France vs Russie : pas de pitié pour les moutons

Publié le 25 mai 2020 - par - 2 commentaires

Russie • Préparation de la Fête du Sacrifice

 

Les montres russes sont les meilleures puisque les plus rapides au monde. Remonté comme une pendule russe, le contributeur RL & RR Boris Karpov souligne la paix sociale presque idyllique régnant en sa métropole : « Trois millions de musulmans à Moscou, pas d’attaque au couteau… », 20 avril 2020. Sauf sur les moutons.

 

La vie est un long fleuve tranquille : sur la Seine, 7% de la population croit en Allah, sur la Volga près de 15% se prétendent mahométans. La Spree ferait presque office de rivière d’or avec ses 4% d’aficionados.

 

Kurban-bajram, ma quèsaco ?

 

C’est la Fête du Sacrifice en version russe, Aïd al-Adha pour les pourristes (antonyme de puriste), cuvée 2020 du 30 juillet au 3 août. Et comme à Moscou cette communauté – apprivoisée par un régime juridico-policier hérité de l’URSS – dispose tout au plus de six mosquées pour se rassembler, celles-ci sont improvisées dans les garages, les rues sont inondées et les cours intérieures inondées de sang moutonnier.

 Moscou, juin 2019 • Aïd el-Fitr ou fin du ramadan

 

France n’est point Russie

 

Avec un islam implanté depuis plus de mille ans dans certaines régions comme le Caucase du Nord, l’Oural et le Bassin de la Volga, les Russes disposent de longue date d’une excellente connaissance empirique du monde arabo-musulman. La contagion de la version politique de l’islam est et restera une préoccupation constante du Kremlin.

 

En France, l’islam est une réalité contemporaine. Le taux de propagation de la douloureuse pandémie Islam-19 s’est vu grandement facilité par une bienveillance des pouvoirs publics héritée des valeurs humanistes républicaines plus élastiques que celles proposées par la Soviétie, par l’appétit d’industriels français avides de main-d’œuvre profitable et par une société civile assez complaisante, au regard porté plutôt vers le consumérisme que le consunnitisme.

 

Académie militaire des forces armées de la Fédération de Russie

 

Elle forme la technocratie militaire (synonyme : politique) de demain. Sa force ? Elle enseigne le monde tel qu’il est, sans idéologie ou dogme, plutôt par le prisme de rapports de forces quantifiées. Son rayon d’action comprend l’Orient descendant de Byzance et de l’Empire romain d’Orient. Agents et espions russes sillonnent les territoires du Levant depuis des lustres ! Ligne directrice de l’Académie ? L’histoire et la géographie sont mères de toutes les matières. Du full pragmatique engendrant parfois de fins stratèges, cf. dossier Syrie.

 

Ministère de la Défense de la Fédération de Russie : http://fr.mil.ru/fr/index.htm

 

 

La force du Kremlin ? Un regard constamment plongé sur le planisphère

La force de l’UE ? Un regard constamment plongé sur la biosphère

 

Flux musulman

 

Les nouveaux arrivants du Caucase russe et des pays pauvres d’Asie centrale – Kirghizistan, Tadjikistan et Ouzbékistan – occupent des emplois dédaignés par les Russes de souche : entretien de la voirie et du métro, jobs dans l’horeca et sur chantiers, aides à domicile. Un grand classique ne se distinguant en rien de ce qui se voit à Bruxelles.

 

En bilan consolidé, ces gastarbeiters génèrent tout de même plusieurs pourcent du PIB russe et l’argent renvoyé à la patrie à titre de soutien familial atteint des montants colossaux. Durant l’âge d’or poutinien, les fonds envoyés par les émigrants tadjiks bossant en Russie ont représenté la moitié du PIB du Tadjikistan, un record mondial !

 

Pays aux cent ethnies aussi difficile à gouverner qu’un conglomérat bruxello-strasbourgeois à 27 ethnies, la Russie reconnaît l’islam comme l’une des quatre religions à côté de l’orthodoxie, du bouddhisme et du judaïsme. La moitié des musulmans russes se déclarent pratiquants. Leur nombre augmente régulièrement en raison d’un taux de natalité nettement supérieur à celui des RdS ou Russes de Souche.

 

Tchéquie vs Tchétchénie : du paradis sun en enfer sunnite

 

Plusieurs facteurs ont conduit à la lente réislamisation de la Tchétchénie, république constitutive de la Fédération de Russie : le retour au monothéisme après des années d’endoctrinement athée de type stalinien, la guerre et la terreur reboostant le soutien par la foi, la politique du sunnite Ramzan Kadyrov (sunnite, père de 12 enfants) par le biais de laquelle l’islam est devenu l’un des piliers du pouvoir et la radicalisation progressive de la clandestinité armée.

 

Ce « réveil religieux » signifie la mise à l’écart du soufisme traditionnel tchétchène au profit du salafisme et on a vu la branche tchétchène combattre aux côtés de l’État islamique autoproclamé. Ici, l’État russe joue le tamis en filtrant ultras et modérés. La « tendance modérée » perçoit d’ailleurs des subventions du Fonds d’appui à la culture, la science et l’éducation islamiques, merci Moscou.

 

Sous le règne de Kadyrov, l’alcool a pratiquement disparu des Caddies et les femmes se sont fou-lardées. Kadyrov a lui-même déclaré que les règles de la charia prédominent la Constitution russe et que c’est précisément la loi islamique qui lui ordonne de se conformer à la loi fondamentale russe, quelle grandeur d’âme ! Si ce n’est de l’opportunisme, dites-moi ce que c’est…

 

Poutine avait déclaré en son temps vouloir inonder la Tchétchénie non pas de sang mais d’argent. La République tchétchène reconnaît son appartenance à la Fédération de Russie et en échange Moscou ferme les yeux sur son indépendance effective. Le deal semble fonctionner.

Grozny, mini-Dubaï ?

 

Historiquement, nous pouvons tout autant parler de Sainte France que de Sainte Russie. L’image de cette dernière, remodelée par le Kremlin, relève plutôt d’un subtil marketing à l’international. Entre ces deux Saintes, un Groupe de Višegrad faisant figure de modèle Sainte Vierge (de tout islam)

 

Poutine rêve de Sainte Triangulation Saint-Pétersbourg-Moscou-Kiev. On lui soumettra avec succès un problème sous forme de quadrature du cercle : la Sainte Quadrature Varsovie-Prague-Bratislava-Budapest.

 

Richard Mil+a

 

Les Polonais ont la solution préventive…

 

Manif STOP ISLAM à Lebork, ouest de Gdansk, 2015

YouTube a censuré quelques vulgarités audio…

Print Friendly, PDF & Email

2 réponses à “France vs Russie : pas de pitié pour les moutons”

  1. Avatar Hollender dit :

    Merci Richard,
    À mon avis, c’est peine perdue, regardez les fiers  » britaniques » toujours heureux de montrer aux continentaux que nous sommes combien ils ont été courageux lors des deux guerres mondiales être grâce à eux, nous sommes libres aujourd’hui…..
    Leurs descendants en 2020 se laissent CHIER sur la tête et laissent violer leurs enfants car comme nos branquignoles de l’Elysee ils pensent acheter la paix sociale par leur silence complice.le chaos n’en sera que plus dur au réveil.

    • Richard Richard dit :

      Exact. Et le gouvernement de Boris Johnson, pourtant présenté comme la Wunderwaffe identitaire, a annoncé en début d’année qu’il ne s’opposerait pas à l’arrivée de migrants « s’ils disposent des qualifications nécessaires à l’économie anglaise ». Et comme le bloc arabo-musulman ne manque pas de main-d’œuvre… Wait and see. SVP réfléchissez bien avant de vous lancer dans le Frexit…

Lire Aussi