Comment le laboratoire P4 de Wuhan, exporté par la France, a échappé à tout contrôle


Comment le laboratoire P4 de Wuhan, exporté par la France, a échappé à tout contrôle

ENQUÊTE – À l’époque, la livraison du laboratoire avait été critiquée par de nombreux spécialistes.

Par Isabelle Lasserre du  « Figaro »

Et si le Covid-19 s’était échappé du laboratoire P4 de Wuhan au lieu d’être apparu, comme le prétendent les autorités chinoises, sur un marché?

Et s’il s’était répandu dans la population à la suite de l’infection accidentelle d’un employé?

Si la théorie du complot, celle d’un virus fabriqué par les chercheurs chinois, développée par le PrLuc Montagnier, a été écartée par tous les spécialistes sérieux, la thèse d’un accident est étudiée par les services de renseignements américains.

Elle est entretenue par le fait que les autorités chinoises n’ont pas rendu public le résultat de leur enquête épidémiologique et par le fait qu’elles aient empêché toute investigation de l’OMS et d’experts étrangers à Wuhan.

L’affaire, soulevée par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui a évoqué une «enquête» pour creuser cette théorie, a peut-être aussi été indirectement évoquée par le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab, qui considère que la Chine doit répondre à des «questions difficiles» et par Emmanuel Macron pour qui «à l’évidence, des choses se sont passées là-bas dont nous n’avons pas connaissance».

Elle embarrasse d’autant plus Paris que le P4 de Wuhan, un laboratoire de très haute sécurité biologique destiné à l’étude de virus pathogènes pour lesquels n’existe ni vaccin ni traitement, a été exporté par la France.

Et qu’à l’époque déjà, cette coopération très sensible avec les autorités sanitaires chinoises avait créé des tensions dans l’Hexagone.

Certains pensaient qu’il fallait absolument aider les Chinois à travailler sur ces nouveaux virus. Et surtout leur permettre de le faire dans de bonnes conditions, d’éviter qu’ils œuvrent seuls, sans le matériel adéquat ni les connaissances indispensables à ce type de manipulations. Bref, il fallait les empêcher de bidouiller dans leur coin

Un haut fonctionnaire

En 2004, comme le raconte l’enquête très fouillée de la cellule investigation de Radio France, Jacques Chirac et le président chinois Hu Jintao décident de s’associer pour lutter contre les maladies infectieuses émergentes. Dans la foulée, l’accord sur le transfert d’un laboratoire P4 est signé par le ministre des Affaires étrangères Michel Barnier.

 Auparavant, le premier ministre Jean-Pierre Raffarin était allé rencontrer le médecin Chen Zhu, formé à l’hôpital Saint-Louis et proche de l’ancien président chinois Jiang Zemin.

Un an plus tôt, la Chine avait été victime du Sras, le syndrome respiratoire aigu sévère.

«Certains pensaient qu’il fallait absolument aider les Chinois à travailler sur ces nouveaux virus. Et surtout leur permettre de le faire dans de bonnes conditions, d’éviter qu’ils œuvrent seuls, sans le matériel adéquat ni les connaissances indispensables à ce type de manipulations. Bref, il fallait les empêcher de bidouiller dans leur coin», explique un haut fonctionnaire qui a suivi l’affaire de près.

Mais le projet est loin de faire l’unanimité en France. Raffarin et Chirac sont pour. Une partie du corps médical, dont Bernard Kouchner, aussi.

L’industriel pharmaceutique Alain Mérieux également, qui préside le comité de pilotage avec son homologue chinois le Dr Chen Zhu. Mais les spécialistes de la non-prolifération, aux Affaires étrangères et à la Défense, de même que le SGDSN, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale et les milieux de la recherche, sont réticents.

Les uns redoutent que le P4 puisse se transformer en arsenal biologique. Les autres font valoir que contrairement aux sites nucléaires ou chimiques, il n’existe pas de contrôle international pour ce type de matériel sanitaire sensible.

Manque de transparence

Ils notent le manque de transparence sur l’utilisation qui a été faite par la Chine des laboratoires mobiles P3, dont les règles d’exportation sont moins sévères, livrés par le gouvernement Raffarin juste après l’épidémie de Sras. Ceux qui traînent des pieds s’inquiètent, comme le rappelle l’un des acteurs de l’époque, «de la difficulté d’apprentissage» des Chinois, de leur «opacité» et des «résistances» qu’ils opposent au projet de coopération bilatérale voulu par les Français.

«Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’un P4, c’est comme une usine de retraitement nucléaire. C’est une bombe atomique bactériologique», poursuit la même source.

Les virus qui sont testés, comme Ebola par exemple, sont extrêmement dangereux.

Les procédures de sécurité – scaphandres, sas de décontamination…- doivent être respectées à la lettre.

Les hommes politiques ont arbitré en faveur du projet, contre l’avis des spécialistes.

Le chantier a été terminé en janvier 2015 et la mise en exploitation du laboratoire a coïncidé, en janvier 2018, avec la première visite d’État d’Emmanuel Macron à Pékin.

«Les choses ont beaucoup traîné mais Paris a fini par donner son feu vert. À l’époque, nous étions engagés dans d’autres projets avec les Chinois, comme un centre de retraitement de déchets radioactifs, des contrats de vente d’Airbus.

Contrairement aux États-Unis, la France, qui n’est qu’une puissance moyenne, n’a pas les moyens d’arrêter un projet car elle ne peut assumer les rétorsions économiques qui s’en suivraient», affirme un spécialiste.

Il poursuit:

«Nous sommes vulnérables.

Les Chinois cherchent à s’approprier notre technologie. Et nous allons parfois plus loin que nous le devrions de peur d’être victime d’un chantage».

Les autorités, poursuit un diplomate, «ont pêché par innocence. Elles ont cru qu’on pouvait faire confiance aux Chinois».

Le dossier, ajoute-t-il, «a toujours été compliqué. On se donnait des assurances sur le papier mais on n’était pas sûrs de pouvoir les faire respecter».

La suite de l’histoire du P4 de Wuhan a montré que ceux qui traînaient des pieds avaient raison.

Les entreprises chinoises ont tenu, d’abord, à assurer l’essentiel de la construction du P4.

Or, comme l’explique un spécialiste, «l’architecture d’un P4 est très complexe, l’agencement de ses espaces confinés requiert des techniques et des connaissances particulières».

En 2015, déçu que la coopération franco-chinoise ne se concrétise pas,

Alain Mérieux quitte la présidence de la commission bilatérale.

Les 50 chercheurs français qui devaient travailler au P4 de Wuhan pendant 5 ans ne sont jamais partis.

Contrairement au « contrat  » qui avait été passé entre Paris et Pékin, les Chinois de Wuhan travaillent désormais sans le regard critique et vigilant des chercheurs français.

La Chine a-t-elle bloqué leur départ?

Ou les moyens financiers ont-ils manqué à la France?

Le fait est que peu à peu, le laboratoire échappe au contrôle des scientifiques français. 

Contrairement au «contrat» qui avait été passé entre Paris et Pékin, les Chinois de Wuhan travaillent désormais sans le regard critique et vigilant des chercheurs français.

C’est un scoop du Washington Post : la semaine dernière, le quotidien américain a révélé qu’en janvier 2018, des membres de l’ambassade américaine à Pékin, après avoir visité le laboratoire de Wuhan, ont alerté l’Administration américaine sur l’insuffisance des mesures de sécurité.

Le 16 février dernier, des médias d’État chinois ont eux aussi rapporté des défaillances. Ils affirmaient notamment que des chercheurs jetaient les matériaux de laboratoire dans les égouts, après expérimentation et sans leur avoir fait subir le traitement spécifique destiné aux rejets biologiques.

Ils rappelaient aussi qu’un certain nombre de chercheurs, pour arrondir leurs fins de mois, vendaient des animaux de laboratoire ayant subi des expérimentations sur les marchés de Wuhan.

Or, tous les spécialistes le disent: connaître l’origine du virus est indispensable, notamment pour prévenir l’avènement d’une nouvelle épidémie.

https://www.lefigaro.fr/international/comment-le-laboratoire-p4-de-wuhan-exporte-par-la-france-a-echappe-a-tout-controle-20200420

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “Comment le laboratoire P4 de Wuhan, exporté par la France, a échappé à tout contrôle

  1. Avatardurandurand

    Ha pauvres salariés qui ont risqués leurs vie et bien leur prime de 1000 euros ils y en a certains qui l’auront d’autres se retrouveront avec 50 euros . Ele est belle la vie en macronie infectieuse !

    Prime de 1 000 euros pour les salariés de la grande distribution : un «mensonge» parti en fumée ? 21 avr. 2020, 19:38
    Les géants de la grande distribution, incités par le ministre de l’Economie, avaient annoncé fin mars verser une prime de 1 000 euros à leurs salariés. Depuis, certains veulent conditionner le montant au temps de travail, au grand dam des syndicats. Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait exhorté le 20 mars les entreprises privées à verser une prime exceptionnelle de 1 000 euros pour récompenser les salariés qui avaient continué à travailler durant l’épidémie du coronavirus. Les géants de la grande distribution avaient dès lors annoncé en chœur qu’une telle prime serait versée pour ces salariés, en première ligne de la pandémie de Covid-19. Or depuis l’annonce, si les grandes enseignes ont confirmé qu’elles allaient bien accorder la prime, les modalités de versement tardent à être précisées. Pire encore, certaines utilisent une clé de répartition en fonction du temps de travail pour la calculer… à la baisse. 1 000 euros pour certains… 50 pour d’autres Ainsi le groupe Auchan, qui avait été le premier à annoncer qu’il gratifierait de 1 000 euros ses 65 000 salariés, aurait depuis réduit la voilure. Selon plusieurs syndicats, il aurait en effet annoncé que la prime serait conditionnée au nombre d’heures travaillées. Les salariés effectuant moins de 28h seront pénalisés en ne touchant qu’un prorata de la prime. Quant à ceux qui travaillent moins de 10 heures hebdomadaires, ils n’obtiendraient que… 50 euros. Cette annonce, très éloignée de la promesse de départ, a refroidi les syndicats et un grand nombre de salariés, qui manifestent leur réprobation sur les réseaux sociaux.

    En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/74334-prime-1-000-euros-pour-salaries-grande-distribution-mensonge-parti-en-fumee
    En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/74334-prime-1-000-euros-pour-salaries-grande-distribution-mensonge-parti-en-fumee

  2. AvatarMarion

    Je ne ferais jamais confiance aux chinois. Comment a-t-on pu s’associer avec ces gens surtout pour quelque chose d’aussi sensible que les bactéries. On imagine ce qui se passe dans ce labo et surtout ce qui risque d’arriver tt ou tard ? S’ils sont aussi négligents que pour le reste : propreté aléatoire, restaurants où prolifèrent les rats etc.. il y a de quoi se faire du souci.

  3. Avatardurandurand

    C’est ça quand on est gouverné par des incapables des couilles molles dont le regard ne va pas plus loin que leur groin de cochon de français et qui se sont couchés devant le président chinois , de peur de le froisser et de subir des rétorsions commerciales , je vous le dis que l’on est gouverné non seulement par des traîtres et des corrompus et par des incapables qui ont mis délibérément la vie de milliards d’être humains en danger à cause de leurs incompétences notoires .

  4. AvatarChristian Jour

    C’est très simple on est dirigé par des incompétents, comme la busyn et tout le panier de crabe qui compose ce gouvernement, plus soucieux de leur compte en banque que le bien être de ses concitoyens.

  5. AvatarOrange

    « Si la théorie du complot, celle d’un virus fabriqué par les chercheurs chinois, développée par le Pr Luc Montagnier, a été écartée par tous les spécialistes sérieux »

    Entrée en matière de la journaliste qui essuie ses pieds pleins de boue bien comme il faut sur Luc Montagnier, le concurrent en information à neutraliser.

    Le professeur Raoûlt fait une synthèse de cette pratique: https://www.fdesouche.com/1365733-jerome-cortier-3

    Tiré de https://www.youtube.com/watch?v=HrJBppuSEmk

  6. François des GrouxFrançois des Groux

    Bonjour Antiislam

    Avez-vous remarqué le changement de ton dans les médias ?

    Fin mars, tout le monde tombait sur le dos de Marine Le Pen qui se posait la question de l’origine du virus.

    « Échappé d’un labo chinois » ? Ha ha ha ! Houuuu la complotiste et ses électeurs conspirationnistes abrutis !

    Deux semaines après, les décodeurs-déconneurs et la plupart des médias se demandent si le virus… ne s’est pas échappé d’un labo !

  7. AvatarMachinchose

    et curieusement ce virus qui semble ne s’attaquer qu a la race blanche, semble bien épargner la race noire et la grise

    celles dont la chine sait bien qu elle n’ a rien a craindre

    par contre, européens et américains du nord -descendants de la race blanche, sontbien touchés

    ils auraient été « visés » par la race chinoise ne serait pas étonnant du tout

  8. AvatarHenri

    Ma réponse à Duranddurand et christian Jour.
    Comme vous, au regard de leurs façons de gérer cette crise tant sanitaire qu’économique, je le pensais et le disais aussi, que nous sommes dirigés par des incompétents, des lâches, des traitres, des corrompus.
    Mais aujourd’hui, je ne retiendrai d’eux que les qualificatifs de traîtres, lâches et corrompus car incompétents, j’en doute pour les analyser différemment à savoir profondément animés de leur idéologie mondialiste avec une attitude machiavélique. C’est ce qui les mène.
    Je pense également, qu’une fois cet épisode dramatique passé, ils poursuivront leur idéologie. Et si Micron n’est plus au pouvoir en 2002, ce sera un autre de la même trempe ( surveillez le Thierry Breton)…pour lutter contre le péril fasciste, populiste, etc…On connaît la rengaine !

  9. Avatarbm77

    La France a multiplié les erreurs de coopération depuis des années . Je vois deux pays avec lesquels on ne prend aucune précaution . C’est la Chine et l’Arabie Saoudite.
    La France est devenue depuis quelques années le talon d’Achille de l’occident . C’est un pays dangereux pour l’occident tout entier et cela à cause de son parti pris total et sans retenue pour le mondialisme.
    C’est vrai pour les rapports que nous entretenons sans aucun filet de protection avec des dictatures et des pays très limite avec les droits de l’homme. Droits de l’homme que par ailleurs nous « chérissons » quand il s’agit de protéger de nos « méchants franchouillards » , nos gentils immigrés intérieurs qui sont autant de bombe à retardement par la doctrine religieuse dont se revendiquent beaucoup d’entre eux.
    Nous mettons par contre beaucoup de filets pour se protéger de ceux qui s’émeuvent de la direction que nous prenons .
    Ce virus qui fait son voyage mortel dans le monde entier est un avertissement aux apprentis sorciers du tout mondialisme .
    Notre dépendance à la Chine du fait de notre idéologie mortifère mondialiste, et là ce n’est pas un effet de langage puisqu’il y a réellement des morts, cette dépendance donc, presque exclusive vis à vis de la Chine est une caricature de ce que les échanges entre deux pays ne devraient pas être . Cela va à l’encontre total notre intérêt national A croire que des gens ont été installés au plus haut niveau pour liquider le pays.
    On fait fabriquer et on achète des produits d’utilisation courante aux Chinois que l’on sait faire par ailleurs et même mieux que les Chinois quand dans le même temps ceux ci exigent la clause du transfert des technologies qui vont avec les matériels vendus de haute technologie.Comme cela, ils n’ont même plus besoin de nous espionner, on leur donne tout!!! Y compris la savoir faire nécessaire à la production industrielle et le SAV et les pièces de rechange
    Cela veut dire que l’on entretient la richesse de certains en France , ceux qui commercent pour faire fabriquer tout à la Chine au détriments même notre intérêt national pour ce qui est de notre technologie. Parce que je suis sûr que notre dépendance totale entre dans le balance quand nous signons un contrat pour des choses sérieuses !
    Nous ne sommes plus gouvernés depuis au moins une vingtaine d’années . Ce sont les couches intermédiaires subventionnées qui gouvernent à la place de ceux qui devraient le faire et celles ci tiennent la société en otage .
    On le voit bien avec les émeutes ou les avis des associations sont pris pour argent comptant par les autorités de l’Etat .et amplifiées par les médias qui tendent le micro aux assoces comme si elles détenaient la vérité absolue !
    Nos » dirigeants » fantoches se contentent de la communication mais ne dirigent plus rien!
    Nous sommes un état en faillite et en liquidation et ceci a été accéléré par l’UE .

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Merci de ne faire que des commentaires courts ! nous sommes obligés de les censurer pour tout ou partie sinon

  10. Avatarjacotte

    Qui sont ces salopards de » certains  » qui pensaient qu’il fallait aider les chinois dans ce domaine

  11. frejusienfrejusien

    donc il s’agit de l’un des nombreux cadeaux empoisonnés de CHICHI, le palpeur de culs de vache, celui que tous les agriculteurs adoraient car il savait gloutonner lors de la foire agricole parisienne,

Comments are closed.