2 fois plus d’éoliennes chez nous ! Ils l’ont décidé en douce… merci Macron !

Publié le 8 mai 2020 - par - 20 commentaires

.

Dans les années 90, les écolos se battaient contre un projet de ligne à haute tension traversant le parc naturel régional du Verdon. Longue de 110 km, cette ligne supportée par des pylônes de 70 mètres de haut aurait défiguré la région.

En 2020, les mêmes encouragent l’installation de milliers d’éoliennes gigantesques dont certaines mesureront près de 240 mètres de hauteur. 

Le gouvernement, en pleine crise sanitaire du COVID-19, vient d’adopter en catimini le doublement de la puissance installée de l’éolien terrestre d’ici 2028.

Des millions de tonnes de sable, d’eau, de ferraille, de plastique et de produits polluants utilisés pour produire l’électricité (subventionnée) la plus chère du monde. 

Par des engins dont les composants ne seront sans doute pas fabriqués par des ouvriers français mais par des esclaves chinois, à des milliers de kilomètres d’ici.

Cherchez l’erreur…

Détruisant les paysages, gaspillant l’argent public pour des gains et des résultats douteux dans la lutte contre le réchauffement climatique, l’énergie éolienne serait-elle l’arnaque du siècle ?

 

« La folie des éoliennes s’accélère encore : la situation de la France exige de l’arrêter ! »

Le gouvernement vient de décider de doubler la puissance installée de l’éolien terrestre dans les huit ans qui viennent, s’alarment Stéphane Bern, Jean-Claude Casanova et Michel Pébereau, Françoise Chandernagor, Patrice Cahart ainsi que les dix-sept autres signataires dans une tribune collective au Figaro.

La programmation pluriannuelle de l’énergie vient d’être adoptée à la sauvette par un décret du gouvernement le 21 avril. Elle prévoit une multiplication par 2,25 de la puissance installée de l’éolien terrestre d’ici 2028. La prolifération des éoliennes est ainsi inscrite au rang des priorités de notre pays.

N’y avait-il pas de décisions plus urgentes, en ce temps de pandémie?

[…]

Les éoliennes, installées dans des zones de pêche riches en ressources, détruisent les fonds marins

On voit déjà, dans nos campagnes, beaucoup d’éoliennes. On en verrait presque partout si le programme adopté le 21 avril dernier était appliqué. Et elles nous domineraient encore plus.

Les engins qu’on implante aujourd’hui mesurent couramment 185 mètres de haut. Le préfet des Ardennes a autorisé 65 engins de 200 mètres.

Le projet du Haut-Armançon, dans l’Yonne, atteint 240 mètres.

On se rapproche à toute allure de la tour Eiffel, d’une hauteur de trois cents mètres. Sauf que celle-ci est unique, alors que la vision d’une pléiade de tours Eiffel serait oppressante.

Quant aux éoliennes installées dans des zones de pêche riches en ressources, elles détruisent les fonds marins et chassent les artisans pêcheurs.

Nos paysages terrestres ou maritimes, avec les monuments qu’ils incluent, forment le cadre de vie des Français, et la base de notre tourisme. Un des rares atouts qui nous restent. Préservons-le.

Peut-être certains s’imaginent-ils que le sacrifice de ces paysages aux éoliennes est nécessaire pour lutter contre le réchauffement. Au contraire, grâce à l’électricité d’origine nucléaire et hydraulique, la production française d’électricité ne dégage presque plus de carbone…

Dès lors, une nouvelle implantation massive d’éoliennes ne serait d’aucune aide dans la lutte contre le réchauffement.

Excédentaire en électricité, la France n’a pas besoin de sources nouvelles d’énergie. Elle dispose de centrales nucléaires anciennes qui pourraient être prolongées

Et même, elle lui nuirait. Dans notre pays, une éolienne ne fonctionne en moyenne qu’à 24 % de sa puissance: quand le vent est faible, elle reste immobile, et quand il est trop fort, on doit l’arrêter.

Or les consommateurs ont besoin d’une alimentation en énergie régulière…

Excédentaire en électricité, la France n’a pas besoin de sources nouvelles d’énergie. Elle dispose de centrales nucléaires anciennes qui pourraient être prolongées, comme le montre l’exemple américain, de vingt ans voire de quarante. Les installations étant à peu près amorties, le courant produit est bon marché. Provenant au contraire d’installations à construire, le courant éolien terrestre sera, dans les meilleurs cas, deux fois plus cher. Et on veut substituer ce second courant au premier! Les conséquences ne se font pas attendre.

Déjà, au cours des douze derniers mois, le prix du courant facturé aux particuliers a été relevé de 10 %. L’application de la programmation pluriannuelle de l’énergie qu’on vient de promulguer ne pourrait qu’aggraver cette tendance, et donc ponctionner le pouvoir d’achat des ménages, alors qu’à l’issue de l’épidémie, il faudra à l’inverse relancer la consommation.

Passons à la caisse. La programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit pour la décennie 2018-2028, après suppression d’une série de réacteurs encore utiles, la mise en place d’une puissance de 57 gigawatts, éolienne et photovoltaïque pour l’essentiel ; d’où un coût de l’ordre de 81 milliards d’euros, correspondant surtout à des achats de matériel à l’étranger, notamment… en Chine. Un comble!

Le total avoisinerait 120 milliards d’euros, à prélever sur l’épargne française publique ou privée

Ce programme implique aussi un renforcement du réseau, d’un coût de l’ordre de 20 milliards d’euros (plus le coût psychologique des lignes à haute tension), et, compte tenu de l’intermittence de l’éolien comme du photovoltaïque, la création d’une force de secours d’un coût de l’ordre de 19 milliards d’euros.

Le total avoisinerait 120 milliards d’euros, à prélever sur l’épargne française publique ou privée, et qui manqueraient cruellement pour financer notre redémarrage.

N’est-il pas temps de revenir à de plus justes priorités? Cessons d’aider de nouvelles éoliennes en France, et consacrons ce qui nous reste de ressources au sauvetage de notre pays.


* La tribune est signée par Stéphane Bern; Jean-Claude Casanova de l’Institut ; Michel Pébereau ; Françoise Chandernagor de l’Académie Goncourt ; Patrice Cahart, Inspecteur général des finances honoraire et ancien directeur de la législation fiscale au ministère des Finances ; Pierre Audigier, ingénieur général des Mines honoraire ; Jean-Louis Butré, président de la Fédération de l’Environnement Durable ; Jacqueline Dauxois, écrivain, spécialiste de bioéthique ; Anny Duperey, actrice et romancière…

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/la-folie-des-eoliennes-s-accelere-encore-la-situation-de-la-france-exige-de-l-arreter-20200506

Éoliennes au Mexique

Éoliennes au large de la côte belge (Eric Feferberg / AFP)

Print Friendly, PDF & Email

20 réponses à “2 fois plus d’éoliennes chez nous ! Ils l’ont décidé en douce… merci Macron !”

  1. Avatar JJB dit :

    … par décret du gouvernement ….
    donc nos »représentants » non pas leur mot à dire …`
    parfait court-circuit de la démocratie…
    pour le peuple, par le peuple, tu parles !

  2. Avatar Christian Jour dit :

    mohamed macron se fout de l’avis des Français comme de sa première sucette.
    La gauche à voulu un psychopathe, un salopard qui haït son peuple. Merci les cons.

  3. Avatar Joseph dit :

    C’est sûr, nous marchons sur la tête dans ce pays, après l’apprentissage de la langue arabe à l’école, voici finir les nouvelles éoliennes !
    Quel gâchis…
    Tous les spécialistes, les vraies, en énergie savent que les éoliennes ne sont pas une solution sérieuse.
    Si on calcule l’énergie globale dépensée pour l’installation et la maintenance en fonction de la durée de vie, ce n’est simplement pas rentable sans compter les tonnes de matière gaspillée…
    Il ne faut oublier que se sont souvent des génératrices asynchrones qui sont utilisées et si le parc éolien devient prépondérant, la fréquence du courant risque d’être instable…
    Qui prend de telles décisions ?

  4. Avatar Fomalo dit :

    Tout le monde sait que les éoliennes ne fournissent pas suffisamment d’énergie dite « alternative ». Le dernier documentaire de Michael Moore (planète des humains?? cf.youtube), infirme la thèse écologiste et nous suggère que seules l’énergie atomique et hydroélectrique nous rendront libre et non polluants.Oui, mais pour ça il faut des ingénieurs de valeur, une veille sérieuse, pas aux mains des prébendés des petro-dollars, ni de l’arabie, ni des verts…
    Tous ces textes de lois parus en loucedé nous font craindre le pire, comme chaque année avant l’été ou Noël.
    Attention au fait que démanteler signifie: » détruire ce qui est organisé, ce qui forme un ensemble structuré » (Larousse). Cela peut s’appliquer actuellement à la démocratie, conjointement à la matière.(« En même temps »..)

  5. Avatar Alexander dit :

    Ce regime de plus en plus totalitaire profite de ls crise (voulue? ) du coronavirus pour signer des décrets sans le consentement des Français, comme pour l’apprentissage de l’arabe. Ce malade de macron pense déjà à 2022 et veut mettre les islamos-gauchistes-écolos dans sa poche. 🤬🤬

  6. Avatar Dacor dit :

    Vous n’avez pas encore compris que ce gouvernement se fout de l’écologie, de la production propre de l’électricité mais qu’il fait tout pour enrichir les groupes industriels étrangers avec l’argent du contribuable français

  7. Avatar dominique contant dit :

    macron on en a ras le bol de tes eoliennes…..la traversée de l’aisne jusqu’a l’ouest des ardennes il y a des eoliennes partout.

  8. Avatar durandurand dit :

    L’éolien tout comme les véhicules tout électrique sont les plus gros pollueurs , ben oui l’extraction des terres rares plus le traitement pour en extraire les métaux rares pour la fabrication des batteries pour les véhicules électriques , pour les alternateurs des éoliennes . Le néodyme , le gallium, le scandium , l’yttrium , le germanium coûte lui encore dix fois plus cher que le gallium Un kilo de gallium vaut environ 150 dollars, 9000 fois plus que le fer.
    Depuis les années 70, les métaux rares sont exploités pour leurs propriétés exceptionnelles qui les rendent indispensables à de très nombreuses applications : optiques (coloration du verre et de la céramique, télévision couleur, éclairage fluorescent, radiographie médicale), chimiques et structurales (cracking du pétrole, pots catalytiques), mécaniques (leur dureté associée à une réaction chimique facilite le polissage du verre dans l’optique de pointe). Leurs propriétés semi-conductrices permettent de moduler les flux d’électricité transitant dans les appareils numériques.
    Leurs propriétés magnétiques sont particulièrement appréciées. Certain de ces métaux servent en effet à la fabrication d’aimants ultra-puissants ! Ils permettent, en alliage avec d’autres métaux, la miniaturisation d’aimants très performants, utilisés notamment dans les éoliennes, la téléphonie, l’électroménager.
    Ces aimants à métaux rares permettent notamment de produire une électricité « propre » : on les trouve dans les moteurs des voitures électriques, ils font tourner les rotors de certaines éoliennes et ils transforment les rayons du soleil en courant par le biais des panneaux photovoltaïques.
    Pour avoir ces métaux rares, il faut les extraire de la roche. Tout comme l’extraction du charbon, celle des métaux rares est très polluante. Cette opération « de raffinage » porte très mal son nom, puisqu’elle nécessite de broyer les roches, puis d’utiliser une pléthore de réactifs chimiques, tels que des acides sulfuriques et nitrique .
    Cette opération doit être répétée environ 10 fois pour obtenir un concentré de terres rares pures (quasi 100 %) ! Les métaux rares ne sont pas radioactifs en eux-mêmes, certes, mais ils sont naturellement associés dans la croûte terrestre à des minerais radioactifs. Le raffinage produit alors des radiations dans des proportions non négligeables. Bien que les déchets générés par l’exploitation des métaux rares présentent un faible taux de radioactivité selon l’agence internationale atomique, ces déchets nécessiteraient normalement d’être isolés pendant plusieurs centaines d’années. De plus, la purification de chaque tonne de terres rares requiert l’utilisation d’au moins 200 mètres cubes d’eau qui se charge au passage d’acides et de métaux lourds.
    En Chine, le premier producteur de terres rares au monde, l’eau ainsi polluée n’est quasiment jamais traitée par une station de raffinage. Elle est directement évacuée dans les fleuves, les sols et les nappes phréatiques.

    A tel point que, dans l’empire du Milieu, on ne compte plus les cas de contamination. En 2006, une soixantaine d’entreprises de production d’indium, un métal rare qui entre dans la fabrication des panneaux solaires, déversaient des tonnes de produits chimiques dans le fleuve Xiang, dans la province méridionale du Hunan, compromettant l’approvisionnement en eau potable des populations riveraines.
    https://lareleveetlapeste.fr/les-terres-rares-le-nouvel-or-noir/

  9. Avatar zoé dit :

    De l’argent fichu par les fenêtres. il existerait une mafia russe qui serait derrière cette folie des éoliennes qui entre nous donne très peu d’énergie tombent en panne souvent et polluent les paysages. Non, nous n’avons pas besoin de ce mode de production d’énergie.

  10. Avatar Joël dit :

    Ben oui, maintenant qu’on est tous équipé de LED à basse consommation, fallait bien trouver un truc pour augmenter les factures.

    Ne pas oublier la fermeture des centrales nucléaires en parallèle.

  11. Avatar zipo dit :

    L’Eolien l’énergie la plus dévastatrice d’un cout exhorbitant suivi d’un rendement lamentable !Conclusion si vous voulez jeter votre argent par la fenètre investissez dans le placement qui rapporte pas plus mais moins 90%!
    pour aller au travail il va falloir attendre que le vent se lève mais pas trop fort et que le soleil brille ! Ce n’est plus un investissement c’est une mise en faillite ;mais qui produit ces machines infernales?
    Voila ou passe notre déficit!

  12. Avatar patito dit :

    les écolos n’ont d’écologistes que le nom ; ce sont des gauchistes aigris qui se complaisent dans la critique d’une société dans laquelle ils n’ont pas réussi . Ce qui est grave c’est que sous le nom d’écologie les verts ils attrapent quelques électeurs qui croient voir des défenseurs de la nature

  13. Avatar napoleonkom dit :

    J’habite un département avec une forte densité de petits villages au Km2.
    Les promoteurs éoliens ne sont pas cons, ils savent que les petites communes malgré les regroupements et les comcom ont beaucoup de mal à boucler leur budget vu que l’on leur demande toujours plus.
    Alors ils vont voir le maire et leur font miroiter qu’en échange d’un certain nombre d’éoliennes implantés sur le territoire de la commune leur ville va toucher le jack-pot qui va non seulement leur permettre de boucler le budget mais en plus investir dans des équipements neufs et modernes. Forcément le maire signe les yeux fermés sans se rendre compte du désastre écologique.
    Dans mon département, ils ont essayé avec une ville dont le centre-ville était classé aux monuments historiques. Le maire les a renvoyé en disant que ce centre-ville historique était ce qui amenait des touristes, que la ville étant en plaine il y avait des cônes de vue classés et qu’en conséquence on n’allait pas défigurer un lieu aussi mondialement connu avec des éoliennes.
    Qu’à cela ne tienne, ils se sont adressé à une commune limitrophe. Mais le maire, qui était un ancien conseiller général, connaissait le problème des éoliennes et les a renvoyé aussi.
    Ils se sont alors adressés à une autre commune limitrophe, toute petite de 500 habitants. Le maire a signé tout de suite et ils ont édifié six éoliennes en bordure de territoire communal, en zone limitrophe des deux autres si bien que la première a maintenant des éoliennes dans ses cônes de vue et l’autre une éolienne à proximité de l’école communale.
    Et ça continue car tous les matins la route est coupée pour laisser passer des fûts d’éolienne.
    C’est à se demander d’ailleurs si le confinement n’a pas aussi été prévu pour que les camions qui transportent les fûts puissent circuler plus facilement.

  14. Avatar berger dit :

    Le titre de l’article dit « ils ont voté en douce ».
    Le texte dit: »le gouvernement vient de voter en catimini »., Puis, « adotpé à la sauvette par un décrêt du gouvernement ».

    Est-ce que ce texte est un décrêt ou le resultat d’un vote ?

  15. Avatar eliane dit :

    au delà des aspects visuels et économiques cités dans les nuisances des éoliennes évoquées dans cette tribune , les nuisances sanitaires doivent être mentionnées : notamment les infrasons émis par toute machine tournante comme les éoliennes qui portent très loin : les risques des infrasons sont bien connus des ingénieurs Hygiène et Sécurité : beaucoup plus pernicieux car inaudibles, les infrasons émis par toutes les machines tournantes sont à l’origine de répercussions néfastes sur la santé (inconfort, fatigue, irritabilité, céphalées, vertiges, nausées …) et la seule prévention consiste à s’éloigner fortement de la source : l’Académie de Médecine proposait une distance de 1500 m, le ministère de la Santé finlandais rendait un rapport dans lequel il préconisait 2km. Les 500 m en France, 1000 m avaient été votés par le Sénat, sont largement insuffisants : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/lutte-contre-le-bruit/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=43&dossid=521

Lire Aussi