Le Coronavirus n’est pas la cause du mégakrach boursier


Le Coronavirus n’est pas la cause du mégakrach boursier

.

Voila deux mois, j’ai publié sur YouTube une vidéo intitulée « Le mégakrach aura bien lieu ». Je répondais dans cet exposé à une interview pour le journal « Les Échos » de David Solomon, patron de Goldman Sachs, qui se voulait rassurant quant à la situation financière mondiale. Selon lui, les bases étaient très solides, et seules les politiques populistes de Trump et des autres risquaient de conduire à une récession.

À travers cette interview, j’ai senti qu’il s’agissait avant tout de trouver des boucs émissaires à la catastrophe en gestation, qui viendrait infailliblement compte tenu de la situation totalement dégradée de la finance mondiale, déréglée par une spéculation débridée, encouragée par les politiques laxistes des banquiers centraux, et totalement hors de contrôle des gouvernements, incapables de mettre un frein à tout cela, de réguler les activités financières.

Aujourd’hui, la catastrophe annoncée par plusieurs économistes, dans l’indifférence des médias qui ont refusé de relayer ces analyses, semble se produire bel et bien sous nos yeux. Depuis trois jours, les cours ont chuté de 20 % sur les principales places mondiales. Et il est peu probable que la tendance se retourne, tant les mauvaises nouvelles s’accumulent : paralysie de l’économie italienne, qui se propagera sans doute à d’autres pays européens, effondrement des cours du pétrole, banques en très grandes difficulté… Le mégakrach est là, et bien là. Ces effets seront terribles, probablement plus qu’en 2008, car à l’époque les États avaient surmonté la crise, empruntant massivement pour sauver les banques en faillite : aujourd’hui, cette solution n’est plus d’actualité, les États sont au bout de leurs capacités d’endettement.

.

On nous dit que le Coronavirus est la cause de tout cela. En fait, ce n’est qu’un prétexte pour dédouaner les vrais responsables de la crise : la finance internationale, les banques centrales, et les politiques qui ont laissé faire. Voire qui ont organisé les institutions et les réglementations au service exclusif de cette finance folle et avide. La panique qui entoure l’épidémie de Coronavirus est la mèche qui a mis le feu à une poudrière économique et financière mondiale organisée pour le profit exclusif des spéculateurs.

.

Les mois et les années à venir seront très durs pour nous tous : nous allons à nouveau être sollicités pour renflouer les banques en faillite. Alors que nous-mêmes, nos entreprises, nos commerçants, nos artisans, nos hôteliers, restaurateurs, nos agriculteurs, seront en grande difficulté. Cette crise qui s’annonce sera sanglante, mais elle sera pour nous tous l’occasion ultime de nous débarrasser de l’emprise mortifère de la finance sur le monde, la politique, l’économie, la culture et les médias : ne la laissons pas passer.

Les politiques qui nous gouvernent, les mêmes qui ont été placés là où ils sont avec le soutien des financiers, vont nous solliciter pour renflouer la banque en perdition : il vont agir pour maintenir coûte que coûte le système pourri à flots. Cette fois-ci, il ne faudra plus faire confiance : exigeons que les activités financières soient mises au pas, une bonne fois pour toute, et œuvrent au service de l’économie, et non pour parasiter la planète entière.

https://ripostelaique.com/le-coronavirus-nest-pas-la-cause-du-megakrach-boursier.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Avatar

Consultant, écrivain, politologue. Diplomé de Science Po Paris. Auteur de "OPA sur l'Elysée" et "La mondialisation totalitaire


5 thoughts on “Le Coronavirus n’est pas la cause du mégakrach boursier

  1. AvatarGloup la grenouille

    Extraits : ‘ Nous allons à nouveau être sollicités pour renflouer les banques en faillite ‘ – ‘ Les politiques qui nous gouvernent (…) vont nous solliciter pour renflouer la banque en perdition ‘ .
    Vu ce qui nous attend, plutôt que parler de sollicitation (ce qui suppose l’accord de la personne sollicitée), il eût été plus juste d’écrire :
    – Nous allons à nouveau être lourdement taxés pour renflouer les banques en faillite.
    – Les politiques qui nous gouvernent (…) vont imposer de nouvelles taxes pour renflouer la banque en perdition.

  2. Avatarclairement

    Bonjour Olivier PIACENTINI,

    Je suppose que vous connaissez ce film de Paul GRIGNON  » l’argent dette  » que je vous invite à regarder

    La solution :
    Il faut couper avec ces banques privées et recréer notre banque nationale La Banque de FRANCE .
    Exit la dette aux Banksters

  3. AvatarAlexandre

    M. Piacentini
    Vous écrivez : « les États sont au bout de leurs capacités d’endettement. »
    C’est vous qui le dites ?
    Qui d’autres ?
    Les états peuvent s’endetter autant qu’ils le veulent puisqu’ils peuvent créer de la monnaie (par l’intermédiaire d’une banque centrale qui n’est absolument pas indépendante comme vous le savez)
    Vous avez de bon argument pourquoi employer celui là qui est pourri ?

  4. Avatarzipo

    Rien de neuf sous les tropiques arrétons tout simplement cette spéculation internationale !nous avons un exemple en Espagne avec l’immobilier et sa flambée des prix ,d’ailleurs en France nous commençons a avoir ce problème ,beaucoup d’investissements surévalués de 30% avec promesse de loyers surévalués eux aussi font que le m2 dans les stations pyrénéennes a perdu plus de 50% depuis 2008!!!Les banques et l’évasion fiscale ont fait une plus-values de 50% l’Argent est passé par le Luxembourg puis les Pays-Bas et ensuite en Suisse!!(les fonds de pension américains eux aussi savent comment l’on fait de l’argent !!J’ajoute que l’état Français a l’époque était sous la direction de Mr Hollande qui n’a strictement rien fait nos services a Bercy idem ! Alors messieurs les élus au lieu de laisser piller la France demandez a ce que revienne toute cette évasion fiscale des Millards qui auraient du aller dans nos Caisses .et arrétez de prendre les Français pour des boeifs!!

  5. Avatarbm77

    Je vais en faire sursauter plus d’un mais la spéculation n’est pas un gros mot . Cela veut dire investir son argent au mieux des opportunités qui se présentent . Tirer profit des variations de marché à la baisse ou la hausse .
    Qui veut perdre de l’argent ??
    Qui veut vendre son bien à perte ??? On spécule que celui ci aura prit avec le temps de la valeur ; c’est humain !
    Chacun son job, L’investisseur et le politique .Ce qui n’est pas normal à mon avis, c’est le libéralisme érigé en système politique. Si on y regarde de plus prêt le libéralisme est une arnaque où on demande
    à une société de se mettre au diapason de financiers et investisseurs en se flexibilisant au grès de leur fortunes et leurs déboires financiers. Sans ne jamais avoir voix au chapitre ni contrôle sur les échanges , les contrats et les placements , financements et autres crédits opaques pour tout un chacun même si il y a des émissions de TV de vulgarisation , on peut comprendre mais on reste spectateur de quelque chose qui nous échappe, fait pour et par des professionnels Voir ce qui s’est passé avec les sub primes où on a demander à la société de payer pour des magouilles financières catastrophiques.
    Le libéralisme considérant que l’économie libre est une locomotive pour une société. L’intérêt général est complètement absent de leur petits papiers. Je fais le distinguo entre le rôle de chacun qui devrait être à mon avis redéfini et réaffirmé pour qu’il n’y ait pas de confusion . Celle ci ne profitant pas visiblement au citoyen mais à ceux qui créé celle ci que sont les détenteurs de capitaux et leur collaborateurs politique..
    C’est d’ailleurs le but de cette arnaque créer le mélange des genres. Pour les politiques et financiers . qui collaborent ensemble c’est gagnant gagnant sur le dos du pekin de base qui à la fin de la foire perd tous ces acquis, ses services publiques part à la retraite plus tard et se trouve spolié de tout .

Comments are closed.