Hidalgo a installé des pissotières… escamotables à 35 000 euros pièce ; il y a mieux !


Hidalgo a installé des pissotières… escamotables à 35 000 euros pièce ; il y a mieux !


Certes, c’est l’argent du contribuable, donc on peut y aller plein pot. Surtout quand on s’appelle Anne Hidalgo et qu’on a passé sa vie à gaspiller sans compter avec une frénésie digne d’éloges.

Voici donc que Paris a inauguré une pissotière escamotable. On n’arrête pas le progrès.



« Le Parisien » nous l’apprend en effet :
« A Paris, voici des toilettes qui ne sortent que la nuit
Il s’appelle l’Urilift et a été installé place des Abbesses, dans le quartier de Montmartre. Et ne sortira du trottoir que de 19 heures au petit matin. »

Et le journal de préciser :
« Ce dispositif expérimental vise à améliorer le cadre de vie des riverains et des Parisiens vivant près des lieux festifs, particulièrement touchés par les épanchements d’urine la nuit », explique Paul Simondon, l’adjoint à la mairie chargé de la propreté.

Magnifique !

Certes, ce n’est pas donné : 35.000 euros pièce, pose non comprise.
Ensuite, il faudra bien compter les consommables et la maintenance.
Ça mettra l’urine au prix du Dom Pérignon millésimé que les fêtards auront bu.

.

Il y avait pourtant plus simple et bien moins cher.
Je ne saurais trop conseiller aux citadins en général et aux Parisiens en particulier de s’inspirer du bon sens rural.
Dans l’Ain, le Conseil départemental a instauré une « prime de queue ».
Il s’agit d’une somme versée aux piégeurs de ragondin pour la queue de chaque animal qu’ils auront rapportée.

Reproduisant un schéma identique, Anne Hidalgo ne pourrait-elle pas, par arrêté municipal :
1- voter l’investissement dans des sécateurs.
Le cahier des charges est assez simple. On pourra opter pour un modèle capable de sectionner des objets d’un diamètre de 3 à 5 cm, amplement suffisant à ma connaissance. Le modèle pro BP 50 de Gardena pourrait faire l’affaire.
Le montant unitaire de l’investissement serait de 35,00 € TTC.
2- constituer une brigade de volontaires sous l’égide d’une féministe phallophobe franchement animée de la haine du mâle, style Caroline de Haas.
3- leur distribuer à chacune un sécateur et leur donner carte blanche pour sanctionner tout noctambule surpris à uriner contre un mur.
4- les rémunérer avec une prime de 3 euros par preuve ramenée matérialisant une infraction.

Certes, la moisson de la première nuit devrait coûter assez cher à la Ville de Paris, mais très rapidement le coût tendra vers zéro. En effet :

– Il n’y aura pas de récidiviste (ça ne repousse pas).
– La valeur de l’exemple fera traînée de poudre.

C’est si simple de faire des économies…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Raoul Girodet

Auteur de "Objectif La Mecque". Il y a 14 ans, Raoul Girodet a fui la France à laquelle il est pourtant profondément attaché, selon la formule d'Edgar Quinet : "le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays, c'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer". Lassé de voir nos dirigeants adopter une ligne politique totalement opposée aux aspirations des citoyens, il a fui la dictature du politiquement correct et s'est réfugié sur une petite île dans des contrées lointaines, où il continue à suivre de loin l'inexorable déclin de notre société. Et contrairement au dogme en vigueur, le niveau de la mer ne monte pas sur son île !


3 thoughts on “Hidalgo a installé des pissotières… escamotables à 35 000 euros pièce ; il y a mieux !

  1. AvatarHagdik

    Mais elle avait bien installé des pissoirs écolos avec des bottes de paille dans des bacs où les mecs pouvaient pisser en plein air .
    Que sont-elles devenues ces pissotières Greta Thunberg ? ?

  2. AvatarJean-Francois Morf

    A Hambourg, il ont peint le bas des immeubles avec de la cire: les mecs qui pissent dessus voient leur pisse rebondir vers leurs jambes…

Comments are closed.