Ils étaient en vacances, les décodeurs du Monde et de Libé qui n’ont pas vérifié les données du Lancet ?

Publié le 4 juin 2020 - par - 4 commentaires
.

Vous vous souvenez que la première brèche dans l’affaire du LancetGate avait été ouverte par le journal The Guardian, qui faisait remarquer que pour le continent Australien, le nombre de morts recensé était incohérent ? Et d’autant plus incohérent que des scientifiques  ayant mené l’enquête avaient démontré que rien ne coïncidait entre la réalité et les données de la revue.

https://resistancerepublicaine.com/2020/05/29/enorme-daube-du-lancet-demasquee-decret-sur-lhydroxychloroquine-revoque-claque-mortelle-pour-veran/

.

The Guardian vient de publier un second papier sur le Lancetgate.

Et on y apprend à notre grande honte, à nous Français, que des journalistes ont contacté les hôpitaux australiens (forcément ceux qui ont eu des patients décédés du Covid), pour leur demander s’ils avaient travaillé en collaboration avec Surgisphere. La réponse est non. Inconnu au bataillon.

.

Pourquoi dis-je « à notre grande honte à nous Français ? »

.

Parce que nos brillants fact-checkers, nos medias mainstream, bien évidemment se sont révélés incapables de lever leur combiné téléphonique pour en faire de même. Eux, ces chevaliers blancs, si prompts à démarrer au quart de tour, pour assommer la bête complotiste, pour porter le coup de grâce à la fake news. Eux ces « indignés », ces engagés pour la cause de la vérité, sont en vacances, ou indisposés par une indigestion, à moins qu’ils ne se soient perdus lors d’une exploration sauvage dans les catacombes de Denfert Rochereau.

.

Bref, où en est-on en France ? Qui a appelé les hôpitaux pour savoir s’ils collaboraient avec Surgisphere ? Les décodeurs du Monde ?

Où sont ils, tous ces chevaliers d’opérette ?

L’enquête du Guardian a révélé, entre autres :

[…]

  • Une recherche de documents accessibles au public suggère que plusieurs des employés de Surgisphere ont peu ou pas de données ou de connaissances scientifiques. Un employé répertorié comme rédacteur scientifique semble être un auteur de science-fiction et un artiste fantastique. Un autre employé répertorié comme directeur du marketing est un modèle adulte et une hôtesse d’événements.
  • La page LinkedIn de l’entreprise compte moins de 100 abonnés et n’a répertorié la semaine dernière que six employés. Cela a été changé à trois employés mercredi.
  • Alors que Surgisphere prétend exécuter l’une des bases de données hospitalières les plus importantes et les plus rapides au monde, elle n’a pratiquement aucune présence en ligne. Sa poignée Twitter compte moins de 170 abonnés, sans publication entre octobre 2017 et mars 2020.
  • Jusqu’à lundi, le lien « entrer en contact» sur la page d’accueil de Surgisphere est redirigé vers un modèle WordPress pour un site Web de crypto-monnaie, ce qui soulève des questions sur la façon dont les hôpitaux pourraient facilement contacter l’entreprise pour rejoindre sa base de données.
  • Desai a été nommé dans trois poursuites pour faute professionnelle médicale, sans rapport avec la base de données Surgisphere. Dans une interview avec le scientifique, Desai a précédemment décrit les allégations comme «non fondées ».
  • En 2008, Desai a lancé une campagne de financement participatif sur le site Web Indiegogo pour promouvoir un «appareil d’augmentation humaine portable de nouvelle génération qui peut vous aider à réaliser ce que vous n’auriez jamais cru possible». L’appareil n’a jamais porté ses fruits.
  • La page Wikipédia de Desai a été supprimée à la suite de questions sur Surgisphere et son histoire, soulevées pour la première fois en 2010.
  • Le Guardian a depuis contacté cinq hôpitaux à Melbourne et deux à Sydney, dont la coopération aurait été essentielle pour que le nombre de patients australiens dans la base de données soit atteint. Tous ont nié tout rôle dans une telle base de données et ont déclaré qu’ils n’avaient jamais entendu parler de Surgisphere. Desai n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur leurs déclarations.

[…]

 

https://www.theguardian.com/world/2020/jun/03/covid-19-surgisphere-who-world-health-organization-hydroxychloroquine

.

Pendant ce temps, Le Monde, Libé et toute la presse subventionnée -sauf France Soir- s’acharnait sur Raoult et l’hydroxychloroquine, aboyant avec le loup Macron… Pas un journaliste n’a décroché son téléphone pour vérifier les données du Lancet ! Pas un ne s’est dérangé pour interviewer Raoult… Par contre, pour lui taper dessus et taper sur ceux qui le défendent, comme Douste-Blazy, ils étaient au rendez-vous.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

4 réponses à “Ils étaient en vacances, les décodeurs du Monde et de Libé qui n’ont pas vérifié les données du Lancet ?”

  1. Avatar Machinchose dit :

    je lis ça sur J.Forum

    «  »Au moment où s’annonce une crise économique aiguë à la suite d’une épouvantable crise sanitaire, de nombreuses questions se posent sur la capacité de l’État à y faire face. Vite, un comité Théodule !

    La maladie française des comités Théodule et des commissions machin chose continue de faire des ravages.

    xxxxxxx

    je veux faire une mise au point, je n’ y suis absolument pour rien
    des malintentionnés essaient de me faire passer pour le Georges Soros de RR

    si j’ en ai la fortune je ne partage nullement ses idées

  2. François des Groux François des Groux dit :

    Article jouissif, merci Pikachu !

    Ces « décodeurs », ces « débunkeurs », ce « fact checking », cette « vérification de l’information » de la presse de gauche subventionnée, c’est peut-être la plus grosse entreprise de fumisterie depuis 10ans…

    D’ailleurs, le Monde et ses « journalistes » du Décodex ont déjà été condamnés pour… avoir diffusé des fake news !

    https://www.valeursactuelles.com/societe/le-monde-et-son-journaliste-samuel-laurent-condamnes-pour-diffamation-114077

  3. Avatar Fomalo dit :

    N’oubliez pas que la sibête perçoit » en amont » la tête, y -compris donc les subalternes « déco..eurs ». Alors pas d’infox, allons!.. mais une intuition sui generis bien trop souvent sollicitée et fatiguée, à force. « Nul n’est parfait » n’est-il pas? Qui jettera la première pierre? etc….

  4. Charles Martel 02 Charles Martel 02 dit :

    oui, ils devaient être en vacances dans un lieu de rêve et un hôtel de luxe aux frais de Big Pharma afin de les remercier d’avoir « oublié » de fouiller un peu trop sérieusement cette publication bidon….. Ainsi va la science maintenant, toute aussi pourrie et corrompue que nos grands sachants et donneurs de leçons responsables de morts qui auraient pu être évitées, mais ça, ils n’en ont rien à foutre…

Lire Aussi