acceptent de subir des décisions iniques …
      Nous aurions donc vocation à recevoir les dizaines de millions de prétendants au droit d’asile qui -on les comprend- ont une préférence pour le plus beau pays du monde, où la population indigène pratique l’ethno-masochisme et où les pseudo gouvernants les encouragent à venir s’installer à coups d’allocations qui nous ruinent !!…
      Il n’a pas échappé à la Hongrie de Mr Orban que le récent jugement de la cour constitutionnelle allemande, sur le rachat d’obligations souveraines par la BCE, a permis de rappeler qu’il appartenait aux états signataires des traités européens de déterminer eux-mêmes les limites des compétences des institutions européennes.
      C’est ainsi que la Hongrie a décidé de fermer ses centres de transit à la frontière et qu’il n’est désormais possible de demander l’asile qu’en s’adressant aux ambassades et consulat de Hongrie en territoire étranger. Ce qui met fin à la possibilité de demander l’asile à la frontière ou après avoir franchi illégalement cette frontière.
      On se demande bien pourquoi nous n’en ferions pas autant ?
      Voilà un sujet de RIC qui me conviendrait bien !!!….
      Je lance ici un appel à tous nos démocrates et progressistes qui nous bassinent à longueur de journée avec leurs valeurs républicaines et le cordon sanitaire électoral autour du RN …..

  6. AvatarJoël

    C’est d’ailleurs grâce à son emplacement géographique que chaque mois, depuis des dizaines d’années, un convoi de 30 semi-remorques et des dizaines de voitures font la navette entre Bruxelles et Strasbourg.
    On y a placé la CEDH pour justifier le maintien de cette aberration.

    Et bien évidemment, ça pollue beaucoup moins que la centrale de Fessenheim.

  7. Avatarbm77

    En réponse à Maxime, on a bien compris que la France conduit par des mondialistes utilise la CEDH comme bon lui semble pour conforter sa politique migratoire. Elle a raison la CEDH à quoi cela peut il servir de recevoir des gens que l’on ne peut accueillir dans des conditions décentes. On devrait les renvoyer illico. Surtout ,que, comme vous le soulignez, les Français par l’hyper mobilité et la disponibilité qu’on leur demande au travail ne peuvent vraiment pas se pencher sur le problème. Ils n’ont même pas le temps de faire des enfants, eux. Alors s’occuper de politique! De plus on leur a mis dans les mains des jeux extrêmement chronophages pour les empêcher de réfléchir .Dans beaucoup d’entreprises on leur donne des responsabilités pour leur interdire implicitement de faire des enfants par l’extrême investissement que l’on exige d’eux!
    C’est incroyable, par contre, le nombre de gens qui ,par la disponibilité que leur confère leur mission font la vie des gens pendant que ceux ci sont au boulot et le soir doivent consacrer le temps restant à leurs enfants . Pendant ce temps les adama traoré ont le temps de faire la révolution tout en touchant les subsides de la société fournis par les travailleurs, d’autres c’est de la politique d’autre s’occupent à faire rentrer des parasites qui vont vivre au crochet de touts ces esclaves des temps modernes qui ne le savent pas eux mêmes . Puisque la TV leur fait croire qu’ils vivent une vie normale .

  8. AvatarPaul ter Gheist

    Moi, je ne me torche pas le derrière avec la Déclaration de l’ONU sur les peuples autochtones car nous sommes concernés au premier plan et cette Déclaration devrait être opposée à des gens comme Taubira ou Von der Leyen.

  9. AvatarDorylée

    La CEDH, instance hyper gauchiste s’il en est, a oublié un des principaux droit, citer par Mittoche quand ça arrangeait  » les autres  » : LE DROIT DES PEUPLES À DISPOSER D’EUX MÊMES. Donc aussi le droit du Peuple Français à disposer de lui même et de faire chez lui ce que bon lui semble et d’y accueillir qui il veut et refuser qui il ne veut pas. Les agités du bocal de la CEDH peuvent toujours faire des observations à Kim Jong Un, à Xi Jinping , à Maduro ou n’importe quel autre dictateur fou MAIS QU’ILS NOUS FOUTENT LA PAIX !

  10. frejusienfrejusien

    Après les mineurs isolés, voilà les majeurs isolés,
    qu’est-ce que ça signifie un majeur isolé ??? ils se foutent vraiment de notre gueule ,

    alors, on doit les nourrir et les loger en attendant qu’ils ne soient plus isolés, càd quand le regroupement familial permettra qu’ils se retrouvent à dix ou quinze ???

Comments are closed.