Armées françaises comme hôpital public : mensonges et faillite d’Etat ?


Armées françaises comme hôpital public : mensonges et faillite d’Etat ?

.

Ci-dessous une article du Salon beige tristement excellent. Excellent par ce qu’il dit de l’armée et de l’hôpital sous Macron. Tristement parce que c’est la France qui s’en va en lambeaux.

.

Les connaisseurs du milieu militaire ne peuvent que sourire (avec tristesse) devant la communication outrancière et surtout exagérée sur le rôle des armées françaises dans la crise COVID 19 que traverse la France aujourd’hui. Cette communication est exagérée dans un seul et unique but : redorer l’image du pitoyable président Macron qui, non content d’avoir été imprévoyant,  cherche à être comparé à Clémenceau dans les tranchées.

Tout comme l’hôpital public, l’armée française n’a plus les moyens depuis longtemps pour faire face de manière massive à une telle crise. Bien sûr, la responsabilité doit être recherchée, au minimum chez les trois derniers présidents qui ont diminué de manière drastique les moyens régaliens pour les rendre “rentables” : Sarkozy, Hollande et Macron.

.

Les hôpitaux militaires ne pèsent que 1% de l’hôpital public (lui-même déjà débordé et sans moyens suffisants). Il aura fallu 6 jours pour que cet hôpital militaire de campagne prenne en charge son premier patient et il ne possède que 30 lits en capacité de réanimation. Savez-vous que l’hôpital historique du Val de Grâce, qui a été fermé contre l’avis des spécialistes, est aujourd’hui à l’abandon et abrite une section Sentinelle alors qu’il avait une renommée mondiale ?

.

Si l’hôpital du Val-de-Grâce attire les convoitises du DAL (Note de RR, Droit au Logement) c’est parce qu’il est … quasi vide. Depuis l’été 2016, tous ses patients sont partis et l’ancien hôpital se cherche un nouvel avenir.

.

Le ministère de la Défense, en quête d’argent, avait décidé en 2014 de vendre ce très juteux patrimoine. Mais depuis, le site de 2,7 ha n’a toujours pas de repreneur. Plusieurs investisseurs privés le convoitent pour y implanter des équipements dédiés à la santé (pôle mondial de recherche et d’innovation thérapeutique ou hôpital centré sur le handicap), mais deux ministères sont aussi sur les rangs pour occuper les locaux. Le ministère de l’Intérieur songe à y implanter une« cité du renseignement » où les services des espions français seraient regroupés, tandis que le ministère de la Santé voudrait y créer un campus regroupant différents services de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

.

En attendant que l’Elysée tranche, des militaires de l’opération Sentinelle chargés de sécuriser les lieux publics dans le cadre du plan Vigipirate y sont logés.

.

Florence Parly, en bonne communicante, a envoyé un bâtiment de la Marine nationale en Corse pour transférer 12 patients, pour une capacité maximum de 15 à bord,  alors qu’un aller-retour en avion n’aurait pris que quelques heures… Le clou du spectacle médiatique fut sans doute la diffusion en version accélérée de la vidéo du montage de l’hôpital de campagne à Mulhouse, un peu comme la vidéo d’un des deux hôpitaux chinois construits en 10 jours…sauf que là, il s’agit de 30 lits au lieu de 2 000. Les militaires doivent avoir honte de voir ainsi leur manque de moyens mis en avant par des responsables politiques qui ne pensent qu’à leur ego.


.

Jean-Dominique Merchet explique parfaitement sur son blog la réalité des moyens des armées françaises :

 

Chaque jour qui passe nous permet de mieux mesurer la faiblesse des moyens dont disposent les armées en matière sanitaire.

On apprend que le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre, arrivé ce matin à Ajaccio en provenance de Toulon, transportera « douze malades » atteints du Covid-19, vers Marseille. Un bateau de 20 000 tonnes pour douze patients, sachant que ces capacités sont de l’ordre de « la quinzaine », selon le ministère des armées.

Vendredi un deuxième vol d’A330 Phénix en configuration Morphée a eu lieu de Mulhouse vers Bordeaux, avec six patients à bord. Sachant que 1) l’armée de l’air ne possède (sauf erreur de notre part) que deux kits Morphée, 2) qu’après chaque vol, « deux à trois jours » de reconditionnement (notamment pour la désinfection) sont nécessaires, 3) qu’un kit Morphée doit rester en alerte pour une éventuelle évacuation sanitaire (evasan) de blessés en Opex, on peut en conclure que le Phénix Morphée pourrait – en moyenne – effectuer trois vols sanitaires par semaine. Soit moins de vingt patients.

Les hôpitaux militaires (HIA) mobilisés disposent au total de 117 lits, dont 40 en réanimation. Auquel s’ajoutera l’EMR (élément mobile de réanimation) en cours d’installation à Mulhouse et qui offrira 30 lits supplémentaires. Soit un total de 70 lits de réanimation, comme nous l’écrivions dès lundi. 47 autres lits sont destinés à accueillier des patients hors réa (…)

Cette crise nous fait toucher du doigt d’une manière extrêmement concrète ce que signifient des mots comme « modèle d’armée complet » et « armée échantillonaire ». Beaux débats à prévoir dès lors que la crise sera surmontée

.

Par ailleurs, il nous explique aussi avec précision pourquoi il aura fallu autant de temps pour installer 30 lits :

.

Le ministère des Armées nous apprend (…) que les Elément militaires de réanimation (EMR), c’est-à-dire l’hôpital de campagne d’une capacité de 30 lits, sera « mis en oeuvre » à proximité de l’hôpital de Mulhouse « dans quelques jours ».

Ces « quelques jours » posent question. L’annonce a été faire lundi soir, 16 mars, par le chef de l’Etat, chef des Armées. On pouvait donc imaginer que l’affaire était en bonne voie. Or, on apprend 38 heures plus tard que « le personnel du Régiment médical (RMED) est projeté aujourd’hui [mercredi 18 mars] (…) Le compte-à-rebours est donc lancé : combien de jours faudra-t-il entre une annonce présidentielle et l’accueil du premier patient ? (…) De son côté, la Dicod assure que le ministère des Armées « n’a pas de date exacte, mais tout indique que cela sera avant le 27 mars ». Dans le Parisien, la ministre Florence Parly déclare que ce sera « le plus rapide possible » mais qu’il s’agit d’une « opération importante » pour les armées. Jeudi, la Dicod nous indique que « l’installation débutera cette fin de semaine » (…)

Un internaute nous précise que « le dernier Hôpital Militaire de Campagne, le 810ème HMC du RMED, a été dissous il y a 5 ans. Le SSA doit donc piocher dans l’ensemble de ses UMO pour monter de toutes pièces cet EMR et ça demande quelques délais… »

.

Le mal des armées françaises est profond :

 

Les armées font ce qu’elles peuvent, c’est-à-dire avec les moyens que le pays met à leur disposition et beaucoup d’engagement des personnels. Si le second ne fait pas défaut, force est de constater que les premiers ne sont pas à la hauteur de ce que les citoyens s’imaginent. La «  paupérisation  du Service de santé des armées  » est une réalité, que les images ne parviendront pas à masquer. Comme nous le confiait récemment un officier général, «il y a un décalage entre ce que les gens attendent de l’armée et ce qu’elle peut faire pour eux ».

Cet état de fait ne doit pas surprendre : depuis une génération, les armées ont été réorganisées dans une logique expéditionnaire, tout en préservant ce que les documents officiels qualifient parfois un peu pompeusement de «  modèle d’armée complet  ». Complet, certes, mais à des niveaux quantitatifs tellement faibles que d’aucuns, dans les milieux spécialisés, parlent d’ « échantillonaires  »

 

Le général Vincent Desportes confirme ces éléments et fait remonter la responsabilité politique jusqu’à Jacques Chirac :

 

“(…) L’offre de santé militaire a été drastiquement réduite lors des quinquennats de Chirac, Sarkozy et Hollande avec la baisse des budgets, puisqu’on a imaginé que n’importe quelle médecine pouvait faire le travail des médecins militaires. Ce qui est totalement faux ! (…)”

 

En attendant, plusieurs pistes sérieuses laisser penser que les armées françaises se préparent à renforcer le dispositif Sentinelle de manière massive (aujourd’hui estimé entre  4 et 7000 hommes), afin de soulager les forces de sécurité intérieure pour faire respecter le confinement.

En effet, Christophe Castaner a annoncé le 19 mars dernier qu’il envisageait un renfort du dispositif Sentinelle alors même qu’il avait sournoisement laissé entendre le contraire après l’intervention du président de la république le 17 mars dernier (“Il n’y a pas de mobilisation de l’armée pour contrôler nos rues (…) nos forces de sécurité intérieures seront largement déployées pour cela“. Voir la vidéo à partir de 25’00”) :

 

En lieu et place, le ministre Castaner annonçait ce jeudi, « une montée en puissance du dispositif Sentinelle » ; un dispositif mis sur pied au lendemain des attentats de 2015 en France, pour « faire face à la menace terroriste sur le territoire national et protéger les points sensibles du territoire ». Selon le ministre de l’intérieur, le dispositif ‘’Sentinelle’’, devrait mettre donc à contribution l’armée pour le renforcement de la sécurité, sans pour autant se substituer aux forces de police. « Ils ne feront pas de contrôle d’identité, ils sont là en appui » avait déclaré en substance Christophe Castaner.

 

Cette montée en puissance a eu lieu en 2015 suite aux attentats où près de 10 000 hommes avaient été déployés et où des effectifs supplémentaires avaient été accordés à l’armée de terre. Les conséquences de cette suractivité (OPEX + Sentinelle) ont été terribles sur la préservation des effectifs que le ministère des armées a aujourd’hui beaucoup de difficultés à fidéliser au point de vouloir recruter massivement en Seine-Saint-Denis.

Le commandement des armées est sans doute tiraillé aujourd’hui entre sa vocation naturelle à soulager la Nation en crise et le risque de voir ses effectifs fondre encore davantage d’ici un an si ils étaient à nouveau déployés en masse…surtout sans masque. 

 

https://www.lesalonbeige.fr/armees-francaises-comme-hopital-public-mensonges-detat/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


8 thoughts on “Armées françaises comme hôpital public : mensonges et faillite d’Etat ?

  1. Avatardurandurand

    L’armée française va devenir une armée de wesh-wesh ma gueule ,à force de recruter les allogènes dont une majorité sont anti-français et anti-France , cela nous promet ,leur promet bien des surprises et ce ne sera pas les premières que l’encadrement militaire aura , ils ont déjà oubliés la mutinerie sur le porte -avion Foch et dans les autres armes sur d’autres opex .
    Petit rappel.
    Dans la Marine, les officiers n’oublieront pas de si tôt la mutinerie de 1999 à bord du porte-avions Foch Dans la Marine, les officiers n’oublieront pas de si tôt la mutinerie de 1999 à bord du porte-avions Foch EmptyDim 13 Déc 2009 – 14:40
    He oui !!

    Raoul

    « LE VER EST DANS LE FRUIT, DANS L’ARMÉE COMME DANS LE PAYS !

    * Et s’il y avait un conflit entre la France et l’Algérie ? Aïcha, attirée par l’armée, ne s’imagine pas faire la guerre contre les siens:
    « Dans ma tête, je suis algérienne, je ne me sens pas française. Pour moi, l’armée c’est pas le fait de se lever pour une nation, c’est découvrir un métier.. »
    * Un rapport du Ministère de la Défense de janvier 2007 invoque « l’attitude intransigeante et revendicative tournant à la provocation » des JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine) et de « la surdélinquance au sein même de leur régiment. »
    * Un jeune officier parachutiste raconte que, dans son unité, les JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine, dans le langage militaire) passent leurs journées au foyer à boire de la bière en regardant des films pornos et qu’à la moindre réflexion, ils adressent au chef de corps un rapport dénonçant le racisme de l’officier qui, convoqué par le colonel, est obligé de revenir sur la sanction. (tiré du Libre Journal de la France Courtoise n°411.)
    * A Saint-Cyr, on envisage la mise en place d’un système inspiré de celui de Sciences-Po et de ses conventions avec des lycées de zones d’éducation prioritaires. «L’objectif c’est de pouvoir appeler un jour le général Ben Babrouf ou le colonel Mohamed »L’état major.html (source)
    * Dans la Marine, les officiers n’oublieront pas de si tôt la mutinerie de 1999 à bord du porte-avions Foch. Une soixantaine d’engagés volontaires, tous de parents maghrébins, avaient pris en otage leur officier. Après s’être retranchés 2 jours dans la cafétéria du porte-avions, ils avaient dû être délogés par un commando de fusiliers-marins. Ces « beurs » réagissaient contre une punition collective infligée à la suite d’une rébellion survenue lors d’une mission au large de la Yougoslavie au cours de laquelle les Super-Etendards avaient effectué des frappes sur le Kossovo considéré par les recrues musulmanes comme un sanctuaire islamique.
    Les jeunes « Français » d’origine maghrébine commettent 3,5 fois plus de désertions, 6 fois plus de refus d’obéissance, 6 fois plus d’outrages à supérieurs et 8 fois plus d’insoumission.
    * L’aumônier musulman en chef des armées françaises prépare l’organisation du prochain pèlerinage à La Mecque pour une quarantaine de soldats et une équipe d’aumôniers. Le projet lui tient particulièrement à cœur . »
    */_Fin de citation_/*
    https://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org/t4588-dans-la-marine-les-officiers-n-oublieront-pas-de-si-tot-la-mutinerie-de-1999-a-bord-du-porte-avions-foch

    1. AvatarANNIE MEKAVECHELO

      J’ai embarqué sur le FOCH en 1998,1999 (période des missions en Adriatique) et 2000 mais je n’ai jamais entendu parlé de cette mutinerie pourtant je passais devant la CAF environ 10 fois par jour pour aller de la tranche PAPA à la tranche DELTA.
      Les recrutés en charge du catapultage des aéronefs venaient des cités pour l’essentiel. Le travail n’exige pas de bagage culturel. Le boulot était exigent car dangereux. J’ai vu un jeune à deux doigt de se faire écraser par un CRUSADER au moment de passer l’élingue sous la bestiole. A l’époque, la meute était encadrée et dirigée par un vieux premier maître fusilier commando de 1,85 m qui mettait des baffes aux jeunes qui faisaient les malins. Je me rappelle de lui comme ci c’était hier. ça marchait droit et je peux vous dire que quand il ouvrait sa gueule, les branleurs lui obéissaient. Il avait une autorité incroyable et je crois que les jeunes aimaient ça.
      Un soir, au carré, il a collé une droite au président des officiers mariniers de l’époque qui était un AERO. En principe, il n’y aurait pas dû avoir de vague mais le maître MACHIN a porté l’affaire. Le fusilier marin a été débarqué sur le champ avec sanction disciplinaire à la clé. Tout le monde à bord était consterné car il tenait son équipe d’une main de fer et n’aurait jamais dû être sanctionné pour si peu. Mais la hiérarchie était déjà contaminée….

  2. AvatarAlexcendre 62

    Après cette crise il y aura des comptes a demander et des procès pour hautes trahisons a organiser , d’ailleurs des Sarko et des Hollande sont bien silencieux et leurs cliques respectives adoptent le même profil .Notre peuple avec le nombre impressionnant de morts de leurs fautes ne pourra pas laisser passer ça , ils devront défiler en chemise dans les rues de la capitales et des grandes villes avant d’être jugés . Tous leurs biens devra être confisqués sans aucune complaisance , la France doit montrer au monde qu’elle sait faire autres choses que taper et d’éborgner des gilets jaunes qui commençaient a crier leurs misères .

  3. AvatarCéline

    Notre état est incapable de protéger ses citoyens. Il est inexistant noyé dans 1 Europe qui suffoque elle aussi. Il a trahi et abandonné les citoyens lambdas à leur sort.
    A tous ceux qui ont peur de faire tomber le pouvoir en place qui ont peur de « l’anarchie », posez-vous la question. Quel est le pire, l’anarchie ou l’abandon?
    D’ailleurs l’anarchie nest pas le mot juste puisque la majorité des citoyens souhaite simplement avoir un pouvoir décisif, ce serait juste une transition à un nouvelle république puisque l’actuelle est morte.
    Réveillez vous! La france providence est morte! Arrêtez de pleurer sur vos salaires vos retraites vos prestations sociales…. c’est de l’histoire ancienne.
    On sait déjà qu’on va morfler après la pandémie. Quitte à en baver, je préfère repenser et reconstruire mon pays et instaurer un nouveau système incorruptible (oui ça paraît utopique). Quel pays voulez vous laisser à vos enfants? Il n’en reste déjà plus grand-chose, c’est urgent.

  4. AvatarGillic

    En plus du manque de crédit, n’ oublions pas que l’ armée française recrute dans les banlieues à problèmes depuis au moins 30 ans !!! Quand cela va péter, il faudra se méfier de tout ce beau monde !!!!

  5. AvatarBayard

    Depuis le démantèlement de l’URSS les gouvernements successifs n’ont pas cessé de réduire les budgets et effectifs militaires et ça continue ! Le résultat c’est une armée qui d’ici peu pourra tout juste assurer le défilé du 14 juillet ! Ce qui n’empêche pas le pouvoir de la faire intervenir tous azimuths et à tout moment (opérations extérieures, Sentinelle, etc…). Les militaires et leurs matériels sont sous tension permanente bien que les moyens que nous envoyons à l’extérieur soient très insuffisants. Beaucoup d’entre eux ne renouvellent pas leur contrat ce qui conduit et conduira de plus en plus l’armée à réduire ses exigences de recrutement, et à incorporer des éléments dont la valeur morale, la motivation,sont à l’opposé des standards recherchés. Les conséquences à moyen termes seront catastrophiques !!!!

  6. AvatarJoël

    Les soignants militaires seront récompensés comme il se doit : ils seront en tête du défilé du 14 juillet.
    Puis…au revoir et à l’année prochaine.
    Je confirme ce que dit l’internaute à propos des HMC.
    Lorsque j’étais d’active, un hosto de campagne était monté en 24h.
    Je suis tombé sur le Q lorsque j’ai vu à la télé qu’il leur avait fallu une semaine et même pas en territoire hostile donc avec une logistique théoriquement sans faille (du moins sur le papier).
    Faut vraiment pas qu’il y ait une guerre.
    Ça me rappelle la vieille blague sur l’adjudant :
    Allez hop, tout le monde le camion !
    Mais…mon adjudant, y a pas de camion ???
    Bon, ben descendez du camion.

  7. AvatarBobbyFR94

    L’armée était le dernier rempart avant le peuple, vous voyez tous ce qu’il en reste !!!

    Donc, au vu des évènements, PREPAREZ-VOUS, l’effondrement de la France est imminent, et avec celui-ci, la guerre éthnico-religieuse !!!

    Si le virus a montré ce qu’il en était du macronnard et de son gouverneMENT, de ses décisions sanitaires, qui ont fait TOUT le contraire de ce qu’il aurait fallu faire..;et avoir – je parle du stock de masques, de respirateurs, de la possibilité d’en produire… – sachant que l’armée n’est plus que l’ombre d’elle-même, à votre avis, dans combien de temps le NAZISLAM va-t’il réaliser que rien ne peut plus s’opposer à l’invasion OFFICIELLE de la France ?

    Malheur aux vaincus, mais bonjour les Patriotes !!! Rappelez-vous bien, l’ennemi ne fera aucun cadeau, et c’est toujours lui qui vous désigne comme tel !!!!

Comments are closed.