Didier Raoult: moi je suis docteur, un docteur ne fait pas à ses patients ce qu’il ne ferait pas à ses enfants


Didier Raoult: moi je suis docteur, un docteur ne fait pas à ses patients ce qu’il ne ferait pas à ses enfants

..

Trump dit : je ne suis pas médecin mais j’ai du bon sens ; Raoult est médecin et, en plus, il a du bon sens… Deux bonnes raisons, en sus de l’excellence de ses résultats pour que Macron l’écoute, l’entende, et suive ses conseils. Mais Macron est un âne, il a des oreilles d’âne.

Grand entretien accordé au Figaro par Didier Raoult, avec un titre qui n’engage pas trop le Figaro… 

.

Faut-il croire le professeur Raoult?

EXCLUSIF – Le directeur de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille a accordé en exclusivité un entretien auFigaro Magazine. Il s’explique longuement sur la «méthode Raoult» et l’usage de la chloroquine.

Par Charles Jaigu

Publié le 3 avril 2020

LE FIGARO MAGAZINE. – Les Français vous ont découvert à l’occasion de cette pandémie du Covid-19. Ils ont fait la connaissance d’un grand professeur très original et très controversé qui leur a dit: «Si vous voulez que ce soit la fin de cette épidémie, on peut y arriver très vite.» Pourtant, on y est, et on y est pour longtemps…

Didier RAOULT. – Ce n’est pas faute d’avoir dit ce que je pensais qu’il fallait faire. Mais je n’ai pas été très suivi. La Chine et la Corée du Sud en ont déjà fini avec le Covid-19. Cela ne me surprend pas. Depuis 42 ans, j’enseigne la même chose sur les maladies infectieuses: il faut identifier et isoler les patients porteurs, et les soigner au mieux de ce que la science permet. Sur ce point, je n’ai jamais varié. Nous n’avons pas pu, ou voulu, tester le maximum de malades pour les isoler et les traiter. Le bilan est là: nous faisons partie des quatre pays dans lesquels il y a le plus de morts par million d’habitants, avec l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas. Ça pose quelques questions, tout de même.

C’est assez humiliant pour un pays qui se considère comme l’un des meilleurs du monde en matière de santé…

En 2003, après l’épidémie du Sras, le gouvernement m’avait commandé un rapport sur les risques épidémiologiques et la manière d’y faire face. J’y recommandais un grand discours fondateur d’une nouvelle politique de santé qui serait capable de mieux anticiper les risques épidémiologiques dont on voyait bien qu’ils allaient devenir un des enjeux forts d’un monde interconnecté. Je mettais en garde contre les risques de débordement de nos services. La première chose qu’il fallait faire, c’était doter les hôpitaux d’infectiopôles, et notamment d’unités de fabrication de tests afin de repérer le plus vite possible, et le plus tôt possible, les premiers malades.

Fin janvier, vous avez suggéré la généralisation du traitement par la chloroquine. Le gouvernement vous a en partie suivi, après pas mal d’hésitations, uniquement pour les cas graves. Un second comité scientifique a été mis sur pied, supervisé par Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine. Il a donné son aval à une grande étude pour évaluer ce médicament. N’est-ce pas le b.a.-ba de la méthode scientifique?

Je crois qu’il faut bien comprendre qu’en matière de maladies infectieuses, il y a en France un groupe de gens qui ont l’habitude de travailler d’une certaine manière et qui se sont connus dans la lutte contre le sida, il y a 30 ans. Ils ont élevé en règle d’or les études «randomisées», autrement dit des études aléatoires sur de très grandes cohortes de malades cobayes. Ce sont des études qui peuvent rassurer à la marge pour améliorer certains médicaments dans la recherche sur le sida ou sur l’hépatite C. Mais ces méthodologies spécifiques ne peuvent pas être transformées en condition sine qua non de la médecine.

Les études sur les grandes cohortes rassurent les bureaucrates de la santé, qui en sont venus à considérer qu’on ne pouvait rien décider sans elles. Or, je dirais que 90 % des traitements qu’on a inventés en maladies infectieuses n’ont jamais donné lieu à de telles études. Jamais. Si le médicament tuait le microbe, c’est que ça marchait. Quand l’évaluation s’est éloignée du terrain pour devenir une activité à part, soutenue par des capitaux importants, on a mis en place des normes de vérification de plus en plus lourdes.

Ne faut-il pas trouver des garde-fous contre la tentation du remède miracle?

Il est vrai qu’à l’époque du sida, il y avait des gens prêts à tout pour essayer des décoctions miraculeuses. Mais le contexte n’est plus le même. Les malheureux qui vont mourir du coronavirus, ils ne réclament plus rien, ils sont en réanimation. J’espère que Françoise Barré-Sinoussi ne me confond pas avec ces farfelus qui promeuvent une poudre de perlimpinpin pour soigner ceci ou cela. Simplement, Mme Barré-Sinoussi n’est pas médecin, elle est chercheuse. Nous ne sommes pas sur les mêmes planètes.

L’étude Discovery qui est en cours ne vous paraît donc pas nécessaire?

C’est une étude qui va occuper les gens qui font de la recherche et qui n’ont pas d’idées. Moi, je suis d’abord un docteur. Un docteur se donne pour règle de ne pas faire à ses patients ce qu’il ne ferait pas à ses enfants. Pourquoi m’empêcherait-on de donner des médicaments qui sont les seuls qui nous semblent produire un résultat ici et maintenant? On pourra ensuite conduire une étude rétrospective.

Où en êtes-vous de votre évaluation de la chloroquine?

Nous avons 1 003 patients soignés ici à l’IHU Méditerranée, et un seul est mort. Nous avons publié une deuxième étude il y a quelques jours sur 80 patients, dont la charge virale a été à chaque fois diminuée par l’administration de chloroquine. Et il y a déjà dix pays dans le monde qui recommandent ce médicament en première intention.

Il y a dix jours, vous disiez que cette épidémie était assez banale. Est-ce le bon mot?

Chaque année, il y a 2,6 millions de morts par infections respiratoires. Donc, avant de faire bouger les statistiques à cause du Covid-19, il faudra s’armer de patience. C’est une épidémie qui révèle beaucoup de dysfonctionnements qui ne sont pas du tout banals. Qu’il s’agisse de la fragilité de nos systèmes de santé face à ce genre de virus, ou de nos angoisses collectives. Je n’ai jamais voulu prédire l’avenir en matière d’épidémies, j’ai même écrit un livre pour mettre en garde contre cette funeste tentation! Je ne sais donc pas si ce virus peut disparaître comme beaucoup de maladies respiratoires avec l’arrivée du beau temps, ou au contraire s’amplifier. Pour le moment, je constate qu’il tue très majoritairement les sujets âgés, ou fragiles. Ce n’est donc pas un virus très différent de ceux observés dans la famille des coronavirus.

À quel niveau évaluez-vous la létalité de ce virus?

Toutes les maladies infectieuses sont des maladies d’écosystèmes. Il y a en permanence des interactions extrêmement subtiles entre chaque organisme et l’environnement dans lequel il évolue. Dans un bateau entièrement clos, la mortalité est de 1,7 %, et au début de l’épidémie à Wuhan elle est de 5 %, mais dans le reste de la Chine, elle est à 1,2 %. Il y a de bonnes raisons de penser qu’elle se situe en moyenne à 0,4 %.

Si sa mortalité est faible, n’êtes-vous pas surpris par sa contagiosité?

Franchement, non. Elle n’a rien d’anormal. En matière médicale, vous, les médias, et les gens en général, on se raconte beaucoup d’histoires. L’année dernière, la presse était obsédée par la rougeole, alors qu’il n’y avait que 1 000 cas. C’était infime. En revanche, à l’est du Congo, la rougeole a tué plus qu’Ebola. Et personne n’a parlé de la rougeole là-bas. Donc, ce qui fait peur, ce qui fait causer, n’a parfois qu’un rapport lointain avec la réalité.

Tous les ans, il y a des infections respiratoires l’hiver. On en détecte chaque année une vingtaine. Il y a dix ans, on appelait ça des grippes. Depuis, on sait que ce ne sont pas que des grippes parce qu’elles entraînent des pathologies respiratoires spécifiques. Et en plus, cette année, nous avons plutôt constaté l’absence des grands prédateurs habituels: la grippe et les autres virus respiratoires sont peu virulents.

Cela veut-il dire que les médias et les politiques en font trop?

Il y a ce très beau travail sur les causes de mortalité aux États-Unis qui montre que terrorisme, homicides et suicides ne représentent que 2 à 3 % des causes de mortalité. Et, qu’en revanche, les recherches au sujet de ces causes marginales suscitent entre 15 et 20 % d’interactions sur les réseaux sociaux, et on passe à 70 % de citations dans le New York Times et le Guardian, deux titres de la presse traditionnelle. Cela nous montre à quel point les médias ont du mal à décrire adéquatement les situations.

En 2009, les épidémiologistes nous ont dit que la grippe H1N1 allait tuer des millions de gens. Et on en a été quittes pour une grande peur…

Ça fait partie des événements qui font que je n’ai plus envie d’aller sur les plateaux télé. Et c’est pour ça que j’ai écrit mon dernier livre: Épidémies: vrais dangers et fausses alertes.

On n’avait pas, depuis très longtemps, eu recours au confinement, une méthode qui nous ramène au Moyen Âge et interrompt la vie économique. Est-ce que ça marche?

La vérité est que cela n’a jamais bien marché. Nous sommes bien placés, ici à Marseille, pour le savoir. Les confinements s’y pratiquent depuis le bas Moyen Âge. En 1884, on a confiné pour arrêter le choléra. Et cela n’a pas marché du tout. Un peu plus tard, on a mis en quarantaine des gens pour la fièvre jaune, or elle n’était pas contagieuse d’homme à homme! En revanche, je n’ai rien contre la quarantaine biologique. Bien sûr qu’il faut séparer les gens qui sont infectés de ceux qui ne le sont pas. Mais confiner des gens infectés, qui ne le savent pas, avec d’autres qui ne le sont pas, c’est une curieuse méthode. Si vous mettez ensemble les gens d’une même famille et qu’un seul est infecté, vous êtes sûr que quelques semaines plus tard, tous le seront. Je n’aurais pas fait ce choix.

Fallait-il s’en tenir aux gestes barrière, comme font les Suédois ou les Hollandais?

Il ne m’appartient pas de répondre car, en dernier ressort, les décisions de confinement ne sont pas seulement médicales, elles sont politiques. Elles intègrent le risque de la contagion, la peur des populations, le fonctionnement de l’économie, la gestion des stocks et la logistique. Ce sont des aspects qui se conjuguent et aboutissent à une décision qui échappe, finalement, au médecin. Mais à mon niveau, il est très clair qu’il faut diagnostiquer les contagieux et les séparer des autres. C’est ce que nous proposons ici.

Il y a au fond deux étapes, selon vous. Le confinement des malades. Et le traitement des malades avec les meilleurs médicaments possibles. Reprochez-vous au gouvernement de ne pas aller dans ce sens?

Encore une fois, les politiques prennent des décisions, et l’Histoire les jugera. En revanche, de temps en temps, les responsables politiques s’autorisent à intervenir dans notre domaine. En 2009, par exemple, les autorités de l’époque ont pensé qu’il fallait forcer la vaccination en l’organisant dans des tentes ou des stades. Cela relevait, selon moi, de la responsabilité des médecins. De même, je ne suis pas d’accord quand on interdit aux médecins d’utiliser des médicaments qui sont en circulation depuis des décennies. Je ne suis pas d’accord avec l’interférence de l’État dans la relation entre le médecin et le malade. C’est la responsabilité individuelle des médecins. C’est le serment d’Hippocrate.

Ce n’est pas du charlatanisme. Il faut donc que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place. Quand il y a faute médicale, quand le médecin n’a pas agi conformément à l’état du savoir, il est puni. Moi, si quelqu’un m’attaque parce que j’ai donné de l’hydroxychloroquine, mon dossier devant l’Ordre des médecins sera en béton armé. Ce n’est pas de la sorcellerie. Je sais qu’on a beaucoup jasé sur le pouvoir médical. Mais à la fin, la médecine, c’est un rapport entre un médecin et un malade. Bien entendu, dans les situations de crise, la Haute Autorité de santé donne des recommandations. Mais ça s’arrête là.

En dernier ressort, vous nous dites donc que l’intime conviction du médecin vaut mieux que la méthodologie exhaustive censée vérifier l’utilisation d’un médicament?

L’intime conviction, c’est une expression que je n’aime pas trop. Je dis que le médecin fait du mieux qu’il peut, étant donné l’état des connaissances. J’ai inventé une dizaine de traitements dans ma vie qui sont dans tous les livres de référence et la chloroquine est un médicament que je connais très bien. Et puis, il y a des mystères. Vous croyez que l’OMS recommande l’acupuncture et l’homéopathie? Non. Et pourtant, parfois, ça marche. On n’a pas la moindre idée de la manière dont on peut soulager les gens. Parfois on peut les soulager avec des bonnes paroles ou des placebos. Mon métier est d’essayer de soigner et de dire avec quoi j’essaye de le faire. Si les gens me croient plus que les autorités supposément savantes, je n’y peux rien. La crédibilité est celle des praticiens.

Un sondage récent, publié par Le Parisien, montre que les Français ont très peur de cette maladie. Ont-ils raison?

Nous sommes une population vieillissante et nous prenons facilement peur. Les Français ne sont pas aidés, car la surmédiatisation les fait vivre dans un film d’horreur permanent, où le pire est toujours au coin de la rue. Plus les pays sont riches et plus ils sont peureux. Le pays le plus optimiste est le Bangladesh. Le plus pessimiste, c’est souvent la France.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “Didier Raoult: moi je suis docteur, un docteur ne fait pas à ses patients ce qu’il ne ferait pas à ses enfants

  1. Charles Martel 02Charles Martel 02

    C’est effarant de voir que notre santé est dépendante avant tout de pourritures de politicards, de médecins et de chercheurs de salon vendus à la politique et au business. La France n’est plus un grand pays car tout ce qui a fait que la France était un grand pays est désormais pourri par cette caste de soi-disant « élite » qui se gargarisent de titres et de distinctions dont beaucoup sont attribués par copinage, magouilles et petits arrangement de réseaux et un des meilleurs représentants de ce type d’individu c’est Macron. La vraie science, la vraie médecine celles qui sont de bon sens et pragmatiques n’ont plus voix au chapitre, l’être humain là dedans n’est qu’un numéro, un profit potentiel..Les gens comme Raoult sont des dinosaures, des puristes en voie de disparition, et quand le système dont sont issus des Macron, Sarkozy et autres grand diseux auront éliminé tous les gens comme Raoult grâce à la complicité d’une presse pourrie qui en est réduite a un troupeau de moutons bêlant ce que le pouvoir leur dit de bêler tout sera cuit. Avant quand une pandémie survenait toute idée sérieuse était bonne à prendre car la préoccupation première était de savoir comment on allait pouvoir soigner et sauver des gens. De nos jours la première préoccupation est de savoir comment on va pouvoir faire du fric sur le dos des sans dents afin que les zélites « d’en haut » s’enrichissent encore plus.Les choses ont bien changé et la France est devenu un pays en voie de sous développement qui très bientôt fera partie du quart-monde.

  2. AvatarAlexcendre 62

    Cet homme est le plus sensé de la bande , si on l’avait écouté depuis le début nous n’en serions pas là, j’espère qu’a la fin certains vont rendre des comptes devant notre peuple , c’est la honte d’avoir géré cette crise avec des mensonges et des moyens insuffisants . J’espère que les gens qui ont eu des morts dans leur famille voir dans leurs amis n’iront plus jamais voter pour cette clique d’incompétents pour ne dire que ça .Dès le début même si on n’avait pas tout compris il fallait fermer les frontières et les aéroports ,mettre un masque sur le nez de chaque français pour cela mettre toutes les machines a coudre de France au travail ,ensuite autoriser la chloroquinine par tous les médecins de France et de l’outremer .Actuellement nous pourrions faire un vrai bilan au lieux de blablater sur les plateaux Télé sans nous apporter la moindre réponse .

  3. AvatarHellen

    A part pour son égo non pas surdimensionné, mais complètement explosé… MACRON voulait être président, juste pour lui, pour faire croire qu’il est excellent… pour ne pas dire excellentissime…
    Depuis le début de cette épidémie, il n’a prouvé que deux choses…!
    Pour certains : Il est nul…!
    Pour d’autres : c’est un assassin par procuration, puisqu’il profite de cette épidémie (voulue???? non voulu… hum hum….!!!!) pour tuer du Peuple Français… déjà dans les EHPAD, ça fait un moment qu’on le sait… je viens d’entendre aux infos que finalement ils vont peut être tester les Anciens qui ont payé très cher leurs vacances????, leur séjour???? dans ces EHPAD… et leurs familles qui étaient tranquilles, parce qu’ils s’imaginaient qu’en payant, leurs Anciens étaient bien soignés… apprennent pour la plupart, qu’ils sont morts sans avoir pu leur dire Adieu, et même pas les voir…

    Allez dire cela aux enfants qui apprennent que leurs papy ou leurs mamy est mort….!!!!!!
    C’est ça le 21è siècle???
    ou plutôt c’est ça, le Monde MACRONIEN…!!!!

    MACRON, qui n’est au final : RIEN, puisqu’il est incapable de prendre une décision en temps et en heure, et surtout en Urgence…
    Chacun en pensera ce qu’il veut…!!!
    Mais il ne faut pas avoir fait Saint Cyr, ni Polytechnique et encore moins l’ENA, pour être capable de faire en sorte que le PEUPLE puisse bénéficier de ce qu’il y a de mieux pour lui en de telles circonstances…

    Eh bien NON… MACRON fait tout pour que le PEUPLE ne bénéficie de rien…
    PAS DE MASQUES… et ce… depuis le début, il nous a seriné que ça ne sert à rien, sauf pour les soignants (ce qui est tout de même un strict minimum d’après moi…)
    Pas de masques pour le PEUPLE…!!!!
    On nous la seriné combien de fois…
    Puis soudain OMS dit qu’il faut des masques pour la Population…!!!!
    A un rythme le plus lent possible… il paraît que des masques ont été commandés, mais on les recevra qu’en juin…

    Nous sommes le 8 avril, le 1er avril c’était le poisson d’Avril qui n’a lieu, normalement qu’une fois par an…!!!!
    A mon époque, dans les années 50 et 60, à l’école nous disions dans des cas semblables :
    «  » » » » »Le 1er Avril est passé et les (k)ons sont restés » » » » » Pas de grand changement depuis, on peut le constater chaque jour….!!!!!

    Notamment l’hydroxychloroquine du Professeur Roult????
    Ce médicament doit être donné dès le début de la maladie, c’est ainsi qu’il fait un excellent effet, sur tous les malades à qui il a été administré, sauf un Monsieur de 84 ans qui est mort… mais tous les autres qui ont reçu et qui le reçoivent sont en vie…

    OUI MAIS :
    Ce médicament ne coûte que 5€39 la boîte, alors les actionnaires de Big Pharma ne sont pas content… contrairement à l’autre médoc qui lui coûte, je ne me rappelle plus exactement du prix mais, je l’avais lu : plusieurs milliers d’euro…
    Y’a bon ce médoc, même si bon nombre de malades en meurent… le principal pour MACRON, n’est pas de sauver la France et surtout pas les Français… donc il faut donné le médicament du Professeur Raoult, à la seule condition que le malade soit très atteint par la maladie…
    Ainsi MACRON veut prouver que ce médicament n’est pas bon du tout…

    Marre d’être pris pour des andouilles par ce soi-disant président qui ne sert à rien d’autres qu’à faire tout le contraire de ce qu’il devrait faire…
    Lui a des masques, des tests… et il est logé et mange très cher à nos frais…!!!
    Je n’ai juste qu’une question :
    Quand est-ce qu’on le vire, car c’est et cela est désormais prouvé par tout ce qu’il fait tous les jours…est totalement contraire aux intérêts du Peuple…!

  4. AvatarChristian Jour

    oui mééééé nous on a mohamed macron, qui interdit la chloroquine et qui en médecine est le roi des cons, tout ça pour faire plaisir au laboratoires. En attendant il y a des centaines de morts. Pourriture.

  5. Avatargrr

    Même si une étude rétrospective démontre que l’hydroxychloroquine est inefficace, ça n’ enlèvera rien au fait qu’en février-mars 2020 ce type avait bien raison !

    Les études en double aveugle et l’EBM ( Evidence Based Medecine ) ont, en effet, un côté intrusif en médecine,
    Cette EBM est souvent utile, parfois malvenue, mais particulièrement critiquable en cas de crise.

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      On peut faire ce genre d’études en temps normal, pourquoi pas, encore que j’ai pu a maintes reprises constater que dans ces études on ne tient compte que de la significativité statistique (c’est à dire mathématique) et on dédaigne totalement la significativité biologique. C’est la différence entre la médecine et la recherche sur « tableau Excel » chère a Macron et à ses experts de salon par rapport a la médecine et la recherche au contact du terrain, des patients et des observations scientifiques concrètes. Bref la différence entre les guignols (souvent très titrés) qui blablatent sur les plateaux télé et un type comme Raoult qui traite et observe..

  6. AvatarMachinchose

    « Mais Macron est un âne, il a des oreilles d’âne.

    souvenirs………….de l’ importance de la ponctuation

    « Midas, le Roi Midas a dit , on a des oreilles d’ âne !

    Midas le Roi Midas , a , dit-on , des oreilles d’âne

    XXXXXXXXX

    Pour mémoire, en 1920, Alexandre MILLERAND (1920-1924) alors Président de la République française, ne laissera aucune trace dans l’ histoire! total inconnu !

    et pourtant en ce temps, la grippe, faussement appelée espagnole, mais qui provenant de ce même trou a cacas divers qu est la Chine, faisait en France prés de 200.000 morts !!

    ET PAS LOIN DE 70 MILLIONS DE MORTS A TRAVERS LE MONDE

    Macron ? la postérité s’ en souviendra ? je n’ ai pas de réponse…il va disparaitre dans la grande boucherie politique qui suivra la fin de la Pandémie, va savoir……………

  7. AvatarCELTE 56

    Chapeau bas professeur ! Tous les jours, vous et toute votre équipe, sauvez des vies. Alors que pendant ce temps là, Micron et toute sa clique de branquignoles sont responsables de centaines de décès, chaque jour, en refusant d’autoriser tous les médecins à avoir recours au traitement du professeur Raoult (A l’instar de l’Italie). Ce sont des assassins qui devront rendre des comptes au peuple.

  8. Avatarbm77

    Vous ne croyez pas que ce serait les premiers symptômes de notre envahissement qui se feraient ressentir? Tout le monde s’accorde à dire que nous marchons sur la tête et que nous avons perdu notre bon sens légendaire et notre esprit cartésien. Mais n’est ce pas là le résultat des scores de républiques bananières à 90 pour cent par des gens qui ne forcent pas les gouvernements hollande ou macron à se bouger du moment qu’il leur versent leurs dimes???
    On va bientôt se retrouver dans la situation de l’Algérie ou le Maroc. D’ailleurs nos gamins sont obligés de se tirer pour avoir un avenir . A moins de rester ici à végéter et payer pour nos hôtes!!

Comments are closed.