Pas possible, ils allaient nous envoyer le franco-sénégalais Pape Diouf malade du corona !!! ???


Pas possible, ils allaient nous envoyer le franco-sénégalais Pape Diouf malade du corona !!! ???

.

Pape Diouf, journaliste, à la tête de l’OM de 2005 à 2009, OM qu’il a propulsée parmi les grands. Bravo à lui, hommage à lui.

Mais… 

Mais je constate que Pape Diouf vivait à Dakar, mais que, alors qu’il était malade, il fallait le « rapatrier » (quel joli nom) en France. Faudrait savoir. La patrie de Pape Diouf c’était le Sénégal ou la France ? Est-ce que le France est juste bonne à héberger et soigner les migrants et les malades africains, même ceux qui ne la considèrent pas comme la mère patrie ? Même ceux qui la considèrent comme raciste ? 

.

Pourtant la France reconnaissante était prête, hier soir à « rapatrier » Pape Diouf par avion sanitaire. 

Mazette. Combien de Français-Français  malades du corona peuvent-ils prétendre à être rapatriés par avion sanitaire ? J’aimerais avoir des chiffres.

.

Mais il y a plus grave. Est-il légitime, en cette période de confinement, d’hôpitaux qui débordent de nos malades, de transporter d’un continent à un autre des malades susceptibles de contaminer d’autres personnes, via aéroport, avion, soignants, ambulances ? Je croyais que les frontières étaient fermées… On avait appris récemment, par le témoignage d’un  jockey que Roissy c’est porte ouverte, on entre en France comme dans un moulin, et les douaniers se soucient comme de l’an 40 de savoir si vous apportez dans vos bagages le corona au chauffeur de taxi, à l’épicier, à l’hôtesse de l’air, à vos compagnons de voyage… Apparemment donc les malades ont porte ouverte chez nous, même en ces temps de pandémie où toute circulation entre pays devrait être strictement interdite…

.

Cerise sur le gâteau, Pape Diouf, qui voulait se faire soigner en France avait copieusement dénoncé le « racisme de la France » quand il était à la tête de l’OM. « Je suis le seul président noir d’un club en Europe. C’est un constat pénible, à l’image de la société européenne et, surtout, française, qui exclut les minorités ethniques. »Premier journaliste africain responsable de rubrique sportive en Europe, premier agent de joueurs africains, premier manageur sportif d’un grand club européen. Avec tout ce que les joueurs africains ont apporté au foot ici, c’est bien le moins qu’on s’aperçoive de ce que nous pouvons aussi apporter en dehors du terrain. 

Diouf dénonçait une société  où « aucun Noir ni Arabe n’est à la tête d’une grande entreprise« . Le football serait donc à l’image de beaucoup d’entreprises actuelles, dirigé par des Blancs et pratiqué par des Noirs et des Arabes…

Je ne sais pas vous, mais j’en ai par-dessus la tête d’entendre des gens qui nous considèrent comme racistes prêts à tout pour venir chez nous se faire soigner (entre autres), quitte à nous contaminer (ça c’est la cerise sur le gâteau)

.

Résumons 

Le Français moyen est considéré comme un sale gosse qui serait responsable de la pandémie parce que capable d’oublier de prendre son aussweiss quand il va chercher son pain et on le confine, on lui fait la morale partout, dans la rue, sur les panneaux municipaux, dans les magasins, à la télé… il est condamné à payer 135 euros s’il va nourrir son cheval en train de crever de soif à plus d’un km de son domicile…

.

Pendant ce temps, les racailles ne sont pas obligées, elles, de se confiner. Que voulez-vous, c’est trop dur de vivre enfermé en appartement (quand on s’appelle Mohamed mais pas quand on s’appelle Paul, va comprendre, Charles).

.

Pendant ce temps, Macron joue le grand numéro de la décentralisation du corona en envoyant à grands renforts d’images télévisées des patients du grand est ou d’IDF à Bordeaux ou Angers…

Les Pieds Nickelés à la manœuvre (saison 2) ont mobilisé 150 soignants pour transférer 24 patients !

.

Pendant ce temps, la France ( qui d’autre ? ) organise et paye le « rapatriement » d’un Franco-sénégalais atteint du virus depuis Dakar… Il avait le droit, lui, d’être soigné en France ? Où ça ? Il devait atterrir à Nice… Où avaient-ils prévu de l’envoyer ? Chez Raoult ? 

.

Va encore nous faire des cacas nerveux, petit Micron, on n’est pas prêts d’arrêter de le critiquer.

Selon le Parisien, petit Macron nous ferait un caca nerveux, ne supportant pas les critiques

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


24 thoughts on “Pas possible, ils allaient nous envoyer le franco-sénégalais Pape Diouf malade du corona !!! ???

  1. AvatarChristian

    On devrait plutôt affréter un avion pour leur envoyer Sibeth car avec ses bons conseils elle devrait leur être plus utile à ses frères Sénégalais qu’à nous les gaulois réfractaires trop cons pour savoir mettre un masque.

  2. AvatarWar gear

    Je me suis fait la même réflexion certainement un signal de plus de notre folle nationale à ces congénères africanoarabinomusulmans

  3. Avatarcédric

    J’espère les allemands à qui on a envoyé je ne sais combien de patient parce qu’on est les clochards de l’europe ne pensent pas la même chose de nous (quoi que peut être qu’on a envoyé que des blancs et que ça passe mieux)

    1. AvatarVictoire de Tourtour

      @cedric
      On est en Europe, non ? L’UE présente tellement d’inconvénients ordinairement que, dans un cas grave, un pays peut donner un coup de main aux autres Européens.
      Les authentiques racistes sont les gens comme vous, qui considèrent que les Africains appartiennent à une race inférieure, infoutue de faire quoi que ce soit, pas même de se soigner, race que nous, race supérieure , avons le devoir de prendre en charge.
      Tel est l’authentique racisme.
      Et nous en avons marre et plus que marre.

  4. Avatardurandurand

    Il est sénégalais il vit dans son putain de pays , et bien qu’il y reste , il est malade là-bas qu’il se soigne là-bas puisqu’il parait que l’Afrique à de très bons médecins et de biologistes donc ils sont capable de le soigner le pape diouf , ON NE VEUT PAS DE TOI CHEZ NOUS RESTE DANS TA BROUSSE !

  5. Avatarclaude t.a.l

    Pas de quoi s’étonner …..

    La République du Centre publiait hier un article titré  » Dans le Loiret, les conditions de confinement des jeunes isolés étrangers ne garantissent pas toujours leur sécurité « .

    https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/dans-le-loiret-les-conditions-de-confinement-des-jeunes-isoles-etrangers-ne-garantissent-pas-toujours-leur-securite_13771033/

    Cet article reprenait les arguments d’un article de merdiapart intitulé
     » Urgence pour les Jeunes Isolé·es Étranger·es du Loiret face au Covid-19  »

    https://blogs.mediapart.fr/theo-roumier/blog/240320/urgence-pour-les-jeunes-isole-es-etranger-es-du-loiret-face-au-covid-19

     » nous appelons l’ensemble des autorités administratives à tout mettre en œuvre pour que les jeunes isolé·es étranger·es ne soient plus en danger. »
    Qu’ils disent.

    C’est la priorité du moment !

    Banco ! Allons-y !

    Moi aussi je suis d’accord pour  » tout mettre en œuvre pour que les jeunes isolé·es étranger·es,ne soient plus en danger.  »

    Alors réexpédions-les tous dans leur pays, vite fait !

  6. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Rien à dire !

    Le nationalisme, le patriotisme, le racisme, les frontières, l’entre-soi ; c’est bien ; C’EST VITAL…

    EN AFRIQUE !

    –  » Au Sénégal, «la main de l’étranger», bouc émissaire idéal de la crise du coronavirus ? »-
    :::: https://sptnkne.ws/BT3B
    01.04.2020

    L’apparition brutale du Covid-19 a favorisé une levée de boucliers violente contre les étrangers dans certains pays africains, dont le Sénégal. Mais pour les experts interrogés par Sputnik, elle ne fait que réveiller des angoisses en somnolence.

    «Le Sénégal, à l’instar de la communauté internationale, est appelé à lutter contre un ennemi invisible qui, de la même manière qu’il traverse allègrement les frontières, ne fait aucune distinction de race, de religion, de statut social ou de genre. Dès lors, aucune forme de stigmatisation ne doit être entretenue ni envers nos compatriotes vivant à l’étranger, encore moins envers les autres étrangers vivant parmi nous.»

    En effet, le 2 mars dernier, l’annonce du premier cas de coronavirus –un ressortissant français vivant à Dakar de retour de vacances en région Auvergne-Rhône Alpes– a été le point de départ d’un torrent d’accusations contre les «étrangers» porteurs de «malheurs». Et les trois cas déclarés par la suite, des patients européens, sont venus «corroborer» cette thèse. Un quotidien sénégalais a cru alors résumer la situation avec un titre évocateur: «Un hôte étranger parmi nous».

    #Coronavirus : Amadou Ba dit stop à la stigmatisation

    👉https://t.co/Eg6MX6Om0Y #Kebetu #Senegal @amadou_ba_ pic.twitter.com/IZNFT9Vtpa
    — Le journal de Dakar (@JournaldeDakar) March 28, 2020

    Le même phénomène de stigmatisation s’est produit en Éthiopie, où le premier ministre Abiy Ahmed a dû appeler ses compatriotes à la tolérance en réaction à des attaques contre des étrangers. «Il est important de noter que le virus n’est lié ni à un pays ni à une nationalité. (…) Tout le monde est égal devant le risque… Ne laissons donc pas la peur nous voler notre humanité.»

    Alors ! Rien à dire ?!

    Y’a trop d’blancs en Afrique ! et pourtant, y’a pas mal de noirs aussi et surtout ! Du reste, les noirs sont majoritaires partout en Afrique, dans tous les secteurs de chaque pays. Pas de lutte pour la diversité, y’a pas de diversité.

    Personne pour dire qu’en Afrique Y’A TROP De NOIRS.ES !

  7. AvatarALEX 28

    Les Thuram et les Diallo vont quand même nous expliquer qu’à Dakar, les épidémiologistes sont ultra compétents, et la technologie médicale égale à celle des blancs …. Peut-être supérieure ?

  8. AvatarChristian Jour

    Eh oh on est en France et la France ne fait pas parti de l’afrique. DEHORS. D’ailleurs il faut leur retourner leur africain qui n’on rien à foutre en France à part nous pourrir la vie. Remigration et vite, ça pue.

  9. ConanConan

    Avec sa position à l’OM il est sans doute devenu milliardaire avec domiciliation dans un paradis fiscal comme tous les membres de clubs de milliardaires ?
    S’il n’a jamais payé ni impôt ni cotisation sociale en France, ce type n’a pas a être récupéré par avion sanitaire et à occuper la place d’un malade français, avec tous les risques de contagion inhérents à un tel voyage ! Quel budget !
    Ah que j’aimerais que cette situation puisse être vérifiée !
    Mais les français sont tellement cons !….

  10. ConanConan

    « Ils allaient » ….Donc, il ne sera pas « rapatrié » ?…
    Par contre, oui, je ne suis pas passé à Roissy, mais je me doute qu’il n’y a rien de changé : 1 billet d’avion « aller simple » depuis Ouagadougou ou Bamako et à moi les allocs et les soins !!!…..
    La France aux fesses grandes ouvertes ! Il faut croire qu’on aime ça en hauts lieux ????!!!!!!!!!!!!…………………. Quand on voit ce qu’ils font de notre pognon, de notre travail !
    C’est bien pour cela que je ne jetterai pas la pierre aux réfugiés fiscaux et surtout pas à Alain Delon !!!… Et je n’oublierai jamais son commentaire à une journalope qui n’avait pas arrêté de le titiller sur ses prétendues relations avec JMLP : « Et vous me demandez maintenant quels sont les meilleurs souvenirs de ma vie … Hé bien figurez-vous que je les situe pendant mon séjour en Indo !.. Quand, après avoir été un jeune paumé, je me suis retrouvé, enfin, entouré d’hommes… des vrais !… »

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Pardon j’aurais dû le dire dans l’article il est décédé hier avant le départ de l’avion

      1. ConanConan

        Autant pour moi, n’écoutant plus les « niouzes » et surtout pas celles relatives au jeu de la balle au pied, j’ignorais que ce grand homme d’affaires nous avait quitté …
        N’empêche : un avion sanitaire avait été affrété …Aux frais de la ss ?
        Paix à son âme !

  11. AvatarWar gear

    Les mamas africaines et les Fatmas nord africaines ont toutes décrochées leur téléphone en urgence en beuglant sur leur fils respectif joueur de football en France en leur disant surtout de ne pas accepter d’avoir leur salaire amputé des deux tiers pendant le confinement . l’Afrique à trop besoin de l’argent de ces crétins de supporters blancs.

  12. AvatarMountain

    Ca critique à tout va la France ,mais dès qu’il y a un problème de santé, ils rappliquent, qu’ils aient au moins la RECONNAISSANCE de ce que la France fait pour eux .C’est ca les gens ingrats voient toujours ce qu’on ne fait pas pour eux plutôt que de voir ce qu’on fait pour eux et ils y en a plein comme ça en France.

  13. Avatarwar gear

    Le non miscible devient miction (expulsable) ou Coalescence et tensions interraciales

    par Antonin CAMPANA

    « Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un
    moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français » (Charles de Gaulle, rapporté par Alain Peyrefitte). Ce 05 mars 1959, le général de Gaulle venait intuitivement d’appliquer aux populations les principes élémentaires de la mécanique des fluides !

    Le processus est bien connu, vérifiez-le avec de l’eau, ce sera plus visible qu’avec du vinaigre. Ainsi, quand on agite vigoureusement un mélange d’huile et d’eau on voit nettement des gouttelettes sphériques d’huile se disperser dans l’eau. Mais dès que l’on cesse cette action, les molécules d’huiles et les molécules d’eau se séparent et se rassemblent selon leur nature. Le processus physique en action s’appelle la « coalescence ».

    La coalescence est donc un phénomène par lequel les éléments dispersés d’une substance identique ont tendance à se réunir. Les physiciens nous expliquent que ce processus de rassemblement s’opère sous l’action de ce qu’ils appellent la « tension interfaciale ».

    Voilà, approximativement, comment cela se passe :

    Les molécules d’huile situées en périphérie des gouttelettes d’huile sont en contact avec les molécules d’eau. Elles interagissent donc avec celles-ci alors que celles qui sont au centre des gouttelettes n’interagissent qu’avec leurs semblables. Même chose, bien sûr, pour les molécules d’eau. Il s’ensuit que les deux matières, l’huile et l’eau, ne sont pas rigoureusement dans le même état à leur interface et en leur milieu. Le contact entre molécules d’eau et molécules d’huile rend donc le milieu instable. Chaque molécule est attirée par son propre milieu (force de cohésion) et une « tension », dite « interfaciale », s’exerce là où les deux milieux se touchent. Cependant, comme tous les systèmes, le système engendré par le mélange d’huile et d’eau tend naturellement vers un équilibre qui correspond à la configuration de plus basse tension. Le système modifie donc son organisation pour diminuer l’aire de contact entre les deux milieux. A volume égal, une sphère unique présentera moins de surface de contact que plusieurs sphères dispersées. Les sphères dispersées vont donc se réunir progressivement en une sphère unique. D’où la coalescence observée !

    Mais, le principe physique de la coalescence peut-il s’appliquer à des populations ? On notera tout d’abord que la coalescence se produit généralement dans des fluides. On observera ensuite qu’une population se comporte, sous bien des aspects, comme une sorte de « fluide ».

    Un fluide est un « milieu matériel parfaitement déformable » dit Wikipedia. Or, quoi de plus « déformable » qu’une population ? Celle-ci peut être dispersée et quasiment réduite à l’état gazeux (« le peuple juif au milieu des nations »). Tel un liquide, une population peut s’écouler hors de ses frontières (l’immigration africaine) et remplir un nouvel espace (Grand Remplacement). Tel un solide, une population peut au contraire former un bloc résilient et compact face à l’envahisseur (la France de la 1ere guerre mondiale). La transition entre les états gazeux, liquide et solide peut être lente, sous l’effet de forces démographiques, culturelles ou économiques, voire brutale, sous l’effet par exemple d’un effondrement militaire.

    Si l’on postule qu’une population peut (aussi) s’analyser comme un fluide, alors nous devrions pouvoir vérifier que le principe de coalescence s’applique également aux populations. L’exercice sera d’autant plus facile que le régime en place organise aujourd’hui le mélange artificiel de populations aussi différentes que le sont l’huile et l’eau. Et que constatons-nous ?

    Tout d’abord, que les « molécules autochtones » situées en périphérie du peuple autochtone (la « France périphérique ») sont en contact avec des « molécules allochtones ». Elles interagissent avec ces dernières alors que les molécules autochtones qui sont au centre du milieu autochtone (la France des métropoles) n’interagissent qu’avec d’autres molécules autochtones. Il s’ensuit, voyez Christophe Guilluy, que face à l’immigration et au vivre-tous-ensemble, les molécules autochtones réagissent différemment selon qu’elles résident au centre ou à la périphérie. Les molécules de la périphérie subissent directement l’immigration de peuplement et réagissent en conséquence, soit par la fuite, soit par la résistance (vote FN), soit par les deux. Les molécules du centre, cultivant un entre-soi rigoureux et protégées de toute promiscuité avec la matière étrangère, ignorent, méprisent et ne comprennent pas les tensions qui animent les molécules de la périphérie. Il s’ensuit que la matière autochtone, notre peuple, n’est pas « rigoureusement dans le même état à sa surface que dans son milieu ». Cela, bien sûr, se traduit politiquement : LREM pour les molécules du milieu, RN pour les molécules de l’interface.

    Notons, d’ailleurs, que la même configuration doit pouvoir être observée dans la matière allochtone. Les molécules allochtones vivant au centre des banlieues ne connaissent et ne comprennent sans doute pas les problèmes des molécules allochtones au contact de la matière autochtone. La fracture entre allochtones vivant de l’économie parallèle, au centre des banlieues, et allochtones « intégrés », dans l’obligation de composer avec le milieu autochtone, est sûrement aussi profonde que la fracture entre Autochtones vivant au centre des métropoles et Autochtones subissant la présence étrangère.

    On observera néanmoins que chaque molécule humaine est attirée par son propre milieu (force de cohésion). Les Autochtones, qu’ils soient au centre ou à la périphérie, entendent préserver leur mode de vie autochtone. Les allochtones, quant à eux, qu’ils soient « intégrés » ou pas, sont séduits par les valeurs culturelles ou religieuses qu’ils ont héritées de leurs parents. Une force de cohésion s’exerce sur les deux milieux humains, sans que ceux qui les composent en soit forcément conscients. Chacun des deux milieux se replie sur lui-même et s’arcboute sur son identité. Aussi les zones de contact entre la matière autochtone et la matière allochtone sont-elles des zones de plus en plus instables. La délinquance, les agressions, la chute des prix de l’immobilier et, globalement, le recul des populations autochtones, caractérisent cette instabilité. Au niveau individuel, lorsqu’on ne peut éviter le contact avec l’Autre, l’instabilité se caractérise par des relations superficielles et peu durables. On se fréquente rarement par plaisir.

    En résumé, on observera que la population vivant en France peut être analysée comme un système instable animé de fortes tensions internes. D’où le phénomène de coalescence que l’on constate !

    En effet, à l’instar des fluides classiques, la population multiethnique instable va tendre « naturellement vers un équilibre qui correspond à la configuration de plus basse tension ». Le système social va naturellement modifier son organisation pour diminuer l’aire de contact entre les milieux autochtones et allochtones. De même, qu’à volume égal, une sphère unique présente moins de surface de contact avec l’autre milieu que plusieurs sphères dispersées, une population rassemblée présentera moins d’occasions de contacts avec l’autre population qu’une population dispersée. Si mon environnement est autochtone et homogène, je verrais moins d’étrangers que s’il est métissé. Diminuer les points de contacts revient à diminuer les risques de conflit : contrairement à ce que pensent les bobos enfermés dans leur entre-soi, plus les Autochtones et les allochtones se connaissent, moins ils s’apprécient. A un certain niveau, la séparation devient un gage de paix sociale. La coalescence qui en résulte se fera selon le principe éprouvé : « Qui se ressemble s’assemble » !

    Nous dirons que la coalescence, c’est-à-dire le rassemblement des populations selon leur origine, ou si l’on préfère, pour reprendre notre définition, le phénomène par lequel des individus dispersés d’une population identique ont tendance à se réunir, est un processus naturel actionné par le besoin des systèmes, y compris sociaux, de parvenir à l’équilibre. Or, c’est une loi physique : pour parvenir à l’équilibre, ces systèmes n’ont pas d’autres moyens que de diminuer les « tensions interfaciales » qui s’exercent là où les deux milieux se touchent. Et les « tensions interfaciales » dont parlent les physiciens ne sont rien d’autres que les « tensions interraciales » rapportées par les sociologues et les historiens. Un régime politique aspirant à la concorde civile favoriserait donc le caractère naturellement coalescible des populations et ne chercherait jamais à le gommer, comme le fait pourtant la République.

    Au début de cet article nous avons dit que l’huile et l’eau mélangées se séparaient automatiquement quand l’on cessait d’agiter vigoureusement le récipient qui les contenait. Imaginons que le récipient soit la France. Imaginons qu’il ne s’agisse pas d’huile et d’eau, mais, comme nous l’avons dit, de populations aussi différentes que le sont l’huile et l’eau. Question : qui agite le récipient ?

    A l’évidence le régime en place ! C’est lui, en effet, qui a conçu le mélange, nous assurant qu’il serait stable et enrichissant pour tous. Et c’est bien lui qui secoue la France en voulant « intégrer » de force des immigrés au milieu de notre peuple, en les dispersant dans nos campagnes, en leur réservant des emplois protégés, en obligeant la « mixité sociale », en restreignant la visibilité de notre culture… C’est bien lui enfin qui, méprisant toutes les lois de la physique des fluides, multiplie et augmente les « surfaces de tension interfaciale », précipitant ainsi notre pays vers la guerre civile.

    Le régime est coupable ! Nous lui proposons une solution, s’il veut durer encore un peu : qu’il reconnaisse le droit à l’existence du peuple autochtone de France et qu’il reconnaisse son droit à la coalescence. Il diminuera ainsi des tensions interraciales qui ne profitent à personne… et nous pourrons utilement préparer le « monde d’après » !

  14. AvatarHervé

    Attendons,que le coronavirus ait disparu;et ce sont des millions d’autres Africains comme lui,que nous verrons arriver chez nous;et c’est à cela,que nous devons nous préparer. Entre Macron et les Africains,c’est une histoire de choix personnel,issu de sa maladie mentale,qui nous est inaccessible,en apparence. Macron paraît normal,mais l’image de l’homme blanc,pour lui,est insupportable,dans son esprit et il doit la remplacer par l’homme noir. Nous sommes tous victimes de la maladie de ce pervers narcissique,et s’il est au pouvoir,ce n’est pas un hasard. Soyons certains,qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir,pour envahir notre pays d’Africains;et uniquement des hommes,comme c’est déjà le cas,pour qu’ils fassent des métis avec les jeunes filles Françaises. Ce pervers ne veut plus de blancs,c’est une certitude,et ce sont les mondialistes,qui tiennent les rênes de l’Europe,qui l’ont installé au pouvoir,grâce leurs médias,leurs combines et surtout leur fric.

  15. AvatarChristian Jour

    Pour faire des économies, plus un sous pour les pays ,d’afrique. et les africains tous dehors, sans hallocs. De toute façon ils disent qu’ils ne sont pas Français. Donc aucun remord.

  16. Avatarpalimola

    Je n’avais rien contre ce monsieur mais qu’il emporte avec lui sa morale a la con sur le manque de noirs a de hautes responsabilités , en afrique ils occupent ces postes et on voit ce que ça donne ( d’ailleurs un blanc ne risque d’y accéder ) .
    Ce monsieur est venu faire sa vie et se remplir les poches chez nous il aurait dû être au moins reconnaissant ….un minimum ..Et puis tous ces gens qui veulent être entouré d’africains et bien qu’ils aillent vivre en afrique on les retient pas , je pense aussi a un certain yannick noa qui lui aussi trouve beaucoup a redire sur nous mais lui aussi ne vit pas en France la plupart du temps par contre la monnaie il l’a mise a la poche …………

  17. AvatarGillic

    Il est mort dans son pays le Sénégal !!! Que tous ces pays africains profitent de leur indépendance et qu’ ils nous lâchent la grappe nous les racistes !!!!!

Comments are closed.