Jordan Bardella : j’ai vu la police turque couper les barbelés de la Grèce


Jordan Bardella : j’ai vu la police turque couper les barbelés de la Grèce

.

Jordan Bardella : « Ces “migrants” se comportent comme des hooligans, avec des dégradations, notamment d’églises ! »

Le député européen (RN) Jordan Bardella revient sur sa visite avec Jérôme Rivière à la frontière gréco-turque, raconte ce qu’il a vu et ses rencontres avec les Grecs. Il dénonce l’attitude de chantage de la Turquie et la faiblesse de l’Union européenne.

Tandis qu’Ursulla von der Leyen et Charles Michel accueillaient Recep Tayyip Erdoğan à Bruxelles, vous vous êtes rendu à la frontière gréco-turque. Vous avez vu

Tandis qu’Ursulla von der Leyen et Charles Michel accueillaient Recep Tayyip Erdoğan à Bruxelles, vous vous êtes rendu à la frontière gréco-turque. Vous avez vu de vos propres yeux des hordes de migrants, appuyées parfois par la police turque, tenter de forcer le passage et de pénétrer en Grèce sur le territoire européen. Ce que vous avez vu reflète-t-il la réalité que nous voyons sur les réseaux sociaux et dans les médias ?

Ce qui se dit sur les réseaux sociaux est vrai. Avec Jérôme Rivière, député du Rassemblement national au Parlement européen, nous sommes allés sur place pour voir ce qui attendait la France si on ne fait rien face à cette submersion migratoire organisée par la Turquie. Nous avons rencontré beaucoup de généraux de l’armée turque qui sont notamment en charge de sécuriser la frontière.
Nous avons pu également voir la police turque couper les barbelés appartenant à la Grèce.
Il y a vraiment une volonté de laisser passer plusieurs centaines de milliers de personnes.
De l’aveu même des autorités grecques, ce ne sont absolument pas des réfugiés de guerre, mais pour la plupart, ce sont des migrants. On nous a expliqué que beaucoup se comportaient comme des hooligans. À la frontière, certains jettent sur la police grecque des cocktails Molotov et des projectiles. Beaucoup de gens utilisaient des filières djihadistes pour remonter vers l’Europe de l’Ouest. La Grèce est évidemment un point de passage, mais au-delà de cela, ils visent évidemment l’Europe de l’Ouest, à commencer par la France et l’Allemagne.

Erdoğan était reçu en grandes pompes à Bruxelles. Que pensez-vous de cette gestion de crise de la part de l’Union européenne dont, je le rappelle, vous êtes eurodéputé ?

L’Union européenne s’est totalement soumise, et une fois de plus, avec la Turquie. Erdoğan est aujourd’hui dans une volonté hégémonique de reconstituer une espèce d’empire ottoman qui élargira les frontières de la Turquie. Sa volonté est évidemment de soumettre l’Union européenne. Il faut quand même rappeler que ces vingt dernières années, on a donné à la Turquie près de 50 milliards d’euros. Une grande partie des fonds était des fonds de pré-adhésion pour faire entrer la Turquie dans l’Union européenne, et notamment des fonds pour sécuriser la frontière. Il faut donc évidemment arrêter avec ce jeu de dupes à l’égard de la Turquie et il faut être capable de rétablir des sanctions économiques, politiques et diplomatiques. On ne veut pas se laisser marcher dessus par un État islamiste dont la seule volonté est de faire plier la frontière et d’envoyer près de 4 millions de réfugiés qu’il utilise comme une arme de chantage politique et diplomatique sur nos nations et nos pays européens.

Vous avez rencontré les responsables grecs. Quel est l’état d’esprit du pays ? Se sentent-ils abandonnés ou soutenus par l’Europe ?

Les villes frontalières sont face à une situation de submersion insoutenable pour eux. L’un des maires d’une ville frontalière nous a expliqué que beaucoup de dégradations avaient eu lieu dans sa ville et que l’arrivée des migrants avait entraîné une poussée des cambriolages, un sentiment d’insécurité et des dégradations de lieux de culte chrétien. Il nous expliquait que, suite à cet afflux, la police n’arrivait plus à faire face. Par conséquent, dans beaucoup de quartiers, des citoyens commençaient à s’organiser pour assurer la sécurité de leur maison, de leurs biens, de leur famille et de leur ville. La situation est extrêmement tendue et les autorités grecques, la police et l’armée sont aujourd’hui complètement délaissées par Bruxelles, par les institutions européennes et les nations européennes. Néanmoins, ils ont quand même ce sentiment de fierté de ne pas défendre uniquement la Grèce. Ils ont conscience qu’à la frontière gréco-turque, ils défendent aussi la porte de l’Europe. Le futur de notre continent se joue là-bas.

https://www.bvoltaire.fr/jordan-bardella-ces-migrants-se-comportent-comme-des-hooligans-avec-des-degradations-notamment-deglises/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Jordan Bardella : j’ai vu la police turque couper les barbelés de la Grèce

    1. AvatarCayssials

      Feu sur erdogan et son peuple de mécréants musulmans qui veulent nous envahir et feu aussi sur nos dirigeants et l’UE tous des bons a rien.
      MACRON et MERKEl en 1er

  1. AvatarSALOMON

    Quand les européens sauront dire NON à la Turquie, à l’Iran ou à l’Algérie et adopter la méthode Poutine face à Erdogan, ils gagneraient en dignité. Curieusement, Macron a su être ferme avec Bolsonaro et même Trump et tremble devant le ‘sultan » et lui verse même des milliards d’euros pour l’amadouer.

  2. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    La Bulgarie, l’Autriche, la Pologne ont promis l’aide sécuritaire à a Grèce en envoyant des soldats et des policiers.

    Pendant ce temps, l’Allemagne par l’UE ménégocie avec la Turquie pour lui donner plus d’argent, des visas pour les turcs et la révision du dossier pour l’adhésion de la Turquie à l’UE.
    Idem, un pays des Balkans, l’Albanie, peut-être, bourrée de musulmans l’UE veut à tout prix l’intégrer dans la zone UE.

    Et Quiqui le français, la gargouille élyséenne, vient de donner le feu vert pour envoyer, à nos frais, un bateau pour faire la nique aux grecs et aux anti-européistes, anti-immigrationnistes, et Dieu sait s’ils sont majoritaires, non pas pour pêter main forte à le Grèce mais pour aider les migrants.

    Or, cela a été confirmé par la Hongrie et par le haut commandement militaire grec ; les migrants ne sont pas syriens en majorité et comptent dans leurs rangs une foule de djihadistes notamment à la solde de Erdogan.

    C’est là qu’on perçoit bien le fin fond de l’affaire.

    Souvenez-vous de l’époque du président « blon-blin », le dénommé Sarkhözy qui avait le toupet de faire tout ce qu’il pouvait, et notamment de peser de tout son poids pour que tout soit fait afin de mettre la Grèce à genoux. Dette, refus d’aider la Grèce ou de lui faciliter les choses. Des centaines de milliers de familles ruinées, précarisées, à la rue, détruites ; idem pour l’abandon des enfants et les suicides. Où était alors le coeur de l’UE, des démocrates, des progressistes, des droits de l’homme ? Quand on compare tout ce qui est fait pour cette immigration, hostile en plus, et en faisant ,une fois encore, de la Grèce la victime principale, la première en tout cas.

    Sarkhözy avait obtenu l’annulation ou un repport du vote des Grecs concernant l’UE ; ils voulaient se barrer et Tsipras avec son masque de tout beau a vendu ses frères à l’UE ; il s’est soumis à l’UE.

    Bien ! pour en revenir à ce qui se passe aujurd’hui, on comprend les réticences de l’UE concernant la Grèce et les mauvais traitements qu’elle lui a infligés.

    En fait, ce plan d’invasion, car i y avait bien un plan d’invasion décider par l’oligarchie européiste progressiste, démocrate …, c’est plus que sûr et tous les évènements amènent à cette conclusion, il fallait garer la Grèce et dans un état d’asservissement et de précarité afin de permettre ce qui se passe aujourd’hui.

    Ce qui va être intéressant à suivre c’est l’affrontement politique des pays de l’UE de l’Est, certains du Sud et la France contre tous es autres pays européistes acharnés ou cons-vaincus.

    La Grèce est décidée à se défendre, j’ai lu çà hier ans un webzine Grec, les Grecs peuple et autorités font un seul bloc conscients des dangers. Avec eux, comme dit plus haut, Pologne, Hongrie, Bulgarie, Autriche, il y aurait bien l’Italie et la France aussi, mais nous sommes cadenassés par le régime de la « fake-démocratie ». En tout cas, cela promet des déchirements dans l’UE et certainement une recomposition ; des pays s’en iront et le reste, pays du nord et de l’Afrique la recomposeront.

    Ça va tirailler dans l’UE ; des changements sont à prévoit je suppose. Ou elle meurt, mais ceux qui la tiennent ont montré de quoi ils sont capables et le prix qu’ils sont décidés à nous faire payer, ou il y aura décomposition et la recomposition de la New-UE (pour parler étranger comme adore Macron).

  3. Avatarcrina

    « …….plus d’argent, des visas pour les turcs et la révision du dossier pour l’adhésion de la Turquie à l’UE » . Sont 2 méthode à coup sûr. Si l’adhésion de la Turquie ne marche pas , de toute manière les millions de musulmans vont rentrer en Europe avec des visas bidon.
    Faut s’y faire, les 100.000 des côtes turcs c’est pour nous!!!!!
    C’est un bateau douanière qui a été envoyé par la France. C’est  » LA DOUANE » française qui a le droit d’accorder l’entrée sur le territoire. En plus si il fonctionne comme une ambassade, dès qu’ils ont mis le pied sur le bateau ils sont en France.

  4. Avatarjojo ( le plombier )

    Le turc de tous temps à coupé absolument tout ce qu’il voulait à commencer par les têtes des chiens de  » Gavours » (chrétiens infidèles en turc) Aujourd’hui il se contente de couper des barbelés .. on pourrait penser qu’il se civilise .. en vérité le turc sait que la Grèce ne fait pas le poids. Et surtout il sait que l’Europe ne fera rien sinon que de créer un couloir humanitaire pour favoriser le passage des migrants vers les états membres volontaires pour un accueil « digne » à la sauce Macron le socialo libéral en même temps. Ainsi nait et se consolide le mépris que tout turc éprouve pour les peuples qui se montrent faibles. Ainsi se continue la disparition de l’Europe des infidèles.

      1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

        Bonjour @War gear ;

        Synthèse parfaite ! Donc très facile à retenir et à claironner.

        500 millions d’Européens esclaves de 27 parrains.

        La formule est déclinable à souhait !

  5. frejusienfrejusien

    il y a une vidéo qui circule sur ce véhicule blindé de l’armée turque qui vient de nuit arracher les barbelés de la frontière, et alors, on peut supposer que ce n’est pas le seul,
    il faut mettre l’armée et des blindés si nécessaire

    mais qu’attendent les Allemands pour démettre la grosse bertha, la traîtresse en chef ??

    La saloperie de UE a décidé de prendre 1500 enfants à se répartir, comme toujours , on utilise les enfants pour faire taire les récalcitrants, en jouant sur la corde facile,
    et quand les enfants seront entrés , bien sûr il faudra faire venir la famille,

    l’excuse de l’enfant, c’est pour entrebâiller la porte et la maintenir ouverte

  6. Avatardurandurand

    Tout ce que j’espère c’est que l’armée grecque ouvre le feu sur cette armée d’invasion , l’état de droit c’est de faire respecter sa frontière ,si des migrants illégaux cherchent à passer la frontière sans y être inviter , c’est d’ouvrir le feu sur ces hordes d’illégaux qui sont une armée d’invasion , une cinquième colonne , nous en avons eu la preuve depuis plusieurs jours déjà , alors oui vivement que les grecs ouvrent le feu pour protéger leur frontière et leur pays .

  7. AvatarAdalbert le Grand

    La seule vraie solution, face à ces faux « réfugiés » mais vrais envahisseurs-pilleurs, modernes Vandales et Barbares c’est d’employer la méthode préconisée par Zineb.

    Sans compter que parmi ces pauvres « réfugiés » altruistes venus généreusement nous enrichir de leur différence, se faufilent une masse de délinquants bien décidés à vivre sur la bête et à prendre du bon temps dans ces « pays de kouffars » (comme le chantait poétiquement Black M), et sans doute de djihadistes infiltrés. Quant aux autres, s’il y en a, ils comptent bien vivre en parasites des prébendes publiques, avec les concours des associations « humanitaires » des gauchistes idiots, toujours la main sur le cœur avec l’argent des autres.

Comments are closed.